Pourquoi l'action KBC est dans le rouge

Johan Thijs, CEO de KBC Group ©EPA

Depuis quatre séances, l'action KBC est malmenée par les investisseurs, dans des volumes d'échange importants. En cause, la prochaine publication de ses résultats trimestriels. Mais selon l'analyste Rudy De Groodt, d'autres facteurs pourraient entrer en ligne de compte.

La question est sur toutes les lèvres de nos chatteurs: "pourquoi KBC perd autant depuis plusieurs jours?". L'action a déjà perdu plus de 4% depuis lundi et elle recule encore aujourd'hui . C'est la seule valeur du Bel 20   dans le rouge.

Selon Rudy De Groodt, analyste chez BNP Paribas Fortis, plusieurs facteurs pourraient expliquer cette mauvaise performance:

1. Inquiétudes sur les résultats T3

Première raison évoquée : la publication prochaine des résultats trimestriels du bancassureur inquiète les investisseurs. KBC doit publier ses chiffres le 16 novembre prochain, avant l'ouverture des marchés. Les investisseurs craignent qu'ils ne soient en-dessous de leurs attentes. En cause, la volatilité récente des marchés financiers et l'environnement des taux bas qui pèsent sur les performances de la société. 

2. Inquiétudes des brokers

Les investisseurs ne sont pas les seuls à s'inquièter quant aux résultats trimestriels de KBC. Plusieurs brokers ont également revu à la baisse leurs prévisions pour le troisième trimestre. Et par conséquent, leur objectif de cours a été également réduit. Des réactions que ne comprend pas vraiment Rudy De Groodt. "Le management a pourtant été clair lors des 'conferences calls' avec les analystes après la publication des chiffres pour le T2. Ils avaient déjà annoncé que le second semestre serait plus difficile".

3. Les banques scandinaves ont déçu

Les mauvais chiffres de plusieurs banques dans le Nord de l'Europe pèsent également sur l'action. Ces banques ont un profil plus ou moins comparable avec KBC. Et les investisseurs craignent que leurs mauvais résultats trimestriels soient un mauvais présage pour la société belge.

4. Rumeurs de marché

Selon Rudy De Groodt, des rumeurs de marché évoquent un possible intérêt de KBC pour Belfius. Et les investisseurs pourraient craindre que le prix de l'offre ne soit trop élevé. De son côté, l'analyste de BNP Paribas Fortis ne croit pas à ces rumeurs de rachat. "Les autorités belges de la Concurrence pourraient s'y intéresser vu le poids combiné des deux groupes. Par ailleurs, le management a expliqué que sa stratégie se concentrait sur de petites acquisitions, notamment en Europe orientale". Un rachat de Belfius signifierait donc une rupture dans la stratégie "conservatrice" de KBC.

Plus généralement, "les fusions et acquisitions dans le secteur bancaire restent difficiles en Europe, compte tenu des nouvelles réglementations. Il faudrait plutôt attendre 2016 ou 2017 pour voir de nouveaux mouvements d'acquisition".

5. Support technique

Du point de vue de l'analyse technique, le cours de l'action KBC a récemment "cassé" son support. "Ce qui explique pourquoi la baisse s'est accélérée ces derniers jours".

6. Une surperformance depuis le début de l'année

Le titre KBC connait une très bonne année en 2015. "Même si elle a perdu près de 20% depuis son plus haut (65,34 euros le 6 août), l'action surperforme encore l'indice européen des valeurs bancaires", note Rudy De Groodt. L'analyste estime d'ailleurs que la récente baisse du cours offre un point d'entrée intéressant.

Notons d'ailleurs que les analystes restent en générale optimistes sur KBC. Selon les données de Bloomberg, 63% des analystes qui suivent l'action conseillent de la "conserver". Et le reste est à l'achat. L'objectif de cours médian est fixé à 66,38 euros.

Comme le rappelle Rudy De Groodt, "KBC est l'une des banques les plus profitables en Europe. Au final, la baisse récente du cours n'est peut-être qu'un ajustement".

 

©L'Echo

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés