La chute du pétrole plombe les Bourses asiatiques et du Golfe

©EPA

La chute des prix du pétrole a accéléré les prises de bénéfices sur les Bourses asiatiques. Le plongeon des cours du brut a aussi plombé les Bourses des pays du Golfe.

Les Bourses asiatiques ont clôturé en forte baisse mardi, pénalisées par des prises de bénéfices après plusieurs séances haussières et le repli du secteur de l’énergie sur fond de déprime pétrolière. En chute libre depuis leur pic de juin, les prix du pétrole souffrent de la faible activité économique mondiale et de prévisions d’une offre très abondante en brut l’an prochain dans un marché déjà bien approvisionné.

Les cours de l’or noir sont en outre pénalisés par l’appétit des investisseurs pour le dollar américain, un actif courtisé en période d’incertitude. Or, le renforcement du billet vert a tendance à rendre moins attractifs les achats de brut libellé en monnaie américaine pour les investisseurs munis d’autres devises.

Les Bourses des riches monarchies pétrolières du Golfe ont dévissé mardi.

à la Bourse de Shanghai, l’indice composite a chuté de 5,43% à 2.856,27 points. Le volume des échanges s’est établi à 793,4 milliards de yuans (105 millions d’euros), un niveau historique. La chute des cours du pétrole a accéléré les prises de bénéfices à la suite des nettes progressions des séances précédentes. La Bourse de Shanghai avait bondi de plus de 20% en l’espace de deux semaines après l’annonce inattendue, le 22 novembre, d’une baisse des taux d’intérêt de la banque centrale (PBOC). Sur la seule séance de lundi, l’indice shanghaïen avait grimpé de 2,81%, dépassant le seuil symbolique des 3.000 points pour la première fois depuis avril 2011.

Après la publication lundi matin de chiffres très décevants sur le commerce extérieur chinois, de nombreux investisseurs avaient misé sur des chances accrues de voir Pékin adopter de nouvelles mesures d’assouplissement monétaire et budgétaire pour relancer l’économie. Ces espoirs avaient rasséréné le marché.

©Mediafin

Mais l’annonce, tard lundi, d’un durcissement des règles sur la manière dont les investisseurs peuvent se financer, a provoqué une vague d’inquiétude et précipité des ventes massives. Les nouvelles règles restreignent l’usage d’obligations d’entreprises comme collatéraux pour obtenir des financements à court terme, ce qui pourrait, selon des experts, restreindre singulièrement les marges de manœuvre des investisseurs.

Les Bourses du Golfe en chute libre

L’effondrement des cours du brut a aussi provoqué une chute des Bourses des riches monarchies pétrolières du Golfe. La Bourse de Dubai a dévissé de 6%, un plus bas en cinq mois, avant de se ressaisir. L’indice Dubaï Financial Market a fini la journée à 3.888,79 points, en baisse de 3,5%, Abu Dhabi Securities Exchange, la deuxième Bourse des Emirats arabes unis, a reculé de 2%. Le marché saoudien, le plus grand du monde arabe est descendu à son niveau de fin de l’année dernière, avant de se redresser légèrement à la clôture. L’indice de la Bourse du Qatar, le deuxième plus grand marché arabe, a fini en baisse de 2,3%.

La Bourse du Koweït a reculé de 2%, à un plus bas en plus de 20 mois, tandis que le petit marché omanais a perdu 3,3%. La petite Bourse de Bahreïn a perdu 0,8%.

Le prix du brut a perdu 40% depuis juin. Cela signifie que les monarchies du Golfe pourraient perdre environ 300 milliards de dollars, par rapport aux 730 milliards de revenus engrangés l’année dernière. AFP

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés