Wall Street a profité des pétrodollars récoltés par Trump

©REUTERS

La Bourse de New York a fini en hausse modérée lundi, enchaînant une troisième séance de gains consécutive, notamment portée par la bonne tenue du compartiment technologique et par des valeurs liées à la défense dopées par les méga-contrats d'armement signés au cours du week-end entre les Etats-Unis et l'Arabie saoudite.

En l'absence d'élément saillant dans l'actualité économique et de celle du président Trump en tournée à l'international, les marchés US ont repris des couleurs après le bref coup de mou de la semaine précédente.

Le Dow Jones a commencé la semaine sur un rebond de 0,43%  proche des 20.900 points. Le S&P500 (+0,51% à 2.393,98 points) a évolué dans les mêmes proportions. Quant au Nasdaq, il s'est adjugé 0,82% à 6.133,62 points, grâce notamment aux gains des valeurs technologiques revigorées par les milliards de dollars de contrats signés ce dimanche en Arabie saoudite.

Les cours de l'or noir profitent également de la faiblesse du billet vert, qui a effacé ses gains initiaux en Asie et en Europe pour repartir à la baisse. Le dollar reste sous pression des controverses entourant Donald Trump, actuellement en pleine tournée diplomatique. Face à l'euro, le billet vert a par ailleurs été pénalisé par des déclarations de la chancelière Angela Merkel qui a mis en avant l'influence de la politique monétaire de la Banque centrale européenne sur un euro qu'elle juge "trop faible". L'euro est remonté à 1,1244 dollar, pour la première fois depuis le 9 novembre.

Valeurs dans l'actu

Le secteur de la défense a aussi profité des 380 milliards de dollars de contrats actés à Ryad: Raytheon a pris 0,57% à 161,20 dollars et Lockheed Martin 1,54% à 276,98 dollars. L'avionneur Boeing, qui a non seulement conclu des accords avec les Saoudiens, mais a aussi reçu une commande de la compagnie chinoise Hainan Airlines, a avancé de 1,61% à 183,67 dollars.

Ford a gagné 2,12% à 11,10 dollars après avoir confirmé le départ de son PDG Mark Fields et annoncé un  remplacement en interne.

A contrario, Amgen a perdu des plumes. La biotech et son partenaire belge UCB ont annoncé dimanche des résultats décevants pour une étude clinique d'un traitement de l'ostéoporose qu'ils développent ensemble.

 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés