1. Les marchés
  2. Live blog
live

Le mouvement de hausse ne faiblit pas

La Bourse de New York a ouvert en forte hausse ce mardi, entrant en bull market. Le S&P 500 est monté de 22,8% depuis 23 mars. De son côté, le Bel 20 est lui aussi entré en bull market, passant au-delà des 3.000 points.
  • Fin du Market Live

    C'est la fin du Market Live. Merci de nous avoir suivis. On se retrouve mercredi pour une nouvelle séance.

    Au programme: Les investisseurs prendront connaissance du compte-rendu de la dernière réunion de la Fed. AG chez Ahold Delhaize. Résultats de Delta Airlines, Genfit et Tesco.

  • Résumé de la séance en Europe

    Les bourses européennes ont poursuivi sur leur lancée de la veille à mi-séance, soutenues par les espoirs d'une amélioration de l'évolution de la pandémie de coronavirus et la perspective de nouvelles mesures de relance face à la crise.

    À Paris, le CAC 40 a gagné 2,12%. À Francfort, le Dax a pris 2,79% et à Londres, le FTSE s'est octroyé 2,19%. L'EuroStoxx 50 de la zone euro a avancé de 2,21% et le Stoxx 600 de 1,88%.

    La quasi-totalité des grands secteurs de la cote européenne a bénéficié du regain d'appétit des investisseurs pour les actifs risqués: celui des transports et du tourisme a gagné 6,57%, devant ceux de l'automobile (+3,6%) et de l'assurance (+3,86%).

    Les groupes aéronautiques Safran et Airbus ont gagné respectivement 6,89% et 6,56%, ArcelorMittal plus de 10%, Unibail Rodamco Westfield plus de 16%.

    Europcar  a bondi de 13,35%, surperformant nettement l'indice SBF120 . D'après Le Monde, l'Etat français s'active pour sauver le loueur automobile, menacé par la chute de ses activités provoquée par le coronavirus, et un accord est proche avec Eurazeo, son premier actionnaire, et des banques.   

    Thales (-0,56%) a annoncé supprimer le solde de son dividende 2019 et retirer ses objectifs financiers pour 2020 face à l'épidémie de coronavirus. L'équipementier pour l'aérospatiale, la défense et la sécurité, qui avait déjà versé un acompte sur le dividende de 60 centimes, a renoncé à verser le solde de 2,05 euros, soit une économie de 430 millions d'euros.

    Superdry a fait partie des plus fortes hausses à la Bourse de Londres. Le détaillant de vêtements a bondi de 10,23% après avoir perdu 80% depuis janvier.

  • Résumé de la séance à Bruxelles

    La Bourse de Bruxelles a poursuivi sa hausse ce mardi dans la foulée du gain de plus 7% du Dow Jones à Wall Street lundi. Le Bel 20 a pris 2,15% à 3.033,57 points et a franchi à nouveau le seuil de 3.000 points.

    Les valeurs bancaires ont continué leur rebond après leur forte chute de la semaine dernière à cause de la demande de suspendre leur dividende par la Banque centrale européenne. ING a progressé de 4,69% et KBC  de 4,53%.

    Barco a rebondi de 5,7% alors que les investisseurs reviennent sur les titres qui ont fort souffert ces dernières semaines. 

    GBLa pris 3,33%. Le holding a acquis, la semaine dernière, 154.401 actions propres au prix unitaire moyen de 69,27 euros. L'autre holding du Bel 20, Sofina a grapillé 0,49%. Il a annoncé maintenir la distribution d’un dividende unitaire brut de 2,90 euros.

    Aperam a avancé de 4,9%. Le groupe a désigné un nouveau directeur financier. Sudhakar Sivaji (provenant de Thyssenkrupp Steel) a été désigné à ce poste suite à la démission de Sandeep Jalan.

    AB InBev a pris 4,04%. Le brasseur belgo-brésilien a cédé des actions au prix unitaire de 39,5 euros dans le cadre d’un placement privé accéléré lui permettant de lever 375,25 millions d’euros. Ils seront convertis en rands et payés à SAB Zenzele Participants qui a préféré recevoir du cash plutôt que des actions AB InBev dans le cadre de l’Existing Empowerment Transaction.

    Sur le marché élargi, Shurgard a bondi de 7,03%. Le spécialiste du garde-meubles a vu ses revenus immobiliers progresser de 5,4% au premier trimestre. Le taux d’occupation s’établit, pour sa part, à 87,7%.

    D'Ietere a lâché 0,44%. Le groupe a temporairement suspendu le programme de rachats d’actions propres de 150 millions d’euros. Le groupe signale aussi que le Covid-19 aura un impact significatif sur ses résultats 2020, mais qu'il est impossible de le quantifier à ce stade. 

    Sioen (+6,36%) a également décidé de supprimer son dividende pour 2019 en raison de la crise liée au coronavirus.

  • La Banque centrale européenne accepte les obligations grecques en collatéral

  • Clôture des marchés européens

    Bel 20: +2,15%

    AEX: + 2,05%

    CAC 40: +2,12%

    Dax: +2,79%

    Stoxx 600: +1,88%

  • L'Etat belge se refinance à des taux à court terme plus élevés

    L'État belge a levé mardi 1,19 milliard d'euros à un taux d'intérêt de -0,46% avec l'émission de certificats de trésorerie à trois mois. Elle a également emprunté 1,09 milliard en sept mois à un taux d'intérêt de -0,47%. L'intérêt auquel la trésorerie lève des fonds à court terme a ainsi atteint son plus haut niveau en quatre ans. Il était de 15 à 20 points de base supérieur aux émissions du mois dernier.

    "Les taux d'intérêt à court terme en euros augmentent depuis un certain temps", a expliqué Jean Deboutte, directeur de l'Agence fédérale de la dette. "La raison en est que beaucoup de financement supplémentaire est nécessaire." La Belgique emprunte davantage à court terme pour payer les coûts de la crise du Covid-19.

    Mais Deboutte n'est pas très inquiet. "Nous n'avons aucun problème à trouver de l'argent. Les taux d'intérêt à court terme sont toujours nettement inférieurs à zéro et nous ne prévoyons pas de mouvements majeurs dans les semaines à venir. " En cas d'intérêt négatif, les investisseurs paient des frais pour prêter de l'argent au Trésor.

  • Exxon réduit ses dépenses de 30%

    Exxon va réduire les dépenses de cette année de 30% à 23 milliards de dollars, a annoncé mardi la société basée à Irving, au Texas. Il s'agira de la deuxième réduction budgétaire en importance dans l'histoire moderne de l'entreprise, éclipsée seulement en 2016, lorsque les marchés du brut se sont effondrés pour la dernière fois. 

    La plus grande part des réductions se produira dans le plus grand gisement de schiste des États-Unis - le bassin permien de l'ouest du Texas et du Nouveau-Mexique - où Exxon réduira les forages et la fracturation hydraulique, selon le communiqué. La société retarde également une décision d'investissement officielle dans un projet de gaz naturel liquéfié massif au Mozambique et certains travaux sur les découvertes de pétrole au large des côtes de la Guyane.

    C'est une mauvaise nouvelle pour Solvay , qui a déjà dû amortir plus de 600 millions d'euros sur sa branche pétrole de schiste l'année dernière en raison de la crise du secteur, indiquent nos confrères du Tijd.

  • Edenred réduit son dividende

    Le titre Edenred monte à la Bourse de Paris. Les investisseurs ne sanctionnent pas  l'annonce d'une réduction de 20% du dividende au titre de l'exercice 2019. Le conseil d'administration proposera donc un dividende de 0,7 euro, contre 0,87 euro annoncé lors de la publication des résultats 2019 le 26 février, lors de la prochaine assemblée générale mixte du 7 mai. Cette réduction de dividende est cependant pour la bonne cause puisque cette part viendra abonder un fonds créé par la société.

  • Carnival bondit après une prise de participation dans son capital

    Le titre Carnival bondit, comme les actions des autres croisiéristes, après que le fonds souverain saoudien a acquis une participation de 8,2% dans la société, valorisé à presque 370 millions de dollars. Le groupe cherche à assurer ses liquidités alors que son activité tourne au ralenti. 

    Royal Caribbean Cruises et Norwegian Cruise Line sont aussi en forte hausse.

  • Wall Street ouvre en forte hausse

    Dow Jones: +3%

    S&P 500: +2,65%

  • Superdry: +23,59%

    Superdry fait partie des plus fortes hausses à la Bourse de Londres. Le détaillant de vêtements bondit de 24%. Pour Superdry, le déclenchement de la crise corona est un nouveau coup dur pour des ventes déjà en déclin. L'action a perdu 80% depuis janvier.

  • Citi a changé d'avis sur Proximus

    Proximus relevé à "neutre" chez Citi contre "vendre" jusqu'ici.

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    * Les valeurs pétrolières, comme Exxon Mobil , Marathon Oil et Apache , gagnent entre 4% et 8% avec la hausse des cours du pétrole, favorisée par l'espoir d'un accord entre grands pays producteurs pour réduire l'offre mondiale.

    * Exxon Mobil a annoncé qu'il réduisait de 10 milliards de dollars (9,2 milliards d'euros environ), à 23 milliards, ses prévisions d'investissement pour intégrer la baisse de la demande liée à la pandémie de coronavirus.

    * D.R. Horton - Le numéro un de la construction de maisons individuelles aux États-Unis a observé une hausse des annulations et une baisse des nouvelles commandes fin mars et début avril en raison de la crise du coronavirus. Ses ventes ont néanmoins augmenté de 8% sur le trimestre à fin mars. Le groupe a retiré ses prévisions 2020.

    * Cypress Semiconductor - Infineon Technologies a reçu les dernières autorisations nécessaires au rachat du groupe de semi-conducteurs et avoir bouclé le financement de l'opération, estimée à 10 milliards de dollars (9,2 milliards d'euros environ).

    * WhatsApp, propriété de Facebook , a décidé, ce mardi, de limiter à une seule personne le transfert des messages considérés comme viraux afin de lutter contre la propagation des fausses informations sur fond de pandémie de nouveau coronavirus.

  • L'essentiel de la tendance boursière

    1. Les futures de Wall Street en nette hausse, de l'ordre de 3%.
    2. L'optimisme sur la pandémie domine toujours.
    3. Les marchés européens progressent d'environ 2,5%.
    4. La réunion de l'Eurogroupe suscite beaucoup d'attentes.
    5. Les espoirs d'un accord sur la production pétrolière jouent aussi.
    6. Les secteurs les plus attaqués ces dernières semaines, en tête du rebond.
    7. Le compartiment du tourisme bondit de 8%.

  • Plus de 500 milliards d'euros sur la table de l'Eurogroupe

    Les ministres des Finances de la zone euro devraient s'accorder, ce mardi, sur un paquet de mesures représentant plus de 500 milliards d'euros pour combattre les répercussions de l'épidémie de coronavirus. Ils devraient, en revanche, appeler à des discussions supplémentaires sur l'idée d'émettre de la dette commune.

    "Il y a beaucoup de place pour la solidarité dans le cadre des instruments et des institutions existantes. Nous devons exploiter pleinement ces instruments et rester ouverts à l'idée d'en faire plus. Un paquet solide est en dans les tuyaux".
    Charles Michel
    Le président du Conseil européen

  • La fête devrait se poursuivre à Wall Street

    Le rebond des marchés américains devrait se poursuivre à Wall Street. Les futures suggèrent une ouverture en hausse de plus de 4% pour l'indice Dow Jones, de 3,8% pour le S&P500 et de 3,4% pour le Nasdaq.

    Lundi, la Bourse de New York a fini en hausse de plus de 7%, dans l'espoir d'un ralentissement de l'épidémie de coronavirus. L'indice Dow Jones a bondi de 7,7%, le S&P-500 a pris 7% et le Nasdaq Composite a grimpé de 7,3%.

  • Les rachats d'actions divisés par deux cette année à Wall Street

    Les grandes entreprises américaines vont dépenser deux fois moins pour racheter leurs propres actions cette année par rapport à 2019, prédisent les analystes de Goldman Sachs, alors que les entreprises consolident leurs bilans.

    Les rachats d'actions ont été, ces derniers mois, un des facteurs à l'origine de la progression des marchés.

    Les rachats d'actions par les sociétés du S&P 500 devraient atteindre 371 milliards de dollars d'ici la fin de l'année, soit 50% de moins que les 730 milliards de dollars dépensés l'année dernière, selon les estimations de Goldman Sachs.

    David Kostin, stratège en chef pour les actions américaines auprès de la banque d'affaires, a calculé que 51 sociétés ont suspendu leurs rachats d'actions depuis début mars, ce qui équivaut à 27% du total des rachats de l'année dernière.

    Les analystes de Goldman Sachs s'attendent également à une baisse de 25% des dividendes pour les compagnies du S&P 500.

  • De belles opportunités d'achat pour D'Ieteren assis sur 1,5 milliard d'euros..

  • Kepler vise plus bas pour AB InBev

    AB InBev traverse une période très difficile en raison du Covid-19 et d'importants vents contraires sur le marché des changes, indique Kepler Cheuvreux.

    "Nous prévoyons une baisse de 17% de l'Ebitda au premier trimestre et nous réduisons de manière substantielle nos prévisions de bénéfices. La pression sur les bénéfices retarde de manière substantielle le désendettement et menace même le dividende."

    Si la recommandation d'achat est maintenue, l'objectif de cours est réduit à 50 euros, contre 55 euros auparavant.

    AB InBev cède 0,68% à 41,53 euros.

  • Le pétrole poursuit, lui aussi, son rebond

    Le Brent gagne près de 2% et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) plus de 3%.

    Selon plusieurs sources au sein de l'"Opep+", les grands producteurs que sont l'Arabie saoudite et la Russie devraient s'entendre lors de la réunion à distance prévue jeudi à condition que les États-Unis assument une part de l'effort à fournir pour tenter de rééquilibrer le marché.

  • Europcar: +11%

    D'après Le Monde, le Trésor est proche d'un accord avec Eurazeo (+4,24%), premier actionnaire du loueur de voitures, et des banques pour assurer la survie du groupe Europcar (+11%)

  • Le point sur la tendance boursière

    Les bourses européennes évoluent en nette hausse, amplifiant le rebond entamé la veille à la faveur de nouvelles encourageantes sur le front de la crise sanitaire du coronavirus et dans l'attente de décisions politiques permettant de limiter son impact économique.

    Les gains varient entre 2,47% à Bruxelles et 4,34% à Francfort. L'indice EuroStoxx 50 est en hausse de 3,22% et le Stoxx 600 de 2,68%.

    La plupart des indices européens affichent désormais un rebond de 20% par rapport aux plus bas du mois dernier, alors que l'indice de volatilité de l'EuroStoxx est au plus bas depuis un mois.

    Si le fait marquant des dernières heures est le placement en soins intensifs du Premier ministre britannique Boris Johnson, les investisseurs semblent toujours croire à un début de stabilisation de l'épidémie de Covid-19 en Europe, voire à New York.

    Sur le front de la crise économique, les investisseurs espèrent que la visioconférence des ministres des Finances de la zone euro prévue dans l'après-midi permettra des progrès sur les moyens de soutenir l'activité et de limiter les faillites d'entreprise comme la montée du chômage.

  • "Ce n'est pas la fin de l'histoire pour Recticel"

    Hier, Recticel a connu sa meilleure séance en trois décennies grâce à la vente des divisions "Automotive Interiors" et "Eurofoam". KBC Securities revient sur l'opération ce mardi. "Ce désinvestissement n'est pas une fin", explique l'analyste Wim Hoste. "Nous continuons de croire que la phase finale pourrait très bien être que Recticel devienne un pur player dans l'isolation et que les nouvelles étapes stratégiques dans cette direction pourraient débloquer définitivement la valorisation à la hausse. Nous nous attendons à ce que les investisseurs adhèrent progressivement à cette idée et nous réitérons notre conseil d'achat avec un objectif de cours relevé à 10 euros, contre 9, en tenant compte d'une décote en raison de l’incertitude sur le moment de la transformation stratégique attendue."

  • Le Bel 20 en "bull market"

    L'indice Bel 20 gagne 2,93% à 3.056,83 points, soit +20,88% (et plus de 20% de hausse) depuis son point bas à 2.528,77 points touché le 17 mars. Le Bel 20 est donc en "bull market" (marché haussier).

  • L'indice Bel 20 passe au-delà des 3.000 points

    Le rebond des actions se poursuit en Europe, sur fond d'espoir de stabilisation de la pandémie de Covid-19. L'indice DJ Stoxx 600 gagne 2,5% et l'Euro Stoxx 50 2,93%.

    Tous les secteurs progressent, avec en tête les secteurs les plus délaissés ces dernières semaines, comme les transports et loisirs (+8,12%) et les automobiles (+5,43%).

    À Bruxelles, l'indice Bel 20 avance de 2,62% à 3.046,85 points, au dessus des 3.000 points.

    > ING gagne 8,34% et KBC 5,11%. SocGen a confirmé sa recommandation d'achat sur les deux valeurs, avec des objectifs de cours réduits à respectivement 5,5 euros (12,5) et 50 euros (80).

    > Aperam progresse de 5,3%. Le spécialiste de l'inox a embauché un manager de Thyssenkrupp comme nouveau CEO.

    > Shurgard , qui a publié ses résultats trimestriels et annoncé le maintien de son dividende, prend 4,3%.

    > Intervest Offices & Warehouses avance de 3,5%. Luc Kiebooms, membre du Conseil d'administration a acheté un paquet d'actions.

    > D'Ieteren se renforce de 3%, la société a retiré ses prévisions de résultats annuels et annulé son programme de rachats d'actions.

    > Sioen Industries monte de 2,31%, le marché ne semblant guère affecté par la suspension du dividende.

    > AB InBev s'octroie 0,43%. Un actionnaire sud-africain a cédé un paquet de titres à des investisseurs institutionnels via un placement privé.

  • |Opening bell|

    Amsterdam: +3%
    Bruxelles: +2,28%
    Paris: +3,15%
    Francfort: +5,77%

    Londres: +0,05%

    Euro Stoxx 50: +2,04%
    DJ Stoxx 600: +1,83%

    AB InBev: 0,61%
    ING: +4,6%
    D'Ieteren: +2,67%
    Shurgard: +3,6%
    Sioen: +2,89%

  • Briefing d'avant bourse

    Les bourses européennes pourraient poursuivre leur rebond, mais sans euphorie, malgré la hausse de plus de 7% de Wall Street, la thèse de la stabilisation de la pandémie de coronavirus, qui a favorisé l'appétit pour le risque lundi, restant à confirmer au vu des derniers bilans sanitaires.

    D'après les premières indications disponibles, l'Euro Stoxx 50 devrait gagner 1,8%, Londres 1,6%, Paris 1,9% et Francfort 2,6%.

    Le fait marquant des dernières heures est le placement en soins intensifs du Premier ministre britannique Boris Johnson qui ajoute l'incertitude politique à la tension liée à la situation sanitaire au Royaume-Uni.

    Ailleurs en Europe, le nombre de décès liés au Covid-19 est reparti à la hausse lundi, en France comme en Italie, même si le nombre de nouveaux de cas de contamination dans la péninsule a diminué.

    Les États-Unis, eux, ont franchi le cap des 10.000 morts et se préparent à leur pire semaine même si l'État de New York espère avoir atteint un plateau. Quant à la Chine, elle a fait état d'un recul des nouveaux cas et d'aucun nouveau décès pour la première fois depuis que les autorités sanitaires chinoises rapportent quotidiennement le bilan de l'épidémie.

    Sur le front de la crise économique, les investisseurs espèrent que les ministres des Finances de la zone euro parviendront à progresser, lors de leur visioconférence prévue dans la journée, sur les moyens de soutenir l'activité et de limiter les faillites d'entreprise et la montée du chômage.

  • Assemblées à distance pour Biocartis et Sofina

    Vu les mesures actuelles de confinement prises pour limiter la propagation du Covid-19, Biocartis et Sofina annoncent qu'elles seront sans doute contraintes de tenir leur assemblée générale respective "à distance".

    > La convocation aux assemblées (ordinaire et extraordinaire) de Sofina du 7 mai 2020.

    > La convocation aux assemblées (ordinaire et extraordinaire) de Biocartis du 8 mai 2020.

  • Thales supprime le solde de son dividende et retire ses objectifs

    Le français Thales a annoncé supprimer le solde de son dividende 2019 et retirer ses objectifs financiers pour 2020 face à l'épidémie de coronavirus.

    L'équipementier pour l'aérospatiale, la défense et la sécurité, qui avait déjà versé un acompte sur le dividende de 60 centimes, renonce à verser le solde de 2,05 euros, soit une économie de 430 millions d'euros.

    Thales a également retiré ses prévisions financières pour 2020, construites sur l'anticipation d'un impact limité de la crise qui cloue désormais au sol les flottes des compagnies aériennes et paralyse les économies à travers le monde.

    "Nous voulons limiter les sorties de cash qui ne soient pas strictement nécessaires pour contenir au maximum l'impact économique et industriel sur le groupe".
    Patrice Caine
    PDG de Thales

  • Les Vingt-Sept proches d'un plan de sauvetage, sans "coronabonds"

    Les ministres européens des Finances devraient surmonter leurs divisions et réussir à s'entendre sur de premières mesures économiques communes face au coronavirus, mais elles ne seront pas aussi ambitieuses qu'espérées par Paris, Rome et Madrid.

    Cette première réponse européenne devrait prendre forme en suivant trois axes: des prêts du fonds de secours de la zone euro, un fonds de garantie pour les entreprises et un soutien au chômage partiel.

    L'idée d'un "fonds de relance" ou d'un "fonds de solidarité" capable d'émettre de la dette commune aux États membres, tel que proposé par la France, continue, en revanche, de diviser l'Union.

  • "Coronawarning" de D'Ieteren

    Le groupe D'Ieteren (D'Ieteren Auto, Belron, Moleskine et D'Ieteren Immo) a fait le point lundi, après la clôture des marchés, sur l'impact de la crise du Covid-19 sur ses résultats. La pandémie aura "un impact significatif sur les résultats de 2020", selon le communiqué.

    Le groupe précise prendre des dispositions afin de minimiser l’impact de la pandémie sur les flux de trésorerie, tout en s’assurant de disposer des liquidités nécessaires si la crise se prolongeait. Le programme de rachat d’actions à concurrence de 150 millions d'euros a été, par conséquent, temporairement suspendu. Depuis sa mise en place, le 4 septembre 2019, D’Ieteren a acheté un total de 934.692 actions propres, pour un montant de 43.353.416 euros.

    Le communiqué ne donne pas de précision sur le dividende.

  • Shurgard maintient son dividende

    Shurgard a vu ses revenus immobiliers progresser de 5,4% au premier trimestre. Le taux d’occupation s’établit, pour sa part, à 87,7%.

    Fin mars, sa position de liquidités atteignait 192 millions d’euros. Le groupe dispose également d’une facilité de crédit de 250 millions euros.

    Shurgard va payer un dividende de 50 centimes par action.

    Le spécialiste du garde-meubles fait également le point dans son communiqué sur l’impact de la pandémie sur ses activités.

  • Sioen supprime également le dividende

    Sioen a annoncé lundi soir l'annulation du dividende. Comme de nombreuses autres entreprises, Sioen Industries est également affectée par la pandémie et des mesures strictes pour limiter la propagation du coronavirus. Le spécialiste du tissu industriel est confronté à "un ralentissement soudain (…) de nombreux marchés et activités".

    Un certain nombre d'usines du groupe ont également dû fermer temporairement. Ce fut le cas, entre autres, pour les usines en Tunisie, aux Etats-Unis et en France à Lyon).

    Les autres usines continuent de fonctionner "bien qu'avec moins de personnel et une production plus faible".

    Bien que Sioen ait un bilan solide et de nombreuses liquidités et facilités de crédit, le conseil d'administration a néanmoins décidé de supprimer le dividende pour 2019.

  • Les marchés européens devraient ralentir la cadence

    Ceci démarre notre Market live du mardi 7 avril 2020. Bonjour!

    Les marchés européens devraient ralentir la cadence aujourd'hui, avec une ouverture en ordre dispersé comme le laissent anticiper les contrats à terme sur les principaux indices européens.

    Lundi, les bourses européennes ont terminé en nette hausse, grâce aux signes de ralentissement de la pandémie de coronavirus dans plusieurs pays. À Paris, le CAC 40 a gagné 4,61%. À Londres, le FTSE 100 a pris 3,08% et à Francfort, le DAX a avancé de 5,77%. L’indice EuroStoxx 50 s'est adjugé une hausse de 4,99% et le Stoxx 600 de 3,73%. À Bruxelles, le Bel 20 a progressé de 3,95% à 2.969,80 points.

    En Asie, les marchés asiatiques progressent, suivant, dans un certaine mesure, le rally de Wall Street, grâce aux signes d'amélioration de la situation sanitaire.

    L'indice Nikkei gagne 1%, Shanghai 1,8% et la Bourse de Hong Kong 0,6%.

     

    ©EPA

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés