Les fonds flexibles clôturent une année difficile dans le vert

©Guino Patrice/Rockerparis

La plupart des fonds flexibles affichent un beau rendement pour l’année 2016. Mais cela ne s’est pas fait sans mal. Carmignac Patrimoine a dégagé quant à lui un rendement de 3,9%, un résultat deux fois supérieur à la moyenne de la catégorie des fonds flexibles (2,1%).

L’ambition des fonds flexibles est d’afficher un rendement acceptable – disons entre 3 et 5% – tout en veillant à protéger le capital. Pour y arriver, ces fonds changent de classes d’actifs (actions, obligations, matières premières, etc.) selon les circonstances et n’hésitent pas à rester liquides si nécessaire.

C’est cette formule qui a rendu Édouard Carmignac mondialement célèbre. En 2016, Carmignac Patrimoine peut se féliciter de son rendement de 3,9%, un résultat deux fois supérieur à la moyenne de la catégorie des fonds flexibles (2,1%). Carmignac a sprinté en fin d’année, car le fonds était bien positionné pour profiter d’une hausse du dollar et des taux, et tous deux ont augmenté après la victoire de Donald Trump à l’élection présidentielle américaine.

"Nous avons utilisé les nombreuses corrections de cours pour renforcer notre position en actions."
jeroen michiels
mercier vanderlinden

Pour Ethna-AKTIV (-4,7%), l’année 2016 est en revanche à oublier au plus vite. "Après la chute des Bourses en janvier et février 2016 suite aux vicissitudes chinoises, le fonds a fortement réduit ses positions en actions. Il n’a donc pas profité de la reprise qui a caractérisé le reste de l’année", explique Knut Huys, l’expert en fonds de la Deutsche Bank.

Via son "fonds de fonds" Private Invest Best Managers, il investit entre autres dans Ethna-AKTIV. "Si les Bourses avaient reculé après l’élection de Trump, comme beaucoup l’avaient annoncé, Ethna aurait terminé l’année en positif, nuance Knut Huys. Il n’en reste pas moins que les résultats sont décevants et nous avons réduit sa pondération dans notre fonds. C’est un signal envoyé au gestionnaire."

Réponse du berger à la bergère: "Notre stratégie pour 2017 reste essentiellement défensive", réagit le gestionnaire d’Ethna, Christian Schmitt.

©Brecht Vanzieleghem

Le fonds belge Merclin II Patrimonium a connu une excellente année, avec un rendement de 8,5%. "Nous avons systématiquement utilisé les nombreuses corrections – par exemple, lors du référendum sur le Brexit – pour augmenter notre pourcentage d’actions de 40 à 55%, explique Jeroen Michiels, de Mercier Vanderlinden. Par ailleurs, ces derniers mois, nos obligations n’ont pas souffert de la hausse des taux grâce aux échéances courtes ou aux taux variables."

Sur cinq ans, Merclin II Patrimonium affiche le meilleur rendement annuel (9,8%) des fonds repris dans notre tableau. Il faut cependant garder à l’esprit que ce fonds – ainsi que notamment les fonds Flossbach von Storch Multiple Opportunities et BL Global Flexible – sont davantage pondérés en actions que par exemple Crelan Econofuture ou Ethna-AKTIV. Cela améliore logiquement les rendements à long terme, mais cela augmente aussi les risques.

"À terme, tous ces fonds visent à limiter le risque de baisse. Mais certains pourront plus facilement faire face à des pertes temporaires que d’autres, estime Knut Huys. Vu les différences entre les fonds de cette catégorie, il conseille d’investir dans plusieurs fonds. Le perdant d’aujourd’hui peut être le gagnant de demain."

Lire aussi notre dossier sur les fonds flexibles dans notre supplément Fonds.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés