"Donald Trump incite les investisseurs à passer à l'action"

Peter Vanden Houte: "le bon moral des investisseurs est aussi en partie lié à la performance des marchés financiers".

Le Baromètre des Investisseurs ING a clôturé 2016 à son point le plus haut. C’est ce qui ressort de l’enquête mensuelle menée par la banque, qui a aussi cherché à savoir comment l’investisseur particulier a réagi aux événements inattendus de l’année écoulée.

En novembre, 32% des particuliers belges qui consacrent une partie de leur portefeuille aux actions, faisaient part de leur optimisme dans le cadre de l’enquête mensuelle d’ING quant à la poursuite de la hausse des cours des actions. Ils n’ont pas eu tort. À Bruxelles, l’indice Bel 20 a achevé le mois de décembre sur une progression de 3,7%.

Et cet optimisme ne faiblit toujours pas. Lors de l’enquête menée un mois plus tard, soit en décembre, 33% des sondés disent anticiper un beau parcours boursier pour leur portefeuille d’investissement. À peine 16% des personnes interrogées avouent craindre que le rendement de leurs investissements retombe dans les prochains mois. Il s’agit du plus bas pourcentage depuis août 2015.

Le Baromètre qu’ING établit à l’issue de son enquête réalisée pour son compte par TNS en collaboration avec l’Université de Gand, est dans ce contexte monté de 4 points pour atteindre 106 points.

Le meilleur moral affiché par les investisseurs belges est-il alimenté par la remontée des indices boursiers? "Quand on regarde les réponses concernant leur perception sur la conjoncture, les personnes interrogées disent bien qu’elles ressentent une amélioration de l’environnement économique", déclare Peter Vanden Houte, chef économiste auprès d’ING. 37% disent considérer que l’économie s’est améliorée au cours des trois derniers mois. 23% prétendent avoir une évolution moins favorable.

50%
La moitié des investisseurs très actifs envisagent de bons résultats pour leurs placements dans les mois à venir.

L’enquête fait encore ressortir que l’optimisme demeure pour les prochains mois. "Cela dit, ajoute Peter Vanden Houte, le bon moral des investisseurs est aussi en partie lié à la performance des marchés financiers. Comme paraît d’ailleurs le démontrer le fait que ce sont les investisseurs les plus actifs qui sont les plus optimistes". 50% des investisseurs très actifs envisagent en effet de bons résultats pour leurs placements dans les mois à venir. Un pourcentage qui descend à 26% parmi les peu actifs.

Réaction aux événements inattendus

En marge de son enquête mensuelle, ING a sondé les investisseurs pour savoir si les événements intervenus au cours de 2016 les ont incités à modifier leurs portefeuilles.

Des attentats de Bruxelles, du Brexit ou encore de l’élection de Donald Trump, ce sont les deux derniers événements qui ont le plus marqué les investisseurs. Pour Peter Vanden Houte, "les attentats de Bruxelles ont au pire déclenché dans le chef des investisseurs une certaine prudence durant quelques semaines. Par contre, le Brexit les a incités à vendre les actifs les plus risqués comme les actions, alors qu’il fait peser des menaces sur les économies. À l’opposé, après quelques moments d’hésitation, l'élection de Trump à la présidence des USA a provoqué un retour des particuliers sur les marchés d’actions".

Cela dit, concernant Trump, les avis sont partagés sur l’impact économique et financier potentiel du nouveau président élu. 41% manifestent leur confiance dans ses promesses électorales. Ils estiment que leur impact sera positif sur l’économie des USA. Mais 41% aussi évoquent plutôt un effet négatif.

Enfin, il ressort encore de l’enquête que 23% seulement des sondés estiment que la politique de Trump sera bénéfique pour l’économie économie. 58% pensent le contraire.          

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés