La Bourse de Tokyo recule à cause de prises de bénéfices

©REUTERS

Séance peu animée en ce jour de Noël.

La Bourse de Tokyo a fini en baisse la journée peu active de jeudi, à cause de prises de bénéfices après cinq jours consécutifs de hausse. Un repli du dollar a aussi favorisé les ventes d'actions.

Le Nikkei des 225 valeurs vedettes a cédé 0,25% (-45,48 points) à 17.808,75 points. Il avait gagné 6,56% durant les 5 précédentes séances. L'indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau a abandonné pour sa part 0,33% (-4,76 points) pour s'afficher à 1.421,26 points à la clôture.

La séance a été très peu animée en ce jour de Noël (pas férié au Japon), avec seulement 1,6 milliard de titres échangés sur le premier marché. A l'issue des transactions, le dollar se situait à 120,15 yens, en recul par rapport à son cours des premières heures de la matinée, et l'euro avait aussi tendance à décliner, pour s'afficher à 146,77 yens.

Le repli des devises face au yen pousse les donneurs d'ordres à revendre des titres d'entreprises exportatrices. Dans ce contexte, 164 des 225 valeurs du Nikkei ont reculé, la palme revenant à la compagnie d'électricité Kansai Electric Power (-5,38% à 1.134 yens). Cette dernière, qui alimente une partie de l'ouest du Japon, a annoncé mercredi son intention d'augmenter encore les tarifs du courant pour les particuliers, ce qui prouve une dégradation de ses finances. Le titre a souffert d'un abaissement de recommandation.

JAL pénalisée par des mesures fiscales

Parmi les actions en vue ce jour, figurait celle de la compagnie aérienne Japan Airlines (JAL). Elle a décliné de 4% à 3.570 yens pénalisée par des informations de presse selon lesquelles le gouvernement japonais s'apprêterait à mettre fin à un programme d'exonération fiscale dont elle bénéficie.

JAL avait déposé le bilan début 2010, et avait à ce titre reçu des aides étatiques et pu profiter d'un cadre fiscal aménagé, mais les autorités auraient décidé de modifier le système afin d'en exclure, à compter du prochain exercice budgétaire (avril 2015-mars 2016), les groupes qui ont été réintroduits en Bourse, selon le quotidien économique Nikkei.

Les investisseurs avaient aussi les yeux tournés jeudi sur la mégabanque Sumitomo Mitsui Financial Group. La presse avait assuré par avance qu'une de ses filiales allait annoncer l'acquisition des activités japonaises de banque de détail de l'américain Citigroup, ce que les deux ont confirmé une demi-heure après la fermeture du marché. Le titre Sumitomo Mitsui a pris 1,07% à 4.405,5 yens.

Par ailleurs, l'action très chahutée du fabricant de ceintures et coussins de sécurité Takata a gagné 1,88% à 1.351 yens après l'annonce mercredi de la démission du numéro deux du groupe, Stephan Stocker, dont les fonctions sont reprises par le petit-fils du fondateur, Shigehisa Takada. Ce dernier était jusque-là président du conseil d'administration de cette entreprise en proie à une vaste crise à cause de millions d'airbags défectueux.

Egalement dans les radars ce jeudi, l'action Renesas Electronics. Elle a grimpé de 2,20% à 836 yens. Ce spécialiste des semi-conducteurs pour automobiles a annoncé avoir reçu la candidature de plus de 1.700 salariés dans le cadre d'un énième plan de départs, portant le total à plus de 2.000 pour l'exercice débuté en avril après déjà des milliers les années précédentes. Sa restructuration se poursuit et le groupe est redevenu rentable.

Enfin, dans la liste des valeurs vedettes de Tokyo, Sony a perdu 0,45% à 2.557 yens, un recul pas nécessairement lié à la décision du groupe de finalement rendre disponible sur internet la comédie "L'interview qui tue !" responsable des mésaventures de sa filiale de cinéma américaine victime d'une vaste attaque informatique attribuée à la Corée du Nord.

L'action du constructeur d'automobiles Toyota a pour sa part baissé de 0,60% à 7.611 yens et celle de Nissan de 0,89% à 1.062,50 yens.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés