1. Les marchés
  2. Live blog
live

La guerre commerciale de Trump plombe Wall Street

Les nouvelles tensions commerciales américano-chinoises ont constitué un bon prétexte pour prendre quelques bénéfices sur les marchés boursiers. Le Stoxx 600 a fini en baisse de 1,26%. A Wall Street, le Dow a perdu 0,88%, tandis que le Nasdaq a cédé 0,55%.
  • A suivre ce jeudi 12 juillet

    ECONOMIE / FINANCE

    Allemagne
    • Inflation (définitif) / juin

    Etats-Unis
    • 14h30 Prix à la consommation / juin

    Zone euro
    • 11h Production industrielle / mai
    • 13h30 Compte rendu de la réunion de politique monétaire de la BCE du 14 juin
    • Réunion de l'Eurogroupe

    → ENTREPRISES

    Belgique
    • RealDolmen/ réouverture de l’offre de reprise à 37 euros par action par GFi. Jusqu’au 18 juillet.
    • Tigenix/offre de reprise par Takeda à un prix de 1,78 euro par actio.

    Pays-Bas
    • Akzo Nobel / résultats du T2

  • La guerre commerciale de Trump plombe Wall Street

    La Bourse de New York a clôturé en baisse ce mercredi, inquiète de la guerre commerciale que livre Trump à la Chine. Le Dow Jones a perdu 0,88% à 24.700,45 points. Le Nasdaq a reculé de 0,55% à 7.716,61 points. Le S&P 500 a cédé 0,72% à 2.773,59 points. 

    Le président américain a tiré une nouvelle salve dans la guerre commerciale qui l'oppose à la Chine en dressant une liste supplémentaire de produits chinois importés d'un montant de 200 milliards de dollars par an qu'ils menacent de taxer dès septembre. Cette annonce a fait chuter les Bourses chinoises de plus de 1% et évoluer dans le rouge la plupart des places européennes.

    Les groupes internationaux Boeing et Caterpillar ont perdu respectivement 1,86% et 3,16%. Les entreprises chinoises cotées aux Etats-Unis ont également souffert, le groupe Alibaba abandonnant 2,65% et JD.com 1,66%.

    Les cours du pétrole ont eux aussi lourdement chuté sur le marché new-yorkais Nymex, le Brent lâchant quasiment 7%, sa plus forte baisse en une journée depuis près de deux ans et demi. Chevron a perdu 3,16%, tandis qu'Exxon Mobil a reculé de 1,26%.

  • Wall Street termine en baisse

    • Le Dow Jones a perdu 0,88% à 24.701,13 points.
    • Le Nasdaq a reculé de 0,55% à 7.716,61 points. 
    • Le S&P 500 a cédé 0,56% à 2.778,20 points.
  • Le pétrole chute à New York avec les tensions commerciales

    Les cours du pétrole ont lourdement chuté ce mercredi sur le marché new-yorkais Nymex, le Brent lâchant quasiment 7%, sa plus forte baisse en une journée depuis près de deux ans et demi, avec l'aggravation des tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine.

    Les Etats-Unis ont publié mardi soir une liste de produits chinois représentant 200 milliards de dollars (171 milliards d'euros) d'importations américaines que Washington pourrait taxer à 10% dans deux mois en l'absence d'accord avec Pékin. La Chine a prévenu qu'elle riposterait.

    Autre facteur ayant pesé sur la tendance, la Libye a annoncé la réouverture de quatre terminaux pétroliers dont la fermeture avait divisé de plus de moitié la production quotidienne du pays. Ces deux éléments, conjugués au raffermissement du dollar, ont éclipsé l'annonce d'une baisse de 13 millions de barils des stocks de brut aux Etats-Unis la semaine dernière, la plus forte depuis près de deux ans.

    • Le contrat août sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a perdu 3,73 dollars, soit 5,03%, à 70,38 dollars le baril. Il s'agit de sa plus forte baisse en pourcentage depuis le 7 juin 2017.
    • Au moment de la clôture du Nymex, le Brent chutait de 5,46 dollars (-6,92%) à 73,40 dollars, un recul d'une ampleur sans précédent depuis le 9 février 2016.
  • Telenet en exergue dans un marché orienté à la baisse à Bruxelles

    Après avoir été orientée à la hausse durant six journées d’affilée, la Bourse de Bruxelles a subi des prises de bénéfice. Son indice Bel 20 a clôturé sur un repli de 0,62% à 3.779,78 points. En comparaison, le Stoxx 600 paneuropéen a abandonné 1,26% à 381,40 points.

    Meilleure performance dans l’indice, Telenet s’est adjugé 5,15% à 44,52 euros. À l’opposé, Aperam (-3,12% à 36,70 euros) mène les baisses.

    L’analyste Ricard Boada de la banque américaine Morgan Stanley a relevé sa recommandation sur Telenet de "en ligne" à "surpondérer". Mais son objectif de cours est maintenu à 60,20 euros. Comme au début du mois de février, au moment de la publication de sa précédente note, l’analyste met notamment en avant l’éventualité d’un versement d’un dividende que pourrait décider Telenet dans les prochains mois. Cette fois-ci sera-t-elle la bonne? Car ceux qui ont suivi le conseil de Boada émis en le 14 février de "conserver" le titre, ont subi une moins-value de 30% depuis.

    Après son repli proche de 2% mardi, Ontex reprend un modeste 0,08% à 25,80 euros. BlackRock Investment Management a réduit sa position vendeuse sur ce titre passant de 0,79% du capital à 0,72% au 9 juillet. Idem pour Adelphi Capital qui est passé de 1,01% à 0,63%.

    Hors Bel 20, Bekaert a encore perdu 1,38% à 27,08 euros. Marshall Wace a accru sa position vendeuse sur cette valeur. Le fonds est passé de 0,73% du capital à 0,91% au 9 juillet.

    Greenyard s’est replié de 3,65% à 12,68 euros. Och-Ziff Management Europe a réduit sa position vendeuse sur Greenyard, de 1,08% à 0,90% du capital au 9 juillet.

    Au rayon des sociétés de biotechnologie, la cotation d’ASIT Biotech a été suspendue sur Euronext Bruxelles et Paris. Le groupe qui a ses quartiers généraux à Bruxelles et dispose d’un laboratoire à Liège a démarré une émission d’obligations convertibles. L’action avait clôturé à 3,56 euros mardi.

    Mithra, qu’avait déjà gagné 3,49% la veille, a encore progressé de 3,2% à 33,70 euros. Kepler Cheuvreux a entamé le suivi de la valeur avec une recommandation à "acheter" et un objectif de cours de 37 euros.
    Dans ce segment de la cote, c’est ThromboGenics qui signe la meilleure prestation. Ce titre monte de 10,5% à 8,92 euros.

  • Les matières premières à la peine sur les marchés boursiers

    Les 19 sous-secteurs du Stoxx 600 ont viré au rouge ce mercredi.
    Les performances les plus médiocres sont le fait de l’indice lié aux entreprises actives dans les matières premières (-3,1%). Pour ne citer que cet exemple, la tonne de cuivre qui valait encore 7.332 dollars il y a un mois, a démarré les échanges ce matin à 6.092 dollars.

    Le Stoxx 600 des métaux de base est suivi dans son mouvement baissier par celui des compagnies pétrolières (-2,18%). Celles-ci ont été affectées par le recul de 2,7% aujourd'hui des prix du baril de Brent à 76,73 dollars.

  • Le secteur de la construction s'enfonce dans la déprime à Paris

    Avec l’automobile (excepté Peugeot qui gagne près de 20% depuis janvier, le secteur de la construction compte parmi les plus sinistrés à la Bourse de Paris depuis le début de cette année. Saint-Gobain perd encore ce mercredi 1,97% pour revenir à un plus bas de deux ans à 37,26 euros. En cédant 1,97%, Bouygues a de son coté retrouvé son niveau d’il y a un an, à 37,57 euros.

    Précisons qu'Eiffage arrive à résister à ce courant de déprime pour le secteur de la construction. A 95 euros, l'action caracole tout près de son point le plus haut de l'année (105,1) atteint en mai.

  • ASIT Biotech lève 12 millions d'euros

    ASIT Biotech a émis auprès d'investisseurs institutionnels des obigations convertibles (OC) pour un montant de 12 millions d'euros.

    Les OC seront enregistrées au nominatif pour un montant nominal de 2.500 €. Elles ne porteront pas intérêt, et arriveront à échéance 12 mois après leur émission. Les OC sont convertibles en actions ordinaires à la demande des détenteurs avant l’échéance ou seront automatiquement converties à l’échéance au Prix de Conversion.

    Le Prix de Conversion des OC est égal à 92% du cours moyen pondéré par les volumes du dernier jour de bourse précédant la demande de conversion du détenteur de l’OC ou l’échéance. Le prix ne pourra toutefois être inférieur à 1,1368 € ce qui est supérieur à la valeur nominale des actions de la Société (0,78 euro).

    Dès la conversion des OC, les nouvelles actions émises seront immédiatement assorties des mêmes droits que les autres actions existantes, et seront négociables sur les marchés Euronext Bruxelles et Paris. La Société se réserve le droit de racheter les OC à un prix de 2.600 € plutôt que d’émettre de nouvelles actions.

  • L'Opep prévoit une baisse de la demande pour son pétrole

    L'Opep prévoit une baisse de la demande pour son pétrole brut l'année prochaine, en raison d'un ralentissement de la croissance de la consommation et d'une hausse des extractions de ses concurrents, laissant présager le retour d'une offre excédentaire malgré l'accord d'encadrement de la production.

    Donnant ses premières prévisions de 2019 dans son rapport mensuel publié mercredi, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) estime que la demande mondiale de brut couverte par ses 15 pays membres sera en moyenne de 32,18 millions de barils par jour (bpj) l'an prochain, soit 760.000 bpj de moins que cette année.

    En juin, la production pétrolière de l'Opep a augmenté de 173.000 bpj à 32,33 millions de bpj, précise le rapport, citant des chiffres de l'organisation provenant de sources secondaires. Cela signifie que le taux de conformité au pacte de réduction de la production a été ramené à 130%, selon les calculs de Reuters.

  • Wall Street en baisse après quatre séances positives

    La Bourse de New York a ouvert en net repli mercredi après quatre séances de hausse consécutives. Elle est pénalisée par l'escalade américaine dans le conflit commercial avec la Chine qui ravive l'aversion au risque.

    Près de 30 minutes après le début des transactions, l'indice Dow Jones accuse une perte de 0,76% à 24.758,76 points et le S&P 500 de 0,55% à 2.778,55 points. Repli aussi de 0,55% pour le Composite de la Bourse de Nasdasq.

    Donald Trump a averti qu'à terme, plus de 500 milliards de dollars (425 milliards d'euros) de produits chinois, soit la quasi-totalité des importations américaines en provenance de Chine, pourraient être taxés. La Chine a fait savoir de son côté qu'elle saisirait l'Organisation mondiale du commerce (OMC) et qu'elle ne
    souhaitait pas se livrer à une guerre commerciale, mais le fera si nécessaire.

    Sur le marché du pétrole, les cours évoluent dans le rouge, le baril de Brent perdant plus de 2% à 77,25 USD, et celui du brut léger
    américain environ 1%.

    LES SEMI-CONDUCTEURS RECULENT

    Sur le marché actions, une grande partie des valeurs américaines recule, en particulier les titres les plus sensibles aux tensions entre les Etats-Unis et la Chine.
    Caterpillar perd ainsi 1,83% et Boeing 1,34%.

    Le compartiment des semi-conducteurs, exposé au marché chinois, souffre également (-1,58%). NXP, AMD, Broadcom, Micron ou Nvidia  abandonnent entre 1,76% et 3,95%. Les actions des entreprises du secteur sidérurgique reculent, telles AK Steel (-1,80%) ou US Steel (-2,03%).

  • Les pertes dues aux catastrophes à un creux de 13 ans

    Les pertes dues aux tempêtes, inondations et tremblements de terre dans le monde ont été pratiquement réduites de moitié sur les six premiers mois de
    2018, à 33 milliards de dollars (28 milliards d'euros), le chiffre le plus bas en 13 ans, a annoncé le réassureur allemand Munich Re cité par Reuters.

    Les assureurs ont versé 17 milliards de dollars pour les sinistres liés aux catastrophes naturelles, contre 25,5 milliards un an plus tôt, un chiffre globalement conforme à la moyenne des 30 dernières années qui est de 17,5 milliards de dollars, a précisé le réassureur allemand.

    "Après une période de catastrophes extrêmes avec des pertes record, il est bon de pouvoir enregistrer une phase avec de faibles pertes", a déclaré Torsten Jeworrek, membre du directoire de Munich Re.

    Le réassureur a toutefois noté que les pertes les plus élevées surviennent généralement au second semestre. L'an dernier, une série d'ouragans a fait grimper la facture à 340 milliards de dollars.

    Munich Re a enregistré 430 catastrophes naturelles au premier semestre, contre 380 un an plus tôt et une moyenne de long terme de 250. Quelque 3.000 personnes ont perdu la vie dans des catastrophes naturelles, contre 5.540 au cours de la même période de 2017.

    La catastrophe la plus onéreuse a été la tempête Friederike qui a balayé la Grande-Bretagne, le nord de la France, le Benelux et l'Allemagne à la mi-janvier, entraînant des pertes globales de 2,7 milliards de dollars dont 2,1 milliards couverts par des assurances.

    Les orages et les inondations en mai et début juin dans certaines régions d'Europe centrale ont entraîné des pertes globales de 1,6 milliard d'euros, dont 900 millions assurés.

    A Francfort, l'action Munich Ré enregistre une hausse de 2,8% depuis le début de cette année.

  • Ouverture en baisse de Wall Street

     

    - Le DJ:           -0,65% à 24.757,3 points

    -Le S&P 500:   -0,52% à 2.779,36 points

  • Thrombogenics: +10,04%

    L'action Thrombogenics est recherchée: le titre bondit de 10,04% à 8,88 euros, dans des volumes particulièrement nourris, alors qu'aucune information susceptible de faire bouger le titre n'a (à première vue) été publiée.

  • Barclays moins optimiste pour Carrefour, l'action recule

    Carrefour recule de 5% à 13,62 euros en Bourse après une note défavorable de Barclays, qui prévoit une baisse des profits du distributeur au premier semestre, en particulier en France. Au même moment, le Cac40 cède 1,1%.

    Pour le premier semestre, les analystes de Barclays tablent sur une baisse de 23% de l'Ebit du groupe Carrefour à 477 millions d'euros.

    D'après l'intermédiaire, Carrefour pourrait avoir enregistré la plus faible performance de son histoire au premier semestre sur la France avec un Ebit en baisse de 34% à 131 millions d'euros, ce qui impliquerait une contraction de sa marge de 40 points de base à 0,7%.

    Ailleurs en Europe, les ventes organiques ont été impactées au deuxième trimestre par une concurrence accrue, estiment les analystes. La croissance organique du chiffre d'affaires est ainsi attendue en baisse de 3% en Espagne, de 5% en Italie et de 2,7% en Belgique.

    "Bien que le plan de transformation du distributeur soit en marche, nous pensons que les effets seront visibles à partir de 2019, au plus tôt", commentent-ils.

    Barclays maintient sa recommandation à "pondération en ligne" avec un objectif de cours à 15,60 euros contre 17,30 euros.

  • Désaccord à la BCE, l'euro et le rendement du Bund montent

    L'euro monte après les informations de Reuters sur le désaccord à la BCE sur le calendrier de la première hausse de taux en 2019.

    Certains membres de la Banque centrale européenne voient une hausse des taux à l'automne 2019 seulement, tandis que d'autres membres de l'institution estiment possible une décision dès juillet car la formulation est vague.

    La BCE a annoncé le mois dernier que les taux resteraient à leurs niveaux actuels "through the summer" 2019, une formulation en anglais suffisamment vague pour que la question reste ouverte.

    Selon les investisseurs, cette phrase veut dire que les taux ne monteront pas avant octobre voire même décembre de l'an prochain et l'expression se comprendrait alors dans le sens d' "au-delà de l'été".

    L'euro a progressé jusqu'à 1,1743 dollar, avant ralentir à 1,1727, contre 1,1700 avant les informations Reuters.

    Le rendement du Bund allemand à 10 ans a quant à lui repassé la barre des 0,3%.

  • Wall Street attendu en nette baisse

    Wall Street est attendue en nette baisse, suivant un scénario désormais classique d'aversion au risque face aux nouvelles menaces de droits de douanes de l'administration américaine contre la Chine, qui a mis fin au rebond entamé en début de semaine dernière.

    L'indice Dow Jones est donné en repli de 0,87%, le S&P 500 de 0,71% et le Nasdaq 100 de 0,83%.

  • Pfizer se réorganise en trois divisions

    Pfizer annonce qu'il se réorganise en trois divisions, dont l'une intégrera un nouveau segment dédié aux activités hospitalières.

    Une division réunira les biosimilaires et activités hospitalières, une autre les médicaments de marques et génériques tandis que la troisième regroupera la santé grand public, précise le premier laboratoire américain dans un communiqué.

    La restructuration sera effective au début de l'exercice fiscal 2019, indique-t-il.

    L'action du groupe est stable dans les échanges d'avant Bourse.

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    Les valeurs à suivre à Wall Street

    * Les VALEURS TECHNOLOGIQUES reculent en avant-Bourse après la publication par l'administration américaine d'une liste de 200 milliards de dollars (170 milliards d'euros) de produits chinois sur lesquels pourraient être appliqués d'ici à deux mois des droits de douane de 10% supplémentaires. Les fabricants de SEMI-CONDUCTEURS sont particulièrement exposés dans les transactions en avant-Bourse, comme NXP (-2,7%), AMD (-2%) ou MICRON (-1,9%).

    * Les VALEURS CHINOISES cotées sur les marchés américains sont elles aussi dans le rouge en avant-Bourse: ALIBABA , JD.COM et BAIDU cèdent autour de 1,8%, IQIYI 2,8%.

    * TWENTY-FIRST CENTURY FOX a annoncé mercredi avoir obtenu le feu vert du groupe britannique de télévision Sky à une offre d'achat améliorée de 24,5 milliards de livres (27,7 milliards d'euros), reprenant ainsi la main dans la bataille qui l'oppose à l'américain COMCAST. L'action Sky perd 0,50% à Londres.

    * PFIZER a annoncé mardi soir le report de la hausse des prix de certains de ses médicaments jusqu'à la fin de l'année. Annoncées le 1er juillet, ces hausses avaient valu au laboratoire des critiques de la part de Donald Trump, qui s'est entretenu mardi avec le PDG de l'entreprise, Ian Read. Le groupe a annoncé par ailleurs qu'il allait se réorganiser en trois segments. L'action Pfizer perdait mardi 1% dans les transactions après la clôture.

    * BOEING - La compagnie aérienne indienne Vistara a annoncé mercredi son intention de commander des avions à Airbus et Boeing pour un total de 3,1 milliards de dollars (2,6 milliards d'euros).

    * JD.COM - La branche financière du numéro deux chinois de commerce électronique a levé au moins 13 milliards de yuans (1,7 milliard d'euros) auprès d'investisseurs chinois, doublant sa valorisation avant une éventuelle offre publique de vente (IPO), selon des sources au fait du dossier.

    * RAYTHEON, LOCKHEED MARTIN et NORTHROP GRUMMAN ont été retenus pour un programme de défense antimissile balistique, un contrat dont le montant total pourrait dépasser quatre milliards de dollars (3,41 milliards d'euros), a annoncé mardi le Pentagone.

  • Econocom reprend sa descente aux enfers

    La plus forte baisse à Bruxelles est à mettre sur le compte d'Econocom . L'avertissement sur résultats de la semaine passée incite visiblement encore certains investisseurs à vendre leur titre, qui perd pour l'instant 5,72%. En un an, l'action a perdu plus de 60% de sa valeur.

  • "La plupart d'entre nous ne s'attendaient pas à ce que les Etats-Unis annoncent une nouvelle liste aussi tôt et le marché n'avait pas intégré cette initiative."
    Shogo Maekawa
    Responsable de la stratégie de marché chez JPMorgan Asset Management

  • Le point sur les marchés en milieu de journée

    Nouvelles offensives douanières de Trump, les actions rechutent

    1. Les principales Bourses européennes sont reparties dans le rouge, pénalisées par un nouveau regain de tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine. Washington a publié une nouvelle liste portant sur 200 milliards de dollars (170 milliards d'euros) de produits chinois supplémentaires qui seront assujettis à des droits de douane.

    2. Francfort chute de 1,37%, Londres de 1,34% et Paris et Amsterdam de 1,20%. L'indice DJ Stoxx 600 abandonne 1,19%.

    3. A Wall Street, les contrats à terme sur les indices américains suggèrent une ouverture en repli de l'ordre de 0,8% à 1%.

    4. En Europe, le secteur des ressources de base chute de 3,4% dans la foulée du net repli des cours des matières premières. Les prix du cuivre , du zinc ou encore du nickel reculent de plus de 3%.

    5. Les compartiments de l'automobile et de la technologie, sensibles à la politique protectionnistes de Donald Trump, reculent respectivement de 1,95% et 1,51%.

    6. Aux valeurs, Burberry lâche 3% après des prévisions jugées décevantes. Les analystes de Kepler Cheuvreux ont abaissé leur recommandation à "alléger" contre "conserver", estimant que la valorisation actuelle après le récent rebond du titre intègre trop d'optimisme sur le redressement de l'activité.

    7. A contrario, Telenet (+3,54%), Lagardère (+1,72%) et Spie (+3%) se distinguent grâce à des relèvements de recommandation.

  • Bénéteau au creux de la vague

    Le titre Bénéteau chute à la Bourse de Paris, après la révision à la baisse par le constructeur de bateaux de ses prévisions de chiffre d'affaires et de résultat opérationnel pour l'exercice 2017-2018.

    L'action Bénéteau perd 15% dans un marché parisien en baisse de 1,20%.

  • "Si la Chine et les Etats-Unis avaient enclenché des négociations en mai et juin, il semblerait qu'il n'y a plus aucune réunion actuellement, en tout cas officiellement. Si Pékin et Washington ne se parlent pas, il est difficile d'imaginer que les administrations des deux pays parviennent à un compromis. Il y a donc à craindre que l'escalade protectionniste se poursuive."
    Tangi Le Liboux
    Analyste marchés chez Aurel BGC

  • Changements chez Home Invest Belgium

    Home Invest Belgium (HIB) et Sophie Lambrighs, CEO, ont convenu de commun accord de mettre un terme à leur collaboration. Sophie Lambrighs était aux commandes de HIB depuis juin 2014.

    HIB perd également Nicolas Vincent, Chief Investment Officer, qui avait rejoint la SIR en 2016.

    Le Conseil d’administration de HIB a par ailleurs décidé, sous réserve de l’approbation de la FSMA, de nommer deux nouveaux dirigeants effectifs, à savoir Monsieur Liévin Van Overstraeten et Monsieur Johan Van Overstraeten.

  • Pfizer reporte la hausse du prix de certains médicaments

    Le géant pharmaceutique Pfizer confirme le report de la hausse des prix de certains médicaments, après que le président américain Donald Trump s'est indigné contre ces augmentations.

    "Après une longue discussion avec le président Trump aujourd'hui, le PDG de Pfizer Ian Read a annoncé qu'il reportait les hausses de prix effectives le 1er juillet", a indiqué le groupe dans un communiqué.

    Ce report des augmentations de prix entrées en vigueur le 1er juillet vise selon Pfizer à "donner au président l'opportunité de travailler sur son plan pour améliorer le système de santé et offrir un accès aux soins élargi pour les patients" américains.

     

  • Le point en début de matinée

    Retour des craintes de guerre commerciale, les matières premières chutent, Telenet et Lagardère dopés par des brokers

    1. Les marchés actions européens évoluent en nette baisse, pénalisés par les craintes liées à la guerre commerciale, après de nouvelles menaces des Etats-Unis qui envisagent des taxes douanières supplémentaires sur des produits chinois. Francfort perd 1,04%, Paris 1,01%, Amsterdam 0,90%.

    2. La Bourse de Londres cède 1,11%, affectée par le net recul de 2,5% du secteur des matières premières en Europe. Le compartiment est lanterne rouge sectorielle en Europe, avec les nouvelles surtaxes américaines en projet. Tous les autres secteurs sont en baisse.

    3. Par ailleurs, le groupe pharmaceutique Indivior dégringole de 34%, en réaction à un avertissement sur résultats lié au lancement aux Etats-Unis d'une version générique de son traitement contre la dépendance aux opiacés.

    4. Le titre Burberry chute de 4,4%, après un trading udpate visiblement mal accueilli.

    5. Dans l'actualité des fusions-acquisitions, Sky perd 1%. Son actionnaire principal 21st Century Fox et Sky se sont mis d'accord sur une offre améliorée, pour le rachat des parts non encore détenues à un prix de 14 livres par action contre 10,75 proposés jusqu'à présent. Le prix est environ 12% à celui proposé par le rival Comcast.

    6. Telenet gagne 2,83%, meilleure progression de l'indice DJ Stoxx 600, après un relèvement de conseil de Morgan Stanley, passé à "surpondérer". Mithra avance de 1,7%. Kepler Cheuvreux a démarré le suivi du titre avec un conseil d'achat.

    7. Lagardère suit avec un gain de 2,52%, profitant d'un relèvement de sa recommandation à "acheter" contre "neutre" auparavant par Goldman Sachs.

  • "La position de la Chine est très claire: elle ne veut pas livrer de guerre commerciale mais le fera si nécessaire."
    Le ministère chinois des Affaires étrangères

  • 21st Century Fox relève son offre sur Sky

    Sky perd 1,4% à l'ouverture, après avoir accepté une offre améliorée de Fox.

    Dans un communiqué publié à la Bourse de Londres, le groupe américain de médias, 21st Century Fox de la famille Murdoch, déjà premier actionnaire de Sky, a expliqué qu'il augmentait son offre: il la fait passer de 10,75 livres par action Sky à 14 livres par titre, afin d'acheter les 61% du capital qu'il ne possède pas encore.

    Le groupe de télévision britannique Sky est valorisé désormais à 24,5 milliards de livres soit davantage qu'une offre concurrente de Comcast.

  • Un broker à l'achat sur Mithra

    Les analystes de Kepler Cheuvreux entament la couverture du titre Mithra avec un recommandation d'achat et un objectif de cours de 37 euros.

    L'action perd 0,46% à 32,50 euros, dans un marché globalement en baisse de 0,76%.

  • Le fonds Elliott contrôle l'AC Milan

    Le fonds américain Elliott contrôle désormais l'AC Milan et prévoir l'injection de 50 millions d'euros pour "stabiliser les finances" du club de football italien, selon un communiqué publié dans la nuit de mardi à mercredi.

    Elliott prend le contrôle du club car l'investisseur chinois Li Yonghong n'a pas honoré une dette arrivée à échéance. M. Li avait jusqu'au vendredi 6 juillet pour payer 32 millions d'euros au fonds américain qui les lui avait prêté pour le rachat du club.

  • Burberry: -3,6%

    Burberry perd 3,6% à l'ouverture après ses résultats trimestriels.

    Le groupe de luxe a fait état mercredi d'une hausse de 3% de ses ventes à périmètre comparable au premier trimestre de son exercice décalé, une croissance conforme aux prévisions avant le lancement de la première collection de son nouveau directeur artistique Riccardo Tisci en septembre.

    LVMH perd 1,4% et Kering 1,7% en début de séance, dans le sillage de la baisse du titre Burberry.

  • Lagardère: +2,9%

    Lagardère gagne 2,9% à l'ouverture. Goldman Sachs a relevé sa recommandation à "achat".

  • Le secteur des ressources de base recule de plus de 2% en Europe à l'ouverture avec le regain des tensions commerciales internationales.

  • | Opening Bell |

    • Bruxelles: -0,65%
    • Amsterdam: -0,70%
    • Francfort: n.c.%
    • Paris: -0,73%
    • DJ Stoxx 600: -0,60%

  • "La plupart d'entre nous ne s'attendaient pas à ce que les Etats-Unis annoncent une nouvelle liste aussi tôt et le marché n'avait pas intégré cette initiative. Le marché attend maintenant la réaction de la Chine et les actions devraient demeurer volatiles pendant un certain temps."
    Shogo Maekawa
    Responsable de la stratégie de marché chez JPMorgan Asset Management

  • Le point avant l'ouverture des marchés

    Rouge en vue en Europe, la guerre commerciale s'intensifie

    1. Les principales Bourses européennes sont attendues en baisse à l'ouverture, dans le sillage des marchés asiatiques, après l'annonce par Washington de taxes supplémentaires sur 200 milliards de dollars d'importations chinoises.

    2. D'après les contrats à terme, le CAC 40 parisien et le FTSE à Londres pourraient perdre autour de 0,7% à l'ouverture. Le Dax à Francfort reculerait pour sa part de 0,9%.

    3. L'accalmie sur le front des tensions commerciales n'a donc pas duré. Le gouvernement américain a publié une liste portant sur 200 milliards de dollars (170 milliards d'euros) de produits chinois supplémentaires qui seront assujettis à des droits de douane, faute d'avoir trouvé un accord avec la Chine, ont annoncé mardi soir des représentants de l'administration américaine.

    4. En Asie, la Bourse de Tokyo a perdu 1,2% après avoir cédé jusqu'à plus de 2% en séance. L'indice composite de la Bourse de Shanghai recule de plus de 2% à l'approche de la clôture et l'indice MSCI regroupant les valeurs d'Asie et du Pacifique (hors Japon) abandonne 1,2%.

    5. Donald Trump ne devrait pas tarder à faire reparler de lui puisque s'ouvre ce mercredi à Bruxelles un sommet de l'Otan.

    6. Du côté des indicateurs, les investisseurs prendront connaissance à 14h30 des prix à la production aux Etats-Unis pour le mois de juin.

    7. Asit Biotech est suspendue. Morgan Stanley a relevé son conseil sur Telenet et fixé son objectif de  cours à 60,20 euros.

  • Tokyo chute

    L'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo a fini sur un net recul de 1,19%, en raison d'une nouvelle salve de hausses de taxes douanières envers des produits chinois que pourraient appliquer les Etats-Unis à compter de septembre.

    L'indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau a lâché 0,83%.

  • Avis de broker sur Telenet

    Morgan Stanley relève sa recommandation sur Telenet à "surpondérer", pour tenir compte de la reprise de la politique de rémunération des actionnaires et du scénario d'une inflexion attendue des revenus au second semestre.

    L'objectif de cours est de 60,20 euros.

  • Suspension d'Asit Biotech...

    ... le temps de connaître le résultat du placement d'une obligation convertible.

    Le processus de construction accélérée d’un livre d’ordres a été initié mardi, après la clôture des marchés, précise Asit Biotech .

    Les résultats de l’offre seront annoncés dès que possible après la clôture du livre d’ordres dans un communiqué de presse, précise la société biotech.

  • "Avec aucune fin proche en vue dans l'escalade des frictions commerciales et la montée du protectionnisme, les guerres commerciales mondiales sont devenues l'un des principaux risques baissiers pour la croissance mondiale et le commerce global pour le deuxième semestre 2018 et pour 2019."
    Rajiv Biswas
    Chef économiste Asie-Pacifique chez IHS Markit

  • Washington annonce de nouveaux tarifs douaniers

    Le gouvernement américain a publié une liste portant sur 200 milliards de dollars (170 milliards d'euros) de produits chinois supplémentaires qui seront assujettis à des droits de douane, faute d'avoir trouvé un accord avec la Chine, ont annoncé mardi soir des représentants de l'administration américaine.

    Cette liste comprend une vaste gamme de marchandises dont des centaines de produits alimentaires, ainsi que le tabac, le charbon, les produits chimiques ou encore les composants électroniques.

    Le ministère chinois du Commerce a réagi en annonçant qu'il allait saisir l'Organisation mondiale du Commerce (OMC) et en dénonçant des agissements "complètement inacceptables".

    Aucune mesure de rétorsion n'a pour le moment été annoncée.

  • L'Asie boursière déprime, l'Europe attendue en baisse

    Les marchés asiatiques renouent avec l'inquiétude ce matin, les nouvelles menaces américaines de taxation sur 200 milliards de dollars supplémentaires de produits chinois ravivent les craintes d'une guerre commerciale à plus grande échelle entre les deux plus grandes économies du monde.

    L'indice MSCI des actions de l'Asie-Pacifique hors Japon baisse de 1,1%. L'indicateur avait repris du terrain ces deux dernières séances, après avoir profité d'une pause dans la guerre commerciale qui oppose la Chine aux Etats-Unis.

    L'indice Hang Seng de la Bourse de Hong Kong cède 1,5% et l'indice composite de Shanghai 1,8%.

    En Europe, les contrats à terme laissent entrevoir une ouverture en baisse, de 0,6% à Francfort, de 0,5% à Paris et de 0,45% à Londres.

  • A suivre ce mercredi 11 juillet

    ECONOMIE / FINANCE

    Autriche
    • Rapport mensuel de l'Opep

    Etats-Unis
    • 14h30 Prix à la production / juin
    • 16h Stocks et ventes des grossistes / mai

    Canada
    • 16h Décision de politique monétaire de la Banque du Canada

    → ENTREPRISES

    Belgique
    • RealDolmen/ réouverture de l’offre de reprise à 37 euros par action par GFi. Jusqu’au 18 juillet.
    • Tigenix: offre de reprise par Takeda à un prix de 1,78 euro par action.

    Royaume-Uni
    Burberry / résultats du T1

  • Bonjour...

    En route pour un nouveau market live. Merci de nous suivre!

Plus sur Les Marchés

Contenu sponsorisé

Partner content