La sortie d'Ahold Delhaize va peser sur le Bel 20

©BELGA

Dès ce lundi, Ahold Delhaize et Elia seront remplacés par Aperam et Sofina. Le départ d’Ahold Delhaize va entraîner une contraction supplémentaire du potentiel de l’indice Bel 20.

Les sociétés entrant dans la composition de l’indice Bel 20 ont vu leur cours grimper en moyenne de 4,3% sur le mois écoulé, avec notamment des progressions de 15% pour Galapagos , de 12% pour Engie , de 11% pour Telenet et de 10% pour Bekaert . Dans le même temps, les baisses ont été limitées à quelques titres, Solvay et Cofinimmo reculant d’environ 2%.

Les objectifs de cours médians ont également poursuivi une trajectoire ascendante, avec une hausse moyenne de 1,6% poussée par Bekaert (+ 14%), Ackermans (+ 10%) et Telenet (+ 8%). Les baisses ont été limitées, AB InBev (-3%) étant la valeur la plus affectée.

Le potentiel moyen s’est contracté à 4,3%, Engie et Ahold Delhaize étant les seules valeurs à encore afficher un potentiel supérieur à 10%. Le 20 mars prochain, Ahold Delhaize et Elia seront remplacés par Aperam et Sofina dans la composition de l’indice Bel 20. La sortie du distributeur belgo-néerlandais va donc entraîner une contraction supplémentaire du potentiel moyen, qui se situe actuellement à 3,2% sur la base de la nouvelle composition de l’indice.

AB InBev a enregistré de nombreuses révisions négatives suite à l’annonce de ses derniers résultats, marqués par une faiblesse inattendue sur le marché brésilien. Merrill Lynch a descendu sa recommandation en position neutre, tandis que de nombreux autres courtiers (Bernstein, Barclays, Kepler Cheuvreux, RBC Capital Markets) se sont contentés d’ajuster leur objectif à la baisse.

Bekaert a vu plusieurs courtiers relever leur recommandation à l’achat suite à l’annonce des chiffres pour l’exercice 2016, notamment chez KBC Securities, ING ou encore Alphavalue. Chez KBC Securities, l’analyste souligne que la valorisation est attractive, sur la base d’une croissance attendue du résultat par action qui devrait dépasser les 15% pour les cinq prochaines années. De nombreux autres courtiers ont très largement relevé leurs attentes bénéficiaires et leur objectif sur le tréfileur courtraisien.

Umicore a été particulièrement entouré, avec un premier avis positif chez Bernstein, une baisse de recommandation vers "neutre" chez UBS, tandis que Berenberg est passé à l’achat et que de nombreux courtiers ont ajusté leur objectif suite à la publication des chiffres annuels. Les analystes restent très partagés entre ceux qui estiment que les perspectives de croissance dans les batteries rechargeables et les catalyseurs permettent de justifier des cours plus élevés; et ceux qui estiment que la valorisation actuelle ne reflète pas un exercice 2017 qui s’annonce plus difficile.

Solvay a subi de nombreuses révisions négatives d’avis depuis la mi-février, chez Degroof Petercam, S&P Equity Research et City Research. Si les analystes soulignent que les résultats annuels n’ont pas spécialement recelé de surprises négatives, ils pointent également que 2017 risque d’être une année peu inspirante pour les investisseurs. Dès lors, la valorisation actuelle est vue comme étant trop élevée.

Ageas a vu son avis passer en position neutre chez ING, l’analyste s’attendant à ce que le groupe déçoive le marché quant à la croissance future du dividende.

Bpost a vu son avis descendre vers neutre chez JPMorgan Cazenove, un niveau que RBC Capital Markets a également choisi pour son premier avis consacré au groupe postal.

Galapagos a vu sa couverture internationale s’étendre avec un premier avis positif signifié par Nomura, qui table à terme sur des ventes proches de 3 milliards de dollars pour le Filgotinib.

KBC a enregistré de nombreuses révisions positives de ses objectifs (Barclays, Exane, Mediobanca, HSBC, Kepler Cheuvreux, ING) sur la base des bons résultats trimestriels publiés par le banquier.

Ontex a également enregistré de nombreuses révisions positives sur les objectifs (notamment de la Société Générale, Goldman Sachs et JPMorgan Cazenove), toujours suite aux résultats 2016.

Proximus a vu ses notes positives descendues tant chez Degroof Petercam que chez Alphavalue, notamment en raison des frais qui devront être investis pour moderniser son infrastructure.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect