Wall Street a fait du surplace

©AFP

La Bourse de New York a terminé sans grand changement vendredi, l'impact négatif de l'appréciation du dollar et les prévisions décevantes de General Electric ayant occulté la bonne performance de Microsoft après ses bons résultats.

Paralysée par le doute, Wall Street a eu du mal à prendre une direction franche ce vendredi. Le Dow Jones et le S&P 500 ont terminé sur un léger recul alors que le Nasdaq , en hausse de 0,30% est parvenu à dépasser les 5.259 points grâce à la bonne tenue du secteur technologique.

Sur l'ensemble de la semaine, le Dow a été stable (+0,04%), le S&P a pris 0,4% et le Nasdaq a gagné 0,8%.

En l'absence d'indicateur économique majeur, les investisseurs se sont concentrés sur les résultats d'entreprises. Un flux nourri de nouvelles sur des opérations de fusions et acquisitions, touchant des poids lourds de la cote comme AT&T/Time Warner, Qualcomm/NXP Semiconductors et Reynolds, en passe d'être racheté à 100% par le britannique BAT, a animé la séance.

"Si les entreprises ne peuvent pas battre les consensus dans l'environnement actuel (de taux bas), cela soulève la question de savoir ce qui se passera si la Fed relève ses taux en décembre."
Adam Sarhan
Sarhan Capital

Le sentiment des investisseurs a également été fragilisé par la fermeté persistante du dollar qui freine l'activité à l'exportation des sociétés américaines. Le billet vert a atteint un pic de plus de huit mois face à un panier de devises de référence en perspective d'une hausse des taux de la Fed.

Les valeurs dans l'actu

Premier à tirer son épingle du jeu, Microsoft (+4,26% à 59,69 dollars). Le bulletin trimestriel meilleur que prévu a poussé le titre du groupe informatique à des niveaux records, y compris avant l'éclatement de la bulle financière.

Surprise également pour le champion du fast-food, McDonald's, qui a vu ses ventes s'envoler aux Etats-Unis et en Allemagne. Sur les marchés, cela s'est traduit par un bond de 3,04% de l'action du restaurateur à 113,93 dollars.

Côté baisses, General Electric a reculé de 0,31% à 28,98 dollars. Le conglomérat industriel a abaissé sa prévision de croissance de son chiffre d'affaires annuel et resserré sa fourchette de prévision de bénéfice par action en expliquant que la faiblesse de la croissance économique pesait sur ses activités, notamment dans le pétrole et le gaz. Ces annonces peu encourageantes de GE s'ajoutent aux résultats moroses de l'opérateur mobile Verizon jeudi et de Travelers. Verizon a encore perdu 1,91% après une baisse de 2,46% la veille et Travelors a cédé 1,07%.

Time Warner a profité de nouvelles spéculations sur son rachat par le groupe de télécoms AT&T (-3,00% à 37,49 dollars) relancées le  Wall Street Journal.  L'action de l'opérateur télécoms a grimpé de 7,82%, finissant tout près des 90 dollars.

Le cigarettier Reynolds   a fait le plein de points dans la foulée de l'annonce de son rachat par le britannique British American Tobacco (BAT) pour 47 milliards de dollars.

Dans le secteur des semi-conducteurs, Qualcomm (+0,88%) serait proche d'un rachat de NXP Semiconductors (-2,66% à 101,71 dollars) pour environ 37 milliards de dollars (34 milliards d'euros), a-t-on également appris d'une personne proche du dossier.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés