Publicité
Publicité

Si Apple était entré plus tôt dans l'indice Dow Jones…

L'indice Dow Jones pourra compter sur Apple pour gagner des points. L'action intègre l'indice dès le 19 mars. ©Bloomberg

Le vénérable indice de Wall Street aurait depuis longtemps franchi le cap des 20.000 points si Apple y avait été introduit en 2008.

Ah, si Apple était entré plus tôt dans la composition de l’indice Dow Jones des valeurs industrielles à Wall Street. Quand on sait comment cette action a survolé la Bourse américaine ces dernières années, on peut bien imaginer que le vénérable indice de la Bourse américaine, âgé aujourd’hui de 118 ans, serait à un niveau plus élevé qu’aujourd’hui.

Et de fait. Bloomberg s’est prêté au jeu. L’agence qui compile des millions de données financières à travers le monde, s’est posé la question. Et a pris pour point de départ l’année 2008. Cette année-là, en février précisément, les gestionnaires de l’indice avaient choisi d’intégrer dans le Dow Jones l’action de Bank of America. Mal leur en a pris. Car le titre de la plus grande banque à l’époque aux Etats-Unis en termes d’actifs n’a jamais offert un seul point au Dow Jones. Et pour cause: la crise des subprimes était sur le point d’éclater. Entre février 2008 et septembre 2013 le mois de son retrait de l’indice, l’action bancaire qui a perdu 66% de sa valeur, a fait perdre 226 points à l’indice Dow Jones!

Maintenant, que se serait-il passé si, au lieu d’avoir introduit Bank of America dans l’indice, les gestionnaires avaient opté pour Apple. En sept ans, l’action du groupe technologique a progressé de 85%! En tenant compte de la déconfiture de Bank of America et de la belle performance d’Apple à Wall Street, Bloomberg a calculé que l’indice Dow Jones serait 4.300 points – soit près de 24% – au-dessus de son niveau actuel. Fabuleux, non! Le Dow Jones caracolerait tout simplement ces temps-ci aux environs de 21.950 points.

La question de la scission

Les gestionnaires de l’indice ont raté le coche. Mais ne leur jetons tout même pas trop vite la pierre. Sans doute avaient-ils songé à offrir un fauteuil à Apple dans l’indice.

©mediafin

Le hic, c’était qu’en 2008, le cours de son action tournait aux alentours de 470 dollars. Et comme le stipulent les "règles" organisant cet indice, plus le cours d’une action est élevé, plus l’impact de cette action sur les mouvements du Dow Jones est élevé. À l’époque, "L’Echo" avait calculé qu’Apple aurait à elle seule une pondération un peu supérieure à 40%. Et aurait du coup limité l’influence que pouvaient avoir les 29 autres actions suivies par le Dow Jones. Pour mémoire, le Dow Jones est composé de 30 actions. Précisons aussi que dans ses calculs pour savoir où en serait le Dow Jones si Apple était entré plus tôt, Bloomberg a fait justement comme si l’action Apple, qui a été divisée par 7 en juin 2014, l’avait été en 2008.

À l’heure actuelle, d’autres actions méritent d’intégrer la composition de l’indice Dow Jones. On songe notamment à l’action Google. Mais là encore se pose la question de la hauteur du cours de ce titre. Celui-ci évolue quelque part dans les environs de 550 dollars. Et cela malgré la scission en 2 du titre intervenue au printemps 2014. Clairement, les dirigeants de Google ne semblent pas avoir plus envie que cela de faire partie du club des 30 membres de l’indice.

Visa se coupe en 4

C’est le 19 mars qu’Apple fera sa grande entrée dans le Dow Jones. Le jour même où Visa (268 dollars) qui a intégré l’indice en septembre 2013 et a déjà offert depuis lors 450 points à l’indice, scindera son action en 4. L’arrivée d’Apple permettra-t-elle au Dow Jones de combler un certain retard? Peut-on imaginer que l’indice va amorcer une course vers le haut?

Rien ne permet de l’affirmer. Les superbes et rapides performances réalisées par l’action Apple jusqu’ici ne présagent en rien de ses prestations futures. Mais, ses actions étant échangées actuellement à 16,7 fois (P/E) seulement ses bénéfices des 12 derniers mois, on prend peu de risques d’avancer qu’Apple sera un fournisseur de points sur lequel le Dow Jones pourra compter. Introduite dans le Dow Jones en novembre 1999, c’est seulement depuis très peu de temps que l’action Microsoft offre ses premiers points au Dow Jones. Il y a 16 ans, le titre affichait un P/E vertigineux de 65, contre 15 aujourd’hui…

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés