Publicité

La biotech Dendreon descend aux enfers

©REUTERS

Malgré un traitement du cancer de la prostate approuvé par la FDA, Dendreon a dû se placer sous la protection du chapitre 11. Son action ne vaut plus que 24 cents contre 57 dollars en avril 2010.

On ne le répétera jamais assez (et je m’y emploie régulièrement sur ce blog), investir dans une société de biotechnologie représente certainement une des placements les plus risqués en Bourse pour le boursicoteur lambda. Et cela pour de multiples raisons que j’ai déjà évoqué ici (Les biotechs, ces nouveaux orpailleurs), ici (Le b.a.-ba des biotechs) ou encore là (Dans la jungle des biotechs belges).

Comme on peut avoir trop souvent tendance à le croire, il ne suffit pas pour ces entreprises de mettre au point une molécule prometteuse ou un traitement révolutionnaire. Encore faut-il, si elles n’entendent pas se faire racheter par un grand labo, qu’elles répondent à deux conditions : être capable de le produire en quantité suffisante à un prix concurrentiel et disposer d’atouts marketing pour sa commercialisation. En d’autres termes : elle doit savoir vendre son produit.

Le cas du Jetrea de Thrombogenics qui a raté sa percée sur le marché américain démontre que des biotechs prometteuses ne sont pas suffisamment armées pour décrocher seules, des parts de marché.

Aux Etats-Unis, la mise sous chapitre 11 de Dendreon illustre la première condition évoquée plus haut. Basée à Seattle, cette biotech a connu son heure de gloire en 2010 lorsque que les autorités sanitaires américaines (FDA) ont approuvé le Provenge, un traitement contre le cancer de la prostate reposant sur la reprogrammation du système immunitaire. En avril 2010, l’action Dendreon touchait un plus haut à 57,67 dollars sur le Nasdaq. Lundi, elle a dégringolé de 75% à 24 cents. Grandeur et décadence…

Comme l’explique Reuters, l’utilisation de ce vaccin a été freinée par son prix et les incertitudes liés à son remboursement par les assurances soins de santé. Les coûts de fabrication élevés ont également pesé sur les marges alors que des traitements concurrents faisaient leur apparition.

Résultat : croulant sous les dettes (661 millions de dollars) Dendreon n’a pas eu d’autre choix que de se placer sous chapitre l1 de la loi des faillites, le temps de mettre en œuvre un plan de restructuration de son passif.

 

$DNDN plunged 74% after reports that Dendreon announced it filed for Chapter 11 bankruptcy. http://t.co/RVYA3xk9M1 pic.twitter.com/0psDJMHuNB— MarketWatch (@MarketWatch) 10 Novembre 2014

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés