Wall Street finit la semaine sur un recul

©AFP

Wall Street a terminé la séance de vendredi sur un petit recul, se laissant visiblement gagner par les inquiétudes entourant le dossier de la dette grecque: le Dow Jones a cédé 0,57% et le Nasdaq 0,31%%.

La Bourse de New York a clôturé dans le rouge ce vendredi. Faute d'indicateurs macroéconomiques et de résultats majeurs, Wall Street a marqué une pause après le record vieux de plus de 15 ans battu la veille par le Nasdaq Composite.

Le Dow Jones a perdu 0,56% à 18.014,28 points, le Nasdaq a terminé à 5.117 points en cédant 0,31% et le S&P 500 a reculé de 0,54% à 2.109,76 points.

La Grèce, toujours...

"De toute évidence, tout le monde pense à la Grèce, il se pourrait qu'on se positionne avant la volatilité potentielle qu'il pourrait y avoir lundi, pourquoi prendre des risques avant le week-end?"
Charlie Bilello
Pension Partners


Pour Dan Greenhaus, chez BTIG, "les investisseurs sont conditionnés pour ignorer les détails et se concentrer sur l'issue" des discussions entre la Grèce et ses créanciers et ne peuvent qu'imaginer qu'une solution sera trouvée. D'ailleurs, les grandes Bourses européennes, qui ont fini la semaine dans le vert, semblaient partager cet optimisme.

Mais M. Bilello était plus prudent: "le marché a été très complaisant avec ce qui se passe en Grèce, disant qu'il s'agit d'un non-événement, mais (...) je ne crois pas qu'il soit préparé" à un échec des discussions, ou du moins à "la volatilité s'il se passe quelque chose de négatif, pas tant avec la Grèce qu'avec une peur de contagion si la Grèce est en défaut de paiement ou quitte l'euro". "C'est comme le garçon qui a crié au loup, les investisseurs n'y croient plus", s'est-il inquiété.

Le marché digère la déclaration de la Fed

Hormis la Grèce, ce vendredi quasi-estival avait pour seule autre actualité économique à digérer un discours du président de la Réserve fédérale de San Francisco, John Williams, qui a assuré qu'il comptait toujours sur une première hausse des taux d'intérêt, au plus bas depuis la fin 2008, dès cette année. Mercredi, et plus encore jeudi, les marchés des actions américains avaient monté à la suite de la prudence exprimée par la Fed à la suite de la réunion de son Comité de politique monétaire, puis après un indice des prix à la consommation montrant une inflation à peu près nulle.

Sur ce front, M. Williams prévoit que l'inflation atteindra le niveau de 2% espéré par la Fed à la fin de l'année prochaine. Depuis plusieurs mois, les investisseurs ont salué toute indication montrant que la hausse des taux que souhaite réaliser la Fed sera soit modérée soit retardée, craignant que l'argent plus cher puisse pénaliser les investissements et les exportations.

Du côté des valeurs

L’entrée en Bourse de la biotech wallonne Celyad  n’a pas été bien accueillie par le marché, après avoir levé 100 millions de dollars pour son IPO américaine.L’ex-Cardio3 BioSciences a chuté de 20,41% à 54,57 dollars.

Le spécialiste des génériques Mylan  a perdu 1,29%, à 71,62 dollars après que son concurrent Teva ait menacé de lancer une offre d'achat hostile, et annoncé qu'il avait déjà acquis 4,61% du capital.

Twitter  a par contre passé une bonne journée. La plateforme de micro-blogging veut proposer de nouveaux services pour les grands événements sportifs et de divertissement en direct. L’action a pris 3,46% à 35,86 dollars.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés