1. Les marchés
  2. Live blog
live

Les marchés européens finissent en hausse | Wall Street dans le rouge | Prises de bénéfices sur le bitcoin

Les marchés européens ont clôturé sur une note positive. Après avoir atteint des records à l'ouverture, Wall Street est passée en territoire négatif. Aperam a fait des étincelles à Bruxelles. Forte volatilité sur le bitcoin.
  • Vos rendez-vous de mardi

    Notre Market Live du jour se termine, merci de l'avoir suivi. Nous vous proposons encore de jeter un coup d'oeil à l'agenda qui attend les investisseurs demain, avec notamment l'indice ISM de l'activité manufacturière qui sera publié aux Etats-Unis:

    Merci pour votre fidélité et à demain dès 7h30 pour un nouveau suivi en direct de l'actualité boursière!

  • Clôture en Europe

    Bel 20: +1,19% à 3.664,24 points

    AEX: +1,03% à 631,03 points

    Cac 40: +0,68% à 5.588,96 points

    Dax: +0,06% à 13.726,74 points

    FTSE 100: +1,72% à 6.571,88 points

  • Le gouverneur de la Banque d'Espagne en faveur d'un contrôle de la courbe des taux par la BCE

    Pablo Hernández de Cos, le gouverneur de la Banque d'Espagne, estime que la Banque centrale européenne (BCE) devrait étudier la piste d'un contrôle de la courbe des taux d'intérêt pour stimuler l'inflation, comme le font la Banque du Japon et la Banque de Réserve d'Autralie.

    "Je pense qu'un contrôle de la courbe des taux est une option qui mérite d'être étudiée", déclare Pablo Hernández de Cos dans une interview à Central Banking. "L'expérience de ces banques centrales suggère que s'il est suffisamment crédible, un contrôle de la courbe des taux permet à la banque centrale d'obtenir une configuration de la courbe des taux à l'aide d'un montant plus faible d'achats réels, ce qui améliore donc l'efficacité."

  • Le bitcoin chute après avoir atteint 34.000 dollars

    La monnaie virtuelle a plongé jusqu'à 28.772 dollars ce lundi après avoir touché un record de 34.000 dollars. 

    > Lire notre article 

  • L'Europe s'essouffle, le Dow Jones perd 1%

    Les marchés européens ont du mal à tenir la cadence affichée depuis l'ouverture. Dans la dernière heure d'échanges, le Stoxx 600 Europe a considérablement réduit ses gains alors que le Dow Jones lâchait plus de 1% après une ouverture positive. 

  • PSA et Fiat Chrysler veulent finaliser leur fusion le 16 janvier

    Stellantis, l'entité née de la fusion entre PSA et Fiat Chrysler, devrait officiellement voir le jour le 16 janvier prochain. Les actions Stellantis seraient alors cotées le 18 janvier à Paris et à Milan et le 19 janvier à Wall Street.  

  • Encore un record pour Tesla

    L'action Tesla chauffe de nouveau à la Bourse de New York. Le titre du constructeur de voitures électriques grimpait de 4,7% vers 16 heures (HB) à 738,47 dollars, un nouveau record en séance. Ce week-end, le groupe dirigé par Elon Musk a indiqué qu'il avait vendu près de 500.000 véhicules en 2020, soit un bond de 61,2% sur un an et pratiquement en ligne avec les prévisions initiales de Tesla. Sur le dernier trimestre de l'exercice écoulé, 180.000 voitures ont été vendues. 

  • La livre reperd du terrain face à l'euro

    La livre sterling recule fortement face à l'euro ce lundi, alors que le Royaume-Uni, qui vient de quitter le marché unique européen, se prépare à de nouvelles restrictions d'activité pour lutter contre la progression effrénée du Covid-19.

    Vers 14H20 GMT (15H20 à Bruxelles), la livre perdait 1,05% face à l'euro, à 90,29 pence pour un euro, et cédait 0,38% face au dollar, à 1,3620 dollar pour une livre.

  • Les PMI manufacturiers américains au plus haut depuis 6 ans

    En décembre dernier, l’activité manufacturière américaine a évoluée à son rythme le plus élevée en plus de six ans, confirmant de belle manière la reprise des industries outre-Atlantique.

    L'indice PMI manufacturier est passé de 56,7 en novembre à 57,1 en décembre, signant ainsi son 8e mois consécutif de hausse. Il a ainsi terminé l’année 2020 à son plus haut niveau depuis septembre 2014. 

    Mais, selon les données publiées par IHS Markit, le rebond du secteur manufacturier est inégal. Les fabricants de biens de consommation ont vu leurs flux de commandes s’affaiblir en raison de la remontée des infections au Covid-19 alors que les producteurs de machines et d’équipements ont noté une forte demande.

  • New York change (déjà) de direction

    Quelques secondes après une ouverture dans le vert portant le Dow Jones et le S&P 500 à des niveaux records, les indices américains ont effacé leurs gains. Vers 15h35, le Dow Jones abandonnait 0,21%, le S&P 500 0,08% et le Nasdaq 0,06%. 

    Le repli des grands indices s'explique notamment par la baisse de Boeing en réaction à un avis d'analyste défavorable. L'avionneur perd 3,2% et pèse sur la tendance après l'abaissement de la recommandation de Sanford Bernstein à "sous-performance".

    A la hausse, le constructeur de voitures électriques Tesla s'adjuge 4,63% après avoir annoncé près de 500.000 livraisons en 2020, un chiffre supérieur aux attentes des investisseurs.

  • Wall Street | Opening bell

    Dow Jones: +0,16% 
    S&P 500: +0,35% 
    Nasdaq Composite: +0,52% 

  • Feu vert des actionnaires de Fiat Chrysler à la méga-fusion avec PSA

    Les actionnaires du constructeur automobile italo-américain Fiat Chrysler (FCA) ont approuvé le plan de fusion de 52 milliards de dollars avec le constructeur Peugeot PSA pour créer Stellantis, quatrième groupe automobile mondial.

    Le président John Elkann de FCA a déclaré que 99,15 % des actionnaires présents avaient voté en faveur de la fusion. Cela inclut l’investisseur principal EXOR, la holding de la famille italienne Agnelli, qui contrôle 44,4% des droits de vote de FCA.

    Les actionnaires de PSA avaient également donné leur feu vert à la fusion plus tôt dans la matinée. 

  • Moderna a les yeux rivés sur l'Europe

    L'Agence européenne des médicaments (EMA) pourrait se prononcer ce lundi sur le vaccin Moderna  au lieu de mercredi comme prévu initialement. "Il y a aujourd'hui une réunion du Comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l'EMA pour discuter du vaccin Moderna", a déclaré le régulateur européen dans un communiqué. 

  • Les prévisions de Bernard Keppenne (CBC) pour 2021

    Bernard Keppenne, économiste en chef de CBC Banque, a publié ses 10 prévisions pour la nouvelle année sur son blog. Il s'attend notamment à un dollar et à une livre sterling sous pression, à une vague de fusions dans le secteur bancaire, etc. 

  • Natixis va céder sa participation dans H2O à ses dirigeants

    La filiale cotée du groupe BPCE, Natixis  , va céder sa participation dans la société de gestion H2O aux dirigeants de cette entreprise britannique, en proie à de fortes turbulences depuis des mois au sujet de la gestion de ses fonds. "Nous avons convenu avec la direction [de H2O] que nous nous séparerions à l'amiable, en accord total, la direction achetant notre participation", a déclaré le directeur général de Natixis IM Jean Raby à la chaîne d'information financière Bloomberg TV.

    Cette opération "est soumise à l'approbation du régulateur", a par ailleurs indiqué le dirigeant, ajoutant que Natixis ne cherchait pas d'autre acheteur potentiel.

  • Le point sur la séance

    Wall Street est attendue en hausse pour la première séance de 2021 et les bourses européennes progressent à mi-séance, profitant de l'optimisme dominant sur les débuts de la vaccination contre le coronavirus dans le monde, qui nourrit les espoirs de reprise économique et permet aux investisseurs de voir au-delà des signes de résurgence de la pandémie dans plusieurs pays.

    → Les contrats à terme sur les principaux indices new-yorkais suggèrent une progression de 0,5% à 0,6% pour le Dow Jones, le Standard & Poor's 500 et le Nasdaq, qui devraient ainsi débuter l'année sur des records.

    → À Bruxelles, le BEL 20 gagne 1,72%, à 3.683,66 points. Ailleurs en Europe, le CAC 40 grimpe de 1,7%, le FTSE 100 prend 2,75% et à Francfort, le Dax avance de 1,31%. L'indice EuroStoxx 50 est en hausse de 1,47%, le FTSEurofirst 300 de 1,63% et le Stoxx 600 de 1,65%, au plus haut depuis le 26 février dernier.

    Tous les grands secteurs de la cote européenne ont débuté l'année dans le vert et parmi les plus fortes hausses figurent les compartiments jugés les plus à même de profiter d'une reprise de la demande: celui des matières premières  (+4,42%), celui du transport et du tourisme (+3,71%) et celui de la construction (+2,51%).

    Les rendements de référence de la zone euro reculent d'environ trois points de base, à -0,606% pour le Bund allemand à dix ans. Le rendement à dix ans américain, lui, progresse au contraire de deux points à 0,9248%, effaçant ses pertes de jeudi dernier.

    L'appétit pour les actifs risqués, qui marque cette première séance de l'année, fait reculer le dollar non loin de ses plus bas niveau de la mi-2018. L'indice qui mesure ses fluctuations face à un panier de référence perd 0,52% et l'euro prend plus de 1%, tout près de 1,23.

  • Les principales valeurs à suivre à Wall Street

    * TESLA gagne 3% en avant-bourse et pourrait inscrire un record à l'ouverture après avoir annoncé, samedi, la livraison de 499.550 voitures en 2020, des ventes supérieures aux attentes de Wall Street mais très légèrement inférieures à l'objectif de 500.000 que s'était fixé son fondateur et directeur général, Elon Musk.

    * FIAT CHRYSLER AUTOMOBILES et PSA ont recueilli toutes les autorisations antitrust nécessaires à leur rapprochement devant donner naissance au quatrième groupe automobile mondial par les ventes en volume, a annoncé le président du directoire de PSA. Les principaux actionnaires du groupe français ont approuvé à la quasi-unanimité des voix le projet de fusion.

    * MGM RESORTS a déposé une offre de rachat du groupe britannique Entain pour 11 milliards de dollars (8,95 milliards d'euros), un montant que le propriétaire de la société de paris Ladbrokes juge nettement insuffisant.

    * PFIZER et BIONTECH s'efforcent d'augmenter la production de leur vaccin, mais il y aura sans doute des ruptures d'approvisionnement jusqu'à ce que d'autres vaccins soient disponibles au sein de l'Union européenne (UE), ont déclaré les fondateurs de la société allemande de biotechnologie à l'hebdomadaire allemand Der Spiegel.

    * ROKU - Le fabricant de décodeurs et lecteurs multimédia discute du rachat du catalogue de contenus de Quibi, un service de streaming qui a déposé le bilan quelques mois seulement après son lancement, a rapporté dimanche le Wall Street Journal.

    * HERBALIFE NUTRITION - L'investisseur milliardaire Carl Icahn a revendu plus de la moitié de sa participation dans Herbalife Nutrition à la société pour 600 millions de dollars et a renoncé à cinq sièges au conseil d'administration détenus par ses représentants, a déclaré, ce lundi, le groupe spécialisé dans le domaine de la nutrition.

  • Les actionnaires de PSA valident la fusion avec Fiat Chrysler

    Les actionnaires de Peugeot-Citroën (PSA)  ont approuvé la fusion du groupe français avec Fiat-Chrysler (FCA) pour former Stellantis, le 4e groupe automobile mondial. Au cours d'une assemblée générale en ligne, les actionnaires ont validé à plus de 99,8% les trois résolutions concernant la fusion.

    Sa date effective doit être annoncée "très rapidement", selon le président du directoire de PSA et futur directeur général de Stellantis, Carlos Tavares. "J'ai rarement eu le sentiment autant qu'aujourd'hui de vivre un moment d'histoire", a déclaré l'emblématique président du conseil de surveillance de PSA, Louis Gallois, qui prend sa retraite à l'issue de cette fusion.

  • Le pétrole commence l'année du bon pied

    Les prix du pétrole entament leur première séance de l'année en hausse, les deux cours de référence retrouvant même des plus hauts en dix mois, avant une décision très attendue par le marché de l'Opep+ sur le niveau de production de février.

    Le marché a les yeux braqués vers le sommet ministériel de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et de leurs alliés via l'accord Opep+, qui se tiendra une fois de plus par visioconférence et dont l'heure de début a été avancée à 14h30. Début décembre, les pays de l'alliance avaient décidé d'augmenter leur production, qu'ils limitent volontairement, de seulement 500.000 barils par jour, pour éviter d'inonder le marché avec les deux millions de barils quotidiens initialement prévus.

