1. Les marchés
  2. Live blog
live

Sursaut des marchés européens | Solvay en tête du Bel 20 | IBA à la fête

Les marchés européens ont terminé en hausse alors que la Bourse de Londres a plié sous le poids de la livre. Wall Street, qui attend les commentaires du président de la Fed, évolue prudemment. Inditex renoue avec les bénéfices. Deux bonnes nouvelles pour IBA.
  • L'Europe en ordre dispersé

    Londres exceptée, les Bourses européennes ont terminé en hausse mercredi mais sur des écarts limités, la prudence avant les annonces de la Réserve fédérale américaine ayant tempéré l'optimisme des investisseurs.

    À Paris, le CAC 40 affiche en clôture une hausse de 0,13% (6,49 points) à 5074,42 points après avoir gagné jusqu'à 0,47%. À Londres, le FTSE 100 a perdu 0,44% alors qu'à Francfort, le Dax progressait de 0,29%. L'indice EuroStoxx 50 a pris 0,2%, le FTSEurofirst 300 0,4% et le Stoxx 600 0,58%.

    Au moment de la clôture en Europe, Wall Street évoluait plus nettement dans le vert, le Dow Jones s'adjugeant 0,8%, le Standard & Poor's 500 0,5% et le Nasdaq Composite 0,22%.

  • La Bourse de Bruxelles dans le vert

    Le Bel 20 s'est adjugé 0,88% pour se fixer à 3.392,9 points. Des 20 actions qui le composent, 18 étaient en hausse et 2 en baisse.

    Top / Flop du Bel 20

    TOP
    • ValeursCours (€)Var.%
    • Solvay82,06+2,55%
    • Aedifica105,4+2,53%
    • Aperam24,84+2,39%
    • Telenet32,26+2,35%
    • Umicore40,4+2,1%
    FLOP
    • ValeursCours (€)Var.%
    • ING Groep7,02-0,8%
    • Ackermans & van Haaren116,4-0,43%
    Les chiffres sont susceptibles d'évoluer à la marge.
    Rédigé par Quotebot le 16/09/2020 à 17h43
  • Europe | Closing bell

    BEL 20: +0,88% 
    AEX: +0,45%
    CAC 40: +0,13% 
    DAX: +0,11%
    FTSE 100: -0,39%
    Stoxx 600 Europe: +0,40% 

    Résultats provisoires 

  • Les réserves américaines de brut repartent à la baisse

    Les stocks commerciaux de pétrole brut aux États-Unis ont baissé la semaine dernière, après une hausse inattendue la semaine précédente, alors que la cadence des raffineries s'est nettement accélérée.  

    Selon un rapport hebdomadaire de l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA), les réserves de brut dans le pays ont reculé de 4,4 millions de barils (MB) pour s'établir à 496 MB au 11 septembre, là où les analystes avaient anticipé une progression d'un peu plus de 2 MB.  

    L'annonce a donné un coup de fouet au prix du pétrole. Le WTI grimpe de 4,13% à 17h30 pour se rapprocher des 40 dollars. 

  • Les techs coincent à Wall Street

    Le Nasdaq a effacé les gains engrangés dans la première heure d'échanges avec les reculs d'Adobe (-3,22%), Facebook (-1,44%) ou encore Apple (-1,69%).  

  • Alstom réduit le prix de son offre sur les trains de Bombardier

    Un accord définitif sur le rachat par Alstom de la division ferroviaire de Bombardier a été conclu et la transaction devrait être achevée au premier trimestre 2021, a annoncé le groupe canadien Bombardier.

    Présentée à la mi-février, cette opération valorise la division rail du groupe canadien à 7,15 milliards d'euros sur la base de la valeur d'entreprise.

    L'offre finale est légèrement moins élevée que celle convenue au départ entre les deux groupes. Le prix a été revu à la baisse de 300 millions d'euros. Alstom avait annoncé le mois dernier qu'il tiendrait compte des "évolutions négatives et non prévues" apparues dans les derniers résultats financiers de Bombardier.

    L'action Alstom, tombée dans le rouge avec le reste du marché parisien, est repassée dans le vert juste après la publication du communiqué présentant les nouvelles modalités du projet et à 16h45, elle gagnait 0,5%.  

  • Tesla revient tutoyer son record

    Après une ouverture dans le rouge, l'action Tesla a changé de direction pour gagner peu après 16 heures 0,71% à 453 dollars. Le titre reprend la route de ses sommets, toujours fixés à 498 dollars. Sur les six dernières séances, le constructeur de voitures électriques a repris 36% après avoir chuté de 33% entre le 31 août et le 8 septembre. 

  • Wall Street avance à pas de loup

    La Bourse de New York a ouvert en légère hausse mais la prudence devrait limiter son élan au moins jusqu'à l'annonce, en cours de séance, des décisions de la Réserve fédérale.

    Quelques minutes après le début des échanges, l'indice Dow Jones gagne 0,22%, à 28.057,51 points, le S&P 500 progresse de 0,38% à 3.414,13 points et le Nasdaq Composite prend 0,22% à 11.215,04 points. Le S&P a déjà pris 1,86% sur les trois dernières séances et le Nasdaq 3,1% en deux jours, les marchés actions profitant à la fois d'une série de grosses opérations de fusions-acquisitions et de la perspective d'un maintien d'une politique monétaire très accommodante, donc favorable aux actifs risqués.

    La Fed ne devrait annoncer aucune modification de sa politique mais les investisseurs seront attentifs à ses nouvelles prévisions économiques, aux indications qu'elle pourrait donner en matière d'évolution des taux sur les prochaines années et aux déclarations de son président, Jerome Powell, lors de la conférence de presse prévue en cours de séance américaine. 

    Aux valeurs, FedEx bondit de 4,93% après des résultats trimestriels supérieurs aux attentes et dans son sillage, son grand concurrent UPS prend 1,35%.

    À la baisse, Boeing cède 1,29% après la publication d'un rapport parlementaire concluant que les deux catastrophes aériennes impliquant son 737 MAX résultaient d'un enchaînement de défaillances dont le constructeur était en partie responsable.

  • Un nouveau scandale Wirecard en Allemagne?

    Le gendarme allemand des marchés vient de lancer une enquête à l’encontre du fournisseur de services financiers Grenke, accusé de manipulation du marché. L’affaire qui rappelle le scandale Wirecard fait chuter le titre de la société à la Bourse de Francfort de plus de 32% peu avant 16 heures. 

    Lire | Un nouveau scandale Wirecard en Allemagne?

  • Kodak flashé à +71%

    L'action Eastman Kodak bondit de 71,75% dans les premiers échanges à Wall Street après le résultat d'une enquête indépendante concluant à l'absence de délit d'initié de la part de son directeur général en relation à un prêt de 765 millions de dollars (644 millions d'euros) accordé par le gouvernement américain pour la production d'ingrédients pharmaceutiques.

  • Wall Street | Opening bell

    Dow Jones: +0,29%
    S&P 500: +0,32% 
    Nasdaq Composite: +0,34% 

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    * BOEING - Une enquête de la Chambre des représentants pointe une série d'erreurs commises par l'avionneur et par la Federal Aviation Administration (FAA) dans les événements ayant conduit à deux catastrophes aériennes impliquant le 737 MAX qui ont fait 346 morts. > Notre article

    * FEDEX a publié mardi un bénéfice et un chiffre d'affaires trimestriels supérieurs aux attentes de Wall Street grâce à l'augmentation des expéditions pendant le confinement. Son action bondit de 10% dans les échanges avant l'ouverture. Dans son sillage, celle de son concurrent UNITED PARCEL SERVICE (UPS) prend 4,6%.

    * ORACLE - Donald Trump a déclaré mardi avoir entendu qu'Oracle était proche de sceller un accord pour TikTok, alors même que des sources ont indiqué que ByteDance, le propriétaire chinois de l'application vidéo, entendait conserver sa participation majoritaire. L'action Oracle prend 2,5% en avant-Bourse.

    * ADOBE progresse de 2,7% en avant-Bourse après avoir publié mardi soir un résultat et un chiffre d'affaires trimestriels supérieurs aux attentes, ce qui a conduit de nombreux analystes à réviser à la hausse leur objectif de cours sur la valeur.

    * SNOWFLAKE a dit avoir levé 3,36 milliards de dollars (2,83 milliards d'euros) par le biais de son IPO, la plus importante de l'année sur le marché américain. La cotation du spécialiste du "cloud" débute mercredi à Wall Street. > Notre article

  • USA: hausse moins marquée que prévu des ventes au détail

    Le rebond des ventes au détail aux Etats-Unis a encore perdu de l'élan en août avec une croissance inférieure aux attentes. Les ventes au détail ont progressé de 0,6% le mois dernier après une croissance de 1,2% en juillet et de 8,4% en juin, montrent les données publiées par le département du Commerce. Les économistes interrogés par Reuters attendaient pour août une hausse de 1%.

    Le coronavirus continue de se propager aux Etats-Unis, forçant certains Etats à imposer de nouvelles restrictions qui pèsent sur la consommation. Les ventes au détail souffrent également de la baisse des indemnités de chômage pour les millions d'Américains qui ont perdu leur emploi à cause de la crise sanitaire.

  • Face à un euro fort, la BCE se dit prête à agir

    La reprise économique en zone euro va prendre du temps et l'euro fort pourrait finir par forcer la Banque centrale européenne à intervenir s'il pèse trop sur les perspectives d'inflation, a déclaré Isabel Schnabel, membre de son directoire, dans un entretien avec l'AFP.

    L'institution est prête à agir si les données économiques à venir "ne correspondent pas à (son) objectif d'inflation", affirme l'Allemande, qui a rejoint en janvier la BCE, où elle s'emploie depuis à faire de la pédagogie auprès du public allemand qui l'accuse de spolier les épargnants avec ses taux très bas.

  • Kempen: "L'ascension de Tessenderlo n'est pas terminée"

    Dans un long rapport intitulé "Vous devez faire confiance au processus!", le broker Kempen & Co a relevé son objectif de prix pour Tessenderlo   à 45 euros contre 42 euros précédemment. La recommandation reste à "acheter". "Depuis notre note après les chiffres semestriels, le titre a augmenté de 26%. Nous pensons que ce n'est que le début", a déclaré l'analyste Christophe Beghin, dont l'objectif de prix implique un potentiel de hausse de 32%.

    "Tessenderlo se négocie à un rendement de flux de trésorerie disponible de 10%. Ceci est intéressant pour une entreprise qui est dans une phase de croissance structurelle (comme une demande accrue de gélatine) et dont la rentabilité a considérablement augmenté", ajoute-t-il.

  • UPDATE | Briefing actions belges

    IBA en forme | Avis de brokers sur Telenet et Ahold Delhaize | Un "shorteur" se renforce sur EVS (+Briefing)

  • Le point sur la séance à midi

    La prudence domine sur les marchés avant les annonces de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine, qui ne devrait pas toucher à ses taux mais actualisera ses prévisions et pourrait donner des prévisions sur sa nouvelle stratégie en matière d'inflation.

    → À Bruxelles, le Bel 20 grimpe de 0,21%. Ailleurs en Europe, le CAC 40 gagne 0,16%, le Dax prend 0,07% et à Londres, le FTSE progresse aussi de 0,07%. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 avance de 0,54%, l'EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,09% et le Stoxx 600 de 0,41%.

    Le secteur de la distribution est en vedette en Europe après la publication des résultats trimestriels du groupe de prêt-à-porter espagnol Inditex (+8,66%) qui a renoué avec les bénéfices sur les trois mois à fin juillet. Cette publication suit de près celle de H&M (+3,07%), très bien accueillie mardi. L'indice Stoxx de la distribution gagne 1,55% la plus forte hausse sectorielle en Europe.

    Le marché du pétrole est plus animé avec des progressions supérieures à 2% pour le Brent comme pour le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI), à respectivement 41,35 dollars et 39,16 dollars le baril. Et l'indice européens de l'énergie (+0,32%) en profite.

  • Succès pour l'IPO de l'année à Wall Street

    Snowflake fait ses premiers pas à la Bourse de New York ce mercredi. Le spécialiste des données est déjà parvenu à lever plus de trois milliards de dollars, ce qui en fait la plus grosse IPO à Wall Street depuis le début de l'année.

    Le "ticker" Snowflake est attendu avec impatience par les investisseurs américains. Mardi soir, Snowflake a indiqué avoir vendu 28 millions d’actions à 120 dollars, soit un cran au-dessus du haut de la fourchette déjà sérieusement relevée lundi et estimée entre 100 et 110 dollars. 

    L'opération permet donc à Snowflake de lever 3,36 milliards de dollars, ce qui valorise le spécialiste du "cloud" à plus de 33 milliards de dollars, soit 28 milliards d'euros. À titre de comparaison, c'est un poids similaire à celui d'ING, deuxième plus grosse capitalisation de la Bourse de Bruxelles.

     

  • L'allemand Grenke plonge en bourse, soupçonné de fraude comptable

    Le cours du spécialiste allemand du financement locatif Grenke   plonge à la Bourse de Francfort. Selon une note publiée lundi par l'investisseur britannique Fraser Perring, une "portion substantielle des liquidités de Grenke n'existe pas". Dans ce rapport d'une soixantaine de pages, l'analyste accuse également le groupe de "blanchiment d'argent pour des criminels", et "d'escroquerie aux petites entreprises".

    Grenke, dont le modèle consiste notamment à acheter des biens d'investissement pour les louer à ses clients, s'est défendu dans un communiqué. "Le reproche central est qu'une part substantielle des 1.078 millions d'euros de trésorerie (...) rapportés dans le rapport semestriel 2020 n'existe pas. C'est faux", a-t-il affirmé, assurant que "849 millions d'euros, donc 80% de ces liquidités, se trouvaient sur un compte de la Deutsche Bundesbank au 30 juin 2020".

    Malgré ce démenti, ces accusations ont fait plonger l'action du groupe à son plus bas niveau depuis cinq ans. Car l'accusateur n'est pas un inconnu: Fraser Perring avait, dès 2016, pointé les manquements de la société Wirecard, plongée depuis juin dans un des plus gros scandales financiers de ces dernières années en Allemagne.

  • Le pétrole porté par l'ouragan Sally avant les stocks américains

    Les prix du pétrole continuent leur progression, aidés par les perturbations de l'offre dans le golfe du Mexique provoquées par l'ouragan Sally et avant la publication par l'EIA de l'état des stocks de brut aux Etats-Unis. 

    L'ouragan s'est renforcé mercredi à l'approche des côtes du sud-est des Etats-Unis, deux semaines seulement après le passage de Laura, un des plus violents à avoir jamais frappé la région. Les experts de JBC estiment qu'environ 27% des capacités de production d'or noir de la zone étaient à l'arrêt.

    Plusieurs analystes ont également présenté, comme facteur supplémentaire de soutien aux cours, la baisse des stocks de brut aux Etats-Unis la semaine passée, publiée mardi par l'American Petroleum Institute (API), la fédération qui regroupe les professionnels du secteur pétrolier. Les chiffres diffusés plus tard dans la journée par l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA), jugés plus fiables, sont cependant attendus en hausse de 2,07 millions de barils, d'après la médiane d'analystes interrogés par l'agence Bloomberg.

  • Thomas Cook renaît un an après sa faillite, mais seulement sur internet

    Le tour opérateur britannique défunt Thomas Cook a été relancé sur internet par le conglomérat chinois Fosun, qui avait racheté sa marque pour 11 millions de livres après son dépôt de bilan retentissant il y a un an. Alors que le voyagiste qui avait déposé le bilan après 178 ans d'existence disposait d'un réseau d'agences, d'avions et d'hôtels en propre, le nouveau Thomas Cook - qui a gardé le logo jaune doré en forme de coeur de son prédécesseur - vendra des voyages organisés uniquement en ligne et par téléphone à partir de mercredi.

  • L'OCDE moins catastrophiste pour 2020

    La récession mondiale devrait être moins prononcée que prévu en 2020, estime l'OCDE dans ses perspectives économiques, la réaction rapide et conséquente des Etats ayant permis de limiter les dégâts, mais la reprise devrait être moins forte en 2021 qu'elle ne l'anticipait en juin.

    Après avoir accéléré au printemps, lorsque les mesures de confinement destinées à combattre la pandémie de coronavirus ont été allégées, "le rythme de la reprise mondiale a perdu un peu de son élan au cours des mois d'été, en particulier dans les économies les plus avancées", constate l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). L'organisation basée à Paris table ainsi sur un recul de 4,5% du PIB mondial en 2020 puis sur un rebond de 5% en 2021. En juin, elle prévoyait une récession de 6% et une reprise de 5,2%.

    Elle souligne toutefois que "ces perspectives sont très incertaines" car dépendantes "des hypothèses relatives à la propagation du virus et de l'évolution des politiques" macroéconomiques. En outre, ce chiffre global masque des "différences considérables entre les pays", entre la Chine (+1,8%) qui devrait être la seule économie du panel à afficher une croissance en 2020 et l'Inde, entrée plus tardivement dans la pandémie, dont le PIB devrait chuter de 10,2%.

  • "Telenet est valorisé de manière fondamentalement incorrecte"

    Le broker Kempen reste un grand fan de Telenet  . L'analyste Emmanuel Carlier réitère son conseil d'achat et son objectif de cours de 49 euros (ce qui représente un potentiel haussier de 56%).

    Selon lui, le cours de l'action a pris du retard en raison d'une faiblesse générale du secteur des télécommunications. Mais dans le cas de Telenet, c'est une estimation erronée. Emmanuel Carlier voit de nombreux catalyseurs pour l'action à court terme. "Telenet renouera avec la croissance de ses ventes, de ses bénéfices et de sa trésorerie en 2021", déclare l'analyste. "De plus, le rendement du dividende de 7% reste exceptionnellement élevé."

  • Le point sur la séance

    Les principales bourses européennes évoluent sans grand changement mercredi dans la matinée, la prudence dominant avant les annonces de politique monétaire de la Réserve fédérale attendues dans la soirée.

    → À Bruxelles, le Bel 20 gagne 0,21%. Ailleurs en Europe, le CAC 40 avance de 0,24%. À Francfort, le Dax prend 0,18% et à Londres, le FTSE recule de 0,31%. L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro avance de 0,27%, le FTSEurofirst 300 s'adjuge 0,17% et le Stoxx 600 gagne 0,32%.

    "Il n'est pas certain que l'évènement du jour que constitue la réunion de la banque centrale américaine provoque d'importants remous. Pour beaucoup d'investisseurs, tout a déjà été dit à Jackson Hole, notamment concernant l'inflation. La mise à jour des prévisions économiques de l'institut d'émission sera toutefois à surveiller, notamment les anticipations concernant l'évolution du taux de chômage"
    Saxo Banque

    Le secteur de la distribution est en vedette après la publication des résultats trimestriels du groupe de prêt-à-porter espagnol Inditex (+4,6%) qui a renoué avec les bénéfices sur les trois mois à fin juillet. Cette publication suit celle très bien accueillie la veille de H&M (+4,27%). L'indice Stoxx de la distribution gagne ainsi 1,2%, plus forte hausse sectorielle en Europe.

    • Les mouvements sont limités sur le marché des devises en amont des décisions de la Fed. L'euro avance de 0,2% face au dollar, autour de 1,1864, et le yen gagne également 0,2%, à un plus haut de deux semaines. 
    • Même tendance atone sur le marché obligataire où le rendement des Treasuries à dix ans est stable, à 0,6756%, de même que son équivalent allemand à -0,483%. 
    • Les cours du brut progressent à nouveau mercredi, soutenus par les perturbations dans la production américaine avec l'arrivée de l'ouragan Sally dans le golfe du Mexique et l'annonce par l'American Petroleum Institute d'une baisse des stocks de brut aux Etats-Unis la semaine dernière. Le baril de Brent avance de 2,1% à 41,44 dollars et celui du brut léger américain (WTI) gagne 2,4% à 39,22.
  • Un tiers du plan de relance européen sera financé par des obligations vertes

    Le plan de relance européen post-Covid de 750 milliards d'euros, sur lequel les Etats membres s'étaient entendus en juillet, sera financé à 30% par des obligations vertes, a annoncé la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen. "Nous sommes les leaders mondiaux de la finance verte et le plus grand émetteur d'obligations vertes dans le monde. Nous faisons oeuvre de pionnier en élaborant une norme de l'UE solide en matière d'obligations vertes", a-t-elle affirmé dans son premier discours sur l'état de l'Union devant le Parlement européen.

  • Ferragamo en nette hausse à Milan, porté par la reprise des ventes en Chine

    L'action de la maison de luxe italienne Salvatore Ferragamo est en nette hausse à la Bourse de Milan. Sur le semestre, en raison de l'impact de l'épidémie de Covid-19, la griffe florentine a enregistré une perte nette de 86 millions d'euros et a subi une chute de ses ventes de 46,6%, à 377 millions d'euros, avec même une baisse de 60,1% au deuxième trimestre, a-t-elle indiqué mardi soir dans un communiqué.

    Mais elle a indiqué que les mois de juillet et août avaient été marqués par une reprise forte en Chine et Corée du Sud, et en ligne. L'Asie-Pacifique reste le premier marché du groupe, avec 44,3% de ses ventes. Celles-ci y ont reculé de 39,9% au premier semestre sur un an. Le groupe a par ailleurs confirmé ses objectifs à moyen-long terme, avec la volonté de "poursuivre le renforcement de la position de Salvatore Ferragamo parmi les leaders du marché du luxe".

  • La FSMA met en garde contre les activités de Akita Michinoku Company

    L’Autorité des services et marchés financiers (FSMA) met le public en garde contre les activités de Akita Michinoku Company, qui fournit des services d’investissement. Akita Michinoku Company n’est pas autorisée à fournir des services d’investissement en Belgique ou à partir du territoire belge. En outre, selon les informations dont la FSMA dispose, il pourrait s’agir d’une fraude dite "boiler room".

  • The Hut Group gagne plus de 20% pour ses premiers pas en bourse

    L'action The Hut Group gagne plus de 20% pour ses premiers pas à la Bourse de Londres. Une belle affaire pour l'un de ses principaux actionnaires, Sofina  , qui évolue dans le peloton de tête à la Bourse de Bruxelles.

  • Voici le briefing actions belges

    Avis de broker sur Ahold Delhaize | Un "shorteur" se renforce sur EVS (+Briefing).

  • | OPENING BELL |

    AEX: +0,13%

    CAC 40: -0,04%

    BEL 20: -0,05%

  • IBA traite un premier patient en Belgique

    IBA   annonce que le Particle Therapy Interuniversity Center Leuven (ParTICLe) en Belgique a commencé à traiter des patients par protonthérapie en utilisant la solution Proteus®ONE d’IBA. Ce sont les premières personnes à recevoir un traitement par faisceaux de protons en Belgique.

    "Nous sommes ravis que les patients en Belgique puissent désormais bénéficier de cette technologie avancée pour le traitement du cancer et nous tenons à féliciter l'équipe de ParTICLe pour cette étape importante. Nous nous réjouissons d’étendre davantage notre collaboration avec les principales universités impliquées dans le projet. La proximité du centre de protonthérapie ParTICLe avec notre siège devrait permettre de renforcer la collaboration et faire progresser l'utilisation de la protonthérapie pour les patients atteints de cancer en Belgique", a commenté son CEO, Olivier Legrain dans un communiqué.

    " Nous sommes ravis que les patients en Belgique puissent désormais bénéficier de cette technologie avancée pour le traitement du cancer et nous tenons à féliciter l'équipe de ParTICLe pour cette étape importante. Nous nous réjouissons d’étendre davantage notre collaboration avec les principales universités impliquées dans le projet. La proximité du centre de protonthérapie ParTICLe avec notre siège devrait permettre de renforcer la collaboration et faire progresser l'utilisation de la protonthérapie pour les patients atteints de cancer en Belgique."
  • Le point sur les marchés avant l'ouverture

    Les principales bourses européennes sont attendues sans grand changement mercredi à l'ouverture, la prudence dominant avant les annonces de politique monétaire de la Réserve fédérale attendues dans la soirée. Le marché joue le statu quo sur les taux et surveillera surtout les précisions que pourrait apporter la Fed sur sa nouvelle stratégie en matière d'objectif d'inflation.

    → Les contrats à terme signalent un repli de 0,15% pour le CAC 40 parisien, une baisse plus marquée de 0,63% pour le FTSE à Londres et une quasi-stabilité pour le Dax à Francfort.

    Les mouvements sont limités sur le marché des devises en amont des décisions de la Fed. L'indice dollar, qui mesure les fluctuations du billet vert face à un panier de devises de référence, est stable. L'euro est inchangé, autour de 1,1846, tandis que le yen avance de 0,1%, à un plus haut de deux semaines.

    Même tendance atone sur le marché obligataire où le rendement des Treasuries à dix ans est stable, à 0,6789%, de même que son équivalent allemand à -0,479%.

    Les cours du brut progressent à nouveau, soutenus par les perturbations dans la production américaine avec l'arrivée de l'ouragan Sally dans le golfe du Mexique et l'annonce par l'American Petroleum Institute d'une baisse des stocks de brut aux Etats-Unis la semaine dernière. Le baril de Brent avance de 1,3% à 41,13 dollars et celui du brut léger américain (WTI) gagne 1,7% à 38,94.

  • Inditex renoue avec les bénéfices au 2T grâce au déconfinement

    Le géant espagnol du vêtement Inditex, propriétaire de Zara, a dégagé au deuxième trimestre un bénéfice net de 214 millions d'euros grâce à une forte reprise des ventes avec la fin des confinements imposés pour lutter contre la pandémie de Covid-19. Au premier trimestre, le groupe avait essuyé une perte nette de 409 millions d'euros, la première en près de vingt ans, après avoir dû fermer près de 90% de ses magasins dans le monde. "Les collections printemps-été ont été très bien reçues par les clients", affirme Inditex dans un communiqué.

    Le bénéfice net engrangé lors du deuxième trimestre de l'exercice décalé (1er février-30 avril) est en baisse de 74% par rapport à celui réalisé au deuxième trimestre 2019. Mais il est nettement supérieur aux prévisions des analystes interrogés par le fournisseur d'information financière Factset, qui tablaient en moyenne sur 58 millions d'euros.

  • JPMorgan n'est plus "vendeur" sur Ahold Delhaize

    Le broker a relevé sa recommandation pour Ahold Delhaize   de "vendre" à "conserver". L'objectif de cours est de 23 euros. Soit 12% de moins que le cours de clôture d'hier.

  • Allegro signe la plus grande introduction en bourse en Pologne

    La plateforme de commerce électronique polonaise Allegro sera introduite à la Bourse de Varsovie en octobre. L'objectif est de lever 1 milliard de zloty polonais (224 millions d'euros). Les fonds de private equity tels que Cinven et Permira sont du côté des vendeurs.

    Allegro est le leader du marché local du e-commerce, loin devant Amazon.com. Le groupe se dirige vers une valeur de marché de 10 milliards d'euros.

    C'est une action bienvenue pour la Bourse de Varsovie, sur laquelle sont cotées de nombreuses actions stagnantes de banques et de services publics. Le groupe se voit immédiatement attribuer un poids estimé de 6% dans l'indice WIG20.

  • L'inflation au Royaume-Uni a baissé moins que prévu en août

    L'inflation britannique est tombée à +0,2% en août après +1,0% le mois précédent. Les économistes tablaient en moyenne sur une inflation stable (0,0%), les subventions du gouvernement ayant contribué à faire baisser le taux d'inflation global.

  • Le fabricant de lait d'avoine Oatley envisagerait une introduction en bourse

    Le fabricant de lait d'avoine Oatley envisagerait une introduction en bourse. Selon le magazine spécialisé M&A MergerMarket, la société suédoise qui vend son lait végétal à Ikea, entre autres, serait évaluée à environ 5 milliards de dollars. L'introduction en bourse aurait lieu au premier semestre 2021.

    Oatley aurait eu des discussions avec des conseillers potentiels sur la possibilité d'une cotation en bourse aux États-Unis. Oatly envisagerait également une inscription à Hong Kong et à Londres.

    En juillet, le fabricant de lait d'avoine a levé 200 millions de dollars de nouveaux capitaux auprès d'un groupe d'investisseurs. Des célébrités telles que Oprah Winfrey, Jay-Z et Natalie Portman y ont participé. Le groupe, dirigé par Blackstone, aurait acquis environ 10% d'Oatley.

  • Suez annonce un projet de cessions d'activités pour 1,1 milliard d'euros

    Suez   a annoncé un projet de cessions d'une partie de ses activités dans quatre pays européens à PreZero, branche du groupe Schwarz, pour 1,1 milliard d'euros, ce qui lui permettrait d'atteindre environ 40% de son objectif de rotation d'actifs fixé dans son plan stratégique Suez 2030. Le groupe français de traitement de l'eau et des déchets, qui cherche une parade face au projet de rapprochement lancé par Veolia  , dit être entré en négociations exclusives avec PreZero pour lui céder ses activités de recyclage et valorisation aux Pays-Bas, au Luxembourg, en Allemagne et en Pologne.

    Suez et PreZero ont aussi signé un "protocole d'accord visant à explorer l'opportunité de développer des partenariats stratégiques pour promouvoir des solutions innovantes de gestion de déchets et accélérer le développement de l'économie circulaire en Europe", est-il écrit dans un communiqué.

  • The Hut Group débarque à la Bourse de Londres

    Première cotation pour The Hut Group - dont Sofina   est l'un des actionnaires - à la Bourse de Londres. Pour mémoire, le holding belge a conclu une convention de "lock-up" où il s'engage à maintenir sa participation dans le capital du groupe britannique pour six mois.

    L’IPO de The Hut Group (THG) réalisée ce mardi sur le London Stock Exchange, est la plus importante pour une société britannique depuis 2013. Il s’agit aussi de la plus grosse IPO dans le domaine technologique à Londres depuis celle de Worldpay, en 2015. Le groupe a déjà confirmé la prise de participation de plusieurs gros investisseurs, comme Blackrock, Henderson Global Investors, la Qatar Investment Authority, ou Dragoneer Investment Group, qui vont acheter près des deux tiers des actions offertes. L’opération valorisera cette société basée à Manchester à hauteur de 4,5 milliards de livres.

  • La Chine laisse filer le yuan sur le marché des devises

    Le yuan continue sa progression après que les prévisions de la banque centrale aient indiqué une tolérance croissante pour une devise plus forte. "L'acceptation par les décideurs de la force du RMB devrait être suffisante pour pousser l'USD/CNH à la baisse tant qu'elle est fondamentale et non spéculative", a déclaré Stephen Innes, chief global markets strategist chez AxiCorp, dans une note. "Le but ultime est toujours un régime de change flottant alors que la Chine se prépare à ouvrir davantage son marché financier et à internationaliser sa monnaie."

  • L'offre de Veolia sur Suez sera examinée par Engie jeudi

    Engie   réunira son conseil d'administration jeudi pour examiner le projet de rachat de l'essentiel de sa participation dans Suez   porté par Veolia   mais aussi pour étudier des offres alternatives si Suez en présente d'ici-là, ont indiqué à Reuters des sources au fait du dossier.

    Deux de ces sources ont par ailleurs indiqué que Suez réunissait son propre conseil ce mardi et se préparait à enclencher une riposte au projet de Veolia, sans toutefois préciser si celle-ci pourrait prendre la forme d'une contre-offre sur les parts détenues par Engie.

    Les administrateurs de Suez ont pour leur part rejeté la semaine dernière l'offre de Veolia, qualifiée d'"hostile et opportuniste", et apporté leur soutien à la direction dans la mise en oeuvre d'une accélération du plan Suez 2030. Concernant ce dernier point, une source interrogée par Reuters a indiqué que Criteria, maison-mère de Caixabank et deuxième actionnaire de Suez avec 5,9% du capital, n'envisageait pas de participer au moindre consortium susceptible de soumettre une offre concurrente à celle de Veolia sur la participation d'Engie.

  • Trump: "Oracle proche d'un accord avec ByteDance pour TikTok"

    Le président américain Donald Trump a déclaré mardi avoir entendu qu'Oracle était proche de sceller un accord pour TikTok, alors même que des sources ont indiqué que ByteDance, le propriétaire chinois de l'application vidéo, entendait conserver sa participation majoritaire. "J'ai entendu qu'ils étaient très proches d'un accord", a dit le Président américain, ajoutant que son administration allait bientôt décider de valider ou non cet accord.

    Selon les sources, une réunion sur la proposition de ByteDance s'est tenue mardi à la Maison-Blanche entre Steven Munchin et le secrétaire américain au Commerce, Wilbur Ross. On ignore si Donald Trump approuvera cette proposition, ont dit les sources. Aucun commentaire n'a été obtenu dans l'immédiat auprès de la Maison-Blanche, ByteDance et Oracle.

  • Good morning!

    Bonjour à toutes et tous! Bienvenue sur le "Market Live" de L'Echo pour cette édition du mercredi 16 septembre 2020.

    À l'agenda du jour: tous les regards seront tournés vers la Réserve fédérale américaine et la conférence de presse que tiendra son président Jerome Powell vers 20h30 (heure belge).

    "Alors que l'économie ralentit, les nouvelles macroéconomiques à venir devraient être favorables, ce qui devrait indiquer que la Fed ne changera rien en termes de politique"
    Peter Cardillo
    économiste de marché chez Spartan Capital Securities

    La Bourse de New York a fini mardi en hausse de 0,01%, à la veille des décisions de la Réserve fédérale, que les investisseurs s'attendent à voir s'en tenir à sa politique accommodante. L'indice Dow Jones a gagné 2,27 points à 27.995,6. Le S&P 500, plus large, a pris 17,66 points, soit 0,52%, à 3.401,2 et Le Nasdaq Composite a progressé de 133,67 points (1,21%) à 11.190,32 points.

    ©Bloomberg

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés