Citigroup préfère Mobistar à Belgacom

©BELGA

La séance est toujours rouge à Bruxelles. Les investisseurs s'inquiètent de l'état de santé de la zone euro. Et la publication d'un indice ZEW en baisse pèse sur leur moral. Citigroup est passé à l'achat sur Mobistar, et conseille de "vendre" Belgacom. De son côté, Ablynx s'envole, soutenu par Jefferies.

La Bourse de Bruxelles peine à rebondir. Le BEL20 poursuit sa descente inlassablement, passant même au cours de la séance sous la barre symbolique des 3.000 points. 

"Les signaux négatifs s'accumulent depuis plusieurs semaines et la situation actuelle en zone euro et plus particulièrement le net ralentissement de la dynamique allemande constitue un facteur majeur de correction, a commenté Alexandre Baradez (IG Markets). "Plusieurs indicateurs (PMI, indices ZEW et IFO, commandes d'usines, production industrielle, balance commerciale, etc...) montrent que l'Allemagne commence à souffrir elle aussi de la panne de croissance en zone euro et du manque de dynamisme économique de plusieurs de ses voisins", a-t-il ajouté.

Le baromètre ZEW du moral des investisseurs allemands a en effet signé en octobre sa dixième baisse d'affilée et est passé en territoire négatif, une première depuis novembre 2012.

Mais la publication des résultats trimestriels de plusieurs sociétés américaines permet aux investisseurs de souffler légèrement. 

La famille Colruyt  a décidé d’investir une dizaine de millions d’euros dans Eurowatt, le groupe spécialisé dans les parcs éoliens, actif en France, au Portugal et en Pologne. Pour réaliser ces nouveaux investissements, Colruyt est passé par son holding financier Korys pour prendre le contrôle du français Eurowatt des mains de la famille induistrielle italienne De Vecchi.

Korys n’était pas seul en lice pour décrocher le rachat. Il a finalement décroché la participation dans une transaction évaluée entre 50 et 100 millions d’euros. La famille De Vecchi restera néanmoins à bord de l’entreprise en tant qu’actionnaire minoritaire important.

Belgacom  évolue en bas de tableau, suite au changement de recommandation de Citigroup. Le broker conseille à présent de "vendre" la valeur. A l'inverse, Mobistar   est soutenu par Citigroup, qui passé à l'achat. 

Côté marché élargi, Jefferies démarre le suivi d'Ablynx  à "acheter". Peter Welford, analyste pour la maison de courtage américaine, est particulièrement optimiste en ce qui concerne le potentiel du caplacizumab. Selon ses dires, ce produit contre les maladies du sang, "largement négligé par les investisseurs", pourrait être commercialisé fin 2017, avec un potentiel de ventes  400 millions de dollars. L'objectif de cours est fixé à 15 euros. Le potentiel de hausse est donc de 97% sur base du cours de clôture de lundi (7,62 euros).

Au lendemain de l'annonce du départ de Joop Janssen, CEO d'EVS , KBC Securities a changé de point de vue. "Il est clair pour nous que les principales divergences de vue étaient sur ​​la répartition des ressources, les décisions et les priorités de certains projets commerciaux. Mais nous manquons de détails, explique l'analyste Guy Sips. Le nouvel objectif de cours est donc de 29 euros (contre 38 euros précédemment). En cause, "le marché des serveurs qui ne montre pas de signes de stabilisation, pas de grands événements en 2015, la croissance continue des dépenses d'exploitation (ou OPEX)" et "parce que l'incertitude concernant le nouveau directeur général va continuer à peser sur le cours de l'action". Le rating reste toutefois à 'conserver'.

Cardio3 BioSciences  a reçu l'autorisation de recruter des patients en Suisse pour son étude clinique de phase III CHART - 1. La Suisse est le 12ème pays à autoriser cette étude, visant à traiter l’insuffisance  cardiaque d’origine ischémique. Pour Christian Homsy, CEO de Cardio3, c'est "un signe très positif". "Nous approchons  progressivement de la fin du recrutement pour notre étude clinique de Phase III pour C-Cure®, qui se déroule conformément au calendrier. Nous sommes donc en ligne avec notre objectif de finaliser le recrutement vers la fin 2014."

Enfin, Banimmo  a cédé à un investisseur institutionnel français l'ensemble commercial Galerie Bagatelle à Suresnes pour un prix de 27 millions d'euros net vendeur. Banimmo a également signé une promesse d'achat irrévocable pour l'achat d'une galerie commerciale située à Pantin (Seine Saint-Denis), une commune limitrophe de Paris. Même si les deux projets avaient déjà été annoncés lors de la publication des résultats trimestriels, "ce sont de bonnes nouvelles", commente Koen Overlaet-Michiels, analyste chez KBC Securities. "Cela confirme que Banimmo a un très bon portefeuille français permettant de générer des gains en capital élevés. Ce portefeuille reste en outre bien rempli." Par conséquent, le broker a réitéré sa recommandation à "accumuler". L'objectif de cours est fixé à 9 euros.

KBC Securities change son fusil d'épaule sur EVS. Le nouvel objectif de cours est de 29 euros contre 38 euros avant. Le rating reste à 'conserver'.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés