La victoire d'Abe fait bondir le Nikkei à un record absolu

©EPA

L’indice phare de la Bourse de Tokyo a signé sa quinzième hausse d’affilée après la victoire du Premier ministre japonais aux législatives anticipées ce dimanche. Il évolue à son plus haut niveau depuis 21 ans.

La victoire du Premier ministre Shinzo Abe (lire aussi en page 12) aux législatives anticipées au Japon ce dimanche a rassuré les investisseurs. Le Nikkei a touché 21.696,65 points lundi à la clôture des marchés asiatiques, enregistrant une hausse de 1,1%, soit sa quinzième progression d’affilée. Il évolue à un plus haut de 21 ans. L’indice élargi Topix a lui retrouvé son plus haut niveau depuis juillet 2007, à 1.745,25 points.

Selon les dernières projections, Shinzo Abe a gagné son pari de conserver sa majorité des deux tiers à la chambre basse du Parlement, ce qui lui garantit d’obtenir un nouveau mandat de cinq ans en septembre prochain s’il décide de le briguer.

"Le marché japonais est enfin sorti de sa tendance des deux dernières décennies."
Junichi Inoue
Janus Henderson Investors

La victoire du Premier ministre japonais alimente les anticipations du maintien d’une politique monétaire ultra-accommodante de la Banque du Japon, ce qui est bien vu par les marchés.

L’affaiblissement du yen, à un plus bas de trois mois par rapport au dollar, a aussi soutenu les valeurs exportatrices de la cote. "La victoire de Shinzo Abe est un soulagement pour les investisseurs étrangers qui avaient acheté massivement des titres japonais avant l’élection, pariant sur une poursuite de la politique des ‘Abenomics’ (politique de stimulation de l’économie japonaise)", a expliqué Masayuki Kubota, stratégiste chez Rakuten Securities.

"La politique d’Abe devrait rester accommodante et avoir tendance à faire baisser le yen", a souligné Stephen Innes, responsable pour la zone Asie-Pacifique chez Oanda.

Une hausse durable

Les analystes restent positifs pour l’évolution de la Bourse japonaise. "Depuis les perspectives d’une élection anticipée, le Nikkei a surperformé les indices mondiaux de plus de 2,5%. Alors que la plupart des investisseurs vont ‘vendre la nouvelle’ depuis la victoire de Shinzo Abe, nous restons optimistes pour les actions japonaises car les bénéfices des sociétés sont en progression, les valorisations restent attractives, et la politique monétaire accommodante reste favorable aux actions", écrivent des analystes de Société Générale dans une note.

Chez Blackrock, les analystes soulignent que l’économie japonaise offre un soutien de poids pour les actions japonaises. "Nous sommes très positifs pour l’économie japonaise. Les données indiquent une solide croissance, menée à la fois par la consommation et les exportations, alors que le taux de chômage est au plus bas depuis 25 ans. Néanmoins, l’inflation toujours très faible devrait pousser la BoJ à maintenir sa politique monétaire ultra-accommodante", écrivent-ils dans une note. "Selon notre scénario, la croissance économique devrait se maintenir à des niveaux au-dessus de sa tendance. Une activité domestique robuste et un yen stable voire faible favorisent la croissance des bénéfices des sociétés, et devraient aider les actions du Nikkei à progresser davantage", ajoutent-ils.

"L’indice élargi Topix a récemment connu un fort rallye, calquant sa performance ramenée en dollars sur le S&P 500 depuis le début de l’année. Nous croyons que le marché japonais est enfin sorti de sa tendance des deux dernières décennies", relève Junichi Inoue, responsable des actions japonaises chez Janus Henderson Investors. "Depuis le début de l’année, les petites capitalisations et des titres thématiques ont mené la hausse de l’indice. Avec l’amélioration des fondamentaux économiques et une visibilité politique, nous estimons que l’indice devrait bénéficier d’une rotation vers les grandes capitalisations qui présentent une valorisation attractive", ajoute le gestionnaire.

Retour des investisseurs étrangers

Les analystes de Société Générale soulignent un autre facteur de soutien pour les actions japonaises. "La victoire de Abe pourrait aussi ramener des investisseurs étrangers. Après le boom initial d’enthousiasme suite aux Abenomics (15.000 milliards de yens de flux nets d’investissement étrangers en 2013), les investisseurs étrangers sont restés en retrait. Un écart de corrélation entre le yen et les actions japonaises pourrait aussi rendre le marché plus attractif. Et il y a des signes que cette corrélation pourrait diminuer avec les résultats des entreprises", indiquent-ils.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés