1. Les marchés
  2. Live blog
live

L'Europe boursière finit en hausse, portée par les cycliques

Les marchés européens ont grimpé dans l'espoir d'avancées dans les négociations sino-américaines et grâce à l'éloignement du risque d'un Brexit désordonné. NN Group entre au capital de Fagron. SAP confirme ses prévisions. Wall Street est en légère hausse.
  • Les rendez-vous de mardi

    Voici la fin de notre Market Live du jour, merci de l'avoir suivi!

    Nous vous proposons de jeter un coup d'oeil sur les principaux rendez-vous des investisseurs pour la journée de mardi, avec au programme quelques statistiques et la suite de la saison des résultats trimestriels:

    Merci pour votre fidélité et à demain matin dès 7h30 pour un nouveau suivi en direct de l'actualité boursière!

  • Voici les débriefings de ce lundi

    Journée animée pour débuter cette semaine boursière: les valeurs cycliques ont emmené les hausses sur les marchés européens, dans un contexte marqué par l'espoir d'avancées dans les négociations entre les Etats-Unis et la Chine, ainsi que par l'éloignement d'un risque de Brexit sans accord.

    En Bourse de Bruxelles, le Bel 20 a bénéficié de la bonne tenue des actions bancaires, soutenues par la montée des taux longs. UCB a évolué contre la tendance et Kiadis a chuté.

  • Clôture en Europe

    Bel 20: +0,70% à 3.784,04 points

    AEX: +0,56% à 575,92 points

    Cac 40: +0,21% à 5.648,35 points

    Dax: +0,91% à 12.747,96 points

    FTSE 100: +0,18% à 7.163,64 points

  • Infosys chute à Wall Street

    L'action Infosys  chute de 12% en Bourse de New York. Un lanceur d'alerte a fait savoir que, selon lui, le patron de l'entreprise, Salil Parekh, avait usé de pratiques contraires à l'éthique pour gonfler artificiellement les profits de la société.

  • Les marchés apprécient la diminution du risque d'un Brexit désordonné

    Investisseurs et analystes tablent de plus en plus sur une sortie ordonnée du Royaume-Uni, certains prévoyant même qu'elle se déroulera comme prévu à la fin de ce mois-ci. Ce qui les pousse à réinvestir dans les actifs britanniques.

  • Boeing en difficulté à Wall Street

    L'action Boeing  chute de 4% en début de séance en Bourse de New York. Crédit Suisse et UBS ont réduit leurs recommandations sur l'action du constructeur aéronautique, estimant qu'il risquait de devoir passer des milliards de dollars supplémentaires en charges dans ses comptes, à cause de la crise du 737 MAX.

    Des messages entre employés de Boeing ont révélé que le système automatique mis en cause lors de deux accidents d'avions de ce modèle avait déjà rencontré des ennuis lors de phases de tests en simulateur.

  • 2 milliards $
    Netflix va s'endetter
    Le géant du streaming Netflix a annoncé ce lundi qu'il envisageait une émission d'obligations d'un montant total de 2 milliards de dollars (1,8 milliard d'euros) pour financer l'achat de contenus, la production et le développement, ainsi que des acquisitions potentielles.

  • Wall Street en hausse à l'ouverture

    La Bourse de New York est bien orientée en ce début de séance. Dans les premiers échanges, le Dow Jones  gagne 0,13% et le Nasdaq  prend 0,59%.

  • Le taux belge à dix ans bientôt en positif?

    Passé en territoire négatif durant l'été, le taux des obligations à dix ans de l'Etat belge est en passe de retrouver un niveau supérieur à zéro.

    Les taux d'intérêt à long terme se tendent dans l'ensemble de la zone euro à cause de la perspective d'avancées dans les dossiers des négociations sino-américaines et du Brexit.

    Taux belge à dix ans. ©Bloomberg

  • Wall Street signalée en légère hausse

    Wall Street est attendue en légère hausse alors que les Bourses européennes progressent prudemment à la mi-séance, profitant à la fois de signes encourageants sur le commerce USA-Chine et d'un regain d'espoir sur le Brexit.

    Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en hausse de 0,1% à 0,3%.

    En Europe, les gains varient entre 0,9% à Francfort et 0,3% à Amsterdam. L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro bonifie de de 0,57% et le Stoxx 600 de 0,58%.

    Malgré l'imbroglio sur le Brexit, les investisseurs jugent une sortie sans accord du Royaume-Uni de l'Union européenne de moins de moins probable.

    "Un Brexit ordonné reste l'issue la plus plausible selon nous, mais pas nécessairement au 31 octobre. Le sentiment haussier devrait se maintenir."
    Paul Hollingworth
    Economiste en chef de BNP Paribas

  • Hoffmann Green Cement, nouvel arrivant sur Euronext Paris

    Euronext Paris accueille aujourd'hui une nouvelle société: Hoffmann Green Cement Technologies . Malgré le nom allemand-anglais, il s’agit bien d’une société française. Hoffmann est le sixième producteur de ciment chez nos voisins français et un pionnier de la production de ciment à faibles émissions de CO2. Au début de cette année, la première usine Hoffmann est devenue opérationnelle à Bournezeau en Vendée, produisant annuellement 50.000 tonnes de ciment.

    Lors de l'introduction en bourse de Hoffmann Green Cement Technologies, 3,6 millions d'actions nouvelles ont été émises à 18 euros par action. La capitalisation boursière de la société s’élève donc à 236,3 millions d’euros (avant exercice de la green shoe), a calculé Euronext.

     

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

     

    Boeing, Lazard & Pinterest

    * BOEING perd 1,5% en avant-Bourse après un abaissement de recommandation et d'objectif de cours par Credit Suisse. L'action a cédé 6,79% vendredi après les révélations de l'agence Reuters, qui a rapporté dans la journée que le constructeur avait transmis à l'Agence fédérale de l'aviation civile (FAA) des messages échangés en 2016 entre deux de ses employés semblant indiquer que l'autorité de régulation avait été induite en erreur concernant le système anti-décrochage du 737 MAX, avion interdit de vol à travers le monde à la suite de deux catastrophes aériennes.

    * LAZARD - Le banquier star français Matthieu Pigasse a annoncé dimanche son départ de Lazard après 17 années passées dans la prestigieuse banque d'affaires, officialisant une rumeur qui agitait le secteur bancaire depuis plus d'un mois.

    * PINTEREST prend 4,3% dans les échanges avant l'ouverture après un relèvement de recommandation de RBC, qui passe à "surperformer" sur la valeur.

  • "Nous pouvons à nouveau investir dans les actions britanniques"

    Selon Morgan Stanley, l'incertitude politique a suffisamment diminué au Royaume-Uni pour renforcer les positions sur les actions britanniques et européennes.

    "Nous aurons probablement un accord sur le Brexit approuvé pour Noël", explique Graham Secker, stratège de Morgan Stanley. "Cela nous permet d’investir dans des actions britanniques. La réduction de l'incertitude est un atout pour les actions britanniques qui, face à l'indice mondial MSCI World, affichent la plus forte décote en 30 ans."

    Morgan Stanley voit les petites et moyennes capitalisations britanniques rebondir de 10%. Enfin, Secker souligne que les risques moins élevés associés au Brexit stimulent également les actions européennes.

  • Le point sur la tendance boursière - Update

    1. Les indices européens progressent en milieu de journée.
    2. Les investisseurs attendent le nouvel épisode du feuilleton du Brexit.
    3. Des avancées dans le dossier commercial contribuent également à l'optimisme des marchés.
    4. Wirecard prend 8%, meilleure progression du Stoxx 600, après avoir annoncé avoir chargé KPMG d'un audit à la suite d'une enquête du FT l'accusant d'avoir gonflé ses résultats financiers.
    5. Prudential avance de 7% après l'entrée en vigueur de la séparation d'avec sa filiale de gestion d'actifs M&G.
    6. À Bruxelles, Kiadis poursuit sa descente aux enfers et perd 8%.
    7. Wall Street est attendue en hausse, de 0,10% pour le Dow Jones, de 0,23% pour le S&P 500 et de 0,3% pour le Nasdaq 100.

  • Les bancaires propulsent l'indice Bel20

    L'indice Bel20 gagne 0,97%, de loin la plus forte hausse en Europe, dopé par ING (+3,09%) et KBC (+1,9%) qui profitent d'un effet sectoriel. L'indice Stoxx 600 des valeurs bancaires grimpe de 1,76%, deuxième meilleure progression en Europe après celui des valeurs liées aux matières premières (+2,19% pour l'indice Stoxx sectoriel).

  • M&G fait ses débuts à la Bourse de Londres

    M&G, qui regroupe la gestion d'actifs, les activités d'assurance et d'épargne en Europe et au Royaume-Uni de l'assureur britannique Prudential, fait ses premiers pas à la Bourse de Londres. Le premier cours a été fixé à 220 pence.

    M&G gère 381 milliards d'euros d'actifs (au 30 juin 2019).

    La société, qui conserve le nom de Prudential, englobe les activités d'assurance et d'épargne dans des marchés en croissance comme l'Asie et les États-Unis. Du fait de la scission, le titre de Prudential, membre de l'indice vedette FTSE-100, chute mécaniquement et perd 8%.

  • "Cette semaine sera encore focalisée sur le Brexit. Il est indéniable que le risque d'un 'no deal' a diminué, mais tout est encore possible outre-Manche. Le pire scénario serait un rejet de l'accord à la Chambre des Communes et une incapacité des parlementaires à s'entendre ensuite sur une voie de sortie de crise, via des élections anticipées et/ou un référendum."
    Tangi Le Liboux
    Analyste chez Aurel BGC

  • La livre sterling au-dessus de 1,30 dollar

    La livre sterling progresse face au billet vert lundi, passant au-dessus de 1,30 dollar pour la première fois depuis mai, quelques heures après avoir ouvert en baisse en Asie et alors que les craintes d'un Brexit sans accord semblent s'éloigner.

    La livre sterling gagne 0,20% face au billet vert, à 1,3012 dollar, un niveau plus vu depuis mai. Face à l'euro, elle se stabilise à 86,00 pence pour un euro.

  • Le point sur la tendance boursière

    L'Europe dans le vert en attendant un nouvel épisode sur le Brexit

    1. Les principales bourses européennes progressent, les investisseurs attendant les prochains épisodes du feuilleton Brexit en paraissant écarter le scénario d'un divorce brutal entre Londres et Bruxelles.

    2. L'indice BeL20 gagne 0,88%, Francfort 0,73%, Amsterdam 0,17% et Paris 0,04%. L'indice paneuropéen DJ Stoxx 600 prend 0,29% et l'Euro Stoxx 50 0,27%.

    3. Les secteurs sensibles à la thématique commerciale progressent avec des gains de 1,26% pour l'indice Stoxx des ressources de base et 1,32% pour l'automobile.

    4. À Francfort, le Dax est porté par Wirecard qui prend 5,96% après avoir annoncé avoir chargé KPMG d'un audit à la suite d'une enquête du Financial Times l'accusant d'avoir gonflé artificiellement ses résultats financiers.

    5. À la baisse, Prudential perd 9,96% à Londres après l'entrée en vigueur de la séparation d'avec sa filiale de gestion d'actifs M&G.

  • Jefferies sur Kiadis

    Le gros revers encaissé par Kiadis avec l'ATIR101, sa molécule vedette qui n’a pas reçu l’approbation européenne pour le moment, a poussé les analystes de Jefferies à baisser les conseils de Kiadis Pharma d'acheter à conserver. Le prix cible chute de manière spectaculaire, de 14 à 2,50 euros.

    Pour une nouvelle tentative d'approbation d'ATIR101 en Europe, il faudra attendre les résultats de l’étude de phase 3. Les résultats provisoires sont attendus en 2021.

    Jusque-là, Jefferies ne voit pas grand-chose qui puisse stimuler l'action. La société devra également collecter des fonds supplémentaires dans ces circonstances, car la trésorerie ne permet pas de tenir au-delà du deuxième trimestre de l'année prochaine.

    Le broker a réduit de 80 à 40% les chances d’ATIR101 sur le marché européen et de 50 à 40% avant son lancement aux États-Unis. Cette décision est basée, d’une part, sur l’absence d’opinion positive en Europe et, d’autre part, sur les récents événements survenus avec Zalmoxis, un médicament de MolMed et un concurrent potentiel d’ATIR101. Une analyse intermédiaire non planifiée d’une étude de phase 3 a montré que Zalmoxis n’apportait aucun avantage, bien que l’approbation conditionnelle soit déjà disponible en Europe. Cela rend plus difficile, pour Kiadis, d’obtenir de bons résultats en phase 3.

  • Kiadis: -4%

    L'action Kiadis perd 3,84%. Elle s'était effondrée de 51% vendredi après un gros revers pour son produit phare, l'ATIR101. Depuis son IPO réalisée en 2015, cette biotech a vu sa valeur divisée par plus de six!

    Jefferies a réduit ce matin sa recommandation sur la valeur d'acheter à conserver. L'objectif de cours tombe à 2,50 euros contre 14 euros jusqu'ici.

  • | Opening Bell |

    Les bourses européennes ouvrent sur une note prudente, tiraillées entre les avancées commerciales qui laissent espérer un accord sino-américain et la nouvelle déconvenue sur le Brexit.

    Bruxelles: +0,02%
    Amsterdam: +0,04%
    Francfort: n.c.
    Paris: -0,13%
    DJ Stoxx 600: +0,05%

  • SAP confirme ses prévisions de résultats

    Le géant allemand des logiciels SAP a vu son bénéfice net augmenter de 28% au troisième trimestre pour atteindre 1,25 milliard d’euros. Le chiffre d'affaires a augmenté de 13% à 7,8 milliards d'euros.

    SAP profite en particulier de l'activité du département cloud. Les revenus provenant des abonnements et des services cloud ont augmenté de 37% à 1,79 milliard d'euros.

    SAP a confirmé ses prévisions annuelles: un chiffre d'affaires cloud compris entre 6,7 et 7 milliards d'euros et un résultat opérationnel compris entre 7,85 et 8,05 milliards d'euros.

  • Nouvel épisode dans la guerre de la Bud "light"

    La guerre de la Bud "light" se poursuit entre AB InBev et son rival MillerCoors, du groupe Molson Coors . En mai dernier, MillerCoors avait saisi les juges du Wisconsin au sujet de la publicité sur la Bud Light du géant belgo-brésilien; une publicité qu'il jugeait trompeuse.

    Désormais, AB InBev contre-attaque et accuse son concurrent d'avoir volé la recette de sa Bud Light et de sa Michelob Ultra.

  • Briefing d'avant bourse

    Les principales bourses européennes sont attendues en hausse prudente à l'ouverture, les investisseurs paraissant choisir de se réjouir des avancées sur le front du commerce plutôt que de se désoler d'un nouveau drame dans le feuilleton du Brexit.

    D'après les premières indications disponibles, le Cac 40 et le Dax gagneraient 0,15% tandis que le FTSE à Londres ouvrirait stable.

    Le vice-Premier ministre chinois Liu He a déclaré samedi que la Chine allait travailler avec les États-Unis dans le but de répondre aux principales inquiétudes des deux camps sur une base d'équité et de respect mutuel, soulignant que mettre fin à la guerre commerciale serait positif pour tous.

    Ces déclarations devraient rassurer un peu des investisseurs européens inquiets des derniers rebondissements dans la saga du Brexit.

  • A suivre cette semaine sur les marchés

    Jeudi, Mario Draghi tirera sa révérence en tant que président de la Banque centrale européenne après 8 années passées dans cette institution monétaire basée à Francfort. Il passera le flambeau à Christine Lagarde, qui lâchera son fauteuil de présidente du Fonds monétaire international (FMI).

    Concernant la réunion elle-même, les marchés n'attendent rien de particulier. "Ils ont plutôt les yeux rivés sur celle de la Réserve fédérale qui aura lieu le 31 octobre", explique Franck Dixmier, directeur de la gestion obligataire chez Allianz Global Investors, cité par Reuters. Mario Draghi n'en devrait pas moins profiter de cette réunion pour justifier la politique monétaire de la BCE et la mettre en perspective afin de "livrer en quelque sorte son testament", ajoute-t-il.

    Rayon résultats d'entreprises, les sociétés seront nombreuses à communiquer leurs chiffres dans les prochains jours. MDxHealth, Aedifica, et UBS se livreront à cet exercice mardi. Suivront le lendemain Orange Belgium, WDP, Barco, Boeing, Ford et Microsoft. Jeudi, ce sera au tour d'argenx, Wereldhave Belgium, Home Invest Belgium, Econocom, Befimmo, Qfg, Vastned Retail, Xior, Genkyotex, Galapagos, Daimler, Nokia et Intel. Enfin, Proximus, AB InBev achèveront pour la semaine à venir, les publications de résultats.

    Sur le plan des statistiques et autres, Tokyo (où les marchés resteront fermés mardi) livrera celles de sa balance commerciale lundi. Jeudi, les marchés se mettront sous la dent les indices PMI Markit flash de la zone euro et vendredi, les stats concernant les ventes de logements neufs aux Etats-Unis. A noter que celles des reventes de logements anciens seront publiées 3 jours plus tôt.

  • NN Group prend 7,6% de Fagron

    L'assureur néerlandais NN Group a pris une participation de 7,6% dans Fagron , selon une déclaration de transparence. C'est le cas également du fonds d'investissement souverain Norges Bank qui a accru sa participation au-delà des 3% à 3,14%.

    NN Group et Norges Bank ont donc racheté une partie des actions cédées récemment par Baltisse et Waterland.

  • Hausse en vue en Europe, malgré les craintes autour du Brexit

    Bonjour !

    La Bourse de New York a fini en baisse de -0,95% vendredi, au terme d'une séance marquée par les mauvais résultats de la croissance chinoise et les déconvenues de Boeing et de Johnson & Johnson. Le S&P 500 a perdu 0,39% et le Nasdaq 0,83%.

    En Asie, les marchés évoluent globalement en hausse dans un contexte marqué par les incertitudes autour du Brexit, le gouvernement de Boris Johnson affirmant que la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne aurait bien lieu le 31 octobre, tout en demandant un report sous la contrainte du Parlement.

    Les investisseurs attendent également les résultats trimestriels des grandes entreprises dont les annonces débutent cette semaine.

    Tokyo, Hong Kong et l'indice CSI 300 des grandes capitalisations boursières chinoises grimpent de l'ordre de 0,3%.

    Les bourses européennes devraient ouvrir en légère hausse, de 0,25% pour l'Euro Stoxx 50 et de 0,21% pour l'indice Dax. La Bourse de Londres est attendue stable.

    Sur le marché des changes, la livre sterling perd 0,5% face au dollar et 0,4% face à l'euro, la devise britannique réagissant négativement aux derniers épisodes sur le Brexit.

    ©AFP

Plus sur Les Marchés

Echo Connect