L'action UCB recule, malgré la confirmation des objectifs 2017

©BELGA

Le pharmacien belge reste optimiste pour 2017. Mais les analystes s’interrogent pour ses affaires dans les années suivantes, alors que des licences approchent de leur terme.

Tout ou presque avait été dit sur les perspectives de ses affaires pour 2017 le 23 février, lorsqu’UCB avait publié ses résultats pour l’année 2016. Comme rien de bien neuf n’a été signalé lundi au moment de la publication de ses résultats du premier trimestre cette fois, il apparaît assez logique que le cours de son action subisse quelques prises de bénéfices. Et cela d’autant qu’elle courtisait ces derniers temps son plus haut historique de clôture atteint le 15 août 2016, à 74,86 euros.

L’action UCB a ainsi clôturé la première séance de la semaine sur un repli de 1,72% à 70,35 euros. Au plus bas de la journée, elle était tombée à 69,02 euros. Notons qu’UCB n’a pas signé la plus forte baisse dans le Bel 20. Celle du groupe biotech Galapagos a perdu 2,39% à 79,40 euros.

©MEDIAFIN

La baisse de l’action UCB ne signifie pas que son potentiel haussier est désormais épuisé. à suivre les objectifs de cours fixés par les analystes suivis par Bloomberg, il n’y a pas vraiment lieu de le penser. Les plus optimistes qui se sont prononcés lundi voient le cours de cette action monter jusqu’à 80 euros. Soit 20 euros de plus que le plus pessimiste.

2017 bien parti

Dans un communiqué, publié avant l’ouverture de la séance boursière de lundi, le groupe pharma a indiqué "avoir pris un bon départ en 2017 et penser être en mesure de poursuivre la dynamique de croissance de ses produits principaux. Ceux-ci représentent désormais 76% du total de nos revenus pour les trois premiers de cette année".

En ayant progressé de 15,4% entre janvier et mars à 1,124 milliard d’euros, le chiffre d’affaires réalisé au premier trimestre semble en tous les cas bien parti pour satisfaire aux prévisions du groupe pour l’ensemble de 2017. Il représente déjà 26% du milieu de la fourchette de 4,25-4,35 milliards attendue par UCB. En 2016, les ventes du premier trimestre n’avaient à peine représenté que 23,3% des ventes de l’année.

Concernant ses résultats de base finaux (core earnings), UCB a aussi réitéré son objectif. Celui d’engranger un bénéfice par action de l’ordre 3,70-4 euros. Celui-ci avait été de 3,19 euros en 2016.

Et pour la suite?

"La croissance continue de ses médicaments phares pour les maladies immunologiques et neurologiques place UCB en bonne position pour atteindre ses objectifs pour 2017", observent Michael Shah et Sam Fazeli, analystes chez Bloomberg Intelligence.

Chez Degroof-Petercam, l’analyste Stéphanie Put, qui table sur un cours de 76 euros, pointe aussi les solides ventes réalisées. Mais, "même si nous restons positifs sur l’action à court terme, à un terme plus lointain, les problèmes d’UCB restent toutefois les mêmes, en pointant entre autres les licences sur le trio CVN (Cimzia, Vimpat, Neupro) qui expirent entre 2021 et 2024", dit-elle.

Comme Stefanie Put, de plus en plus d’analystes se montrent quelque peu impatients de connaître les résultats des études actuellement en cours (padsevonil et rozanolixizumab notamment). Ceux-ci, qui sait, pourraient contenir les prochains médicaments vedette d’UCB…

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés