Les 20 actions à posséder selon Leleux

©EPA

En parallèle des perspectives pour l'année prochaine, les analystes de Leleux Associated Brokers ont présenté les 20 valeurs à posséder dans son portefeuille pour 2016. Tous les secteurs y sont représentés, avec la même pondération que l'EuroStoxx 50.

1) SOCIETE GENERALE 

C'est l'une des plus grandes sociétés de services financiers de la zone euro. Les analystes de Leleux Associated Brokers souligne la répartition de ses revenus: 75% proviennent des les pays développés (dont 46% pour la France) et 25% des marchés émergents. Par ailleurs, le groupe a atteint son objectif en termes de niveau de la dette et devrait se concentrer sur l'augmentation de sa rentabilité.

Enfin, le broker estime que l'exposition à la Russie (<5% du chiffre d'affaires) a été surestimée par les marchés financiers.

2) DEUTSCHE BANK 

Grand banque allemande, la société est centrée sur la gestion d'actifs et la banque d'investissement. Deutsche Bank est fortement engagée à son métier lié au "Fixed Income" en Europe. Et cela devrait prendre de l'ampleur dans les prochains mois.

Après quelques litiges juridiques, Deutsche Bank a lancé une augmentation de capital. Ce qui signifie que sa position financière est devenue très solide.

3) AEGON 

Les analystes de Leleux mettent en évidence sa forte présence aux Etats-Unis (40% des ventes et 65% de l'EBITDA). Donc la hausse du dollar a un impact positif sur la valeur. Autre élément important: la récente réduction de sa dette.

L'investisseur doit également prendre en compte le récent programme de rachat d'actions après la vente d'actifs non stratégiques, ainsi que l'augmentation prévue des taux d'intérêt à long terme (fin du QE, la reprise économique...).

4) NN GROUP 

À retenir pour cette jeune société (anciemment rattachée à ING) : une génération de cash flow importante ; un bilan sain (l'un des meilleurs ratios de solvabilité) et une très faible exposition aux pays émergents.

Selon Leleux Associated Brokers, lala société pourrait encore améliorer sa rentabilité d'exploitation grâce à des réductions de coûts.

5) ROYAL DUTCH SHELL 

Les analystes soulignent la bonne répartition géographique des activités. Le groupe est par ailleurs en plein réorganisation avec l'intégration de BG Group. 

Enfin, le cash-flow organique lui permet de couvrir le versement des dividendes. Tandis que la gestion stricte des investissements signifie une diminution des capex et opex.

6) BEFIMMO 

Pour la société de Bourse, sa valorisation est en ligne avec la valeur de ses capitaux propres.  Et dans un environnement de taux bas, le rendement est très attrayant. Les analystes soulignent également la qualité du portefeuille immobilier, ainsi que de la base client.

7) UMICORE 

Le titre "commence à bénéficier de la reprise sur le marché de l'automobile en Europe". Pour mémoire, Umicore est l'un des principaux fabricants de pots catalytiques (30% de part de marché pour les voitures des particuliers). Par ailleurs, la demande est importante pour les matériaux à forte valeur ajoutée (exemple avec les piles rechargeables)

A noter la solide performance opérationnelle malgré la faiblesse du prix des matières premières

8) SOLVAY 

Bien qu'il y a actuellement une pression sur les prix et les volumes, le groupe a réduit sa cyclicité avec l'acquisition de Cytec. Les synergies sont d'ailleurs estimées à 100 millions par an jusqu'en 2019.

Le groupe a en outre une meilleure visibilité sur les flux de trésorerie et le marché.

9) ARCELORMITTAL 

C'est une valeur cyclique "pour jouer la reprise de l'économie mondiale": 50% des ventes proviennent d'Europe et 40% d'Amérique du Nord. L'acier représente 70% de l'EBITDA. Il y a d'ailleurs une hausse de la demande pour les produits sidérurgiques mais les prix restent sous pression Le groupe a beaucoup investi ces dernières années dans l'intégration verticale (minerai des mines de fer de 60% de l'EBITDA)

Et bien que les prrévisions pour 2015 ont été revues à la baisse, il faut souligner les mesures prises pour la réduction de la dette.

10) SCHNEIDER ELECTRIC 

Le groupe figure parme les premiers fabricants mondiaux d'automatismes industriels et d'équipements d'énergie et répond ainsi à une tendance de fond. Via cette valeur, l'investisseur peut également être exposé au secteur de la construction.

À souligner selon Leleux: le contrôle des coûts, l'efficacité de la gestion des stockset nombreuses synergies

11) OSRAM LICHT 

C'est un "acteur mondial dans le domaine des solutions d'éclairage" : nouvelle stratégie mise en place ; nombreux investissements dans la recherche et développements et de nombreux catalyseurs sont attendus en 2016

12) DELHAIZE 

Environ 65% des revenus sont générés aux États-Unis (70% de l'EBITDA). Ce qui signifie que l'appréciation du dollar par rapport à l'euro a un impact relutif sur le BPA (bénéfice par action). "L'économie américaine reste très dynamique", estime la société de Bourse. A titre d'exemple, Food Lion représente 80% des revenus aux États-Unis.

Enfin, la fusion avec Ahold va permettre des synergies sur les activités américaines.

13) ATOS 

La société est classée parmi les acteurs mondiaux des services IT. L'acquisition de la société Bull lui permet de renforcer sa position dans le Cloud Computing. Tandis que le rachat de Xerox IT signifie une présence aux Etats-Unis où la croissance est plus élevée.

14) SANOFI 

Bien que le prix du Lantus (antidiabétique: 20% du CA et 30% de l'EBITDA) diminue, le groupe sécurise ses parts de marché aux USA.

Par ailleurs, Sanofi développe un vaccin contre la dingue ( présent en Asie du Sud-Est, ainsi qu'en Amérique latine et centrale où les épidémies sont fréquentes). L'OMS estime que 50 millions de personnes sont infectées chaque année, ce qui en fait la deuxième maladie tropicale derrière le paludisme. Par conséquent, ce traitement pourrait rapidement devenir le vaccin "le plus important jamais vendu par Sanofi".

15) FINANCIERE DE TUBIZE 

Cela permet un investissemnt indirect dans UCB (34% du capital). En plus, la holding a exprimé sa volonté d'accroitre sa participation. Or, les perspectives d'UCB pour ses produits phares (Cimzia, Vimpat et Neupro qui remplacent en termes de croissance le Keppra) sont plutôt bonnes. Le groupe vise une croissance de 20%. UCB profite également des spéculations sur de possibles consolidations dans le secteur pharmaceutique.

Les analystes de Leleux soulignent enfin la décote importante de la holding Tubize (>40%).
Exposition aux perspectives d'UCB :

16) MOBISTAR 

Le "cercle vertueux" de la 4G commence à prendre forme: l'arrivée de la 4G signifie une augmentation du volume de datas mobiles et donc une augmentation de l'ARPU (bénéfices par utilisateur).

À noter également qu'à la fin de 2014, le taux de pénétration des smartphones en Belgique était estimé à moins de 50%, comparativement à près de 60% en France, plus de 60% aux États-Unis et près de 80 au Royaume-Uni. Or les utilisateurs de smartphone sont les premiers demandeurs de datas mobiles.

17) PROXIMUS 

Trois éléments importants pour Leleux : le flux de trésorerie solide qui permet de soutenir la politique de distribution de dividendes, un rendement brut de 5% et un bilan très sain.

Cette année encore, le groupe par ailleurs vise un cash-flow d'exploitation "stable ou légèrement en hausse".

Enfin, le titre profite des spéculations sur une possible sortie de son principal actionnaire, l'Etat fédérale, et un éventuel rapprochement avec Orange.

18) DANONE 

Les analystes de Leleux soulignent la diversification géographique du groupe, ainsi que l'évolution positive de la division d'aliments pour bébés (notamment les exportations vers la Chine).

En outre, dans son plan stratégique pour 2020, Danone vise 5% de croissance par an du bénéfice par action.

19) ENGIE 

Elément très attractif pour Leleux Associated Brokers: le dividende (rendement de dividende brut de 6,25%). Ensuite, le redémarrage de Doel 3 et Tihange est positif pour Engie.

En outre, plus de 40% de l' EBITDA dépend des prix du gaz et de l'électricité. Et ceux-ci ont fortement baissé dans le sillage du prix du pétrole.

20) RWE 

Le titre continue de souffrir de la surcapacité et des faibles prix de vente de l'électricité. Cependant, l'amélioration de l'économie en Europe serait favorable au secteur des "utilities".

Enfin, le groupe a annoncé un diiminution des investissements; ce qui signifie un impact positif sur la trésorerie.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés