Degroof Petercam mise sur l'Europe pour 2018

©Laurie Dieffembacq

Quelle stratégie d’investissement pour l’institution financière Degroof Petercam

"L’an passé, on suggérait de surpondérer les actions", se rappelle Jérôme van der Bruggen, responsable de la stratégie d’investissement auprès de l’institution financière Degroof Petercam.

"Mais depuis l’été, on a tempéré notre engouement envers cet actif pour revenir à ‘neutre’, alors que les actions sont actuellement chèrement valorisées. Et l’on ne devrait pas modifier notre appréciation pour 2018", ajoute-t-il. "Par ailleurs, dit encore le stratégiste, les Bourses en Europe ont réalisé des performances inférieures à celles des principaux marchés dans le monde. En cause: la hausse de l’euro."

Mais parce que l’euro pourrait maintenant avoir suffisamment remonté, Jérôme van der Bruggen remet cela pour 2018: "Alors que les actions américaines sont chères selon plusieurs critères de valorisation, nous voyons davantage d’opportunités en Europe qui affichent des ratios de valorisation moins élevés." "En dépit de la différence de politique monétaire menée en Europe et aux Etats-Unis, l’euro ne devrait pas beaucoup s’apprécier dans les prochains mois, sous peine de contrarier les objectifs d’inflation de la Banque centrale européenne (BCE) et d’impacter sérieusement la productivité des entreprises", explique pour sa part Hans Bevers, chef économiste chez Degroof Petercam.

Bien qu’affichant encore les valorisations les plus attrayantes au monde, les Bourses émergentes n’ont pas beaucoup la cote, en raison des risques liés notamment à la Chine.

Côté marché des taux où ceux à long terme ne devraient pas monter significativement, Degroof Petercam a aussi réduit la sensibilité de son portefeuille obligataire. L’institution financière qui gère plus de 50 milliards d’euros d’actifs a une préférence pour des échéances plus courtes. Les obligations d’entreprises de qualité en Europe, ainsi que celles liées à l’inflation internationale, surtout aux USA, sont privilégiées. En ce qui concerne les autres actifs, le dollar – tout comme l’or physique – a toujours sa place dans un portefeuille. "Cette classe d’actifs peut, en cas de turbulences sur les marchés, constituer une valeur refuge", indique van der Bruggen.

2 à 3 hausses des taux US

La stratégie d’investissement chez Degroof Petercam est basée sur une croissance mondiale – actuellement synchronisée – attendue de 3 à 3,5% en 2018. Le chômage devrait continuer à baisser et les bénéfices des entreprises à progresser.

L’inflation ne devrait monter que graduellement et rester sous 2%. Tandis que la Fed remontera son taux directeur à 2, voire à 3 reprises, la BCE poursuivra ses achats d’actifs jusqu’au mois de septembre. Enfin, au rayon des risques les plus significatifs à court terme, Degroof Petercam pointe les avancées difficiles dans le dossier du Brexit et la perspective d’une impasse politique après les élections italiennes.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect