1. Les marchés
  2. Live blog

L'Europe boursière a effacé 3 ans de gains

Le rebond des marchés observé mercredi a tourné court. Les indices européens sont repartis en forte baisse, sur fond de prévisions moroses des entreprises. Les déclarations de Rio Tinto sur son dividende a enfoncé les minières. Et SocGen a plombé le secteur financier.
  • Clôture des marchés européens

    FTSE-100 (Londres) -2,39%

    BEL 20 -2,78%

    DAX -2,93%

    AEX -3,05%

    STOXX Europe 600 -3,68%

    CAC 40 -4,05%

     

  • L'or gagne 50 dollars en une séance

    #Gold breaks $1,250. Up 4.5%, biggest jump in more than a year https://t.co/v4zPosJSUz pic.twitter.com/fKvCXbb4Mn— Thomas Biesheuvel (@tbiesheuvel) February 11, 2016

  • Le FMI se dit inquiet du recul des valeurs bancaires en Europe

    "Dans la mesure où le récent courant de ventes reflète une détérioration des perspectives des banques européennes, la baisse est effectivement un sujet de préoccupation". "Le reprise européenne est bien là. Mais elle reste faible et un secteur bancaire robuste est nécessaire au soutien de l'investissement et de l'activité économique."
    Gerry Rice
    porte-parole du FMI

    Le Fonds monétaire international (FMI) s'inquiète de la récente chute des actions des banques européennes, un secteur bancaire solide étant essentiel pour soutenir la reprise de la croissance économique, a dit le porte-parole du FMI Gerry Rice.

    Il a ajouté que les autorités monétaires européennes devraient s'efforcer d'inciter les banques à assainir leur bilan et que la liquidation des prêts non-performants devrait être encouragée via une surveillance plus étroites, des procédures de liquidation améliorées et le développement de marchés de la dette décotée.

  • Yellen: Il est "prématuré" de juger de l'impact des turbulences des marchés financiers

    La présidente de la banque centrale américaine (Fed) Janet Yellen a estimé qu'il était "prématuré" de juger de l'impact sur l'économie des turbulences des marchés financiers.

    "Les développements économiques et financiers dans le monde (...) peuvent influencer la balance des risques ou la trajectoire économique". Mais il est "prématuré d'exercer un jugement" sur l'économie et donc la politique monétaire.
    Janet Yellen
    présidente de la Fed

    Interrogée sur le fait de savoir si l'économie ralentissait au point de faire craindre une récession, Mme Yellen a affirmé que "s'il y a toujours un risque de récession au cours d'une année, il est prouvé que les expansions ne meurent pas de vieillesse".

    Mme Yellen a également affirmé que le système bancaire était, depuis la crise financière, "bien plus résistant et capitalisé". "Je pense que nous avons un système bancaire fort et que nous avons vu une nette amélioration", a-t-elle déclaré.

  • Total confirme ses engagements en matière de dividende

    Patrick Pouyanné, le PDG de Total  , a déclaré lors d'une conférence avec les analystes que le groupe confirmait son objectif de couvrir son dividende par ses flux de trésorerie nets organiques à partir de 2017 à 60 dollars par baril. 

  • UBI Banca exclut une fusion avec Monte Paschi pour le moment

    "Il ne faut jamais dire jamais mais les conditions ne sont pas réunies actuellement". La banque UBI se concentre pour le moment sur ses propres activités.
    Victor Massiah
    administrateur délégué d'UBI Banca

    UBI Banca  a écarté l'éventualité d'une fusion avec sa rivale en difficulté Banca Monte dei Paschi di Siena  dans les circonstances actuelles et indiqué qu'il se pourrait qu'elle ne participe pas à un probable mouvement de consolidation parmi les banques mutualistes italiennes.

    L'administrateur délégué Victor Massiah a fait cette déclaration après que la cinquième banque italienne, longtemps considérée comme l'une des plus solides du pays, a vu ses fonds propres "core" baisser contre toute attente au dernier trimestre de l'an dernier, ayant revu ses modèles internes d'évaluation du risque.

  • Boeing chute, le groupe serait visé par une enquête de la SEC

    L'action Boeing  est en forte baisse à la Bourse de New York après des informations de Bloomberg selon lesquelles les autorités boursières américaines ont ouvert une enquête sur certaines de ses méthodes comptables.

    Selon l'agence, l'enquête porte notamment sur la méthode comptable permettant d'étaler sur une très longue période les coûts de développement et de lancement des avions.

  • Le point une heure avant la clôture

    Les marchés européens évoluent toujours dans le rouge, mais la baisse se réduit après l'ouverture de Wall Street. Après avoir perdu jusqu'à 4% en matinée, le CAC 40  recule à présent de près de 3%. Chez nous, le Bel 20  tente de résister à la tendance baissière avec un repli de près de 2%.

    "La révision du ROE 2016 est considérée comme un profit warning".
    analyste parisien

    Les valeurs bancaires affichent la plus forte baisse sectorielle (-4,53%), emmenées par la chute de Société Générale  . En parallèle de ses résultats décevants, a banque a annoncé ne pas être en mesure de confirmer son objectif de rentabilité des fonds propres pour 2016 en raison des contraintes réglementaires et des incertitudes sur l'économie mondiale. 

    Le secteur lié aux matières premières perd de son côté plus de 3%. Rio Tinto  a publié une perte nette annuelle, conséquence de la chute des cours du minerai de fer et du cuivre, et il a renoncé à son engagement de maintenir ou d'augmenter son dividende à partir dec ette année en arguant de ses perspectives moroses.

    Enfin, les cours du pétrole  continuent de se rapprocher de leurs plus bas niveaux depuis 2003, plombés par la surabondance générale et une nouvelle chute des marchés mondiaux, dans laquelle la déprime de l'or noir joue elle-même un rôle.

  • Marchés: les 5 prévisions les plus fumeuses. De Goldman Sachs à Alan Greenspan .https://t.co/s1ANiWT8wR pic.twitter.com/YabQO4DhVR— Stéphane Wuille (@stephanewuille) February 11, 2016

  • Les investisseurs inquiets se rabattent massivement sur l'or

    Corollaire logique de l'aversion totale des investisseurs pour le risque, les valeurs refuges sont très recherchées à mesure que les valeurs bancaires battent de l'aile. L'or est ainsi parvenu à se hisser au-dessus des 1.200 dollars par once (environ 31 grammes d'or) ce jeudi.


    Les investisseurs inquiets se rabattent massivement sur l'#or https://t.co/U2kX4TtYIf #Gold pic.twitter.com/Ywq5abklR9— L'Echo (@lecho) February 11, 2016

  • La BCE poussée à l'action en mars?

    Swap d'#inflation 5 ans dans 5 ans (anticipat° d'inflation, surveillée par #BCE ) Toujours plus bas (1.4460) ---> pic.twitter.com/hE1gFAXkXl— Alexandre Baradez (@ABaradez) February 11, 2016

  • Glencore accélère son plan de désendettement

    Ivan Glasenberg, chief executive officer of Glencore International Plc ©Bloomberg

    Glencore  s'est engagé dans une nouvelle phase de son plan de désendettement avec la vente de 500 millions de dollars de contrats à terme sur des métaux précieux et une réduction accélérée de sa production de pétrole.

    Le groupe, présent à la fois dans les mines et le négoce de matières premières, a annoncé prévoir désormais de produire environ 8,5 millions de barils de pétrole en 2016, soit 20% de moins que l'an dernier et surtout moins que les 9,6 millions prévus en décembre.

    "Si les perspectives se dégradent et si tout le marché est touché, les miniers les plus endettés sont les plus durement touchés". "Les chiffres (de production) de Glencore sont exactement conformes aux attentes mais il n'y a aucune bonne surprise."
    Marc Elliott
    analyste d'Investec

    Glencore a aussi annoncé que sa production de cuivre, son activité la plus lucrative, avait diminué de 5,7% à 374.700 tonnes au quatrième trimestre, conséquence de la fermeture de certains sites pour tenter de freiner la baisse des prix. Cette année, sa production de cuivre devrait diminuer de 7,5% à environ 1,39 milliard de tonnes.

  • Deutsche Post étudie la possibilité de céder sa branche transit

    "La filiale a eu de gros problèmes de marges ces derniers temps, entre autres, en raison de pannes informatiques; il est donc normal que Deutsche Post étudie les moyens de la redresser".
    source anonyme

    Deutsche Post  envisage la possibilité de scinder son activité de transitaire ou de la vendre purement et simplement afin de se recentrer sur le courrier et sa filiale de messagerie express DHL, a-t-on appris de deux sources proches du dossier.

    L'une des hypothèses à l'étude est une vente à Japan Post , le groupe japonais nourrissant des ambitions internationales comme l'atteste le rachat l'an dernier de l'australien Toll Holdings, a expliqué une autre source.

  • "Le moral (des investisseurs) dans le monde est écrasé par le retour des pressions sur le secteur bancaire, qui provoque une chute généralisée (des Bourses) en Europe". "En outre les incertitudes entourant les hausses des taux d'intérêt par la Réserve fédérale (américaine) continuent à créer de la volatilité, tout comme la poursuite de la chute des cours du pétrole".
    analystes de Charles Schwab

  • Wall Street| Opening Bell |

    • Dow Jones: -0,91%
    • S&P 500: -0,90%
    • Nasdaq Composite: -1,49%
  • Deutsche Bank plus risquée qu'UniCredit

    La prime d'assurance pour se couvrir contre un défaut de paiement (CDS) de Deutsche Bank est plus élevée que celle exigée pour UniCredit, la plus grande banque commerciale d'Italie. En d'autres termes, le marché juge plus risqué de prêter à la banque allemande qu'à l'établissement italien.

     

  • Le Portugal sous pression

    Le Portugal doit se préparer à prendre, si nécessaire, de nouvelles mesures pour respecter ses engagements en matière de réduction des déficits, a averti jeudi le président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem.

    Le projet de budget élaboré par le nouveau gouvernement de gauche portugais n'a été accepté par la Commission européenne qu'avec des réserves la semaine dernière, l'exécutif communautaire estimant qu'il risquait d'enfreindre les règles du Pacte de stabilité et de croissance européen.

    Les doutes sur la situation budgétaire du Portugal, l'un des pays les plus touchés par la crise de la dette au début de la décennie, figurent aujourd'hui parmi les facteurs de tension des marchés financiers.

    La dette émise par Lisbonne n'est en effet notée pour l'instant en catégorie d'investissement ("investment grade") que par l'agence DBRS. Une dégradation par cette dernière l'exclurait donc du champ des achats de titres de la Banque centrale européenne (BCE), l'un des principaux soutiens des marchés.

     

    +59,4 pb
    Le rendement de la dette souveraine portugaise à 10 ans flambe: +59,4 points de base à 4,28%.


  • Wall Street attendue en baisse

    Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en baisse d'environ 2%. Peu avant 14h, le contrat à terme sur l'indice Dow Jones perd 1,8%; celui sur l'indice S&P 500 1,8% et sur celui sur l'indice composite du Nasdas 2%.

  • Genfit bondit, après un article sur la NASH

    L'action Genfit bondit après la publication dans une revue spécialisée de résultats sur l'Elafibranor, le traitement de la société biopharmaceutique contre la NASH, une maladie hépatique.

    Sur le site de la revue Gastroenterology, un article signale qu'une étude menée sur des patients atteints de NASH a montré l'efficacité du traitement sans exacerbation de fibrose, sur la  base d'une définition modifiée. "L'Elafibranor a été bien toléré et a amélioré le profil de risque cardiométabolique des patients", est-il indiqué dans l'article.

    Sur twitter, Genfit a réagi en annonçant la publication d'un communiqué de presse après Bourse ce jeudi.

    Un trader parisien évoque également de nouvelles rumeurs de rachat après que le dirigeant de Gilead eut dit lors d'une conférence être ouvert à des opérations dans la NASH et être intéressé par des acquisitions et des partenariats.

     

  • "Le risque de crédit pesant sur les valeurs bancaires à cause du pétrole ne faisant qu'augmenter, le sentiment d'aversion au risque sur les marchés progresse en raison de la crainte d'un risque systémique imminent à l'instar de celui causé par la faillite de Lehman Brothers en 2008. Deutsche Bank pourrait devenir le Lehman Brothers européen en cas de faillite et pourrait être l'épicentre de la prochaine crise économique à venir."
    Sylvain Loganadin
    Analyste de FXCM

  • Chat spécial de midi à 14h. Venez nous rejoindre!

    Live Blog Chat spécial (11 fév)
     
  • Voici le briefing actions belges du jour

    Briefing actions (11 fév) - AB InBev, Telenet, Nyrstar, Ablynx, Barco, Fagron, Tinc https://t.co/nySGlFqAP0 pic.twitter.com/dDSL93VPZT— Stéphane Wuille (@stephanewuille) February 11, 2016

  • +70%
    L'action du groupe pharmaceutique suédois Meda gagne plus de 70% à 146,70 couronnes à la Bourse de Stockholm, au plus haut depuis dix mois, au lendemain de l'annonce de son rachat par l'américain Mylan. Ce dernier offre 165 couronnes par action, soit 7,2 milliards de dollars (6,38 milliards d'euros) au total, payables en numéraire et en actions.

  • Et pendant ce temps-là sur le marché obligataire

    Le marché obligataire européen profite de l'aversion au risque des investisseurs. Les rendements des emprunts d'Etat à 10 ans des pays jugés solides comme l'Allemagne, la France ou le Royaume-Uni voit se tassent de l'ordre de 8 points de base. Pour la Belgique, la baisse est de 6 points de base à 0,69%.

    Situation inverse pour les pays de la périphérie de la zone euro. Les taux d'emprunt de l'Italie et de l'Espagne progressent de 2 points de base, rien de comparable avec le Portugal qui voit le service de sa dette prendre 16 points de base à 3,84%.

  • Pourquoi SocGen plonge en Bourse

    Société générale n'est pas en mesure de confirmer son objectif de rentabilité des fonds propresn (ROEà pour 2016 en raison des contraintes réglementaires et des incertitudes sur l'économie mondiale, un manque de visibilité lourdement sanctionné en Bourse.

    "L'augmentation des exigences en capital et l'environnement économique et financier ne permettent pas de confirmer l'objectif de ROE de 10% dès fin 2016", écrit la banque dans un communiqué diffusé à l'occasion de la publication de ses résultats annuels 2015, où cet indicateur s'établit à 7,9%.

     

    "La révision du ROE 2016 est considérée comme un profit warning, même si le groupe se dit néanmoins confiant dans la capacité de son modèle à générer une rentabilité sur fonds propres de 10%."
    Un analyste interrogé par Reuters

     

    Société générale publie ces résultats après un début d'année difficile pour les banques qui souffrent des inquiétudes sur leur exposition à la chute des prix du pétrole, au ralentissement économique dans les pays émergents et aux politiques monétaires des Etats-Unis, du Japon ou encore de la Banque centrale européenne.

    La saison des résultats annuels a aussi apporté son lot de déception comme la perte record essuyée par Deutsche Bank, le premier résultat négatif de Credit Suisse depuis 2008 ou les résultats décevants de la division gestion de fortune chez UBS.

  • Le Cac 40 perd près de 4%

    • Amsterdam: -3,60%
    • Bruxelles: -2,91%
    • Francfort: -3,15%
    • Londres: -2,20%
    • Paris: -3,82%
    • Milan: -4,64%
    • Madrid: -3,33%
  • Le point sur la tendance boursière

    Les principales Bourses européennes replongent à l'ouverture, le répit n'ayant duré qu'une journée, avec une nouvelle chute des valeurs bancaires, Société Générale en tête, et minières.

    L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro chute de 2,66%, tout comme le FTSEurofirst 300 qui avait interrompu mercredi une série de sept séances consécutives de repli.

    Le secteur bancaire, au coeur de la tourmente en raison des doutes sur sa rentabilité, recule de 5,26%.

    Société Générale chute de plus de 10%, plus forte baisse de l'EuroStoxx 50, après l'annonce d'un bénéfice trimestriel légèrement inférieur aux attentes en raison notamment d'une provision supplémentaire de 400 millions d'euros pour les litiges.

    Les valeurs minières cèdent aussi du terrain (-5%) avec la baisse de plus de 6% du titre Rio Tinto, qui a renoncé à son engagement de maintenir ou d'augmenter son dividende chaque année en raison de ses perspectives moroses.

    Contre la tendance, Adidas prend 2% après avoir relevé ses objectifs de chiffre d'affaires et de bénéfice pour 2016 et Publicis s'adjuge 7% après avoir annoncé une croissance organique meilleure que prévu au quatrième trimestre.

    Le climat d'aversion au risque qui prévaut sur les marchés génère un mouvement de repli vers les valeurs refuge comme les obligations d'Etat allemandes, le yen et l'or.

  • La Banque de Suède creuse toujours plus profond

    La Banque de Suède a poussé encore plus loin son expérience des taux négatifs, abaissant son taux d'intérêt directeur à -0,5% dans l'espoir d'accélérer l'inflation.

    Cela fait un an que ce taux, celui des prêts aux banques sur sept jours, est en territoire négatif.

    Pourtant la Suède est loin d'être une économie en crise: après 3,7% de croissance en 2015, elle devrait enchaîner avec 3,5% en 2016, selon la banque centrale. Le taux de chômage devrait d'après elle baisser de 0,6 point cette année, à 6,8%.

    Mais la Riksbank a une inquiétude, celle de voir les prix stagner.

    "L'économie continue à se renforcer mais il est prévu que l'inflation sera plus faible au cours de l'année 2016 que prévu jusque-là. La période d'inflation basse sera par conséquent plus longue. Cela accroît le risque de diminuer la confiance placée dans l'objectif d'inflation."
    La Riksbank

     

    La décision, même si elle était attendue, a suscité des réserves chez certains économistes.

  • Les minières et les financières en tête des replis

    Les valeurs minières plongent de 6%, selon l'indice DJ Stoxx 600 de référence. Le compartiment des banques et celui des assurances suivent avec des replis respectifs de 5% et 4%. Globalement, l'indice pan-européen DJ Stoxx 600 chute de 3%.

  • La Bourse de Madrid décroche de plus de 3%.

  • Les indices actions européens s'enfoncent

    Le rebond des marchés d'hier mercredi tourne court. Les indices actions européens ont ouvert en baisse et s'enfoncent dans le rouge quelques minutes après les premiers échanges. Les replis dépassent actuellemennt 2% à Paris et Amsterdam. L'indice Stoxx 600 et l'indice Euro Stoxx 50 abandonnent également plus de 2%.

    Les investisseurs réagissent négativement à la baisse des prix du pétrole et face aux nombreuses questions laissées sans réponses par la présidente de la Fed Janet Yellen.

    ©Bloomberg

  • La Bourse de Paris s'enfonce, perd plus de 2%

  • La Bourse de Hong Kong chute de 4% à la clôture

  • Adidas prend les investisseurs par surprise

    L'équipementier sportif allemand Adidas a fortement augmenté son chiffre d'affaires et ses bénéfices l'an dernier, et s'attend à une très bonne année 2016 avec une nouvelle hausse de plus de 10% de ses ventes, selon des données préliminaires publiées ce matin par surprise.

    Le groupe bavarois a choisi de publier ces premiers éléments de résultats avant la date prévue, le 3 mars, parce qu'ils excèdent les prévisions du marché.

    Le groupe bavarois, propriétaire de la marque aux trois bandes du même nom et de Reebok, a dégagé un bénéfice net en hausse de 12% à 720 millions d'euros en 2015, selon un communiqué. Ce chiffre n'inclut toutefois pas une dépréciation de 34 millions d'euros sur les activités en Russie. Les ventes ont grimpé de 16% à 16,9 milliards d'euros, portées par une solide demande et des effets de change favorables.

    Le consensus compilé par Factset misait sur un chiffre d'affaires de 16,8 milliards d'euros et un bénéfice net de 707 millions.

    ©Michael Kappeler/BELGAIMAGE

  • | Opening Bell |

    • Amsterdam: -1,35%
    • Bruxelles: -0,84%
    • Francfort: -1,44%
    • Londres: -1,16%
    • Paris: -1,65%
  • Ablynx, Home Innvest, Nyrstar... quelques valeurs belges à suivre

    • ABLYNX - Myria Opportunities Master Fund a augmenté sa position vendeuse nette sur Ablynnx à 0,96% du capital le 9 février contre 0,89% avant.
    • BARCO - Résultats annuels (voir post précédent).
    • FAGRON - Worldquannt a augmenté sa position vendeuse nette sur Fagron à 1,73% le 9 février contre 1,63% avant.
    • HOME INVEST - Acquisition du projet Célidée à Molenbeek-Saint-Jean.
    • NYRSTAR - Le smelter a réduit le prix de conversion de son emprunt... convertible à maturité 2018. Par ailleurs, Pine River a réduit sa position vendeuse nette à moins de 0,5% le 9 février contre 0,61% le jour précédent
    • TINC - TINC, la société d’investissement en actifs d’infrastructure cotée sur Euronext Bruxelles, investit dans l’écluse néerlandaise Beatrix – Belwind a été désinvesti
  • Barco relève son dividende

    Barco va proposer de porter le dividende 2015 à 1,75 euro contre 1,60 euro jusqu'ici, après des résultats annuels marqués par une croissance à deux chiffres et un flux de trésorerie élevé.

    Le groupe d'imagerie affiche une croissance de plus de 13%de son chiffre d'affaires tandis que le carnet de commande grimpe de 20% sur un an. Le cash-flow libre monte à 110,3 millions d'euros contre 14,9 millions en 2014.

    Lire la suite de notre article ici.

  • "Les indices européens devraient ouvrir en baisse, n'arrivant pas à aligner deux séances de hausse consécutives. La baisse du prix du baril de pétrole et les questions sans réponses laissées par la présidente de la Fed Janet Yellen expliquant la faiblesse du jour."
    John Plassard
    Directeur adjoint de Mirabaud Securities

  • Net repli attendu en Europe

    A 8h20, le contrat à terme sur l'indice CAC 40 cédait 1,6%. Le future sur l'indice phare de la Bourse de Londres perdait 0,82%, celui de la place de Francfort 1,58% et le
    contrat pour l'indice Euro Stoxx 50, qui regroupe les principales valeurs de la zone euro, abandonnait 1,65%.

  • Briefing d'avant Bourse

    Les principales Bourses européennes devraient repartir à la baisse à l'ouverture, au lendemain d'une intervention de Janet Yellen qui a laissé sur leur faim des investisseurs en quête de repères face aux nombreuses sources de turbulences sur les marchés mondiaux.

    D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien pourrait perdre jusqu'à 1,5% à l'ouverture, le Dax à Francfort 1,4% et le FTSE à Londres 1%.

    La présidente de la Réserve fédérale a exprimé un certain optimisme quant à l'économie américaine tout en reconnaissant les risques liés notamment au ralentissement de la croissance chinoise et en annonçant que la banque centrale américaine devrait poursuivre le resserrement graduel de sa politique. Ce discours assez neutre n'a pas dissipé les doutes des investisseurs, notamment quant au calendrier de relèvement des taux de la Fed.

     

    "Yellen a clairement dit que si la Fed prévoyait toujours de poursuivre sur la voie d'un resserrement monétaire progressif, sa politique n'est pas pré-définie et elle réagira en fonction des événements. Le véritable test pourrait venir plus tard, si les marchés continuent de se détériorer et se tournent vers les banques centrales pour les sauver. Les décideurs sont-ils chargés à blanc?"
    Justin Fabo
    Economiste chez ANZ


    Certains semblent déjà se préparer au pire et se tournent vers les valeurs refuge comme le yen ou l'or, qui a franchi un seuil technique au-dessus de 1.200 dollars l'once.

  • Les Bourses asiatiques dans le rouge

    Après trois jours de congés liés aux vacances du Nouvel An chinois, les investisseurs hongkongais ont fortement réagi à la chute des marchés mondiaux intervenue en début de semaine. L'Index Hang Seng a plongé de 4,2% dans les premières minutes des échanges pour tomber à son plus bas niveau depuis juin 2012, avant de se reprendre légèrement. En fin de matinée, elle cédait toujours 3,85%.

    La conjoncture internationale n'explique cependant pas tout, certains investisseurs s'inquiétant notamment de l'impact sur le tourisme des violentes émeutes survenues dans la nuit de lundi à mardi lors d'une tentative pour disperser des marchands ambulants dans l'ancienne colonie britannique.

     

    "La chute est inévitable car toutes les places ont baissé pendant cette période de vacances et, qu'il s'agisse des prix du pétrole ou des craintes de récession, les mêmes inquiétudes sont toujours présentes."
    Steven Leung
    Analyste chez UOB Kay Hian

     

    Le décrochage était également notoire sur d'autres places de la région. Séoul cédait 2,4%, Singapour 1,3% tandis que Wellington, Jakarta et Manille étaient aussi dans le rouge. Sydney rebondissait légèrement en raison d'achats à bons comptes.


    Les Bourses de Tokyo, Shanghai et Taipei sont fermées.

  • Good morning!

    Bonjour à toutes et tous et bienvenue sur le "market live" de L'Echo qui vous permet de suivre minute par minute les grands moments de cette séance de Bourse.

     

    ©Bloomberg

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés