Wall Street baisse nettement après la dévaluation du yuan

©Photo News

Wall Street a nettement baissé mardi, prenant le prétexte d'une dévaluation inattendue de la monnaie chinoise pour effacer sa nette hausse de la veille: le Dow Jones a cédé 1,19% et le Nasdaq 1,27%.

La Bourse de New York a terminé mardi la séance en nette baisse, inquiète des perspectives que la dévaluation inattendue du yuan face au dollar. Les exportations chinoises devraient donc reprendre aux dépens des ventes des groupes américains.

Le Dow Jones a perdu 1,21% à 17.402,84 points, tandis que le Nasdaq a abandonné 1,27% à 5.036,79 points. L’indice élargi S&P 500, plus représentatif, a laissé 0,96% à 2.084,07 points.

La dévaluation du yuan pèse

En hausse de plus de 1% lundi, "la Bourse est presque entièrement revenue sur sa progression de la veille à la suite d'une dévaluation inattendue du yuan par la Chine", ont mis en avant les experts de la maison de courtage Charles Schwab. La Chine a fortement abaissé mardi le taux de référence du yuan face au dollar, affirmant accorder une liberté accrue au marché des changes. Cette brusque dévaluation apparaît surtout comme un moyen d'enrayer le repli des exportations chinoises, et risque en conséquence de nuire aux ventes des groupes étrangers vers le pays.

Plusieurs analystes relativisent toutefois l'impact de cette mesure pour le marché américain, et estiment que Wall Street poursuit surtout des zigzags sans grande signification en restant à des niveaux semblables sur le long terme. 

"Si on applique la baisse du yuan au prix d'une BMW, on arrive à une hausse de 300 ou 350 dollars pour le Chinois qui voudrait l'acheter... Est-ce que l'on croit que ça va jouer un rôle pour une voiture à 40.000 dollars ?"
Gregori Volokhine
Meeschaert Financial Services

"Le marché saute sur une occasion pour effectuer un mouvement... C'est vraiment le suivisme dans toute sa gloire", a-t-il ajouté. "Il y a deux camps", ceux qui parient sur une baisse du marché et ceux qui tablent sur une hausse, "et en ce moment les premiers ont plutôt l'avantage, mais ils ne peuvent pas s'appuyer sur une économie américaine qui ne donne que des bons signes. Donc ils doivent trouver leurs arguments ailleurs", dit l'expert.

Dans le même sens, Michael James, de Wedbush Securities, soulignait que les volumes d'"échanges restent limités sur le marché, beaucoup de gens étant en vacances en août". "Avec aussi peu de liquidités, la Bourse est facilement encouragée à la hausse, comme hier (lundi), ou à la baisse, comme aujourd'hui (mardi)", a-t-il conclu.

Le marché obligataire avançait. Vers 22h20, le rendement des bons du Trésor à dix ans reculait à 2,138% contre 2,232% lundi soir, et celui des bons à 30 ans à 2,810% contre 2,898% auparavant.

L'annonce de Google

Malgré la morosité des marchés, Google a réussi à passer une excellente journée. Le géant américain de l’internet a annoncé lundi une réorganisation majeure de sa structure via la création d'une nouvelle entité baptisée Alphabet. Le groupe montre ainsi son désir de séparer le cœur de métier sur internet des autres activités plus expérimentales. Cette restructuration devrait également offrir une meilleure transparence financière.L’annonce surprise a été saluée par un bond de près de 7% dans les transactions hors séance. L’action a finalement clôturé sur une hausse de 4,27% à 660,78 dollars.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés