1. Les marchés
  2. Live blog
live

La Fed donne le tournis à Wall Street

Le relèvement des taux décidé par la Fed a plombé les marchés US. En Europe, les Bourses ont clôturé sur une hausse modeste et à Bruxelles, la chute de près de 4% de Proximus a constitué le fait saillant.
  • Wall Street termine dans le rouge

    La volatilité était au rendez-vous ce mercredi avec l'annonce en cours de séance du relèvement des taux de la Réserve fédérale. Cramponnés dans le vert pendant une grande partie de la journée, les indices US ont immédiatement basculé dans le rouge une fois la décision de la Fed connue. Les investisseurs ont retrouvé leurs esprits à mesure que le président de l'institution monétaire commentait devant la presse la vision plus restrictive de la banque centrale américaine. Mais pas pour très longtemps. A la cloche, le Nasdaq (-0,11%), le S&P 500 (-0,40%) et le Dow Jones (-0,46%) sont revenus à la réalité, malgré un ultime sursaut dans la dernière ligne droite. 

    Les investisseurs ont aussi gardé un œil attentif sur les valeurs liées aux médias et aux télécoms à la suite de la décision de la justice autorisant le rachat de Time Warner par AT&T, une opération à 85 milliards de dollars. Time Warner a gagné 1,80% tandis qu'AT&T a perdu 6,20%. Ce verdict pourrait déclencher une cascade d'opérations de rachat de producteurs de contenus par des télévisions payantes.

  • Le pétrole en hausse à New York

    Les cours du pétrole ont terminé en hausse mercredi sur le Nymex en réaction à la baisse plus forte que prévu des stocks américains. Les stocks de brut ont diminué de 4,1 millions de barils à 432,44 millions de barils, alors que les économistes attendaient en moyenne un recul de 2,7 millions de barils.

    > Le contrat de juillet sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a gagné 28 cents, soit 0,42%, à 66,64 dollars le baril. L'échéance d'août sur le Brent de Mer du Nord a pris 86 cents, soit 1,13%, à 76,74 dollars le baril.

    Les cours étaient en baisse en début de séance, de crainte de voir la production des Etats-Unis augmenter et que l'Opep et ses alliés n'assouplissent l'accord d'encadrement de l'offre en vigueur depuis janvier 2017, accord qui a eu pour effet de faire remonter nettement les cours depuis lors. Le production des Etats-Unis atteint 10,9 millions de barils par jour (bpj), celle de la Russie est repassée au-dessus des 11 millions de bpj, tandis que l'Arabie saoudite dépasse les 10 millions de bpj. L'Opep et d'autres producteurs tiendront réunion les 22 et 23 juin à Vienne pour discuter de l'évolution des extractions.

  • La Fed remonte encore ses taux et envisage deux hausses supplémentaires en 2018

    Comme attendu, le Comité monétaire de la banque centrale américaine a relevé une nouvelle fois ses taux d'intérêt d'un quart de point de pourcentage (0,25%) pour les porter dans la fourchette de 1,75% à 2%. Ce tour de vis est le second de l'année et, plus surprenant, deux nouvelles hausses de taux sont à présent envisagées cette année.


  • La maison mère de Brantano espère lever près de 100 millions d'euros

    Le groupe FNG, notamment propriétaire des magasins de chaussures Brantano, a confirmé après-Bourse qu'il envisageait de faire IPO à Bruxelles "dans le courant de cette année". Il espère y lever de 95 à 110 millions d'euros. Le groupe détient également des marques telles que Fred & Ginger, Claudia Sträter et Miss Etam. Déjà côté à Amsterdam, il compte demander une deuxième cotation à Bruxelles.

    Les fonds levés devraient être destinés à financer de nouveaux objectifs tels que des réorientations de magasins, des acquisitions et de nouvelles enseignes. L'opération ne pourra avoir lieu que lorsque le siège du groupe, qui emploie quelque 3.000 travailleurs, aura été déménagé des Pays-Bas à Malines. L'an dernier, FNG a réalisé un chiffre d'affaires d'environ 482 millions d'euros.
      

  • Après bpost, au tour de Proximus d'être attaquée en Bourse

    C’est de justesse que la Bourse de Bruxelles a terminé dans le rouge. L’indice Bel 20 a achevé la séance sur une baisse peu significative de 0,07% à 3.813,94 points.

    Décidément, il ne fait pas bon d’être actionnaire d’une entreprise détenue majoritairement par l’État belge. Après bpost qui a vu sa valeur boursière s’effondrer de 50% en 3 mois, c’est au tour de Proximus d’être attaquée en Bourse. L’action a rétrogradé de 3,96% à 21,57%. Dans la matinée, elle avait perdu jusqu’à 7,79% pour tomber à 20,71 euros.

    À l’inverse de chez bpost, ce n’est pas cette fois un souci sur le plan de la profitabilité qui est en cause. Dans l’immédiat du moins. Mais bien des propos tenus par le ministre de tutelle De Croo et qui a dit être partisan de l’existence d’un 4e opérateur mobile dans le paysage des télécoms belges. Comme pour bpost, l’action Proximus a du coup été atteinte du "syndrome" du risque de réduction du montant de son dividende. Un nouvel opérateur mobile concurrent est susceptible de peser sur les résultats futurs de Proximus qui distribue déjà 93% de ses bénéfices à ses actionnaires. Parmi ceux-ci, on trouve l’État belge avec 53% du capital…

    Fort actif sur le segment du mobile, Telenet a également été affecté par les propos du ministre. Mais pas seulement. Face à la chute de son cours depuis la mi-février, des actionnaires minoritaires expriment leur colère. Parmi eux, Lucerne Capital Management (LCM) qui détient environ 1,86% du capital, lui a demandé de prendre des mesures pour régler ses problèmes de gouvernance sous peine d’aller en justice. C’est le quotidien flamand De Standaard qui a révélé cette information. En Bourse, Telenet a reculé de 2,09% à 41,28 euros. Orange Belgium a perdu 3,42% à 16,48 euros.

    En dehors du secteur des communications, GBL a pris0,48% à 92,9 euros. Le holding a réalisé un placement obligataire de 500 millions d’euros assorti d’un coupon de 1,875% et venant à échéance le 19 juin 2025.

    Econocom a cédé 0,37% à 5,42 euros. Le groupe actif dans les services numériques aux entreprises a fixé à 0,12 euro par action le montant du son remboursement de capital. Il avait été de 0,10 euro l’an passé. L’action cotera ex-coupon le 30 juillet.

    Sur les autres Bourses en Europe, les gains ont le plus souvent dominé. Bien que modérément à l'instarde l’indice Stoxx 600 qui a grappillé 0,19% à 388,25 points.

  • Citi table sur un revenu des activités de marchés stable au T2

    Citigroup s'attend à un revenu de ses activités de marchés au deuxième trimestre "plus ou moins stable" par rapport à la même période de l'an dernier, a déclaré mercredi son directeur financier John Gerspach.

    Lors d'une réunion d'investisseurs, il a dit que la part des actions dans le revenu des activités de trading devrait être plus forte que celles des obligations et des matières premières.

    Ses déclarations sur le revenu des activités de marchés sont similaires à des indications données il y a deux semaines par les dirigeants de JPMorgan Chase et Bank of America

  • Proximus réduit ses pertes à -3,6% vers 16h30 à 21,65 euros.

    Dans la matinée, l'action avait touché un plus bas de 20,71 euros suite au souhait d'Alexander De Croo, ministre des Télécoms, de voir surgir un 4e opérateur mobile en Belgique.

    Proximus vaut encore 7,3 milliards d'euros en Bourse.

  • AT&T champion sur le plan des émissions de dettes obligataires

    Dans le cadre du rachat de Time Warner, AT&T émettra pour 42 milliards de USD d’obligations. Cette opération lui permettra de "gagner" le statut de plus grand émetteur de dettes d’entreprises non financières à Wall Street. Celles-ci totaliseront 205 milliards de USD. Un montant supérieur à son chiffre d'affaires (160 milliards de USD) réalisé en 2017 et représentant 13 fois le résultat net ajusté  de la même année.

    Comcast pourrait doubler AT&T et acquérir ce statut, s'il parvient à mettre la main sur les actifs cinéma de 21st Century Fox.

  • AT&T perd près de 4% à Wall Street

     La Bourse de New York a ouvert sans grand changement mercredi dans l'attente de la décision de politique monétaire de la Réserve fédérale (Fed), le marché anticipant un nouveau tour de vis pour la deuxième fois de l'année, alors que les valeurs des médias et télécoms sont entourées après le feu vert de la justice américaine au rachat de Time Warner par AT&T.

    Un peu plus de trente minutes après le début des transactions, l'indice Dow Jones cédait 0,04% à 25.300 points et le S&P prenait de son côté 0,03% à 2.787,74 points.
    Sur le Nasdaq, l'indice Général gagnait 0,2% à 7.719,18 points.

    Dans le Dow Jones, Verizon Communications menait les baisses avec un repli de 1,5% à 48,06v USD. A l'inverse, Walt Disney prenait 1,48% à 105,87 USD.

    AT&T qui va pouvoir acquérir 21st Century Fox, cédait 3,67% à 33,09 USD.

    Rendements obligataires stables

    Sur les autres marchés, tandis que les rendements des bons du Trésor US à 2 ans (2,55%) et 10 ans (2,96%) ne varient guère, l'euro se raffermit de 0,27% à 1,1777.

    A Londres, le baril de Brent cédait 0,16% à 75,76 USD.

  • Les prix du pétrole sont trop élevés, encore un coup de l'Opep. Pas bien !
    Donald Trump
    Président des USA, dans un tweet

  • Wall Street peu changé à l'ouverture

     

     

     - DL:           +0,02% à 25.325 points

     - S&P500:   +0,04% à  2.787 points

  • "Les marchés actions européens sont calmes ce mercredi en raison d'une absence d'actualité macroéconomique majeure". "La volatilité devrait être faible étant donné que les opérateurs attendent la réunion de la Réserve fédérale américaine"
    David Madden
    analyste de CMC Markets

  • *Les valeurs à suivre à Wall Street*

    * Le secteur des MÉDIAS et celui des TÉLÉCOMMUNICATIONS devraient réagir à la décision de justice autorisant le rachat de TIME WARNER par AT&T pour 85 milliards de dollars (72 milliards d'euros), qui pourrait déclencher une nouvelle vague de concentration. Time Warner gagne 4,9% en avant-Bourse tandis qu'AT&T perd 2,2%. Dans les médias, COMCAST cède 3,4% et WALT DISNEY 1,7% tandis que TWENTY-FIRST CENTURY FOX gagne 7,7%, CBS près de 4% et NETLFIX 1,9%; du coté des opérateurs télécoms, SPRINT monte de 5% environ.

    * JPMORGAN CHASE. Un promoteur immobilier mexicain a déposé une plainte contre la banque, à laquelle il réclame 1,2 milliard de dollars pour l'avoir incité à lui transférer des actifs immobiliers sur la base d'une fausse promesse de les vendre. JPMorgan réfute ces accusations.

    * BLACKSTONE a annoncé de la levée de 9,4 milliards de dollars (8,0 milliards d'euros) pour deux nouveaux fonds, dont l'un sera le plus important jamais dédié aux investissements immobiliers en Asie.

    * AMAZON a signé un contrat de trois ans avec Poste Italiane afin de développer de nouveaux produits pour améliorer les livraisons et les retours des achats en ligne.

    * GUESS a annoncé que son cofondateur Paul Marciano, accusé de harcèlement sexuel, avait démissionné de son poste de président exécutif à l'issue d'une enquête d'un comité spécial qui n'a pas pu établir avec certitude l'existence de harcèlement mais a conclu à "un manque de jugement" dans ses relations avec des mannequins et des photographes.

    * QUALCOMM n'a pas l'intention de renoncer à concevoir des processeurs pour centres de données même s'il réduit les effectifs de cette division, a déclaré à Reuters son président, réfutant les informations publiées le mois dernier par Bloomberg selon lesquelles le groupe envisage de la vendre ou de la fermer.

    * H&R BLOCK - Le spécialiste des services de conseil en fiscalité chute de 17,6% en avant-Bourse après avoir averti tabler pour l'exercice fiscal 2019 sur une baisse marquée de ses marges.

    * HERSHEY - Credit Suisse abaisse sa recommandation à "sous-performance" contre "neutre".

    * APPLIED MATERIALS - RBC a abaissé sa recommandation à "performance du secteur" contre "surperformance" et ramené son objectif de cours de 64 à 55 dollars.

  • Sanofi confiant de retrouver de solides positions en oncologie

    Sanofi   estime être sur la bonne voie pour retrouver une position de premier plan sur le marché très disputé de l'oncologie dans les années qui viennent, à la faveur de ses traitements d'immunothérapie et de nouveaux domaines d'activité tels que l'oncologie moléculaire. "Nous avons raté le train de l'immunologie ces dernières années mais nous sommes déterminés à refaire le terrain perdu et nous disposons d'un nombre significatif d'actifs", a dit à des journalistes Jorge Insuasty, vice-président senior et responsable global du développement au sein du laboratoire pharmaceutique français.

    Sanofi met au point 10 nouveaux médicaments contre le cancer. Un seul - l'agent immunothérapeutique Cemiplimab développé avec son partenaire américain Regeneron en vue d'un traitement du carcinome cutané squameux (un type de cancer de la peau) - a atteint l'étape du passage en revue par les autorités sanitaires aux Etats-Unis et en Europe. L'immunothérapie est devenue le domaine qui croît le plus vite sur le marché des traitements du cancer, qui pèse quelque 100 milliards de dollars (85,2 milliards d'euros). Ce segment devrait dépasser les 25 milliards de dollars d'ici 2021, selon des prévisions d'analystes compilées par Thomson Reuters.

  • Suivez notre chat à propos des biotechs en direct à 12:30

    Les biotechs belges restent un secteur très apprécié par les investisseurs. Pour preuve, l'envolée de Mithra en Bourse cette année. Mais le restera-t-il dans les prochains mois? Quels sont les risques? Pour quel potentiel? Pour en discuter, L'Echo vous propose un chat vidéo dès 12:30 en compagnie de Michel Ernst, stratégiste actions senior chez CBC Banque. Posez vos questions ici.

    Suivez notre live en direct


  • Des cracks de la Bourse proposent une alternative aux obligations

    Vers quels instruments financiers un investisseur défensif peut-il se tourner pour remplacer les obligations? Les actions ne sont pas sans risque, en particulier après une longue période de hausse, tandis que l’or est plus une "assurance" qu’un investissement. Les "alternative UCITS" - lisez fonds d’investissement alternatifs - peuvent-ils constituer une solution?

  • Les propos de De Croo coûtent cher à Proximus

    -600 millions d'euros
    Lourde perte pour Proximus en Bourse
    La vive réaction des investisseurs aux déclarations d'Alexander De Croo a largement impacté l'action Proximus, qui est tombé jusque 20,71 euros en séance. Soit une perte d'environ 600 millions d'euros en termes de capitalisation boursière.

  • Credit Suisse conseille de sous-pondérer les actions européennes

    Credit Suisse a abaissé à "sous-pondérer" sa recommandation sur les valeurs d'Europe continentale en jugeant l'euro davantage sous-évalué que les actions, ce qui expose ces dernières au risque d'un rebond de la monnaie unique dans les prochains mois.

    La banque estime que les valeurs européennes ne sont plus bon marché avec un ratio cours/bénéfice comparable à celui des actions américaines et des valorisation proches de leurs plus hauts de 15 ans. Les marchés actions d'Europe continentale intègrent actuellement une probabilité d'environ 15% d'une crise alors que cette probabilité estimée atteint 32% sur le marché des emprunts d'Etat, selon les estimations de la banque suisse.

    Le principal risque en Europe reste lié à l'Italie, explique Credit Suisse, et "il est peu probable qu'il disparaisse" au vu de la composition du nouveau gouvernement, du soutien populaire dont bénéficient les partis eurosceptiques et du besoin urgent de réformes dans la péninsule.

  • Zone euro: la production industrielle en baisse de 0,9% en avril

    La production industrielle dans la zone euro a reculé de 0,9% en avril par rapport à mars, a annoncé l'Office européen de statistiques Eurostat. Cette baisse est plus forte que celle attendue par les analystes interrogés par le fournisseur de services financiers Factset, qui tablaient sur un recul de 0,55%.

    En mars par rapport à février, la production industrielle avait progressé de 0,6% dans la zone euro, ajoute Eurostat.

  • GB: l'inflation se maintient à 2,4% en mai sur un an

    La hausse des prix à la consommation s'est maintenue à 2,4% en mai sur un an au Royaume-Uni malgré un bond des prix de l'essence, a annoncé l'Office des statistiques nationales (ONS). Cette hausse est conforme à la prévision moyenne des économistes sondés par l'agence Bloomberg.

    Les prix de l'essence ont augmenté en moyenne de 4,6 pence par litre entre avril et mai, du fait de la montée des prix du pétrole sur les marchés. Cette forte montée a toutefois été compensée par une baisse des prix des jeux et jouets, particulièrement du côté des jeux vidéos, et par une hausse plus modérée des prix de l'électricité et de l'alimentation.

  • L'AIE met en garde sur le déclin de la production en Iran et au Venezuela

    L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a mis en garde sur le déclin prévisible des productions pétrolières de l'Iran et du Venezuela. L'agence estime que les productions de ces deux pays pourrait être inférieure de 1,5 million de barils par jour (mbj) à ce qu'elle est aujourd'hui d'ici la fin de l'année prochaine. Il s'agit d'un scénario et non d'une prévision, précise-t-elle dans son rapport mensuel sur le marché pétrolier.

    Dans le cas de l'Iran, visé par un retour des sanctions américaines, elle envisage une perte en termes d'exportations proche de celles enregistrées lors des précédentes sanctions, même si cela reste "incertain". Pour ce qui est du Venezuela, frappé par une grave crise politique, "nous supposons qu'il n'y aura aucun répit dans l'effondrement de la production qui a retiré 1 mbj du marché ces deux dernières années", écrit l'AIE.

    "Pour combler ces pertes, nous estimons que les pays du Moyen-Orient appartenant à l'Opep pourraient augmenter leur production assez rapidement d'environ 1,1 mbj et que la production russe pourrait augmenter" au-delà de la hausse déjà anticipée. Mais même si le déficit de production de l'Iran et du Venezuela était comblé, "le marché sera en équilibre instable l'an prochain et vulnérable à des hausses de prix dans l'éventualité de nouvelles perturbations".
    Agence internationale de l'énergie (AIE)

  • Degroof Petercam reprend le suivi d'Xior

    La banque Degroof Petercam a repris le suivi de l'action Xior   - qu'elle avait suspendu pendant l'augmentation de capital - à "accumuler" avec un objectif de cours à 38 euros.

  • Inditex fait mieux que prévu au premier trimestre

    Le géant du textile espagnol Inditex, propriétaire de la marque Zara, publie un bénéfice net en légère hausse de 2% sur un an, à 668 millions d'euros, sur le premier trimestre de son exercice. Le groupe espagnol fait nettement mieux que son principal concurrent, le suédois H&M, qui a vu son bénéfice net chuter de 44% au premier trimestre à 135 millions d'euros. Son résultat est également supérieur aux attentes des analystes interrogés par le fournisseur d'informations financières Factset, qui tablaient en moyenne sur 642 millions. 

    Le chiffre d'affaires a également progressé de 2% à 5,65 milliards d'euros de février à avril et l'excédent brut d'exploitation (Ebitda) s'élève à 1,12 milliard, en hausse de 1%. Les ventes ont progressé de 7% en devises locales, le groupe dirigé par Pablo Isla soulignant une "variation significative des taux de change".

  • La Finlande vend 5% du raffineur Neste

    L'Etat finlandais a vendu une participation de 5% au capital du raffineur Neste via un placement accéléré de 861 millions d'euros, a annoncé le gouvernement. L'opération a été effectuée au prix de 67,27 euros par action, contre un cours de clôture de 69,18 euros mardi.

    Le titre Neste perd 3,64% à 66,66 euros à la Bourse d'Helsinki, parmi les plus fortes baisses de l'indice européen Stoxx 600 (+0,07%).

  • La chaîne de magasins Dixons Carphone victime d'une cyberattaque

    Une grande chaîne britannique de magasins d'électronique, Dixons Carphone  , a révélé avoir été la cible de pirates informatiques qui ont tenté de dérober les informations de 5,9 millions de cartes de paiement, y parvenant pour une centaine de milliers.

    "Nous avons identifié des accès non autorisés à certaines données détenues par l'entreprise", a expliqué le détaillant de produits électroniques, informatiques et de téléphones dans un communiqué. "Notre enquête indique qu'il y a eu tentative de mettre la main sur 5,9 millions de cartes référencées dans l'un des systèmes de paiement des magasins Currys PC World and Dixons Travel".

  • Adyen entre à Amsterdam sur les chapeaux de roue

    420 euros
    Entrée en fanfare d'Adyen
    La société néerlandaise Adyen a vu son action bondir à plus de 420 euros dans les premiers échanges à la Bourse d'Amsterdam, alors que le prix d'introduction avait été fixé à 240 euros. Ce qui représente un bond de 75%

  • Les télécoms belges sous pression

    Les valeurs télécoms évoluent en nette baisse ce mercredi: Proximus , Telenet  et Orange Belgium .

    Le ministre des Télécommunications, Alexander De Croo, souhaite qu'un quatrième opérateur télécom soit actif sur le marché belge. Il veut profiter de la mise aux enchères des fréquences mobiles de l'an prochain pour faire venir ce nouvel acteur. Une partie de ces fréquences lui serait réservée.

  • | OPENING BELL |

    AEX +0,23%

    STOXX Europe 600 +0,16%

    DAX +0,11%

    Euro Stoxx 50 +0,09%

    CAC 40 +0,09%

    BEL 20 -0,07%

  • Prudence en vue avant les annonces de la Fed

    • Les principales Bourses européennes devraient ouvrir sans grand changement, l'imminence des annonces de la Réserve fédérale américaine (Fed) étant susceptible de limiter l'appétit des investisseurs pour les actifs risqués. D'après les contrats à terme sur les indices, le CAC 40 parisien et Le FTSE à Londres débuteraient proches de l'équilibre. Le Dax à Francfort progresserait pour sa part de 0,2%.
    • La Fed devrait annoncer à 18h00 GMT, au terme de deux jours de réunion de son comité de politique monétaire (FOMC), qu'elle relève ses taux pour la deuxième fois de l'année. Son président, Jerome Powell, tiendra une conférence de presse 30 minutes plus tard. Au-delà d'un relèvement considéré comme acquis, les marchés suivront d'éventuelles modifications dans les trajectoires des hausses à venir établies par les responsables de la politique monétaire de la Fed ("dot plots") ainsi qu'une éventuelle inflexion du pilotage des anticipations ("forward guidance"), pour tenter de déterminer si la banque centrale procèdera à une ou deux autres hausses de taux d'ici la fin de l'année.
    • Dans l'attente des annonces de la Fed, le dollar progresse légèrement face à un panier de devises de référence (+0,13%) et le rendement des emprunts d'Etat américains à 10 ans est stable, autour de 2,965%.
    • Les marchés ont peu réagi mardi à l'issue de la "rencontre historique" entre Donald Trump et Kim Jong-un à Singapour, qui s'est conclue par la signature d'un document "complet" scellant l'engagement des deux dirigeants à mener une dénucléarisation complète de la péninsule coréenne tout en garantissant la sécurité de la Corée du Nord.
  • Partenariat d'ING et d'Axa en vue d'une plateforme mondiale d'assurance

    ING  , premier groupe de services financiers aux Pays-Bas, et Axa ont annoncé avoir conclu un "partenariat exclusif de bancassurance, long-terme et multi-pays" visant à propos des produits d'assurance grâce à une "plateforme d'assurance numérique centralisée". Lien vers le communiqué

  • L'euro stable face au dollar avant la fin de la réunion de la Fed

    L'euro   est stable face au dollar alors que les cambistes s'attendent à un relèvement des taux directeurs de la Réserve fédérale américaine, à l'issue de sa réunion de politique monétaire, plus tard dans la journée. La monnaie unique européenne valait 1,1749 dollar contre 1,1745 dollar mardi à 21H00 GMT.

    Le billet vert avait profité lundi de la publication d'un article du Wall Street Journal selon lequel le président de la banque centrale américaine Jerome Powell envisageait d'effectuer une conférence de presse après chaque Comité de politique monétaire (FOMC). Ce groupe se réunit actuellement huit fois par an, une rencontre systématiquement suivie d'un communiqué mais seulement quatre fois par an d'une conférence de presse.

    Le marché part pour l'instant du principe que toute hausse de taux ne peut être annoncée qu'à l'issue d'un FOMC où le président de l'institution prend la parole. Pour les investisseurs, cette nouvelle organisation signifie que la Fed s'ouvrirait la possibilité de relever plus facilement ses taux directeurs à chaque rencontre, selon des analystes.

  • La France rend possible une plus grande privatisation d'Engie

    La future loi Pacte sur la croissance des entreprises, qui sera présentée lundi par le gouvernement français, comprendra des mesures ouvrant la voie à des cessions d'actifs dans Aéroports de Paris (ADP)  , la Française des jeux (FDJ) et Engie  , a annoncé mardi le ministère des Finances.

    Le "Plan d'action pour la croissance et la transformation des entreprises" comprendra un volet autorisant l'Etat à passer sous le seuil de 50% dans ADP, à descendre sous la barre d'un tiers des droits de vote à Engie et à privatiser la FDJ, ont précisé des sources proches du ministère des Finances.  L'ampleur et les modalités des cessions ne seront déterminées qu'après l'adoption du texte par le Parlement, qui ne devrait pas intervenir avant 2019, selon ces mêmes sources.

  • La Bourse de Tokyo finit en légère hausse, Toshiba bondit

    La Bourse de Tokyo a fini en hausse de 0,38% dans un climat de prudence à l'approche des annonces de la Réserve fédérale américaine. L'indice Nikkei a gagné 88,03 points à 22.966,38 points et le Topix, plus large, a pris 7,55 points (0,42%) à 1.800,37 points.

    Toshiba a pris 6,65% après avoir annoncé un programme de rachats d'actions d'environ 700 milliards de yens (5,4 milliards d'euros), conformément à son engagement à faire profiter ses actionnaires des retombées de la vente de son activité de puces mémoires.

  • Au menu du jour

    - Économie/Finance

    France

    • 08h45 Créations d'entreprises / mai

    Royaume-Uni

    • 10h30 Inflation / mai

    Eurozone

    • 11h00 Production industrielle / avril

    États-Unis

    • 14h30 Prix à la production / mai
    • Fin de la réunion du FOMC de la Réserve fédérale (Fed), communiqué à 20h00, conférence de presse à 20h30

     

    - Entreprises

    Belgique

    • Bone Therapeutics: assemblée générale
    • RealDolmen: offre de rachat prolongée à 37 euros par action par GFI Informatique. Jusqu'au 25 juin
    • Sapec: offre de reprise simplifiée par Soclinpar au prix de 60 euros par action. Jusqu'au 29 juin inclus
    • Sipef: assemblée générale
    • Ter Beke: cotation ex-dividende de 4 euros brut

    France

    • Genkyotex: assemblée générale
    • Groupe ADP: trafic de mai
    • Sanofi: point sur la stratégie en oncologie
    • Soitec: résultats annuels (après Bourse)
  • Un actionnaire minoritaire de Telenet menace de poursuites judiciaires

    Lucerne Capital Management, un actionnaire minoritaire de Telenet   dont il détient environ 1,86% du capital, a demandé à la société belge de prendre des mesures pour régler ses problèmes de gouvernance.

    Selon le journal De Standaard, l'actionnaire est en colère contre Telenet en raison de la forte baisse de l'action et en l'absence de dividende. "Si Telenet ne fait rien, nous irons au tribunal."

  • La maison mère de Brantano de retour à la Bourse de Bruxelles

    FNG est coté en Bourse d’Amsterdam depuis son acquisition il y a deux ans, via une prise de contrôle inversée, de la société néerlandaise R&S Retail Group. Mais l’équipe dirigeante, les fondateurs et les principaux actionnaires de FNG se trouvent en Belgique. Et les décisions stratégiques sont prises au siège social à Malines.

    C’est ce qui explique que le CEO du groupe, Dieter Penninckx, projette de déménager le siège statutaire de Zoetemeer (Pays-Bas) à Malines. Parallèlement, il pense aussi à une deuxième cotation à Bruxelles. Pour la maison mère – autrefois cotée sur le Marché Libre (non réglemente) de Bruxelles –, ce serait un retour en Bourse par la grande porte.

  • GBL émet 500 millions d'euros d'obligations

    Le holding GBL   annonce avoir réalisé avec succès un placement obligataire de 500 millions d'euros, assorti d'un coupon de 1,875% et venant à échéance le 19 juin 2025. L'émission a été sursouscrite plus de 2,5 fois par une base d'investisseurs institutionnels diversifiée.

    "Le produit de cette émission a vocation à couvrir les besoins généraux de GBL. L'émission lui permettra d'allonger la maturité moyenne de sa dette et de poursuivre la diversification de ses sources de financement", explique la société dans un communiqué.

  • Le CEO de TiGenix quitte la société

    La société TiGenix   annonce qu'Eduardo Bravo va quitter le conseil d'administration et son rôle en tant que CEO de TiGenix avec effet au 15 juin 2018.

    Suite au résultat favorable de la première période d'acceptation de l'offre publique d'acquisition de Takeda, Sebastian Wehle succèdera à Eduardo Bravo en tant que membre du conseil d'administration. Sebastian sera également en charge de la gestion journalière de TiGenix avec Claudia D'Augusta, CFO de TiGenix, qui s'est vu attribuer les pouvoirs de la gestion journalière dans le but d'assurer l'intégration en douceur des opérations de TiGenix au sein de Takeda dans la mesure où cela est légalement possible. Lien vers le communiqué

  • Les annonces attendues de la Fed ce mercredi soir

    La probabilité selon laquelle le taux d’intérêt directeur devrait être augmenté ce mercredi aux USA, est élevée. Il s’agira alors de la septième hausse depuis décembre 2015.

    Graduellement, comme l’a promis la Fed, la politique monétaire américaine commence donc à quitter son biais "accommodant", pour s’approcher de la "neutralité", c’est-à-dire proche de l’inflation, sans vouloir doper ni restreindre l’activité économique. Un changement de vocabulaire qui pourrait s’immiscer dans le communiqué du Comité monétaire qui sera publié mercredi à 20h (heure belge). Après, Jerome Powell, le président de la Fed, donnera une conférence de presse.

  • La justice US approuve le rachat de Time Warner par AT&T

    AT&T a remporté mardi le feu vert, sans condition, de la justice américaine pour le rachat de Time Warner pour 85 milliards de dollars (72 milliards d'euros), une opération qui va lui permettre de rivaliser avec les groupes internet qui dominent le marché de la publicité numérique et lui apporter de nouvelles sources de revenu.

    Le rachat de Time Warner par AT&T est considéré comme un tournant dans le secteur des médias, confronté à la concurrence de groupes comme Netflix et Google qui produisent du contenu et le vendent directement sur internet, sans réclamer d'abonnements au câble. Le feu vert de la justice pourrait déclencher une vague de concentration dans le secteur.

  • Wall Street en petite hausse avant la décision de la Fed

    La Bourse de New York a terminé en légère hausse mardi dans un marché prudent, malgré les signaux positifs envoyés par Donald Trump et Kim Jong-un, à la veille de la décision de la Réserve fédérale qui devrait relever ses taux pour la deuxième fois de l'année. L'indice Dow Jones est quasiment stable (-1,58 point, soit -0,01%, à 25.320,73. Le S&P-500, plus large, a pris 4,85 points, soit 0,17%, à 2.786,85. Le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 43,87 points (+0,57%) à 7.703,79 points.

    La "rencontre historique" entre Donald Trump et Kim Jong-un à Singapour s'est conclue par la signature d'un document "complet" scellant l'engagement des deux dirigeants à mener une dénucléarisation complète de la péninsule coréenne tout en garantissant la sécurité de la Corée du Nord.

    • Malgré le recul de certaines valeurs dans le secteur de la défense - notamment Raytheon (-2,80%), Lockheed Martin (-1,30%) et Northrop Grumman (-1,50%) - ces annonces ont eu peu d'effet sur les marchés.

    L'attention des investisseurs a surtout été mobilisée sur la perspective d'un relèvement des taux de la Fed à l'issue de sa réunion de mardi et mercredi, et les annonces que fera jeudi la Banque centrale européenne (BCE) qui pourrait évoquer l'arrêt de son programme de rachats d'actifs d'ici à la fin de l'année.

  • Good Morning!

    Bonjour à toutes et à tous! Bienvenue sur le "Market Live" de L'Echo, l'endroit idéal pour vous tenir informé "minute par minute" des grandes tendances de l'actualité économique et financière de ce mercredi 13 juin 2018.

    ©REUTERS

Plus sur Les Marchés

Contenu sponsorisé

Partner content