Wall Street résiste à la chute du secteur auto

©AFP

Wall Street a terminé en très légère hausse mardi, juste avant les résultats du géant informatique Apple et à la veille d'une décision de la Réserve fédérale américaine (Fed): le Dow Jones a gagné 0,16% et le Nasdaq 0,06%.

La Bourse de New York s’est orientée mardi en fin de séance à la hausse. Le Dow Jones a gagné 0,16%. Le Nasdaq et le S&P 500 ont respectivement pris 0,06 et 0,11%.

Principal indicateur du jour, les ventes de voitures des constructeurs américains ont nettement reculé en avril, une tendance qui devrait persister tout au long de l’année en dépit d’importantes promotions et des réductions de production. Au-delà du mauvais signe que cela envoie sur la consommation, principal moteur de l’économie américaine, cela pesait sur les titres des constructeurs: General Motors (GM) a cédé 2,92%, Ford 4,38% et FCA US (ex-Chrysler) 4,29%. Cela a permis au petit poucet Tesla (-1,22%) de redevenir le premier groupe automobile américain par capitalisation boursière avec une valorisation d’environ 52 milliards de dollars, contre 50 milliards pour GM et 44 milliards pour Ford.

Les investisseurs sont aussi restés prudents à la veille de la décision de politique monétaire de la Réserve fédérale. La Fed a entamé mardi sa réunion de deux jours de politique monétaire, à l'issue de laquelle un statu quo sur les taux est largement attendu. Les investisseurs seront néanmoins attentifs à tout changement d'éléments de langage dans le communiqué de la banque centrale, qui pourrait donner des indices sur le calendrier du prochain resserrement monétaire.

Salve de résultats

Les résultats d'entreprise continuent toutefois de soutenir le marché. "Avec des résultats en hausse, le contexte est favorable à une poursuite de la hausse de la performance des actions", a dit Brent Schutte, responsable de la stratégie d'investissement de Northwestern Mutual Wealth Management.

La progression des valeurs technologiques, emmenées par Apple (+0,63% en nouveau record battu) qui dévoile ses résultats après la clôture, a compensé le recul des constructeurs automobiles.

Le groupe pharmaceutique Pfizer , qui a fait part mardi d'une perfomance en demi-teinte pour le premier trimestre, marqué notamment par un recul de ses revenus du fait de la concurrence des génériques, a perdu 0,50%.

Son concurrent Merck a de son côté fait état de résultats supérieurs aux attentes pour la même période, en raison de solides ventes de ses vaccins et de ses traitements anti-cancéreux, et a relevé dans la foulée ses prévisions 2017. Son titre a pris 0,51%.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés