Ontex va remplacer D'Ieteren dans l'indice Bel 20

©Photo News

Euronext Bruxelles fera prochainement un examen de la composition du Bel 20 sur la base des cours de clôture de vendredi. Malgré la spectaculaire envolée de son action vendredi, D’Ieteren est condamné à quitter la composition de l’indice vedette de la Bourse de Bruxelles.

Cette fois, le couperet devrait tomber. L’action D’Ieteren est trop mal positionnée pour pouvoir encore rester dans la composition de l’indice Bel 20. En dépit de son bond quasi historique effectué lors de la séance de vendredi (+ 18,1%!) à la Bourse de Bruxelles, D’Ieteren n’a pas réussi à se remettre en piste. Euronext, qui procédera dans les tout prochains jours à la révision de la composition de ses indices, prendra en compte les cours de clôture de vendredi.

Le distributeur automobile dont la valeur de son capital flottant (ses actions qui peuvent être échangées en Bourse) s’élève à 840 millions d’euros, s’est fait doubler ces derniers mois par une poignée d’autres entreprises cotées à Bruxelles. Parmi elles, il y a WDP, Euronav, Melexis et Tessenderlo entre autres.

Tapis rouge pour Ontex

©Photo News

Du fait que ces sociétés ne répondent pas actuellement aux principaux critères d’admission, elles ne peuvent intégrer la composition de l’indice phare de la Bourse de Bruxelles. Ce sera à Ontex que reviendra ce privilège. Cet événement qu’Euronext Bruxelles devrait bientôt confirmer, s’officialisera dès l’ouverture de la Bourse de Bruxelles le 21 mars. Le jour même où le groupe basé dans la région de Gand fera partie aussi de la composition de l’indice Stoxx 600 paneuropéen.

Incontestablement, il s’agit d’une belle consécration pour Ontex revenu en Bourse en mars 2014, en vue de renforcer sa santé financière et de consacrer un maximum de moyens à l’expansion de ses affaires.

Avec un capital flottant d’une valeur de 2,253 milliards d’euros -près d’un milliard de plus qu’il y a un an-, Ontex sera la 15e plus importante valeur du Bel 20. Son premier actionnaire est la holding GBL qui détient à ce jour 7,64% des actions.

D’autres candidats à l’entrée...

D’autres modifications pourraient survenir lors de la révision annuelle de la composition du Bel 20. Avec une valeur de plus 1,6 milliard d’euros pour son "capital flottant", Galapagos est aussi un sérieux candidat pour obtenir un ticket d’entrée. Mais, cela dépendra de l’appréciation que fera le Comité des indices sur la question de l’importance de l’activité de groupe biotech en Belgique et de son personnel occupé chez nous. Bien que basé à Malines, Galapagos a élu la Bourse d’Amsterdam comme premier marché pour traiter ses actions.

Rien ne permet d’affirmer que la nouvelle entité fusionnée Ahold/ Delhaize conservera le siège de Delhaize dans le Bel 20.

Dans les coulisses du marché, des rumeurs circulent selon lesquelles la banque néerlandaise ING pourrait aussi faire partie de l’indice Bel 20. Là encore, il s’agira pour le Comité des indices d’évaluer le poids de sa filiale belge sur le plan des affaires et du personnel. Il faudrait pour cela que ses affaires représentent au moins 33% du bilan consolidé de la société mère. Ce taux doit être de 15% pour ce qui concerne le personnel.

 

… et à une sortie

©Mediafin

Pour les sociétés déjà membres du Bel 20, ces pourcentages tombent à respectivement 20% et 10%. Des niveaux que pourraient malgré tout difficilement atteindre Delta Lloyd. Cet assureur néerlandais qui s’impose depuis quelque temps déjà une cure d’amaigrissement au niveau de ses activités, a récemment cédé sa branche bancaire belge (Nagelmackers).

La question se pose aussi pour l’énergéticien français Engie (GDF-Suez). Selon la société de Bourse SG, il n’est pas impossible que les personnes qui travaillent encore pour lui en Belgique constituent moins de 10% de l’ensemble du personnel du groupe.

Enfin, si Galapagos intègre le Bel 20 et si Delta Lloyd y est maintenu, le rôle de victime reviendrait logiquement à Befimmo qui se situera alors en 23e position.

Suite à la fusion qui interviendra sous peu entre Delhaize et le Néerlandais Ahold, une place pourrait bien se libérer cette année encore dans l’indice. Rien ne permet en effet d’affirmer que la nouvelle entité fusionnée s’accaparera d’office du siège de Delhaize. Et cela, dans la mesure où les affaires réalisées Ahold/Delhaize en Belgique pourraient ne pas atteindre le seuil des 20% requis, et le personnel occupé celui des 10%.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés