1. Les marchés
  2. Live blog
live

L'Europe termine en légère hausse | BlackRock dépasse les attentes | Carrefour sur le flanc

Les indices européens ont réussi à avancer ce jeudi dans l'attente de la présentation du plan Biden. Douche froide pour Carrefour. Le Bel 20 soutenu par Argenx, Umicore et AB InBev. Wall Street attend le plan Biden. Le bitcoin grimpe à 40.000 dollars.
  • L'Europe prudemment dans le vert avant des annonces de Biden

    L’Euro Stoxx 50 a gagné 0,7% ce jeudi, tout comme le Stoxx Europe 600. Les espoirs d’un plan de relance supplémentaire aux États-Unis ont suscité l’optimisme sur les principales places boursières européennes. 

    Le Bel 20 a du se contenter d'un gain de 0,36%. Les plus fortes hausses de l’indice bruxellois ont été réalisées par Argenx (+2,8%), Umicore (+1,8%) barco (+1,6%). À l'inverse, Colruyt (-1,7%), Ageas (-1,7%) et Solvay (-1,3%) ont pesé sur la tendance. 

    Alors que Wall Street est tirée entre autres par les valeurs de l'énergie, dont l'indice S&P progresse de 2,28%, en Europe, les plus fortes progressions sectorielles du jour sont pour les matières premières (+2,20%) et les hautes technologies (+1,87%). Nokia (+4,97%) a tiré les "techs" à la hausse après avoir remporté deux importants contrats dans la 5G aux Etats-Unis, l'un avec Google, l'autre avec l'administration fédérale.

    PSA et Fiat Chrysler Automobiles ont gagné respectivement 2,42% et 2,9% à quelques jours de leur fusion et après la publication par le français de ses résultats commerciaux 2020, l'amélioration enregistrée au second semestre ayant rassuré le marché même si les ventes annuelles accusent une chute de 27,8%.

    Renault a en revanche perdu 1,08% après la présentation du plan stratégique du groupe, qui promet de nouvelles réductions de coût et une amélioration de la rentabilité mais dont les objectifs sont jugés trop prudents par certains analystes. Carrefour a cédé 2,51% au lendemain de son envolée de plus de 13%, conséquence de l'opposition exprimée par le gouvernement français aux avances du canadien Couche-Tard envers le groupe de grande distribution.

     

  • Une fin de séance positive à Bruxelles

    L'indice Bel 20 a progressé de 0,39% pour se fixer à 3.740,26 points. Des 20 actions qui le composent, 12 étaient en hausse et 8 en baisse.

    Top / Flop du Bel 20

    TOP
    • ValeursCours (€)Var.%
    • Argenx229,6+2,78%
    • Umicore45,73+1,76%
    • Barco18,51+1,59%
    • Proximus17,29+1,44%
    • Ackermans & van Haaren130,5+1,32%
    FLOP
    • ValeursCours (€)Var.%
    • Ageas45,52-1,66%
    • Colruyt50,88-1,66%
    • Solvay100,55-1,28%
    • ING Groep7,86-0,48%
    • Sofina267,5-0,19%
    Les chiffres sont susceptibles d'évoluer à la marge.
    Rédigé par Quotebot le 14/01/2021 à 17h41
  • Europe | Closing bell

    BEL20 : +0,39% 
    AEX : +1,91% 
    CAC40 : +0,33% 
    DAX30 : +0,30% 
    FTSE 100 : +0,77% 
    Stoxx 600 Europe : +0,66% 

  • Virgin Galactic s'envole de près de 20%

    Vers 16h30, le titre Virgin Galactic monte de plus de 18% à la Bourse de New York. Il réagit à l'annonce d'Ark Investment Management de créer un fonds dédié aux valeurs de l'espace. La hausse de l'action Virgin permet à la fortune de son fondateur Richard Branson de gonfler d'environ 300 millions d'euros.  

  • Poussée de fièvre pour Argenx

    La biotech du Bel 20 Argenx  grimpe en tête de l'indice bruxellois, gagnant vers 16h15 plus de 3%. Jusqu'ici, l'action évoluait en timide hausse. 

  • S&P retire le groupe pétrolier chinois CNOOC de Wall Street

    Suite à l'imposition de sanctions américaines sur certaines sociétés chinoises cotée à Wall Street, la troisième compagnie pétrolière de Chine, CNOOC, a été retirée des indices boursiers américains. 

  • Deliveroo accélère les préparatifs de son IPO à Londres

    La plateforme britannique de livraisons de repas Deliveroo a fait appel à quatre banques pour examiner une introduction en Bourse à Londres, après une solide performance en 2020 pendant la pandémie, révèle Sky News.

    L'IPO pourrait valoriser la société entre 5 et 8 milliards de livres. L'introduction en Bourse pourrait être lancée autour du mois d'avril et constituerait l'une des opérations les plus importantes de 2021 sur le marché britannique, toujours selon Sky News qui cite des "sources de marché". Le principal intéressé n'a pas souhaité commenter l'information. 

    16%
    La part d'Amazon dans Deliveroo
    Une entrée en Bourse couronnerait un développement à grande vitesse pour Deliveroo depuis sa création en 2013, au point d'aiguiser l'appétit du géant du commerce Amazon. En août dernier, l'autorité britannique de la concurrence a donné son feu vert à une prise de participation d'Amazon à hauteur de 16% du capital de Deliveroo.

     

  • New York monte avant le plan Biden

    Joe Biden, qui doit prêter serment mercredi prochain, devrait dévoiler en fin de journée le contenu du plan de soutien aux entreprises et aux ménages élaboré par la future administration. L'ensemble des mesures prévues pourrait représenter plus de 1.500 milliards de dollars (1.234 milliards d'euros). Les espoirs placés par les investisseurs dans les mesures de relance à venir ont déjà permis au S&P-500 de finir dans le vert six des sept dernières séances et de rester proche de son record 3.826,69 points en séance vendredi dernier.

    La nécessité de ce plan a été soulignée peu avant l'ouverture par les chiffres des inscriptions au chômage, en hausse bien plus marquée qu'attendu la semaine dernière à 965.000, leur plus haut niveau depuis le mois d'août.

    Aux valeurs, Intel gagne 2,99% en tête du Dow après plusieurs relèvements de recommandation et les résultats record du taïwanais TSMC (+2,24%).

    A la baisse, le géant de la gestion d'actifs BlackRock perd 3,6% après la publication de ses résultats trimestriels, pourtant supérieurs aux attentes. Le titre a gagné près de 50% depuis son point bas de septembre et fini mercredi sur un plus haut historique.

    Tesla cède 1,25% après s'être vu ordonner le rappel de 158.000 voitures, des Model S et Model X, pour corriger un défaut d'affichage du système de navigation susceptible de compromettre la sécurité.

     

  • Le plan Renault n'emballe pas la cote

    Le cours de Renault (-0,01% à 15h45) oscille en entre hausse et baisse après la présentation du plan stratégique du groupe, qui promet de nouvelles réductions de coût et une amélioration de la rentabilité. En matinée, l'action Renault a lâché jusqu'à 3,77%

  • Wall Street | Opening bell

    Dow Jones: +0,28% 
    S&P 500: +0,19% 
    Nasdaq Composite: +0,34%  

  • Les ETF ont bien résisté en 2020

    Les fonds indiciels cotés (Exchange Traded Funds, ETF) ont montré en 2020 leur capacité de résistance face à une crise sans précédent et ont répondu à leurs détracteurs en ne contribuant pas à l'accélérer, dit-on chez Lyxor Asset Management.

    Les ETF européens ont collecté 89,3 milliards d'euros l'an dernier, soit le troisième flux annuel le plus important jamais enregistré, après une année record à 102,6 milliards d'euros en 2019, montre une étude publiée par la branche de gestion d'actifs de Société générale.

  • Première perte en 11 ans pour Delta Air Lines

    Pour le directeur général de Delta Air Lines, 2021 sera "l'année de la reprise", alors que le transporteur aérien a annoncé un recul de 64% de son activité sur l'année, impactée par la crise du coronavirus.

    Première compagnie aérienne américaine à publier ses résultats pour 2020, Delta Air Lines a fait état d'une perte de 12,4 milliards de dollars, sa première depuis 2009, sur la base d'un revenu d'exploitation de 17 milliards. Elle avait enregistré un bénéfice de 4,8 milliards de dollars l'année précédente.

    "Nous ne prévoyons pas que d'ici l'été, les voyages reviennent à un niveau proche de ce qu'ils étaient auparavant, mais ce sera une amélioration significative, suffisante pour nous permettre d'être rentables dans la seconde moitié de l'année."
    Ed Bastian
    CEO - Delta Air Lines

    Au premier trimestre, la compagnie aérienne basée à Atlanta prévoit une baisse de ses revenus de 60 à 65% par rapport à l'année dernière et une diminution de 35% de sa capacité de vols réguliers. Comme elle continue de laisser un siège vacant entre chaque passager, au moins jusqu'au 30 mars, Delta Air Lines s'attend à ce que la capacité réelle baisse d'environ 55%.

    Le compagnie prévoit de retirer près de 400 avions de sa flotte d'ici 2025, pour la concentrer sur neuf familles d'appareils. 

  • Hausse plus marquée que prévu des inscriptions au chômage américain

    Le nombre d'Américains ayant déposé pour la première fois des demandes d'allocations de chômage a augmenté la semaine dernière, confirmant un affaiblissement des conditions du marché du travail alors que l'aggravation de la pandémie de Covid-19 perturbe les opérations dans les restaurants et les autres entreprises.

    Les demandes initiales d'allocations de chômage de l'État ont totalisé 965.000 personnes pour la semaine terminée le 9 janvier, contre 784.000 la semaine précédente, a annoncé, ce jeudi, le ministère du Travail. Les économistes interrogés par Reuters anticipaient 795.000 demandes.

    Le rendement des obligations américaines à 10 ans recule à 1,099%, contre 1,102% après ces données.

  • BlackRock dépasse les attentes, les actifs sous gestion au record

    BlackRock , le plus grand gestionnaire d'actifs au monde, fait état d'un bénéfice trimestriel meilleur que prévu, une activité accrue sur les marchés financiers se traduisant par une hausse des commissions collectées tout en poussant les actifs sous gestion à des niveaux records.

    Le bénéfice net ajusté de la société s'établit à 10,18 dollars par action au quatrième trimestre clos le 31 décembre, dépassant les estimations de 9,14 dollars de Wall Street, selon les données de Refinitiv IBES.

    Ses actifs sous gestion ont atteint 8.680 milliards de dollars à la fin du trimestre, contre 7.430 milliards de dollars un an plus tôt.

    L'action gagne 1,17% dans les échanges d'avant-bourse.

  • La BCE a débattu d'une augmentation plus limitée du PEPP en décembre

    Les membres du Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE) ont débattu de l'éventualité d'une augmentation plus limitée de ses achats d'obligations sur les marchés lors de leur réunion du 10 décembre, montre le compte rendu publié ce jeudi.

    Face aux craintes d'une rechute en récession de la zone euro, la réunion de politique monétaire du 10 décembre s'est soldée par de nouvelles mesures de soutien au crédit et à l'activité, à commencer par une augmentation de 500 milliards d'euros, à 1.850 milliards, de l'enveloppe du programme d'achats d'urgence face la pandémie, dont la durée a été prolongée jusqu'à mars 2022 au moins.

    "Il a été soutenu que la priorité donnée au maintien de conditions de financement favorables impliquait de s'écarter d'un rythme d'achats mensuels constant pour ajuster le rythme aux conditions de marché", précise le compte rendu.

    "Cette approche, conjuguée à une communication efficace, pourrait permettre au Conseil des gouverneurs de réduire le rythme des achats tout en ayant un effet équivalent sur les conditions de financement", ont estimé des membres du Conseil.

  • Wall Street signalée en ordre dispersé

    Les contrats à terme sur les indices américains signalent pour l'instant une hausse modérée pour le Dow Jones et le S&P 500 à l'ouverture, tandis que le Nasdaq est attendu en repli.

    L'indice Dow Jones ouvrirait en hausse de 0,25% et le S&P 500 de 0,11%, tandis que l'indice composite du Nasdaq reculerait de 0,13%.

    Mercredi, la Bourse de New York a fini en ordre dispersé, les investisseurs ayant préféré adopter une attitude attentiste alors que les débats concernant la procédure d'"impeachment" visant le président américain Donald Trump débutaient au Congrès.

    L'indice Dow Jones a cédé 0,03%, à 31.060,47 points, le S&P-500 a pris 0,23%, à 3.809,84 points, et le Nasdaq Composite a avancé de 0,43%, à 13.128,95 points.

    Aux valeurs, Intel est indiqué en hausse de 2,5% en avant-bourse après avoir bondi de près de 7% mercredi après l'annonce de la nomination d'un nouveau directeur général, Pat Gelsinger, venu de VMWare.

  • UPDATE | Briefing actions belges

    Target baissé sur Proximus et Ahold | Exane n'est plus à la vente sur AB InBev | Avis de broker sur KBC, ING et GBL (+Briefing)

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    * Johnson & Johnson a annoncé mercredi être bien parti pour déployer en mars son vaccin à dose unique, avec pour objectif de livrer un milliard de doses dans l'année et espère disposer de données claires sur son efficacité d'ici février. Des résultats intermédiaires d'une étude publiés par le New England Journal of Medicine montrent que 90% des participants ont développé une réponse immunitaire 29 jours après son administration et pendant au moins 71 jours. Le titre gagnait environ 1% dans les transactions hors séance après la clôture.

    * SNAP a annoncé mercredi avoir définitivement fermé le compte Snapchat de Donald Trump, après l'avoir simplement suspendu la semaine dernière suit à l'assaut lancé par des partisans du président sortant contre le Capitole à Washington.

    * Tesla - L'autorité nationale américaine de sécurité routière (NHTSA) a demandé mercredi à Tesla de rappeler 158.000 véhicules - des Model S et Model X - pour des défauts de l'écran tactile pouvant entraîner des risques pour la sécurité en n'affichant pas correctement certaines informations.

    * Alibaba et Baidu gagnent plus de 2% en avant-Bourse après une information de Reuters selon laquelle l'administration Trump a abandonné son projet d'ajouter les deux groupes, ainsi que Tencent, à sa liste noire des entreprises soupçonnées d'être aux ordres de l'armée chinoise.

  • "Conserver AB InBev"

    Exane BNP Paribas relève son conseil sur AB InBev de "vendre" à "conserver". L'objectif de cours passe de 45 euros à 62 euros.

  • Jefferies sur Proximus

    Jefferies réduit son objectif de cours sur Proximus à 13,1 euros, contre 14,9 euros. L'analyste Ulrich Rathe confirme sa recommandation de "vendre".

  • Kepler réduit l'objectif de cours d'Ahold Delhaize

    Kepler Cheuvreux réduit l'objectif de cours d'Ahold Delhaize de 27,70 euros à 26,30 euros. La recommandation d'achat est toutefois maintenue. "Nous n'excluons pas une surprise positive pour les résultats du troisième trimestre à cause des lockdowns en Europe et de la hausse des infections au Covid dans le nord des États-Unis".

  • Solvay ex-dividende

    Solvay progresse de 0,85%, à 101,20 euros. Le titre est pourtant coté ex-dividende intérimaire de 1,50 euro brut.

  • Le point sur la tendance boursière - update

    Les bourses européennes sont en légère hausse dans l'attente de la présentation du futur plan de relance américain par le président élu Joe Biden. Les gains varient entre 0,25% à Bruxelles et 1,09% à Amsterdam. L'Euro Stoxx 50 progresse de 0,66% et le Stoxx 600 de 0,48%.

    La tendance de marché reste dictée par l'actualité américaine avec la présentation, ce jeudi, par Joe Biden d'un plan de relance ambitieux qui devrait avoisiner les 2.000 milliards de dollars et inclure l'envoi de chèques aux ménages et des financements aux États et aux collectivités locales, a rapporté la chaîne de télévision CNN.

    Alors que les États-Unis s'apprêtent à doper l'aide budgétaire face à l'impact de la crise sanitaire, les investisseurs se demandent si, dans le même temps, la Réserve fédérale n'envisage pas, de son côté, de réduire la voilure sur les rachats d'actifs.

    Dans ce contexte, le marché suivra avec attention un discours de Jerome Powell, le président de la Fed, à l'occasion d'un événement en ligne organisé par l'Université de Princeton à 18h30.

    La séance sera animée, entre autres, par les inscriptions hebdomadaires au chômage aux États-Unis, et la publication du compte rendu de la dernière réunion de politique monétaire de la Banque centrale européenne.

  • L'économie allemande s'est contractée de 5% en 2020

    L'économie allemande s'est contractée de 5% en 2020, sa pire performance depuis 2009 et la crise financière mondiale, en raison des mesures de confinement instaurées dans le pays pour freiner la propagation du coronavirus, montre une première estimation publiée, ce jeudi, par Destatis, l'office fédéral de la statistique.

    La baisse du produit intérieur brut (PIB) a été légèrement plus faible que les prévisions des économistes interrogés par Reuters qui tablaient sur une contraction de 5,1%, moins sévère que la contraction record de 5,7% de 2009.

  • ASMI, Carrefour, Prosus, Renault...

    ASMI bondit de 5%, en tête de l'indice DJ Stoxx 600, et ASML avance de 3%, après les chiffres supérieurs aux attentes du groupe taïwanais TSMC.

    Prosus avance de 4,6%, alors que l'administration Trump a abandonné son projet de mettre Tencent sur liste noire.

    Carrefour chute de 7%, lanterne rouge de l'indice DJ Stoxx 600. Le ministre français de l'Économie Bruno Le Maire a exprimé, mercredi, sa réticence à l'égard du projet de rapprochement entre le distributeur français Carrefour et le canadien Alimentation Couche-Tard.

    Dans le même compartiment, Tesco lâche 1% après un trading update.

    Dans le secteur auto, Peugeot gagne 3% après la publication de ses ventes de véhicules en 2020.

    Renault recule de 3% dans un marché qui analyse la présentation d'un plan stratégique axé sur une intensification des réductions de coûts et sur de nouveaux lancements.


  • Voici le briefing actions belges

    Exane n'est plus à la vente sur AB InBev | Target baissé sur Proximus et relevé pour ING (+Briefing)

  • Le point sur la tendance

    Les marchés européens montent dans les premiers échanges, les investisseurs attendant les détails d'un plan de relance du prochain occupant de la Maison-Blanche, Joe Biden, prévus dans la journée.

    L'Euro Stoxx 50 gagne 0,31% et le Stoxx 600 0,21%.

    Les valeurs technos signent la plus belle progression avec un gain de 1,57% pour l'indice sectoriel de référence.

  • Carrefour: -5,4%

    Carrefour chute de plus de 5%, après les réticences exprimées par le gouvernement français à un rapprochement avec le canadien Alimentation Couche-Tard.

  • Bone Therapeutics: +4%

    Bone Therapeutics grimpe de plus de 4%, soutenue par le deal avec Rigenerand (voir post de 7h49).

  • |Opening bell|

    Amsterdam: +0,93%
    Bruxelles: +0,11%
    Paris: -0,02%
    Francfort: n.c.

    Euro Stoxx 50: +0,31%
    DJ Stoxx 600: +0,20%

  • WDP acquiert le site de Sip-Well à Londerzeel

    WDP devient propriétaire du site de Sip-Well à Londerzeel. Ce site comprend environ 11.000 m² de superficie bâtie avec un potentiel de développement futur supplémentaire. Grâce à cet achat, WDP est en mesure de renforcer sa présence dans la zone industrielle.

    Sip-Well continue à louer l'immeuble pour une période de 15 ans.

    Cette acquisition, d'une valeur d'investissement globale de 9,4 millions d'euros, a été réalisée par un apport en nature du site dans WDP, contre paiement de 348.975 actions nouvelles de WDP. Le prix d'émission est de 26,94 euros (arrondi) par action.

  • Renault et Peugeot à suivre

    Renault et Peugeot pourraient animer le compartiment automobile européen.

    Renault a dévoilé, ce jeudi matin, son nouveau plan stratégique. Il a dit viser une marge opérationnelle de plus de 3% d'ici à 2023 et de plus de 5% d'ici à 2025 dans le cadre de ce plan visant à une réorientation vers de la création de valeur plutôt que de la course au volume.

    Quant à Peugeot , ses ventes se sont effondrées de 27,8% en 2020, soit quasiment d'un million de véhicules, en raison essentiellement d'une chute en Europe sur fond de crise provoquée par l'épidémie due au nouveau coronavirus.

  • Briefing d'avant-bourse

    Les bourses européennes devraient ouvrir en légère hausse, soutenues par les espoirs de relance aux États-Unis, même si les inquiétudes liées à la procédure de destitution envers Donald Trump et à la situation sanitaire pèsent.

    Les contrats à terme signalent une hausse de 0,28% pour l'EuroStoxx 50, de 0,35% pour le Dax à Francfort, de 0,34% pour le Cac 40 à Paris et de 0,21% pour le FTSE à Londres.

    Selon CNN, le président élu Joe Biden dévoilera ce jeudi un plan de relance de 2.000 milliards de dollars (1.646 milliard d'euros), prévoyant des chèques envoyés directement aux Américains et des financements aux États et aux collectivités locales.

    Parallèlement, Donald Trump est devenu mercredi le premier président de l'histoire des États-Unis à être mis en accusation une seconde fois par la Chambre des représentants, où dix élus républicains se sont joints aux démocrates pour l'inculper d'"incitation à l'insurrection" à la suite de l'attaque du Capitole par ses partisans. Il apparaît toutefois peu probable que cette procédure en destitution, promptement lancée mène à l'éviction de Donald Trump avant la fin de son mandat de quatre ans et l'investiture de Joe Biden, le 20 janvier.

    Sur le front sanitaire, la perspective d'une prolongation, voire d'un durcissement des restrictions à l'activité dans plusieurs pays continue d'être perçue comme une menace pour les prévisions de reprise économique sur lesquelles s'est en partie appuyée la hausse des premières séances de l'année.

    Dans ce contexte, les investisseurs seront attentifs à la publication du compte rendu de la dernière réunion de politique monétaire de la Banque centrale européenne (à 13h30) et à l'intervention de Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale, lors d'une conférence en ligne organisée par l'université de Princeton (à 18h30).

  • Alibaba & Tencent: +5%

    À Hong Kong, les actions Alibaba et Tencent grimpent de près de 5% alors que l'administration Trump a abandonné son projet de mettre  les deux groupes, ainsi que Baidu, sur liste noire, selon des sources citées par Reuters.

  • L'indice Nikkei tient la forme

    La Bourse de Tokyo a terminé en hausse de 0,85%, à un nouveau plus haut de 30 ans, tirée par la progression des valeurs technologiques dans le sillage d'Intel à Wall Street.

  • Parteneriat entre Bone Therapeutics et Rigenerand

    Bone Therapeutics annonce un partenariat avec la biotech italienne Rigenerand. L’ensemble des collaborations entre les deux sociétés se concentrera sur "plusieurs aspects du développement de produits et de procédés pour le portefeuille de produits thérapeutiques en pleine expansion de Bone Therapeutics".

  • Kiadis tire 20 millions d'euros du crédit relais de Sanofi

    Kiadis a tiré 20 millions d'euros d'un crédit relais auprès de Sanofi . Ce crédit s'élève au total à 27,7 millions d'euros. Pour rappel, Sanofi a annoncé le 2 novembre une offre de 5,45 euros par action. Les deux intervenants espèrent achever l'acquisition au premier semestre 2021.

  • L'Europe boursière suspendue au plan de relance de Joe Biden

    Bonjour! Les marchés européens s'acheminent vers une ouverture en hausse, de l'ordre de 0,2% pour l'Euro Stoxx 50, alors qu'aux États-Unis, le président élu Joe Biden devrait dévoiler aujourd'hui un plan de relance ambitieux pour compenser l'impact de la crise du coronavirus.

    Les conseillers du démocrate, qui a durant la campagne électorale érigé en priorité la lutte contre l'épidémie de Covid-19, ont prévenu récemment des alliés au Congrès que l'ensemble budgétaire devrait être de l'ordre de 2.000 milliards de dollars, a rapporté la chaîne de télévision CNN, citant deux personnes au fait de la question.

    ©Bloomberg

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés