Engie souffre des centrales à l'arrêt

©BELGA

Le résultat d'exploitation du groupe énergétique français pour les 9 premiers mois de l'année est en baisse de 7,5%, pénalisé par le nucléaire belge. Il confirme ses prévisions pour l'exercice 2015, mais se limitera "au bas de la fourchette".

L'énergéticien a présenté un EBITDA de 8,1 milliards d'euros sur 9 mois, en baisse de 7,5% par rapport à la même période l'année passée. La baisse des prix du gaz et du pétrole a pesé sur son résultat d'exploitation, tout comme la baisse des prix de vente et l'indisponibilité de plusieurs centrales nucléaires.

Son chiffre d'affaires a également baissé de 1,5% à 53,5 milliards. Engie explique ce recul par "l’impact de la chute des prix des commodités et par l’indisponibilité des centrales nucléaires de Doel 3 et Tihange 2, malgré des températures plus froides qu’en 2014", selon leur communiqué.

Engie a confirmé ses objectifs 2015 après une baisse de sa rentabilité opérationnelle sur 9 mois. Le groupe s'attend à un résultat net récurrent 2015 "dans le bas de la fourchette" (2,75 - 3,05 milliards d'euros) qui avait été ajustée le 1er octobre. 

Il prévoit de revoir à la baisse certains de ses actifs en raison de conditions de marché dégradées. Le groupe n'a toutefois "pas pris de décision sur d'éventuelles cessions d'actifs mais qu'il restait ouvert à toute mesure pouvant créer de la valeur", a déclaré le PDG d'Engie Gérard Mestrallet. Il a ajouté que "le groupe n'avait aucune intention de racheter les minoritaires de sa filiale brésilienne Tractebel Energia".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés