Wall Street ouvre sur un repli technique, au lendemain de records

©REUTERS

Wall Street a ouvert en baisse mardi, les investisseurs prenant quelques bénéfices au lendemain d'une séance qui a vu le Nasdaq finir au-dessus de 5.000 points pour la première fois en 15 ans: l'indice perdait 0,26%, et le Dow Jones 0,18%.

Le Nasdaq, à dominante technologique, reculait de 12,84 points à 4.995,25 points, et l'indice vedette Dow Jones Industrial Average, de 33,75 points à 18.254,88 points.

L'indice élargi S&P 500, très suivi par les investisseurs, cédait 0,23 %, soit 4,97 points, à 2.112,42 points.

Lundi, le Nasdaq avait gagné 0,90% à 5.008,10 points, et l'indice vedette Dow Jones Industrial Average (+0,86%) avait battu un record de clôture à 18.288,63 points, la Bourse profitant d'une décision monétaire chinoise et d'une série de fusions et acquisitions.

"Aujourd'hui, la situation est un peu retombée", a souligné Patrick O'Hare, de Briefing.com. "Quelques prises de bénéfices, après la performance étonnamment solide de lundi, ont découragé les investisseurs de passer à l'achat, ainsi que des séances relativement faibles des Bourses européennes."

Il s'étonnait en partie de la hausse de lundi, étant données les statistiques "moins bonnes que prévu" aux Etats-Unis, dont une baisse des dépenses des ménages en janvier, une chute des dépenses de construction le même mois, et un ralentissement de l'activité manufacturière en février.

Mardi, le calendrier économique américain est "vide de tout chiffre majeur", à part les chiffres sur les ventes automobiles le mois dernier autour de 15H00 GMT, ont souligné les experts de la maison de courtage Charles Schwab.

"L'attention va se fixer sur la Bourse en elle-même et sa capacité à continuer à monter (...) malgré des prévisions de bénéfices en baisse du côté des entreprises" et des indicateurs plus ou moins décevants, a prévu Patrick O'Hare.

En résumé, "les principaux indices soufflent", pour les experts de Wells Fargo, les courtiers de Wall Street se plaçant sur la réserve "comme cela est souvent le cas lorsque des sommets sont atteints", selon les termes de John Plassard de Mirabaud.

Le marché obligataire restait presque stable, le rendement des bons du Trésor à 10 ans montant à 2,086% contre 2,082% lundi soir, et celui à 30 ans se maintenant à 2,686%.

Les investisseurs attendent dans la soirée le chiffre des ventes de voitures neuves en février aux Etats-Unis, un bon indicateur permettant de jauger l'appétit d'achat des consommateurs et plus généralement la santé économique de la première puissance mondiale. General Motors (-0,26%) et Ford (-2,29%) en particulier publient ce mardi leurs ventes de février. 

Au chapitre des fusions-acquisitions dans le secteur, Sergio Marchionne, l'administrateur délégué de Fiat Chrysler (-1,76%), a déclaré que le constructeur automobile pourrait être soit vendeur soit acheteur. Il a dit avoir un "candidat idéal" en tête qui n'est pas Volkswagen, avec lequel il serait toutefois prêt à collaborer sur des projets ponctuels. 

Hors automobile, Citigroup avance de 0,78% et Springleaf Holdings s'envole de 33%. Le premier a annoncé la vente de sa filiale de crédit à la consommation Onemain Financial au second pour 4,25 milliards de dollars, opération dont il attend un impact net d'environ un milliard de dollars sur son résultat avant impôt. 

Best Buy s'adjuge 1,3%. Le numéro un américain de la distribution d'électronique grand public, a publié mardi un bénéfice trimestriel meilleur que prévu grâce à une hausse de ses ventes de produits à fortes marges comme les télévisions à grand écran et les téléphones mobiles pendant les fêtes de fin d'année. 

Dans le compartiment des valeurs moyennes, le spécialiste de logiciels dans le cloud (informatique dématérialisée) Opower plonge de 21,88%, sanctionné sur ses prévisions de résultats.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés