Le Bel 20 termine 2016 dans le rouge, une première depuis 2011

©Photo News

Mais si on compte les dividendes, les investisseurs n'ont rien perdu. L'an dernier, le Bel 20 avait gagné 12,63%.

Pour la première fois depuis 2011, l'indice Bel 20 n'a pas engrangé de gain cette année. En un an, il a perdu 2,49% pour clôturer à 3.607,93 points.

"Mais si on compte les dividendes, les investisseurs n'ont rien perdu", précise toutefois Pascal Paepen, spécialiste de la bourse.

L'an dernier, le Bel 20 avait gagné 12,63%.

La bourse bruxelloise a connu des débuts difficiles en 2017 avec une première chute mi-février. "Il y avait des craintes autour de l'économie chinoise. Cela ne s'est pas finalement concrétisé mais, en juin, il y a eu le Brexit", rappelle l'expert. Les attaques terroristes de Bruxelles et Zaventem du 22 mars n'ont, elles, pratiquement pas eu d'impact boursier. "C'est horrible à dire mais on s'est habitué. Après le 11 septembre 2001, l'impact avait été énorme et les bourses avaient été fermées. A Paris et à Madrid aussi l'effet des attentats était encore grand, mais à Bruxelles et Berlin, il a été pratiquement nul".

→ Le Bel 20 a par ailleurs fait moins bien que les principaux indices de nos voisins. Paris (+4,74%), Francfort (+6,87%), Amsterdam (+9,29%) et surtout Londres (+14,43%) ont terminé l’année dans le vert.

Pascal Paepen explique que c’est surtout l’industrie lourde qui a bien performé cette année. "Or, il n’y en a plus beaucoup au sein du Bel 20. "Les biotechs et les valeurs technologiques, bien représentées à Bruxelles, ont de leur côté passé une moins bonne année qu’en 2015.

"Les marchés boursiers européens n’ont en général par brillé. Les yeux étaient plutôt rivés sur les Etats-Unis où un président inattendu a été élu, mais également où la reprise économique est plus rapide et où le chômage est d’à peine 4,6%", ajoute Pascal Paepen.

"L’année prochaine pourrait bien être l’année de l’Europe. Même si nous craignons les élections en France et en Allemagne où les partis anti-establishment progressent".
Pascal Paepen
Expert boursier

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés