Fusions et acquisitions: les prochaines cibles

©REUTERS

Alors que les opérations de fusions et acquisitions battent leur plein, surtout de l'autre côté de l'Atlantique, la Société Générale a identifié 24 groupes, essentiellement européens, dont la probabilité d'un rapprochement est supérieure à 50%.

Chaque lundi matin dans les salles de marché et les rédactions économiques, c’est désormais la même interrogation, le même suspens : qui va fusionner avec qui, quelle société va avaler un concurrent, qui va être la cible consentante, ou non, d’un prédateur aux aguêts ?

Car c’est en général le lundi, rebaptisé "merger monday" par les investisseurs, que les "deals" sortent au grand jour. Le week-end a été mis à profit pour régler les derniers détails et il ne reste plus qu’à pousser sur le bouton pour envoyer les communiqués de presse et mettre en branle le plan "com".

Le dernier lundi, n’a pas échappé à cette (nouvelle) règle. Comme la rumeur le laissait déjà entendre depuis quelques jours déjà,  Intel a réitéré son intérêt pour Altera en mettant 16,7 milliards de dollars sur la table. Un rachat qui s’ajoute aux nombreux autres annoncés récemment : Avago et Broadcom pour 37 milliards, Charter Communications et Time Warner Cable pour 55 milliards, Verizon et AOL pour 4,4 milliards sans parler de la saga dans le secteur de la pharma impliquant Perrigo, Mylan et Teva où des dizaines de milliards de dollars sont en jeu. En remontant un peu plus loin dans le temps, on peut aussi mentionner le rapprochement entre Kraft Foods et Heinz pour plus de 45 milliards de dollars.

De ce côté-ci de l’Atlantique, le rythme des rapprochements est moins intense. Nokia a jeté son dévolu sur Alcatel Lucent dans une transaction atteignant 15,6 milliards d’euros, et surtout Royal Dutch Shell a mis la main sur British Gas pour 64 milliards d’euros, ce qui en fait le plus gros deal de l’année. La Belgique n’est pas en reste avec la vente de Base à Telenet , l’alliance entre la Banque Degroof et Petercam et la naissance d’un géant mondial des fruits et légumes via la fusion de Greenyard Foods , Univeg et Peatinvest.

Au total, les fusions & acquisitions ont mobilisé 2.100 milliards de dollars depuis janvier 2015, soit un rythme similaire à celui de l’an dernier selon des chiffres cités par The Economist. Ce dernier pointe toutefois deux excès dans cette course aux M&A : le recours massif à l’endettement dans certaines opérations et l’envol des prix. Le rachat médian en 2015 se fait à 17 fois les profits opérationnels ce qui est de 23% supérieur à la moyenne des 20 dernières années.

M&A activity: "there are two clear signs of excess" - high debt financing & high valuation (The Economist Espresso) http://t.co/1XzJGZ6fdO— Rene Frolov (@ReneFrolovTGS) 2 Juin 2015

 

Voilà, ça c’est pour le passé récent. Pour l’avenir immédiat, vu les taux bas et le cash disponible dans les caisses des entreprises rien ne laisse prévoir un ralentissement des opérations de rachat.

La Société Générale a, de son côté, identifié des sociétés européennes dont la probabilité d’un rapprochement dépasse les 50%. Voici la liste :

  • AB InBev/SABMiller
  • Dassault Systems/Aveva;
  • Accenture/Altran Tech
  • Sanofi/Regeneron
  • Siemens or GE/EOS Imagin
  • Boskalis/Fugro,
  • Siem Industries/Subsea;
  • Rosneft/Seadrill,
  • Bourbon/Jaccar
  • Euronext/BME
  • Hammerson/Eurocommercial
  • Monsanto/Syngenta

 

Deux absences notables parmi ces noms : ceux de Delhaize et Ahold . Les analystes de la banque française ne semblent pas trop croire au succès des négociations en cours dirait-on. Moins étonnantes celles de Belgacom et KPN , Dominique Leroy ayant donné une fin de non recevoir à l’appel du pied de son homologue néerlandais. Sa nouvelle position d’administrateur chez Delhaize lui permettra, par contre, d’observer, aux premières loges, la naissance ou l’échec d’un rapprochement de deux groupes cotés en Bourse. De quoi éventuellement s'inspirer....

En Belgique toujours, L’Echo a identifié dans un article paru en avril dernier plusieurs proies potentielles en Bourse de Bruxelles. Il s’agit d’IEP Invest , de Recticel , de Softimat , de Mobistar , de Telenet et de Galapagos .

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés