Le Brexit crispe toujours Wall Street

©REUTERS

Wall Street a légèrement baissé mardi, toujours affectée par le vaste mouvement d'aversion au risque des marchés mondiaux, mais se montrait plus sereine que d'autres Bourses, notamment face au risque de Brexit: le Dow Jones a perdu 0,33% et le Nasdaq 0,10%.

Wall Street a terminé mardi à la baisse en continuant à obéir à une tendance mondiale au repli avant plusieurs décisions de grandes banques centrales. Une hausse des taux d’intérêt est à nouveau étudiée par le comité de politique monétaire de la Fed qui se réunit ces mardi et mercredi. L’ombre du référendum britannique sur un éventuel Brexit continue à peser sur le moral des investisseurs inquiets.

Le Dow Jones a reculé de 0,33% à 17.674,82 points et le Nasdaq de 0,10% à 4.843,55 points. Le S&P 500 a de son côté lâché 0,18% à 2.075,32 points.

"L'affolement avant le vote sur un Brexit, la semaine prochaine, se manifeste par une fuite vers les valeurs refuges."
Art Hogan
Wunderlich Securites

"L'affolement avant le vote sur un Brexit, la semaine prochaine, se manifeste par une fuite vers les valeurs refuges", a résumé Art Hogan, de Wunderlich Securites, soulignant qu'il s'agissait de la quatrième séance de baisse consécutive pour les principaux indices. Le baromètre est au beau fixe pour les partisans d'une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne qui, en plus d'être en tête dans les sondages en vue du référendum du 23 juin, ont engrangé le soutien du Sun, le quotidien le plus vendu du pays, entraînant une nouvelle chute des Bourses mondiales.

Toutefois, "les marchés ont moins baissé aux Etats-Unis qu'en Europe (...) ce qui est plutôt logique puisque l'impact ne serait probablement pas aussi important ici, même si on sera affecté par toute déstabilisation du système financier international", a noté M. Hogan, remarquant au passage que les statistiques américaines du jour avaient été bonnes, notamment sur les ventes de détail.

Les valeurs dans l'actu

Parmi les valeurs, Alibaba, le géant chinois du commerce en ligne, a gagné 3,07% à 77,77 dollars sur sa cotation new-yorkaise après avoir fait état de prévisions optimistes pour l’exercice annuel en cours.

Le groupe de médias Viacom s’est quant à lui replié de 0,15% à 45,94 dollars, alors que la compétence de son principal actionnaire, le milliardaire nonagénaire Sumner Redstone, était de nouveau remise en cause devant la justice, cette fois par une ancienne compagne. 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés