Publicité
Publicité

Le potentiel de croissance de l'indice Bel 20 passe dans le rouge

©BELGAPLUS

Deux tiers des composantes de l’indice cotent désormais au-dessus de leur objectif médian. C’est la conséquence de la progression des cours durant le mois écoulé.

Depuis la mi-janvier, les cours des actions composant l’indice Bel 20 ont progressé en moyenne de 7,7%. En tête des progressions, Umicore a engrangé 16,5%, mais ce ne sont pas moins de six autres composantes qui ont affiché des hausses supérieures à 10% (Ageas, Befimmo, Bekaert, Belgacom, Delhaize, KBC). UCB est inversement la seule valeur à s’être distinguée négativement avec un recul de 3%.

Les objectifs médians ont également grimpé significativement avec une hausse moyenne de 2,4%, emmenés par Delhaize (+21%), AB InBev (+9%) et Belgacom (+9%). Ici aussi, les valeurs ayant vu leurs objectifs de cours reculer ont été largement minoritaires, les baisses les plus importantes étant à mettre au débit de Delta Lloyd (-7%) et Bekaert (-6%).

2,4%
Les objectifs médians des analystes ont grimpé de 2,4% en moyenne, mais comme les cours ont progressé davantage (+7,7% en moyenne), le potentiel du Bel 20 est devenu négatif.

Pour la première fois depuis très longtemps, l’indice Bel 20 affiche désormais un potentiel négatif, avec pas moins de 13 valeurs sur 20 qui cotent actuellement à des niveaux supérieurs à leur objectif médian. Il semble donc vraisemblable qu’une phase de correction interviendra dans les prochaines semaines, ou que le mouvement de hausse se modérera afin que les objectifs aient le temps de rattraper les cours.

Gagnants et perdants

AB InBev a été particulièrement entouré, les analystes révisant régulièrement leurs modèles de valorisation afin de prendre en compte la force du dollar américain: Crédit Suisse, Deutsche Bank, Berenberg, JP Morgan, ING, Nomura, KBC Securities ou ABN Amro. Outre l’effet dollar, les analystes soulignent également la reprise de la consommation privée aux Etats-Unis, qui bénéficiera implicitement à un acteur comme AB InBev, ainsi que la hausse attendue des versements aux actionnaires dans une stratégie de croissance qui sera moins portée sur les grandes acquisitions.

Colruyt a été abaissé à trois reprises sur le mois écoulé. Tant Jefferies que Petercam ou la Banque Degroof recommandent désormais d’alléger la position. La croissance en Belgique reste faible, et les pressions concurrentielles ne devraient pas diminuer, avec des marges qui resteront donc sous pression. La croissance du résultat net devrait encore s’avérer décevante, entre 3 et 4% pour l’année en cours.

Toujours dans la distribution, Delhaize a été de loin l’action la plus entourée en ce début d’année. Ici aussi, l’importance des activités exposées sur le dollar a entraîné une vague de révisions sur le mois écoulé, notamment suite aux bons chiffres pour le quatrième trimestre 2014. Les objectifs ont été revus vers le haut, notamment chez Natixis, Morgan Stanley, Degroof, Deutsche Bank, KBC Securities ou Merrill Lynch. À noter également que Delhaize a aussi été abaissé en position neutre chez JP Morgan Cazenove, l’analyste estimant que le distributeur est aujourd’hui pleinement valorisé.

Befimmo a reçu un premier avis d’achat chez ABN Amro, essentiellement en raison de la faiblesse des taux obligataires qui restera un élément favorisant l’attrait des valeurs immobilières pour les investisseurs à la recherche de rendement.

Cette même raison a poussé KBC Securities à remonter à "accumuler" Cofinimmo , tandis que la Banque Degroof remontait à 106 euros son objectif sur le premier groupe immobilier belge.

Telenet a vu ses objectifs de cours remontés à de multiples reprises durant les dernières semaines, notamment chez Barclays, KBC Securities, Crédit Suisse et ING. Les analystes apprécient la capacité du câblo-opérateur à croître plus rapidement que le marché, et le fait que le groupe sera désormais plus préoccupé par une amélioration de sa situation financière plutôt que par le besoin de réaliser des versements aux actionnaires.

Umicore a enregistré de nombreuses révisions positives de ses objectifs suite à la publication des chiffres du quatrième trimestre, chez Deutsche Bank, Merrill Lynch, Degroof, KBC Securities, Merrill Lynch, Crédit Suisse ou ABN Amro. La hausse du dollar et l’amélioration des perspectives sur les métaux précieux ont également joué dans cette tendance plus positive. Les ratings sont toutefois restés inchangés, la majorité des analystes estimant que le cours reflète déjà correctement l’amélioration de la croissance attendue pour 2016.

Autres avis notables

Ackermans a été descendu à vendre chez ABN Amro, l’analyste se montrant très réservé pour la banque privée. Il estime que la valorisation actuelle ne reflète pas encore ce risque.

Elia a été descendu à "conserver" chez KBC Securities, la baisse du rendement sous les 4% retirant une bonne partie de l’attrait pour le titre.

GBL a reçu un premier avis "neutre" chez Merrill Lynch, l’analyste se montrant optimiste quant au processus de dynamisation en cours sur le portefeuille du principal holding belge.

GDF Suez a été abaissé à "neutre" chez JP Morgan, en raison des faibles perspectives de croissance bénéficiaires pour 2015, qui augmentent les craintes qui peuvent peser sur le dividende.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés