Wall Street en vert pâle, les yeux rivés sur l'Europe

©REUTERS

La Bourse de New York finit en légère hausse, misant sur la BCE et le secteur technologique

Wall Street a fini en légère hausse mardi, après des débuts de séance difficiles, misant sur des mesures de relance monétaire fortes en zone euro et sur de bons résultats dans la technologie: le Dow Jones a gagné 0,02% et le Nasdaq 0,44%.

A la clôture, le Dow Jones Industrial Average a avancé de 3,66 points, à 17.515,23 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, de 20,46 points à 4.654,85 points.

L'indice élargi S&P 500, très suivi par les investisseurs professionnels, s'est adjugé 0,15%, soit 3,13 points, à 2.022,55 points.

Après un début de séance en petite hausse, les indices new-yorkais ont rapidement cédé à la pression d'investisseurs gagnés par des craintes sur l'économie mondiale, avant de regagner en vigueur en fin de séance.

"Le marché s'est replié sur des craintes pour l'économie mondiale mais il s'est ensuite redressé dans la perspective de l'annonce d'un vaste programme de relance monétaire de la Banque centrale européenne" jeudi, a relevé Peter Cardillo, de Rockwell Global Capital.

Tout comme la majorité des investisseurs européens, qui ont permis aux Bourses de finir en hausse de l'autre côté de l'Atlantique, la cote américaine attend le déploiement en fin de semaine d'un vaste programme de soutien à l'économie, incluant des rachats de titres de dette d'État.

Un accès de vigueur dans le secteur technologique, à quelques instants de la parution des résultats du géant de la vidéo en ligne Netflix et du groupe informatique IBM après la cloche de clôture, a également participé au rebond des indices.

Les courtiers avaient été échaudés dans la matinée par le ralentissement de la croissance asiatique, à 7,4% en 2014, contre 7,7% l'année précédente, à son plus bas depuis 24 ans - même si ce chiffre s'est avéré un peu moins mauvais qu'escompté (+7,3%)- et par son impact sur les cours du pétrole brut qui a encore plongé mardi.

Les prévisions du Fonds monétaire international (FMI) ont aussi fait froncer les sourcils, l'institution estimant que la chute des prix du pétrole ne suffirait pas à soutenir durablement l'économie mondiale au cours des deux prochaines années.

La dernière salve de résultats d'entreprises parue n'a pas non plus convaincu, en particulier ceux de la banque d'affaires Morgan Stanley qui a vu, comme ses concurrentes, sa performance financière souffrir d'un recul des recettes générées par l'activité de courtage.

Le marché obligataire a progressé. Vers 22H10, le rendement des bons à dix ans reculait à 1,794% contre 1,824% vendredi soir, et le rendement des bons du Trésor à 30 ans, à 2,381% contre 2,442% à la précédente clôture.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés