Les actions vont poursuivre leur hausse, aidées par la BCE

Les marchés européens devraient finir la fin de l'année en hausse, soutenus par la politique monétaire ultra-accommodante de la Banque centrale européenne. Et cela devrait se poursuivre début 2015. Par ailleurs, la baisse de l'euro devrait doper les bénéfices des entreprises.

Les actions européennes devraient encore progresser de quelques points de pourcentage d'ici la fin de l'année grâce à la politique monétaire très accommodante de la Banque centrale européenne et à la baisse de l'euro, qui aura un impact positif sur les résultats des sociétés, selon une enquête Reuters publiée jeudi.

Leur hausse se prolongerait en 2015, même si elle pourrait être freinée au premier semestre par le relèvement généralement attendu des taux de la Réserve fédérale américaine pour la première fois depuis 2006.

Selon le sondage trimestriel mené auprès d'une cinquantaine d'analystes et de gestionnaires de fonds au cours de la semaine écoulée, l'indice CAC 40, en hausse de 3% depuis fin 2013, gagnerait encore 4% pour finir l'année 2014 à 4.600 points.

Une progression du même ordre est attendue pour la Bourse de Francfort (+3,5% pour le DAX à 10.000 points) et pour l'Euro STOXX 50 des valeurs vedettes de la zone euro qui finirait 2014 à 3.350 points, en hausse de 3%par rapport à sa clôture de mercredi.

Du côté des autres indices nationaux, le FTSE MIB de la Bourse de Milan signerait la plus forte hausse sur le dernier trimestre, ajoutant 6% à sa progression de 9% déjà enregistrée depuis le début de l'année pour atteindre 22.000 points, et, à Madrid, l'IBEX progresserait de 4% à 11.250 points.

L'indice paneuropéen STOXX Europe 600 pourrait progresser de 2% pour atteindre 350 points.

Ces dernières prévisions sont en retrait par rapport à celle de l'enquête Reuters publiée en juin, qui prévoyait pour fin 2014 l'Euro STOXX 50 à 3.400 points, le STOXX 600 à 360, le DAX à 10.250, le CAC à 4.700, le FTSE MIB à 23.000 et l'IBEX à 11.250 points.

"La politique monétaire est encore très accommodante, les banques centrales maintiennent les taux d'intérêt à des niveaux extrêmement bas, ce qui rend les actions très attrayantes par rapport aux obligations", souligne Eric Turjeman, coresponsable de la gestion actions chez Amundi.

VIRAGE TRÈS DÉLICAT

Avec des rendements de l'ordre de 1% pour le Bund allemand à 10 ans et à peine plus (1,35%) pour l'OAT française de même échéance, les investisseurs se tournent vers les actions européennes qui offrent en moyenne un rendement de 3,3% avec leurs dividendes.

Alors que la BCE se déclare déterminée à maintenir des taux bas pendant une période prolongée, l'accélération depuis la fin de l'été du mouvement de baisse de l'euro amorcé au printemps devrait aussi profiter aux actions car il aura des effets positifs sur les comptes des sociétés exposées.

La devise européenne a touché jeudi un plus bas de 22 mois face au dollar, sous 1,27 dollar.

Pour Régis Bégué, de Lazard Frères Gestion, "le marché devrait être influencé principalement par les publications de résultats, qui peuvent surprendre à la hausse dans la zone euro, grâce à la baisse de la devise".

Seul bémol à l'optimisme des professionnels interrogés, un relèvement des taux de la Fed, très probablement au cours du premier semestre 2015, pourrait créer des turbulences sur les marchés.

"Ce sera un virage très délicat pour les marchés actions,même si ça ne changera pas le sentiment haussier pour le moyen terme", prédit Xavier Lespinas, responsable de la gestion actions chez Swiss Life Banque Privée.

Pour cette raison, les spécialistes interrogés n'attendent qu'une légère hausse des indices européens au premier semestre 2015, avec un Euro STOXX 50 à 3.400 points et un STOXX 600 à 360 points, avant une accélération au second semestre, le Stoxx 600 finissant l'année 2015 à 373 points et l'Euro Stoxx 50 à 3.550 points.

L'indice CAC 40, vu à 4.725 points à fin juin 2015,terminerait l'année à 4.850 points.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés