Les entreprises tirent Wall Street vers le haut

©Bloomberg

Wall Street a fini une nouvelle fois en nette hausse lundi, les investisseurs semblant se faire à l'idée que des chiffres économiques médiocres éloignent la perspective d'une hausse des taux d'intérêt par la Réserve fédérale: le Dow Jones a pris 1,85% et le Nasdaq 1,56%.

La Bourse de New York a clôturé la séance de lundi à la hausse poussée par l'exemple des places asiatiques et européennes, et encouragée par de bonnes nouvelles du côté des entreprises.

Le Dow Jones a grimpé de 1,85% à 16.776,43 points. Le Nasdaq a progressé de 1,56% à 4.781,26 points. Enfin, le S&P 500 a gagné 1,83% à 1.987,05 points. 

C'est la deuxième séance de suite que Wall Street enregistre une nette hausse, semblant confirmer que les investisseurs préfèrent se réjouir d'un éventuel report d'une hausse des taux plutôt que de s'inquiéter de risques pesant sur la croissance"Les marchés ont toujours fonctionné comme un pendule qui oscille entre inquiétude pour la croissance et inquiétude pour l'inflation", a déclaré Alan Skrainka, chez Cornerstone Wealth Management.

Et pour l'heure, les inquiétudes pour la croissance semblent passer au second plan: "Beaucoup d'investisseurs réagissent positivement à l'idée qu'avec la croissance qui ralentit, la Fed ne devrait pas agir cette année", a-t-il dit.

La même attention prêtée à la Fed a également permis aux marchés asiatiques et européens de décoller lundi, ont noté les analystes de Charles Schwab, ce qui a contribué à créer un élan d'optimisme qui a porté à son tour Wall Street.

Se réjouir de mauvaises nouvelles

Mais certains analystes étaient sévères devant ces réactions du marché. "Nous avons le malheur de vous annoncer qu'elle est revenue. 'Elle', c'est l'absurdité consistant à se réjouir de mauvaises nouvelles, parce qu'elles signifieraient que la Réserve fédérale ne va pas relever bientôt les taux d'intérêt", a ainsi fait valoir Patrick O'Hare, de Briefing.

De son côté, Peter Cardillo, chez Rockwell Global Capital, a estimé que le marché pouvait également saluer l'accord conclu par douze pays riverains du Pacifique, Etats-Unis compris, sur un traité de libre-échange qui "à terme" sera bénéfique aux entreprises américaines.

Enfin les cours du pétrole ont également enregistré une deuxième séance consécutive de hausse, contribuant à faire du secteur de l'énergie l'un de ceux bénéficiant le plus de la hausse des indices sur le marché d'actions.

Le marché obligataire était en baisse. Le rendement des bons du Trésor à dix ans avançait à 2,055%, contre 1,980% vendredi soir, et celui des bons à 30 ans à 2,898%, contre 2,817% auparavant.

Aux valeurs

General Electric , poids-lourd du Dow Jones, a bondit de 5,3% à 26,82 dollars. Le fonds Trian a annoncé qu'il avait acheté pour 2,5 milliards de dollars d'actions GE. En outre,  le conglomérat a maintenu sa prévision de bénéfice par action annuel lié aux activités industrielles (1,13 à 1,20 dollar), de bon augure vu les craintes de ralentissement économique mondial.

Le site de microblog Twitter s'est également envolé de 6,99% à 28,15 dollars, après avoir confirmé que son cofondateur Jack Dorsey en assumait officiellement la direction, après avoir plusieurs mois durant été patron par intérim. L'ancien directeur général Dick Costolo, qui avait été remercié en juin, quitte le conseil d'administration.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés