Wall Street attend l'annonce de la Réserve fédérale

©Bloomberg

Wall Street a fini la séance une nouvelle fois en hausse vendredi, dans un marché attentiste six jours avant une décision très attendue de la Réserve fédérale (Fed): le Dow Jones a pris 0,63% et le Nasdaq 0,54%.

Après avoir passé la majorité de la séance de vendredi dans le rouge, Wall Street a finalement terminé à la hausse. Le Dow Jones  a grappillé 0,63% à 16.433,09 points. Le Nasdaq  a pris 0,54% à 4.822,34 points. Et l’indice Standard & Poor’s 500 a gagné 0,45% à 1.961,05 points.

"Les investisseurs ne veulent pas prendre d'engagements sérieux avant une réunion de la Fed tellement importante, alors qu'il y a tellement d'incertitudes."
Alan Skrainka
Cornerstone Wealth Management

Le marché extrêmement calme, selon plusieurs analystes, a d'abord subi le recul des cours du pétrole, pesant sur le secteur de l'énergie, avant de se redresser au fil de la journée. "Les investisseurs ne veulent pas prendre d'engagements sérieux avant une réunion de la Fed tellement importante, alors qu'il y a tellement d'incertitudes", a déclaré Alan Skrainka, de Cornerstone Wealth Management.

Selon lui, la hausse "n'a pas vraiment de signification, il s'agit juste d'investisseurs organisant leurs portefeuilles. Les yeux seront braqués sur la Fed la semaine prochaine", quand son comité de politique monétaire annoncera jeudi s'il hausse ou non les taux d'intérêt, pour la première fois depuis près de dix ans.

28%
Selon Alan Skrainka, le marché estime qu'il y a 28% de chances que la Fed décide de relever ses taux la semaine prochaine.

"Ce (type de séance calme) arrive parfois le vendredi, tout le monde est crevé après les mouvements de la semaine, et avant un week-end qui sera prolongé pour certains (ndlr: à l'occasion de la fête du nouvel an juif, Roch Hachanah)", a précisé pour sa part Mace Blicksilver, chez Marblehead Asset Management. Selon M. Skrainka, le marché estime qu'il y a 28% de chances que la Fed agisse la semaine prochaine, "mais même si elle ne change rien son communiqué sera en mesure de faire bouger le marché".

Des statistiques mitigées

Les prix à la production aux Etats-Unis ont heureusement surpris en restant stables en août, en dépit de la rechute des prix de l'énergie, mais "on devrait se retenir de tout enthousiasme, vu que l'indice est en repli de 0,8% sur un an", a noté Patrick O'Hare, chez Briefing. L'indice des prix à la production est une composante de l'inflation, que la Fed espère voir remonter à un rythme de 2% annuel.

Par ailleurs les investisseurs ont été déçus par une nette baisse du moral des ménages américains en septembre par rapport à août, qui s'établit à 85,7, en recul de 6,2 points alors que seulement 0,4 point était escompté. Pour M. Blicksilver, ce recul "n'est pas surprenant vu la volatilité du marché (...), qui pèse sur le moral des consommateurs".

Le marché obligataire était en hausse. Le rendement des bons du Trésor à dix ans s'affichait à 2,186%, contre 2,227% jeudi soir, et celui des bons à 30 ans à 2,953%, contre 2,990% auparavant.

Deux coups durs pour Fiat Chrysler

Le groupe Fiat Chrysler  a cédé 0,14% à 14,57 dollars, alors qu'il est engagé dans des négociations salariales tendues avec ses principaux syndicats, à l'approche d'une date limite mardi. Jeudi, le constructeur automobile avait pourtant réussi à rester dans le vert malgré le rappel d’1,72 million de véhicules pour un défaut d’airbag.

Google  a lancé son service de paiements par smartphone (Android Pay) considéré comme plus ambitieux que le Google Wallet lancé en 2011. Le système sera accepté dans plus d'un million de commerces aux Etats-Unis. L’action a gagné 0,71% à 625,77 dollars. 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect