Wall Street cède du terrain avant les résultats des bancaires

Wall Street a encore cédé du terrain après le repli de la semaine dernière qui avait fait subir au S&P 500 ses pertes les plus importantes depuis mai 2012. Le Dow Jones a perdu 1,35% et le Nasdaq, -1,46%.

Le S&P avait perdu 3,1% la semaine passée et abandonné 5,2% depuis son record absolu établi le 18 septembre. Ce recul s'expliquait surtout par la révision par le Fonds monétaire international de ses prévisions de croissance mondiale, ainsi que par une nouvelle salve d'indicateurs européens décevants.

Hier lundi, l'indice Dow Jones a encore cédé 1,35% et le Nasdaq, 1,46%.

Les investisseurs américains faisaient preuve de prudence avant une avalanche de résultats trimestriels attendue cette semaine avec notamment Intel, Johnson & JohnsonUnited Health, American Express, General Electric, Morgan Stanley, Citigroup, Bank of America et Wells Fargo.

Les valeurs liées à Ebola étaient parmi les plus actives dans les premier échanges après la confirmation de la contamination d'une employée de l'hôpital de Dallas où un patient libérien est mort la semaine dernière. Les fabricants d'équipements de protection Lakeland Industries  et Alpha Pro Tech ont ainsi progressé de plus de 10%.

Fiat Chrysler Automobiles (FCA)  a signé des débuts timides à Wall Street, une cotation qui symbolise le déplacement du centre de gravité vers les Etats-Unis du septième constructeur automobile mondial et vient couronner une décennie d'acquisitions et de restructurations menées par son administrateur délégué Sergio Marchionne.  Le titre a clôturé à 8,92 dollars contre un cours d'introduction de 8,76 dollars.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés