1. Les marchés
  2. Live blog
live

Lendemain de Fed douloureux en Europe | Le Bel 20 résiste | La livre sous pression

Les marchés européens ont terminé en baisse ce jeudi alors que la Fed a annoncé sa volonté de ne pas toucher à ses taux au moins jusqu'en 2023. La BoJ et la BoE ont décidé de maintenir leur politique monétaire inchangée. Wall Street évolue dans le rouge.
  • Le marché des devises chahuté par les banques centrales

    L'annonce par la Banque d'Angleterre (BoE) de discussions sur la mise en oeuvre de taux négatif a directement pesé sur la devise britannique. "C'est ça qui a vraiment été le déclencheur de ce mouvement très important et assez brutal de la livre sterling", estime William De Vijlder.

    Le chef économiste du groupe BNP Paribas ne juge en revanche pas si surprenant que le dollar ce soit, à l'inverse, raffermi dans la foulée des annonces de la Réserve fédérale américaine. "Il faut chercher plus loin", dit-il en évoquant la récente décision de l'institution d'appliquer un objectif moyen d'inflation.

    Le marché des devises chahuté par les banques centrales

  • L'Europe teintée de rouge

    Les Bourses européennes ont terminé en baisse, les doutes sur la solidité de la reprise économique ayant repris le dessus après les annonces de la Réserve fédérale américaine, celles de la Banque d'Angleterre et les derniers chiffres du chômage aux Etats-Unis.

    Le retournement du sentiment de marché après plusieurs séances de hausse a aussi été favorisé par l'avertissement de l'Organisation mondiale de la santé sur la résurgence de la pandémie de coronavirus en Europe.

    À Paris, le CAC 40 affiche en clôture une baisse de 0,69% (34,92 points) à 5.039,50 points après être revenu dans les tout premiers échanges à 5.005,89 points, son plus bas niveau depuis huit jours.

    À Londres, le FTSE 100 a perdu 0,47% et à Francfort, le Dax a reculé de 0,36%. L'indice EuroStoxx 50 a cédé 0,67%, le FTSEurofirst 300 0,39% et le Stoxx 600 0,51%.

    Au moment de la clôture en Europe, Wall Street évoluait elle aussi dans le rouge, le Dow Jones cédant 0,33%, le Standard & Poor's 500 0,95% et le Nasdaq Composite 1,17%. 

  • Europe | Closing Bell

    BEL 20: -0,08% 
    AEX: -1,07% 
    CAC 40: -0,69% 
    DAX: -0,15% 
    FTSE 100: -0,30% 
    Stoxx 600 Europe: -0,37%  

  • NYXH arrive gonflé à bloc à Bruxelles

    La medtech Nyxoah lève jusqu'à 85 millions d'euros pour son arrivée sur le marché bruxellois. Le prix d'émission de son action a été fixé à 17 euros, "un succès" selon les dirigeants de la société basée à Mont-Saint-Guibert. Les transactions sur le titre Nyxoah débuteront ce vendredi 18 septembre à la Bourse de Bruxelles.

  • Bonus assuré pour le patron de Ryanair

    L'assemblée générale de Ryanair a accepté de verser un bonus de 458.000 euros à son directeur général Michael O'Leary, même si un tiers des actionnaires s'est opposé à cette mesure, la jugeant injustifiée au moment où le transport aérien traverse une crise sans précédent.

    Le cabinet de conseil en vote Institutional Shareholder Services (ISS) a déclaré que ce bonus "soulevait des questions" et qu'il était difficile à justifier dans le contexte de la crise provoquée par la pandémie de coronavirus.

    Selon le rapport annuel de l'entreprise, le salaire de base et le montant maximum du bonus de Michael O'Leary ont été réduits de moitié pour l'exercice à fin mars 2020.

  • La BoE "prépare le marché à de potentiel taux négatifs"

    En annonçant des discussions sur la mise en oeuvre de taux négatifs au Royaume-Uni, la Banque d'Angleterre "prépare le marché" à cette éventualité, selon Nicolas Forest, responsable de la gestion obligataire chez Candriam. La baisse de la livre sterling dans la foulée est une réaction logique, estime-t-il.

    La Banque d'Angleterre envisage des taux négatifs

  • Le Bel 20 revient de loin

    Peu après 16 heures, l'indice principal de la Bourse de Bruxelles revenait en territoire positif après avoir passé toute la journée dans le rouge. La remontée d'AB InBev et la bonne tenue d'argenx, Sofina et Galapagos explique ce changement de tendance alors que les autres places boursières en Europe s'affichent en recul.  

  • Wall Street dans le dur

    La Bourse de New York a ouvert en net repli, rattrapée par les interrogations sur la solidité de la reprise économique après les derniers chiffres des inscriptions au chômage et au lendemain des commentaires mitigés de la Réserve fédérale sur les perspectives économiques.

    Trente minutes après le début des échanges, Wall Street résorbait légèrement son retard. L'indice Dow Jones lâchait alors 0,55%, le S&P 500 0,78% et le Nasdaq Composite 1,12% à 10.854,82 points.

    Le département du Travail a annoncé une heure avant l'ouverture une baisse des inscriptions hebdomadaires au chômage mais celles-ci restent près de quatre fois plus élevées qu'au début de l'année. Et ces chiffres ont conforté les doutes de certains investisseurs après les déclarations mercredi de Jerome Powell, le président de la Fed, sur les signes récents de ralentissement de la reprise et le long chemin qui reste à parcourir avant de retrouver le plein emploi.

    Le repli général est plus marqué pour les valeurs technologiques, moteur du rebond des six derniers mois: l'indice sectoriel S&P abandonne 1,69% après avoir déjà abandonné 1,56% mercredi.

    Et parmi les plus fortes baisses du Dow Jones, Apple perd 2,18% et Microsoft 1,4%. Dans le secteur bancaire, sensible à l'évolution de la conjoncture économique, Bank of America recule de 1,11%, Citigroup de 1,48% et Wells Fargo de 1,56%. 

    En hausse, General Electric gagne 0,89% après les déclarations de son patron, Larry Culp, selon lesquelles le conglomérat vise un flux de trésorerie libre (free cash-flow) positif au deuxième semestre, grâce, entre autres, au redressement des résultats des activités aéronautiques.

  • Engie veut faire monter les enchères sur Suez

    Nouvel épisode dans le feuilleton Veolia-Suez. Le conseil d'administration d'Engie, qui s'est réuni jeudi, a estimé que l'offre formulée par Veolia pour le rachat de ses parts au capital de Suez n'était "pas acceptable en l'état".

    "Le conseil a donné mandat à Jean-Pierre Clamadieu, président du conseil d’administration, et à Claire Waysand, directrice générale par intérim, de rechercher auprès de Veolia une amélioration des termes de son offre et d’obtenir des assurances complémentaires sur la qualité du projet et le respect des parties prenantes", a ajouté l'énergéticien dans un communiqué. 

  • Wall Street | Opening bell

    Dow Jones:-1,25% 
    S&P 500: -1,56% 
    Nasdaq: -2,00% 

  • Nyxoah lève jusqu'à 85 millions d'euros lors de son IPO

    Nyxoah vient de dévoiler les résultats de son offre publique initiale d'actions nouvelles, lancée le 9 septembre 2020, avec admission à la négociation de la totalité de ses actions sur le marché réglementé d'Euronext Bruxelles, sous le symbole "NYXH".

    Le prix d'émission final a été fixé à 17 euros par action, ce qui donne à la société une capitalisation boursière initiale d'environ 364,21 millions d'euros, soit environ 375,26 millions en supposant l'exercice intégral de l'option de surallocation. Le produit brut de l'offre pour la société s'élèvera à environ 73,70 millions d'euros, soit environ 84,75 millions en supposant l'exercice intégral de l'option de surallocation.

  • USA: la croissance de l'activité manufacturière de la région de Philadelphie ralentit en septembre

    L'activité manufacturière de la région de Philadelphie (nord-est des États-Unis) reste en croissance en septembre pour le 4e mois d'affilée mais le rythme d'expansion continue de ralentir, selon l'indice de l'antenne locale de la Réserve fédérale américaine (Fed). Cet indicateur d'activité perd 2 points en septembre pour tomber à +15. C'est toutefois supérieur aux attentes des analystes, qui voyaient l'indice s'établir à +13.

    Cet indicateur avancé mesure la perception que les industriels de la troisième région de la Réserve fédérale (couvrant l'est de la Pennsylvanie, le Delaware et le sud du New Jersey) ont de la conjoncture à travers l'activité de leur société. L'enquête a été menée du 8 au 14 septembre.

  • USA: baisse des inscriptions hebdomadaires au chômage à 860.000

    Les inscriptions hebdomadaires au chômage ont diminué un peu moins qu'attendu aux États-Unis lors de la semaine au 12 septembre, à 860.000 contre 893.000 (révisé) la semaine précédente, mais elles restent à un niveau historiquement élevé, montrent les chiffres publiés par le département du Travail. Les économistes attendaient en moyenne 850.000 inscriptions au chômage. Les nouvelles demandes d'allocations de chômage restent ainsi près de quatre fois supérieures à leur niveau du début de l'année.

    La moyenne mobile sur quatre semaines a reculé à 912.000, contre 973.000 (révisé) la semaine précédente.

  • Le britannique P&O Cruises repousse à 2021 la reprise des croisières

    La compagnie britannique P&O Cruises, filiale de l'américain Carnival, a annoncé avoir repoussé à début 2021 la reprise des croisières qui sont à l'arrêt depuis mars, en raison de la pandémie. Le numéro un britannique du secteur, qui avait suspendu jusqu'à présent les voyages jusqu'au 12 novembre, a expliqué dans un communiqué que cette décision a été prise en raison "de l'évolution des restrictions sur les voyages".

    De son côté, le croisiériste italien Costa Croisières, une autre filiale de Carnival, a repris la mer le dimanche 6 septembre après plus de cinq mois de pause, pour une croisière de sept jours à travers des ports italiens de l'Adriatique et de la Méditerranée. Un paquebot du concurrent de Costa, MSC Croisières, a repris les voyages en août depuis Gênes.

  • UPDATE | Briefing actions belges

    Solvay perd un fan | Conseil d'achat pour Greenyard | Avis de brokers sur UCB, Ontex et Sioen (+Briefing).

  • Statu quo pour la Banque d'Angleterre

    La Banque d'Angleterre (BoE) a laissé sa politique monétaire inchangée, un statu quo sans surprise, tout en expliquant que l'évolution de sa stratégie restait dépendante de celle de la pandémie due au coronavirus. Le taux directeur de la banque centrale britannique reste fixé à 0,1%, son plus bas niveau historique, et son programme d'achats d'actifs à 745 milliards de livres sterling (820 milliards d'euros environ), des décisions prises à l'unanimité des neufs membres du Comité de politique monétaire (MPC).

  • Wall Street attendue en baisse

    Les contrats à terme sur les principaux indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en repli de 0,8% environ pour le Dow Jones et de près de 1% pour le Standard & Poor's 500, comme pour le Nasdaq.

  • LSE réunit ce jeudi son conseil pour examiner les offres sur Borsa Italiana

    L'opérateur boursier London Stock Exchange réunit son conseil d'administration afin de discuter des offres de reprise de sa filiale Borsa Italiana, ont indiqué trois sources proches du dossier à Reuters. Détenue depuis 2007 par le London Stock Exchange, Borsa Italiana, qui opère la Bourse de Milan, est mise en vente afin de permettre au groupe britannique d'obtenir le feu vert des autorités européennes au rachat de l'entreprise de données et d'analyses financières Refinitiv.

    Des sources ont indiqué lundi que l'offre de SIX sur la Bourse de Milan étaient plus élevées que celles déposées par Euronext et Deutsche Börse. Les trois offres concurrentes valorisent Borsa Italiana entre 3,5 milliards et 4 milliards d'euros, a précisé l'une de ces sources.

  • Les principales valeurs à suivre à Wall Street

    * Les VALEURS TECHNOLOGIQUES pourraient souffrir des dernières déclarations de Donald Trump sur le dossier TikTok excluant que le chinois ByteDance conserve la majorité du capital des activités américaines du réseau social, ce qui pourrait compliquer l'accord en vue avec ORACLE.

    * APPLE - Jefferies relève son objectif de cours à 135 dollars, contre 116,25 dollars, en disant voir de bonnes perspectives pour l'iPhone aux États-Unis, en Europe et en Chine avec le déploiement de la 5G.

    * CHEVRON - EQT, premier producteur de gaz naturel des États-Unis en volumes, a soumis une offre de 750 millions de dollars sur des actifs de Chevron dans les Appalaches et dans un gazoduc, a appris Reuters de plusieurs sources proches du dossier.

    * CVS HEALTH - Piper Sandler a entamé le suivi de la valeur avec une recommandation à "surpondérer".

    * SNOWFLAKE - L'action du spécialiste du "cloud" perd 3,5% en avant-bourse après avoir doublé mercredi pour son premier jour de cotation. * CARNIVAL perd 4,3% en avant-bourse après l'extension, jusqu'à début 2021, de l'annulation de ses croisières par la filiale britannique du numéro un du secteur.

  • Le pétrole temporise avant la réunion mensuelle de l'Opep+

    Les prix du pétrole sont en légère baisse, après une hausse notable la veille, les investisseurs se tournant désormais vers la réunion des ministres de l'Opep et de leurs alliés qui se retrouvent par visioconférence plus tard dans la journée. "Après un passage hier à plus de 40 dollars le baril (pour le WTI, NDLR), le pétrole est à la baisse", constate Al Stanton, analyste de RBC, "car l'attention des investisseurs se braque de nouveau sur la demande" en or noir.

    Ces derniers "prennent leurs bénéfices car ils savent que le retour de l'offre américaine", après les coupures engendrées par le passage de Sally, "et l'incertitude générale causée par le Covid-19 ne justifient pas que le WTI et le Brent restent au-dessus de 40 dollars", a estimé, de son côté, Bjornar Tonhaugen, de Rystad Energy.

  • La FSMA met à jour sa liste de sites web suspects

    Au cours de ces dernières semaines, la FSMA a reçu des plaintes de consommateurs au sujet de nouvelles plates-formes frauduleuses de trading en ligne actives sur le marché belge. L’approche reste la même.

    Ces plates-formes de trading tentent d’éveiller la curiosité de victimes potentielles en publiant de fausses publicités sur les réseaux sociaux. On y voit souvent une personne connue présenter une méthode permettant de s’enrichir rapidement. Souvent, ces méthodes ou projets font partie de l'offre d'une monnaie virtuelle ou d'une formation. Après avoir cliqué sur l’annonce et indiqué leurs coordonnées, les victimes reçoivent en général rapidement un coup de fil des escrocs qui leur présentent une proposition concrète d’investissement (en actions, en produits d’investissement alternatifs, en monnaies virtuelles, etc.).

  • L'euro se stabilise face à un dollar renforcé par la Fed

    L'euro   se stabilise face au dollar, après avoir entamé la séance en nette baisse et au lendemain d'une réunion de la banque centrale qui a renforcé le billet vert. "Il n'y a pas eu de réelle surprise dans les annonces du Comité de politique monétaire, et il est quelque peu surprenant que les actions aient baissé et que le dollar se soit légèrement apprécié", a toutefois estimé Jeffrey Halley, analyste pour Oanda.

    Cette hausse "est une nouvelle indication que beaucoup de mauvaises nouvelles avaient été intégrées dans les cours du dollar", ce qui rend les informations positives d'autant plus marquantes, a ajouté Lee Hardman, analyste pour MUFG.

  • Telecom Italia chute à Milan sur un risque de "non" de l'UE à un réseau unique

    Le titre de l'opérateur italien Telecom Italia (Tim) évolue en baisse à la Bourse de Milan. Selon l'agence Bloomberg, qui cite des sources proches du dossier, la Commission européenne pourrait s'opposer à la création d'une société unique pour le réseau fibre optique contrôlée par Tim. La crainte de l'autorité serait la création éventuelle d'un monopole.

    Fin août, Tim a donné son aval à un projet de réseau unique national en fibre optique afin d'accélérer le développement de l'internet haut et très haut débit dans la péninsule, très en retard en termes de réseau fixe. Ce réseau doit naître de la fusion entre le réseau du groupe énergétique Enel - OpenFiber - et celui de la société FiberCop - qui va regrouper les réseaux de Tim et de Fastweb -, jusqu'alors concurrents.

  • L'inflation est bien tombée en territoire négatif en zone euro

    Les prix à la consommation dans la zone euro ont baissé en août par rapport au même mois de l'an dernier, confirment les données publiées par Eurostat. Le taux d'inflation ressort à -0,2% en rythme annuel après +0,4% en juillet, comme en première estimation. En excluant les éléments volatils que sont l'énergie et les produits alimentaires non transformés, les prix ont augmenté de 0,6% le mois dernier par rapport à août 2019, après +1,3% en juillet.

  • L'Allemagne veut accroître sa dette de €100 mds face au coronavirus

    L'Allemagne prévoit d'accroître sa dette de près de 100 milliards d'euros l'année prochaine, et ce, pour lutter contre l'épidémie due au nouveau coronavirus, a appris Reuters de quatre sources proches du dossier. Le ministre allemand des Finances Olaf Scholz envisageait auparavant de contracter une dette supplémentaire d'au moins 80 milliards d'euros dans la prévision de budget 2021, a rapporté au début du mois une source.

  • Degroof Petercam passe à l'achat sur Greenyard

    Le broker a relevé sa recommandation sur Greenyard  à "acheter", contre "conserver" auparavant. "Avec le communiqué de presse d’aujourd’hui, Greenyard crée une confiance suffisante dans sa capacité à porter sa marge dans la division Fresh à environ 2,5%", souligne l'analyste Fernand de Boer. Son objectif de cours passe de 6 à 7,2 euros.

  • Le point sur la séance

    Les principales bourses européennes reculent nettement ce jeudi en début de séance, au lendemain des annonces de la Réserve fédérale américaine (Fed) qui a conservé, comme prévu, un ton très accommodant sur sa politique monétaire, mais n'a dévoilé aucune nouvelle mesure.

    → À Bruxelles, le Bel 20 lâche 0,86%. Ailleurs en Europe, le CAC 40 perd 0,82%, le Dax cède 0,92% et, à Londres, le FTSE abandonne 0,86%. L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro recule de 1,07%, le FTSEurofirst 300 de 0,8% et le Stoxx 600 de 0,85%.

    Tous les indices sectoriels européens sont dans le rouge en début de séance avec des replis marqués pour les ressources de base, les banques et l'automobile. Ce dernier secteur souffre de l'annonce de la poursuite de la forte baisse des ventes de voitures en Europe liée à la pandémie de coronavirus et à la crise économique qu'elle a déclenchée.

    • Sur le marché des devises, l'euro recule de 0,3% face au dollar, réduisant ses pertes après être tombé à un creux d'un mois, à 1,1759 dollar.
    • Sur le marché obligataire, le rendement des Treasuries à dix ans perd un point de base à 0,68%, après avoir touché un pic à 0,702% dans la foulée des annonces de la Fed. En Europe, le rendement du Bund allemand à dix ans recule légèrement, à -0,49%.
    • Les cours du brut repartent à la baisse après deux sessions de hausse, les craintes concernant la faiblesse de la demande reprenant le dessus alors que les plateformes pétrolières dans le Golfe du Mexique ont repris leur production après le passage de l'ouragan Sally. Le baril de Brent recule de 0,7%, à 41,94 dollars, et celui du brut léger américain (WTI) abandonne 0,8%, à 39,83 dollars.
  • La BCE assouplit encore les exigences de fonds propres des grandes banques

    La Banque centrale européenne (BCE) a annoncé assouplir de nouveau ses exigences de fonds propres vis-à-vis des grandes banques qu'elle supervise pour préserver la stabilité financière, invoquant des "circonstances exceptionnelles" liées à la pandémie de Covid-19. Le conseil des gouverneurs de la BCE a décidé d'exclure temporairement certaines expositions envers la Banque centrale dans le calcul du ratio de levier des banques, qui mesure leur exposition aux risques, arguant que "la situation provoquée par la pandémie de coronavirus a touché toutes les économies de la zone euro d'une manière profonde et sans précédent". Lire le communiqué

  • Unibail veut lever 3,5 milliards d'euros via une augmentation de capital

    Le propriétaire d'immeubles commerciaux Unibail-Rodamco-Westfield  souhaite réaliser une augmentation de capital de 3,5 milliards d'euros. Unibail demandera l'approbation de l'opération en capital lors d'une assemblée générale extraordinaire et espère recevoir l'argent avant la fin de l'année.

    Il souhaite également économiser 1 milliard d'euros en intervenant dans le versement de dividendes au cours des deux prochaines années. Enfin, des actifs d'une valeur de 4 milliards d'euros seront mis en vente. Unibail veut utiliser ces initiatives pour réduire sa dette. Lire le communiqué

  • ING relève son TP sur Sioen

    Le broker a relevé son objectif de cours pour Sioen   à 24 euros, contre 23 euros précédemment. "Nous considérons Sioen Industries comme un titre sous-évalué. Nous estimons que Sioen Industries se négocie actuellement à 6,6x le ratio EV/ebitda attendu pour 2021. Cela représente une décote d'environ 10% par rapport à la moyenne pondérée de ses pairs", soulignent ses analystes.

    La recommandation reste à "acheter".

  • Voici le briefing actions belges

    Solvay perd un fan | Avis de brokers sur UCB, Ontex et Euronext (+Briefing)

  • Après H&M et Inditex, au tour de Next d'observer une reprise

    Next Plc   a relevé ses perspectives pour la deuxième fois depuis que les mesures de confinement ont provoqué la fermeture de certains de ses magasins. Le détaillant britannique s'attend désormais à un bénéfice avant impôts de 300 millions de livres (329 millions d'euros) pour l'année.

    Les ventes pendant la pandémie ont été plus résistantes que prévu, car le temps plus frais d'août a incité à acheter des vêtements d'automne plus lourds, a déclaré Next dans un communiqué. Une baisse des vacances à l'étranger, alors que la Grande-Bretagne imposait des quarantaines aux voyageurs revenant de nombreux pays, a également stimulé les ventes de vêtements sur le marché intérieur. Next a toutefois averti que la robustesse des ventes depuis la réouverture de ses magasins pourrait ne pas se poursuivre.

  • | OPENING BELL |

    BEL 20 -1,12%

    CAC 40 -1,44%

    AEX -1,57%

  • Un conseil vérité pour le CEO de bpost Jean-Paul Van Avermaet

    Les administrateurs de bpost   se réunissent en conseil ces jeudi et vendredi. Si l'ordre du jour de cette double séance n'a pas "fuité", on croit savoir toutefois que les dix autres membres du conseil ne pourront éviter de discuter du cas de leur administrateur délégué, Jean-Paul Van Avermaet.

    Car la position du CEO de l'entreprise semi-publique cotée est fragilisée depuis que l'Autorité belge de la concurrence (ABC) a ouvert une enquête sur une éventuelle entente sur les prix entre les trois leaders du marché belge de la sécurité et du gardiennage, G4S, Securitas et Seris, et que le Département américain de la Justice est ensuite entré dans la danse, au motif qu'une telle entente aurait pu léser les intérêts des États-Unis via l'implication de leur ambassade en Belgique et du siège de l'Otan dans le dossier comme clients.

  • Trump s'interroge sur le deal entre TikTok et Oracle

    Mercredi, le président des États-Unis a indiqué qu'il devrait recevoir, ce jeudi, le rapport de son administration sur le deal entre le chinois ByteDance et Oracle quant à l'avenir de TikTok aux États-Unis. Donald Trump s'interroge déjà sur les intentions de ByteDance de conserver une participation majoritaire dans les opérations américaines de la plate-forme de médias sociaux.

    Le sénateur Marco Rubio et cinq de ses confrères républicains ont déjà insisté auprès de l'administration pour un rejet de l'accord tant que des liens subsisteraient avec le propriétaire chinois. Le secrétaire d'État Mike Pompeo, le secrétaire à la Justice William Barr et le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin partagent cette opinion.

  • L'optimisme de la Fed perturbe certains investisseurs

    La banque centrale américaine s'est montrée plus optimiste sur le rythme de la reprise économique aux États-Unis, ce qui a pu rendre perplexes les investisseurs.

    "Des prévisions trop 'dovish' associées à une nette amélioration des perspectives économiques de la Fed ont semblé perturber les investisseurs"
    John Plassard
    Mirabaud Securities

  • Le point sur les marchés avant l'ouverture

    Les principales bourses européennes sont attendues en nette baisse à l'ouverture après les annonces sans surprise de la Réserve fédérale américaine (Fed) qui a conservé comme prévu un ton très accommodant sur sa politique monétaire.

    → Les contrats à terme signalent un repli de 1,24% pour le CAC 40 parisien, de 1,21% pour le Dax à Francfort et de 1% pour le FTSE à Londres.

    La Bourse de Tokyo a reculé de 0,67%, pénalisée par le repli des grande valeurs exportatrices alors que les annonces de la Fed ont porté le yen à un plus haut de sept semaines face au dollar. La Banque du Japon a décidé de maintenir inchangée sa politique monétaire et a livré une analyse un peu plus optimiste qu'en juillet sur l'économie japonaise, suggérant qu'aucune mesure supplémentaire de soutien n'était nécessaire dans l'immédiat pour contrer les effets de la crise sanitaire.

    • Sur le marché des devises, le dollar avance de 0,25% face à un panier de devises de référence, profitant de l'évaluation plus optimiste de la Fed sur la reprise économique. L'euro recule de 0,5% face au dollar, pour tomber à 1,1759 dollar, un plus bas depuis plus d'un mois.
    • Sur le marché obligataire, le rendement des Treasuries à dix ans recule de plus d'un point de base, à 0,674% après avoir touché un pic à 0,702% dans la foulée des annonces de la Fed. En Europe, le rendement du Bund allemand à dix ans est pratiquement stable dans les premiers échanges, à -0,486%.
    • Les cours du brut repartent à la baisse après deux sessions de hausse, les craintes concernant la faiblesse de la demande reprenant le dessus alors que les plateformes pétrolières dans le Golfe du Mexique ont repris leur production après le passage de l'ouragan Sally. Le baril de Brent recule de 1,4%, à 41,63 dollars, et celui du brut léger américain (WTI) abandonne 1,5%, à 39,54 dollars.
  • Greenyard revoit à la hausse ses prévisions

    Greenyard   signale que la croissance de ses ventes observée au cours du premier trimestre de son exercice décalé se poursuit. "Greenyard continue également de travailler sur une amélioration structurelle de sa marge, de sa rentabilité et de sa trésorerie. La marge d'ebitda ajusté a augmenté par rapport à la même période l'an dernier", indique la société dans un communiqué.

    Le groupe s'attend à ce que son ebitda ajusté pour le premier semestre - dont les chiffres définitifs seront publiés le 17 novembre - s'élève à environ 55 millions d'euros, contre 47,6 millions l'an dernier. Par conséquent, il a relevé sa prévision d'ebitda ajusté pour l'exercice annuel, tablant désormais sur 106-110 millions d'euros, contre 100-105 millions auparavant.

  • SIX prêt à s'associer à un partenaire italien pour la Bourse de Milan

    L'opérateur boursier SIX est prêt à s'associer à un partenaire italien dans le cadre de son offre sur la Bourse de Milan et proposerait des garanties en termes de gouvernance ainsi qu'une représentation au sein de son conseil d'administration, a déclaré son directeur général. Dans un entretien publié par le Corriere della Sera, Jos Dijsselhof précise que le groupe suisse est prêt à concevoir une structure de gouvernance pour Borsa Italiana et sa plate-forme d'échanges obligataires MTS prenant en compte les intérêts de l'État italien et de l'ensemble du pays.

    "Nous sommes tout à fait prêts à discuter d'une implication significative des acteurs italiens dans Borsa Italiana et/ou MTS pour renforcer notre engagement à l'égard du pays (...) et à inviter des représentants italiens à siéger à notre conseil d'administration et à notre comité exécutif", dit-il.

  • Le marché automobile européen a poursuivi sa chute en juillet-août

    La forte baisse des ventes de voitures en Europe, liée à la pandémie de coronavirus et à la crise économique qu'elle a déclenchée, ne s'est pas interrompue pendant les mois d'été, montrent les chiffres publiés par l'Association des constructeurs européens d'automobiles. Les immatriculations de voitures neuves dans les pays de l'Union européenne, au Royaume-Uni et dans les États de l'Association européenne de libre-échange (Islande, Norvège et Suisse) ont baissé de 3,7% en juillet, par rapport au même mois de 2019, puis de 17,6% en août.

    Au total, avec 7,268 millions de voitures vendues sur les huit premiers mois de l'année, le marché automobile européen accuse une chute de 32,9%, ce qui représente 3,56 millions de ventes en moins que sur janvier-août 2019, précise l'ACEA.

  • Smartphoto lance un nouveau programme de rachat d'actions

    Le groupe Smartphoto  démarre aujourd'hui un nouveau programme de rachat d'actions. L'intention est d'acheter des actions propres pour un maximum de 3 millions d'euros entre le 17 septembre 2020 et le 30 juin 2021. L'assemblée générale du 9 mai 2018 a donné au conseil d'administration une procuration de cinq ans pour le rachat d'actions.

    Smartphoto voit dans ce programme un investissement et une manière de "financer d'éventuelles acquisitions futures", indique le groupe dans un communiqué de presse. La société détient actuellement 151.552 de ses propres actions, soit 3,84% du nombre total d'actions émises.

  • Vers un élargissement du DAX?

    Le scandale de Wirecard pourrait bien avoir des conséquences sur le DAX. Selon le Handelsblatt, le CEO de Deutsche Börse Theodor Weiner aimerait élargir l'indice phare de la Bourse de Francfort jusqu'à 50 composants. Le DAX passerait dans un premier temps à 35-40 valeurs.

    La composition tiendrait également compte de nouveaux critères tels que l'évolution des bénéfices et la bonne gouvernance. L'organe décisionnel de la Deutsche Börse se réunira fin septembre.

  • Fountain perd un tiers de son chiffre d'affaires au 1er semestre

    La société Fountain   a fait état, mercredi soir, d'une baisse de 29% de son chiffre d'affaires au premier semestre, à 9 millions d'euros. "Si cette perte de chiffre d’affaires s’avère très importante, elle est néanmoins inférieure à celle initialement prévue en début de crise. Cette tendance positive s’est poursuivie durant l’été 2020 bien que toujours en deçà du niveau de facturation de l’année antérieure", explique-t-elle dans un communiqué.

    Son ebitda est tombé à 560.000 euros, contre 1,7 million un an auparavant, et son résultat net consolidé à 13.000 euros, contre 254.000 au premier semestre 2019.

    "Comme annoncé dernièrement, Fountain a obtenu les accords de principe qui étaient en cours de négociation avec les banquiers et la Région wallonne/Sogepa ainsi qu’avec certains autres bailleurs de fonds. Ces financements sont conditionnés à une augmentation de capital à réaliser lors de l’assemblée générale extraordinaire du 29 septembre prochain", prévient le groupe. "Ces moyens financiers permettront d’absorber l’impact de la crise du Covid et de financer la mise en œuvre et le développement de la nouvelle stratégie adoptée par le conseil d’administration en vue de dynamiser les ventes."

  • Jefferies entame le suivi d'Ontex

    Le broker Jefferies a démarré le suivi d'Ontex  avec une recommandation à "conserver" et un objectif de cours fixé à 12,35 euros. Cela représente un potentiel haussier de 4% par rapport au cours de clôture d'hier.

    Selon les données compilées par Bloomberg, les objectifs de cours vont de 11 à 20 euros.

  • La BoJ voit une amélioration de l'économie japonaise

    La Banque du Japon (BoJ) a décidé de maintenir inchangée sa politique monétaire et a livré une analyse un peu plus optimiste qu'en juillet sur l'économie japonaise, suggérant qu'aucune mesure supplémentaire de soutien n'était nécessaire dans l'immédiat pour contrer les effets de la crise sanitaire.

    "L'économie japonaise demeure dans un état grave mais a commencé à rebondir alors que l'activité reprend progressivement", a déclaré la BoJ dans un communiqué annonçant sa décision de politique monétaire. Il s'agit d'une vision un peu plus optimiste que celle exprimée à l'issue de sa précédente réunion de politique monétaire, en juillet, lorsqu'elle a décrit l'économie nippone dans un "état extrêmement grave".

  • La Fed compte maintenir ses taux au plus bas jusqu'en 2023

    La Réserve fédérale (Fed) maintient le cap. Au terme d'une réunion de deux jours, la banque centrale des États-Unis a annoncé mercredi soir qu'elle maintenait ses taux d'intérêt directeurs au plancher et que cela devrait rester le cas au moins jusqu'en 2023.

    La Fed confirme, par ailleurs, son nouvel objectif d'inflation, qui n'est plus d'atteindre une hausse des prix de 2% mais bien une inflation moyenne de 2% dans la durée, ce qui autorise un dépassement provisoire de ce seuil pour compenser le déficit d'inflation des dernières années. Dans son communiqué, la banque centrale précise qu'elle "s'attend à maintenir un niveau accommodant de la politique monétaire jusqu'à ce que ces objectifs soient atteints". Autrement dit, la Fed lie sa "forward guidance" (ses intentions à plus long terme) au nouvel objectif d'inflation qu'elle s'est assigné fin août.

  • Good morning!

    Bonjour à toutes et tous! Bienvenue sur le "Market Live" de L'Echo, l'endroit idéal pour suivre en direct les principales tendances de l'actualité économique et financière de ce jeudi 17 septembre 2020.

    À l'agenda: après la Fed, c'est au tour de la Banque du Japon et de la Banque d'Angleterre de faire le point sur leur politique monétaire. On attend également les données définitives pour l'inflation en zone euro.

    La Bourse de New York a fini en ordre dispersé mercredi, les indices d'action ayant amplifié leur progression dans la foulée du maintien par la Fed de sa politique monétaire et du relèvement de ses prévisions avant de rétrocéder leurs gains. L'indice Dow Jones a gagné 0,13% (36,78 points) à 28.032,38. Le S&P-500, plus large, a perdu 15,71 points, soit 0,46%, à 3.385,49. Le Nasdaq Composite a reculé, de son côté, de 139,86 points (-1,25%), à 11.050,47 points.

    ©AFP

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés