1. Les marchés
  2. Live blog
live

Les actions européennes sont reparties à la hausse | Wall Street termine en ordre dispersé

Les marchés européens ont clôturé en hausse ce lundi, grâce à un retour de l'appétit pour le risque parmi les investisseurs, ces derniers semblant croire à une reprise économique à même de surmonter les risques liés à l'inflation. Wall Street termine en ordre dispersé.
  • Au menu ce mardi

    C'est ici que se termine ce live, merci à tous de nous avoir suivis. En dehors des prix à la consommation, l'agenda macroéconomique de ce mardi sera plutôt faible. Tous les regards seront tournés vers la nouvelle conférence de presse d'Apple.

  • Wall Street termine en ordre dispersé, le marché cherche une direction

    La Bourse de New York a terminé sur une note contrastée lundi, le marché cherchant une direction faute d'indicateurs majeurs et de résultats d'entreprises, avec l'inflation en tête.  

    Le Dow Jones a gagné 0,76%, à 34.869,63 points, l'indice Nasdaq, à forte composante technologique, a lui perdu 0,07% à 15.105,58 points, tandis que le S&P 500 grignotait 0,23% à 4.468,73 points, selon des résultats provisoires. 

  • Le pétrole en forme grâce à l'Opep, qui table sur une demande régénérée en 2022

    Les prix du pétrole ont clôturé en hausse lundi, tirés par les estimations de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), qui voit la demande dépasser en 2022 son niveau d'avant la pandémie.  

    Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre a terminé en hausse de 0,80% ou 59 cents à 73,51 dollars.  

    À New York, le baril américain de WTI pour octobre a lui conclu également en progression, de 1,04% ou 73 cents, à 70,45 dollars

  • Rebitda en baisse pour Hamon au premier semestre

    L’Ebitda avant coûts de restructuration et autres résultats non récurrents de Hamon   ressort à -9,7 millions d'euros au premier semestre de cette année, en baisse de 7,1 millions d'euros par rapport au premier semestre 2020. Le groupe d'ingénierie wallon note que la pandémie continue à peser sur les marges. "La marge de contribution a été négativement impactée par des coûts additionnels à terminaison enregistrés sur projets, principalement en EMEA et sur le cluster APAC", précise ainsi l'entreprise dans son communiqué.

    Hamon affiche, en revanche, un résultat net positif à 3,4 millions d’euros, contre une perte de -17,2 millions d’euros l’année précédente. La société souligne notamment l’impact ponctuel du plan de recapitalisation intervenu le 3 juin 2021 pour 28,2 millions d’euros.

    La prise de commandes au premier semestre 2021 est, de son côté, en hausse de 5,9% par rapport au deuxième semestre 2020.

    Conformément à sa politique, Hamon n'a pas donné de guidance sur ses résultats futurs. Rappelons également que Hamon a annoncé, plus tôt dans la journée, la nomination de Jean-François Jacques à la présidence du conseil d'administration.

  • Clôture en Europe

    Bel 20: +0,28% à 4.189,76 points

    AEX: +0,38% à 791,45 points

    Cac 40: +0,20% à 6.676,93 points

    Dax: +0,59% à 15.701,42 points

    FTSE 100: +0,58% à 7.069,77 points

  • L'indicateur d'inflation préféré de la BCE au plus haut depuis mi-2015

    1,8207%
    Taux du swap d'inflation à 5 ans dans 5 ans
    Le contrat de swap d'inflation à 5 ans d'une maturité de 5 ans a atteint 1,8207%, son plus haut niveau depuis mi-2015, souligne l'agence Reuters. Ce taux est considéré par la Banque centrale européenne (BCE) comme un bon indicateur des perspectives d'inflation en zone euro. Il n'est désormais plus très loin de l'objectif de 2%. Il a augmenté de 15 points de base (0,15 point de pourcentage) depuis le début du mois de septembre.

  • Le point sur la tendance

    À moins d'une heure de la clôture en Europe, les marchés américains n'ont pas réussi à maintenir le net rebond affiché à l'ouverture lundi, tandis que l'Europe faiblissait également, les doutes sur la reprise économique et l'inflation restant présents dans la tête des investisseurs.

    Vers 17 heures, Wall Street retrouvait dans l'ensemble le vert, mais si le Dow Jones gardait une progression de 0,67%, le S&P 500 ne progressait plus que de 0,09%, et le Nasdaq était en baisse de 0,38%.

    Les indices européens regagnaient aussi le terrain perdu la semaine dernière, mais l'élan s'essoufflait un peu: Bruxelles prenait 0,4%; Paris ne gagnait plus que 0,13%, Francfort 0,58%, Londres 0,64% et Milan 0,67%.

    "Les marchés américains sont toujours proches de leur record, il est difficile pour eux de monter sans catalyseur", comme lors de la séance du jour, note à l'AFP Daniel Larrouturou, gérant actions de Dôm Finance.

  • Une équipe dédiée à la recherche sur la cryptomonnaie chez Morgan Stanley

    Morgan Stanley a nommé Sheena Shah à la tête d'une nouvelle équipe de recherche sur les cryptomonnaies. Sheena Shah sera l'analyste en chef et son équipe étudiera l'impact des cryptomonnaies sur les actions et les titres à revenu fixe dans le monde entier, selon un mémo destiné au personnel de la banque d'affaires que l'agence Bloomberg a pu consulter. 

    L'équipe sera basée à Londres et rendra compte à James Faucette au niveau mondial et à Adam Wood au niveau européen, qui dirigent les équipes de recherche sur les technologies financières et les paiements de Morgan Stanley aux États-Unis et en Europe.

    "Le lancement d'une recherche dédiée aux cryptomonnaies est une reconnaissance de l'importance croissante des cryptomonnaies et autres actifs numériques sur les marchés mondiaux", précise Morgan Stanley dans son mémo. Cette décision intervient alors que les plus grandes banques du pays cherchent de plus en plus à se développer dans le monde des monnaies virtuelles.  

  • La crypto litecoin passe par tous les états

    Le cours du litecoin a bondi de 33% peu après l'ouverture des marchés US, grimpant en réaction à un communiqué annonçant un partenariat d'envergure entre la cryptomonnaie et le numéro un mondial de la grande distribution Walmart. 

    Le hic, c'est que ce dernier a démenti l'existence d'un quelconque accord avec litecoin. En réaction, la monnaie virtuelle a effacé brutalement tous les gains engrangés pour évoluer à présent en léger repli. 

  • La chute de DWS jugée excessive par Citi

    La panique du marché déclenchée à la suite d'allégations évoquant une fraude aux fonds ESG de la branche d'investissement de la Deutsche Bank, DWS Group, a été "excessive", avec peu d'éléments suggérant que les régulateurs seront en mesure de prouver que la société a fait quelque chose de mal, selon un rapport des analystes de Citigroup.

    "Nous avons du mal à voir comment les régulateurs peuvent demander des comptes à DWS, car les exigences en matière de durabilité sont subjectives, ce qui rend difficile leur application, même s'il y a eu des actes répréhensibles", a déclaré un groupe d'analystes de Citi dirigé par Nicholas Herman. "DWS devrait surmonter ce problème et sa forte orientation ESG devrait porter ses fruits à moyen terme."  

    Le cours de l'action de DWS ne s'est toujours pas remis de l'effondrement qui s'est produit à la fin du mois dernier lorsque le marché a appris l'ouverture d'enquêtes des régulateurs allemands et américains après des rumeurs selon lesquelles DWS a gonflé ses actifs ESG. L'action DWS évolue encore à près de 14% sous le prix d'application juste avant l'éclatement du scandale. 

    Ces allégations, formulées par l'ancienne responsable du développement durable de DWS, Desiree Fixler, ont été rejetées avec véhémence par la société. Mais les actionnaires ne semblent toujours pas convaincus de l'innocence de DWS.  

  • Apple panse ses plaies, Alibaba attaqué

    Apple gagne plus de 1% à Wall Street, de quoi se remettre quelque peu après la chute de 3,3% de vendredi qui avait fait fondre de près de 85 milliards de dollars la valeur boursière du groupe en réaction à une décision de justice remettant en cause le système de commissions de sa boutique d'applications.

    A la baisse, l'action Alibaba cotée à New York cède 2,43% après un article du Financial Times selon lequel Pékin envisage de démanteler Alipay, la très populaire application mobile d'Ant Group, filiale de paiements du groupe, et en raison de l'interdiction faite aux groupes de hautes technologies de bloquer les liens vers leurs concurrents sur internet.

  • L'énergie met Wall Street sur de bons rails

    Les actions américaines ont rejoint dans le vert leurs homologues européennes à l'ouverture de la Bourse de New York. Les titres liés au secteur de l'énergie soutiennent la tendance, le pétrole évoluant à un pic de six semaines.  

    Les grands indices new-yorkais rebondissent après une semaine morose, mais le marché reste attentif à la reprise économique et à l'inflation. Dix minutes après les premiers échanges, le S&P 500 et le Dow Jones montaient de 0,6% alors que le Nasdaq prenait 0,22%. 

     

  • Wall Street | Opening bell

    Dow Jones: +0,74% 
    S&P 500: +0,76% 
    Nasdaq Composite: +0,61% 

  • Le pétrole grimpe

    Les prix du pétrole ont atteint leur plus haut niveau en un peu moins de six semaines, les investisseurs suivant la lente restauration des approvisionnements dans le golfe du Mexique aux États-Unis ainsi que les perspectives de la demande et des stocks pour le quatrième trimestre.

    Peu avant l'ouverture des marchés US, le West Texas Intermediate américain gagnait un peu plus de 1% à 70,40 dollars. Son pendant européen, le Brent, prenait 0,8% à 73,50 dollars. 

    Ce lundi, l'OPEP a aussi prévu une demande plus forte pour son brut cette année et l'année prochaine, dans un contexte d'augmentation de la consommation mondiale de carburant et de perturbations de la production, de la mer du Nord aux États-Unis. Le rapport mensuel du cartel indique que le monde restera confronté à un déficit de l'offre dans les mois à venir, même si les pays de l'OPEP relancent leur production au ralenti.

    Le secteur pétrolier profite de la hausse des cours.  A Paris, TotalEnergies (+2,66%) menait la danse. TechnipFMC s'adjugeait 3,32%. BP avançait de 1,22% et Royal Dutch Petroleum de 1,48% à Londres. 

  • La Chine veut sa part du gigantesque gâteau Alipay

    La Chine continue de s'attaquer à ses géants technologiques. Elle cible à présent Alipay, la fintech d'Alibaba, et pourrait mettre la main sur ses activités de prêts. 

    Entre la fin octobre et aujourd'hui, le cours de bourse d'Alibaba, la maison mère d'Alipay, a très mal vécu sa subordination au gouvernement de Xi Jinping, fondant de plus de 45% sur la période. 

     

  • Nouvel accroc judiciaire pour Uber

    Un tribunal néerlandais a jugé que les chauffeurs Uber aux Pays-Bas sont bien sous contrat de travail et ne sont pas des travailleurs indépendants, un nouveau coup dur pour le géant américain de la réservation de voitures avec chauffeurs.  

    "La relation juridique entre Uber et ses chauffeurs répond à toutes les caractéristiques d'un contrat de travail", et les chauffeurs sont couverts par la convention collective de travail pour les chauffeurs de taxi, a déclaré le tribunal du district d'Amsterdam dans un communiqué. 

    Uber a déclaré, de son côté, qu'il ferait appel. "Nous sommes déçus de cette décision, car nous savons que la grande majorité des chauffeurs souhaitent rester indépendants", a déclaré Maurits Schönfeld, directeur d'Uber pour l'Europe du Nord. "Les chauffeurs ne veulent pas renoncer à leur liberté de choisir si, quand et où travailler."

  • Manifestation d'investisseurs au siège d'Evergrande

    Une centaine d'investisseurs en colère ont envahi le hall d'entrée du siège du groupe immobilier chinois en difficulté China Evergrande pour réclamer le remboursement de prêts et de produits financiers menacés de perdre l'essentiel de leur valeur. "Ils ont dit que le remboursement prendrait deux ans mais il n'y a pas vraiment de garantie et j'ai peur que l'entreprise soit liquidée avant la fin de l'année", a dit l'un d'eux, expliquant travailler lui-même pour Evergrande et avoir investi 100.000 yuans (un peu plus de 13.000 euros) dans l'entreprise ou ses produits financiers.

    Numéro deux de l'immobilier en Chine, Evergrande affiche une dette d'environ 1.970 milliards de yuans et beaucoup craignent de le voir contraint de se déclarer en cessation de paiement, ce qui pourrait avoir des répercussions sur l'ensemble du système financier chinois. Le groupe a affirmé ce lundi que les "rumeurs" sur sa faillite et sa restructuration étaient totalement infondées, assurant qu'il ferait tout ce qui serait en son pouvoir pour défendre les intérêts et les droits de ses clients.

  • L'or surfe sur des rendements obligataires plus faibles

    Le cours de l'or progresse, tirant un certain soutien des rendements obligataires américains plus faibles, mais la résurgence du dollar a maintenu le métal en laisse alors que les investisseurs attendent les chiffres de l'inflation américaine plus tard cette semaine.

    "La pression sur les prix de l'or est toujours à la hausse, mais avec une croissance pas assez forte pour vraiment soutenir un fort tapering, sans parler d'une hausse des taux aux États-Unis, les perspectives sont toujours positives une fois que nous aurons retrouvé un certain élan", Saxo Bank a déclaré l'analyste Ole Hansen.

  • Wall Street attendue en hausse

    Wall Street devrait amorcer un rebond, l'optimisme sur la reprise de l'économie et des résultats des entreprises, en particulier, l'emportant pour l'instant sur les préoccupations liées à l'évolution des politiques monétaires ou à l'offensive de Pékin contre le secteur technologique chinois.

    → Les contrats à terme sur les principaux indices new-yorkais signalent une ouverture en hausse de 0,66% pour le Dow Jones, de 0,59% pour le Standard & Poor's 500 et de 0,53% pour le Nasdaq.

  • Les principales valeurs à suivre à Wall Street

    * UBER - Un tribunal néerlandais a jugé que les chauffeurs de VTC du groupe américain devaient être considérés comme des employés et non comme des sous-traitants indépendants, a rapporté le quotidien Het Financieele Dagblad en citant un syndicat à l'origine de la procédure.

    * ALIBABA - L'action du groupe chinois cotée à Hong Kong a perdu 4,23%, ce lundi, après un article du Financial Times selon lequel Pékin envisage de démanteler Alipay, la très populaire application mobile d'Ant Group, filiale de paiements du groupe, et la décision du ministère de l'Industrie et des Technologies de l'information d'interdire aux groupes de hautes technologies de bloquer les liens vers leurs concurrents sur leurs sites internet, pratique très répandue en Chine.

    * APPLE - Epic Games, l'éditeur du jeu vidéo Fortnite, a annoncé dimanche son intention de faire appel de la décision rendue vendredi par un juge fédéral américain dans le dossier qui l'oppose à Apple.

    * KKR - Le fonds d'investissement américain a offert, ce lundi, de racheter l'armateur norvégien Ocean Yield pour 7,2 milliards de couronnes norvégiennes, soit environ 703 millions d'euros.

    * KANSAS CITY SOUTHERN a annoncé, dimanche, son intention d'accepter l'offre d'achat soumise par Canadian Pacific Railway, qui le valorise à 27,2 milliards de dollars, la jugeant supérieure à celle de Canadian National Railway, d'un montant global affiché pourtant supérieur (29,6 milliards de dollars).

    * WALT DISNEY a annoncé vendredi que les sorties de films prévues d’ici à la fin de l'année auraient lieu exclusivement en salles, donc avant leur mise à disponibilité sur ses plateformes de vidéo à la demande.

    * VIACOMCBS est en train de procéder à une restructuration des activités de production pour le cinéma et la télévision de sa filiale Paramount Pictures, a rapporté dimanche le Wall Street Journal.

    * PFIZER - La décision des autorités sanitaires américaines sur la demande d'autorisation du vaccin de Pfizer et BioNTech pour les enfants de cinq à 11 ans pourrait être rendue d’ici à la fin octobre, a-t-on appris vendredi de deux sources proches du dossier.

  • L'euro recule face au dollar, à la veille de l'inflation américaine

    L'euro  baisse face au dollar américain alors que les investisseurs se focalisaient déjà sur l'indicateur de la semaine: l'indice des prix à la consommation (CPI) pour août aux États-Unis, qui sera publié mardi. "La journée est peu chargée niveau indicateurs économiques, tout le monde attend l'inflation" demain, commente Neil Wilson, analyste chez Markets.com.

    Pour le marché des changes, il s'agit de savoir si l'inflation est suffisamment élevée pour inquiéter la banque centrale américaine (Fed) et la pousser à avancer le calendrier du resserrement de sa politique monétaire. Des taux plus élevés rendraient le dollar plus attractif. "Pour l'instant, la Fed a maintenu que l'inflation n'était que temporaire et due à des problèmes de chaîne de production, mais à un moment, il faut se demander si la politique monétaire ne fait pas plus de mal que de bien", ajoute M. Wilson.

  • Isabel Schnabel (BCE) estime que l'inflation ralentira mais évoque des risques

    Isabel Schnabel, membre du directoire de la Banque centrale européenne (BCE), a déclaré que l'inflation dans la zone euro devrait "selon toute probabilité" ralentir l'année prochaine après le pic actuel, tout en évoquant les risques liés aux goulets d'étranglement dans les chaînes d'approvisionnement et à la progression des salaires.

    "Aujourd'hui, dans le contexte de la hausse des taux d'inflation, particulièrement en Allemagne, il m'importe d'apaiser les inquiétudes sur la possibilité que l'inflation reste durablement trop élevée ou même dérape de manière incontrôlable", a-t-elle dit devant des chefs d'entreprise allemands. "Selon toute probabilité, l'inflation va nettement diminuer dès l'année prochaine."

  • Bataille d'investisseurs pour l'animalerie en ligne Zooplus

    La bataille pour le rachat de Zooplus  , boutique en ligne de produits animaliers boostée par la pandémie, gagne en intensité avec une nouvelle offre du fonds américain Hellman & Friedman augmentée à quelque 3,3 milliards d'euros, face à deux investisseurs rivaux. L'Américain propose désormais dans le cadre d'une OPA 460 euros par action, ce qui est 70 euros, ou 18%, de plus qu'initialement offert.

    "L'offre est supérieure à d'autres reçues par la société", a indiqué Zooplus dans un communiqué publié dans la nuit de dimanche à lundi, tandis qu'aucun montant n'a été divulgué pour les autres propositions.

  • Hamon se trouve un président non exécutif

    Hamon   annonce qu'en parallèle de son programme de refinancement, il a nommé Jean-François Jacques à la présidence du conseil d'administration. Entre 1993 et 2019, il a exercé au sein de la société Zetes Industries les fonctions de président du conseil d'administration et d'administrateur-délégué.

  • Une influenceuse agite la Bourse de Milan

    L'action du fabricant de lunettes Safilo Group a gagné jusqu'à 14% ce matin à la Bourse de Milan. L'influenceuse Chiara Ferragni, très présente sur Instagram, a signé un accord avec la société italienne. Safilo concevra, fabriquera et distribuera la première ligne de lunettes de la marque Ferragni, qui sera commercialisée en janvier 2022.

  • Les ventes de Primark affectées par le covid

    Associated British Foods  a déclaré que les ventes du quatrième trimestre de son entreprise de mode Primark étaient inférieures aux attentes, le nombre d'acheteurs étant affecté par les mesures de santé publique dans ses principaux marchés pour contrôler la propagation du Covid-19 et du variant Delta en particulier. Lire le communiqué

  • Le point sur la séance

    Les principales bourses européennes ont ouvert en hausse ce lundi, encouragées par la progression des futures de Wall Street, en dépit d'une séance en Asie agitée par des craintes autour du secteur technologique.

    → À Bruxelles, le Bel 20 gagne 0,35%. Ailleurs en Europe, l'indice CAC 40 avance de 0,51%, le Dax prend 0,73% et à Londres, le FTSE gagne 0,42%. L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro progresse de 0,57%, le FTSEurofirst 300 de 0,46% et le Stoxx 600 de 0,43%. La tendance est notamment soutenue par la hausse du secteur du pétrole et gaz dont l'indice Stoxx prend 1,2% dans le sillage de la progression des cours du brut.

  • La brique pour s'assurer un portefeuille solide en bourse

    ANALYSE | Au cours du premier semestre, la plupart des sociétés immobilières ont pris de belles couleurs en bourse. Même les acteurs du commerce traditionnel se remettent lentement de la pandémie de coronavirus.

    Trouve-t-on encore des opportunités dans la brique, ou est-il déjà trop tard?

     

  • ING relève son TP pour Atenor

    La banque ING a relevé son objectif de cours pour Atenor  , passant de 60,80 à 62 euros. La recommandation reste à "conserver".

    "Nous mettons à jour notre modèle pour inclure les transactions les plus récentes, les résultats du premier semestre 2021 et un calendrier des ventes/investissements plus détaillé pour les projets existants dans le pipeline. Atenor est un développeur et un petit changement dans les cessions projetées peut créer une grande variation de résultat", explique l'analyste Francesca Ferragina.

  • L'aluminium atteint 3.000 dollars la tonne

    L'aluminium a atteint la barre symbolique des 3.000 dollars la tonne pour la première fois en 13 ans, alors que les perturbations de l'approvisionnement sont là pour durer, tandis que la demande continue d'augmenter.

    Le métal a déjà progressé de 15% au cours des trois dernières semaines.

  • Valneva: -45%!

    L'action Valneva   chute d'environ 45% à la Bourse de Paris. Le groupe pharmaceutique a reçu un avis de résiliation par le gouvernement britannique de son contrat de fourniture de vaccins contre le Covid-19 (cf. post de 07h41).

  • Début de séance positif à Bruxelles

    KBC Groep (+1,15%), Ageas (+0,9%) et AB InBev (+0,76%) se distinguent au sein d'un Bel 20 qui se renforce de 0,37%, à 4.191,73 points. De l'autre côté du spectre, se situent des groupes comme Galapagos (-0,17%), Colruyt (-0,17%) et Proximus (-0,12%). Sur les 20 actions qui le composent, 15 sont en hausse et 3 en baisse. 2 valeurs restent stables.

    Top / Flop du Bel 20

    TOP
    • ValeursCours (€)Var.%
    • KBC Groep71,84+1,15%
    • Ageas41,56+0,9%
    • AB InBev49,12+0,76%
    • Solvay109,5+0,6%
    • Aedifica117,6+0,6%
    FLOP
    • ValeursCours (€)Var.%
    • Galapagos49,12-0,17%
    • Colruyt47,0-0,17%
    • Proximus16,58-0,12%

     

    Rédigé par Quotebot le 13/09/2021 à 09h02

  • | OPENING BELL |

    CAC 40 +0,38%

    BEL 20 +0,33%

    AEX +0,13%

  • Achats d'initiés à la Bourse de Bruxelles

    L'actionnaire principal d'Accentis  , Iep Invest , a acheté 557.091 actions Accentis la semaine dernière, au prix unitaire de 6 centimes l'action. Ce qui représente un montant total d'environ 30.000 euros.

    Par ailleurs, le président du conseil d'administration de Sequana Medical  a acheté 7.664 actions, à 6,46 euros pièce, pour un investissement total de 49.509 euros.

  • "Les marchés européens devraient conserver la faiblesse de la fin de semaine dernière"

    "Les marchés européens devraient conserver la faiblesse de la fin de semaine dernière avec le recul des places asiatiques provoqué par des informations selon lesquelles les autorités chinoises veulent démanteler (l'application de paiement) Alipay."
    Michael Hewson
    Analyste chez CMC Markets

  • ABN Amro en quête d'une proie

    Selon le Financieele DagbladABN AMRO  a engagé Goldman Sachs pour rechercher des proies en Europe. La société néerlandaise recherche depuis des années des banques privées à reprendre. En 2018, par exemple, elle a racheté la Société Générale Belgium.

  • Londres résilie son contrat de vaccin avec Valneva

    Valneva  a annoncé avoir reçu un avis de résiliation par le gouvernement britannique de son contrat de fourniture de vaccins contre le Covid-19.

    Dans un communiqué, le groupe pharmaceutique explique que le gouvernement britannique estime qu'il a manqué à ses obligations, ce qu'il conteste vigoureusement. "Valneva continue à être pleinement engagé dans le développement de VLA2001 (son candidat vaccin) et va accroître ses efforts avec d’autres clients potentiels afin de s’assurer que son vaccin inactivé puisse être utilisé dans la lutte contre la pandémie", écrit le groupe.

  • Les marchés européens attendus en légère baisse

  • Les 5 actions préférées de Philip Bold

    Philip Bold est gestionnaire de portefeuilles chez Ethenea Independent Investors. Ses cinq actions préférées sont Salesforce, hGears, Planet Fitness, Vontier et Paylocity.

  • Vers une inflation de plus de 3% en zone euro?

    Selon le dernier sondage réalisé par Bloomberg, les économistes s'attendent à ce que l'inflation de la zone euro culmine à 3,2% au quatrième trimestre, avant de retomber en dessous de 2% d'ici la mi-2022. 

    Ces prévisions soutiennent les commentaires de la présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, la semaine dernière, selon lesquels les facteurs à l'origine de la hausse de l'inflation en ce moment, notamment les coûts de l'énergie et les goulots d'étranglement de la chaîne d'approvisionnement, devraient toujours être temporaires.

  • Pékin envisage de démanteler la populaire appli de paiement Alipay

    En pleine croisade contre les pratiques anti-concurrentielles, Pékin envisage de démanteler Alipay, la populaire application de paiement affiliée à Alibaba  , et de créer une appli distincte pour les activités de prêt, affirme le Financial Times. Ant Group devra, par ailleurs, céder ses données utilisateurs liées aux prêts à une agence de notation de crédit, détenue en partie par l'État, croit savoir le quotidien qui ne cite aucune source.

    Les autorités ont lancé ces derniers mois une campagne pour freiner ce qu'elles considèrent comme un développement "désordonné" de l'économie, faisant perdre aux compagnies visées des dizaines de millions d'euros de valeur boursière. Ant Group, filiale d'Alibaba qui détient Alipay, avait été le premier à se retrouver dans le collimateur des autorités, qui ont, depuis, étendu leur reprise en main à d'autres secteurs (éducation, divertissement, jeux vidéo, immobilier...).

  • Good morning!

    Bonjour à toutes et tous! Bienvenue sur le "Market Live" de L'Echo, l'endroit idéal pour suivre en direct les principales tendances de l'actualité économique et financière de ce lundi 13 septembre 2021.

    Au programme: les investisseurs prendront connaissance des données de la production industrielle de la zone euro en juillet. Elle est attendue en hausse de 0,6% sur un mois après -0,3% en juin. Côté entreprise, on attend les résultats du premier trimestre de l'exercice comptable décalé du groupe américain Oracle, qui devrait avoir consolidé sa part de marché dans le "cloud" (stockage de données à distance) face à ses rivaux Amazon, Microsoft et Alphabet (Google).

    Les marchés asiatiques évoluent pour l'instant dans le rouge vif. Le Nikkei 225 lâche 0,23% à Tokyo, tandis que l'indice Hang Seng chute de 1,98% à Hong Kong.

    ©REUTERS

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés