Publicité
Publicité

Cynk Tech, l'action au bond de 24.000%

©AFP

En quelques jours, l'action de cette entreprise qui se présente comme un nouveau réseau social est passée de 0,1 dollar à plus de 14 dollars. Mais l'examen des comptes fleure l'escroquerie boursière à plein nez.

Il n’y a pas qu’une demi-finale de coupe du monde qui peut nous apporter des chiffres fous à la limite du surréalisme. Le monde de la Bourse regorge aussi d’histoires où tous les repères, toutes les limites sont abolies. Pas besoin de vous rappeler les dernières heures boursières de feu Fortis pour vous en convaincre.

Aujourd’hui, c’est Cynk Technology Corp qui nous fait ouvrir des yeux grands comme des soucoupes. En l’espace de quelques jours, l’action de cette société cotée sur un marché non réglementé américain est passée de 0,10 dollar (17 juin) à 14,71 dollars mercredi soir, un bond, que dis-je, un décollage supersonique : + 24.000% ! A titre de comparaison, Apple a signé une performance de 18.000% depuis son introduction en Bourse en 1980, rappelle Business Insider qui a mené sa petite enquête sur Cynk tout comme Zero Hedge qui a levé le lièvre.

Publicité

Le domaine d’activité de Cynk? Les très en vogue réseaux sociaux. Via son site, introbiz.com, elle propose aux internautes d’acheter et de vendre la possibilité d’entrer en contact avec des célébrités, des patrons d’entreprise, ou des professionnels de talent dans l’informatique.

Mwouais, pourquoi pas…

Publicité

Reste que l’examen des comptes et des informations disponibles sur CYNK réserve quelques surprises de taille. En voici quelques unes :

-->Aucun revenu n’a été déclaré pour les exercices 2011, 2012 et 2013. Une perte opérationnelle de 1,5 million de dollars a été actée l’an dernier.

-->A la date du 30 septembre 2013, pas de chiffre en regard de la ligne " total des actifs ".

-->L’adresse de contact est localisée à Belize. Etonnant pour une entreprise enregistrée au Nevada.

-->La société n’a qu’un seul employé (sans contrat) Marlon Luis Sanchez qui est à la fois président, CEO, CFO, chef comptable, trésorier et administrateur. Un véritable homme à tous faire qui détient 210 millions actions de CYNK sur un total de 291 millions.

Evidemment la première question qui vient à l’esprit, c’est qui donc est à la base de l’envolée stratosphérique du cours de Bourse ? Qui acheté ce titre qui ne vaut, apparemment, pas un kopeck ?

Pour Zero Hedge, il ne fait aucun doute qu’il s’agit d’une escroquerie. Value Walk parle lui du " king of all pump and dump ". Le “pump and dump” qu’on peut traduire en français par “gonflage et largage” est une fraude boursière qui consiste à gonfler artificiellement le cours d’une action (souvent un penny stock) en la vendant à des investisseurs crédules via des mails, des réseaux sociaux ou des appels téléphoniques faisant valoir des informations privilégiées sur l'avenir, soit-disant, très prometteur de l’entreprise.

CYNK Technology Corp (CYNK), No Revenue, No Assets, No Problem! http://t.co/PPuMApFHnI $CYNK pic.twitter.com/kfILyjUnMC— ValueWalk (@valuewalk) 9 Juillet 2014

Reste à voir comment l’action Cynk va se comporter aujourd’hui après toutes ces révélations. Dans les cotations d'après clôture elle chutait de 27% hier soir. On peut suivre le cours ici.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Messages sponsorisés
Tijd Connect
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.
Partnercontent
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.