Wall Street au rythme des technos et de Janet Yellen

©AFP

La Bourse de New York a terminé en ordre dispersé mardi, entre le rebond du secteur technologique et une intervention nuancée de la présidente de la banque centrale américaine (Fed): le Dow Jones a cédé 0,05% tandis que le Nasdaq a gagné 0,15%.

La Bourse de New York a terminé mardi en ordre dispersé. Après avoir pesé sur les marchés lundi, les valeurs technologiques ont aidé le Nasdaq à repasser en territoire positif. L’indice a pris 0,15% à 6.380,16 points. Le S&P 500, plus représentatif, a terminé à l’équilibre tandis que le Dow Jones a cédé 0,05% en fin de séance.

Parmi les valeurs technologiques, Facebook a monté de 0,82% à 164,21 dollars au lendemain de sa pire séance depuis novembre 2016. Apple , qui avait perdu plus de 5% au cours des quatre dernières séances, a de son côté gagné 1,72% à 153,14 dollars.

"Le marché semble avoir interprété ses propos comme si la Fed laissait la porte ouverte au maintien d'une politique monétaire accommodante."
Maris Ogg
Analyste chez Tower Bridge Advisors.

Les investisseurs ont également écouté avec attention le discours de Janet Yellen devant la National Association for Business Economics. La présidente de la Fed a affirmé que l’institution poursuivrait ses hausses progressives de taux d’intérêt même si l’objectif de 2% d’inflation est loin d’être atteint. "Si on ne continue pas à relever les taux graduellement à l’avenir, il y a un risque que le marché du travail passe en surchauffe, créant potentiellement un problème inflationniste", a-t-elle déclaré.

"Le marché semble avoir interprété ses propos comme si la Fed se laissait la possibilité de dire que ses calculs n'étaient pas corrects et laissait ainsi la porte ouverte au maintien d'une politique monétaire accommodante", a estimé Maris Ogg de Tower Bridge Advisors.

Les tensions entre Washington et Pyongyang sont aussi restées à l'esprit des investisseurs. "Tant que la situation n'évoluera pas vers une solution plus définitive, qu'elle soit diplomatique ou militaire, la menace de ce conflit continuera à planer sur les marchés", a estimé Peter Cardillo de First Standard Financial.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content