    Cette fois-ci, "la Russie serait encline à augmenter de nouveau la production, mais pas l'Arabie saoudite", selon des bruits de couloir rapportés par David Madden, analyste de CMC Markets.

  • Le dollar débute 2021 en forte baisse

    Le dollar repart en forte baisse face à l'euro   et à d'autres grandes devises, affaibli par la politique monétaire très souple aux États-Unis, les cambistes se focalisant sur les élections en Géorgie qui décideront de la majorité au Sénat. "Des taux d'intérêts très bas et des perspectives économiques améliorées par le lancement des vaccins contre le Covid-19 poussent les investisseurs à parier contre le dollar", a résumé Hussein Sayed, analyste chez FXTM.

    "Des taux d'intérêts très bas et des perspectives économiques améliorées par le lancement des vaccins contre le Covid-19 poussent les investisseurs à parier contre le dollar."
    Hussein Sayed
    analyste chez FXTM

    Des taux d'intérêts bas rendent le billet vert moins attractif, tandis que les vaccins dopent le goût pour le risque des investisseurs, qui délaissent donc le dollar, valeur refuge. Mais une source d'incertitude persiste aux États-Unis: mardi, les électeurs de Géorgie se rendront aux urnes pour une double élection sénatoriale décisive, puisque les démocrates ont besoin d'emporter ces deux scrutins pour avoir la majorité.

    "Une victoire républicaine devrait profiter au marché, avec les bourses qui grimpent et le dollar qui s'affaiblit encore: les marchés financiers pousseraient un soupir de soulagement un peu égoïste en se disant que les impôts sur le revenu ne devraient pas bouger", a estimé Jeffrey Halley, analyste chez Oanda. Mais une victoire démocrate signifierait que l'administration de Joe Biden pourrait plus facilement passer des mesures pour soutenir l'économie face à la pandémie de Covid-19, note Lee Hardman, analyste chez MUFG.

  • Les principaux actionnaires de PSA approuvent la fusion avec FCA

    PSA   a annoncé que ses principaux actionnaires avaient approuvé à la quasi-unanimité des voix le projet de fusion avec FCA.

    Les trois principaux actionnaires du groupe automobile français, la famille Peugeot, l'État français et le chinois Dongfeng, ont voté en faveur du projet de fusion transfrontalière présenté en décembre 2019 avec 99,99% des voix, a indiqué PSA lors d'une assemblée spéciale des titulaires d'actions à droits de vote double.

    Tous les actionnaires du groupe sont ensuite appelés à se prononcer lors d'une assemblée générale extraordinaire qui doit se tenir dans la foulée en format digital en raison du contexte sanitaire. Les actionnaires de FCA se prononceront pour leur part en début d'après-midi. "Nous sommes prêts", a déclaré le président du directoire de PSA et futur directeur général du nouveau groupe issu de la fusion, Carlos Tavares, lors de l'assemblée spéciale.

  • Zone euro: l'indice PMI manufacturier au plus haut depuis mai 2018

    La croissance du secteur manufacturier de la zone euro a fini l'année à un pic de plus de deux ans et demi, ce qui suggère que l'économie a été moins touchée par la pandémie qu'au début de l'année, montrent les résultats de l'enquête réalisée par IHS Markit auprès des directeurs d'achat (PMI). L'indice définitif pour décembre ressort à 55,2, un plus haut depuis mai 2018, contre 53,8 le mois précédent et 53,5 en première estimation. L

    "L'économie devrait donc être bien moins impactée par la pandémie au quatrième trimestre qu'au deuxième grâce à la résistance de l'industrie manufacturière", a déclaré Chris Williamson, économiste en chef chez IHS Markit.

  • Allemagne: rebond confirmé de l'activité dans le secteur manufacturier

    Le secteur manufacturier de la première économie d'Europe a accentué sa croissance malgré un confinement plus strict pour éviter une hausse des décès dus au coronavirus. L'indice définitif pour décembre ressort à 58,3, un plus haut depuis février 2018, contre 57,8 en novembre, demeurant nettement en zone de contraction. Il est légèrement inférieur à une première estimation à 58,6.

    Phil Smith, économiste d'IHS Markit, a déclaré que l'industrie manufacturière allemande a continué à fonctionner en fin d'année 2020, car seuls les producteurs de biens de consommation ont montré une certaine faiblesse à la suite des nouvelles mesures de confinement dans le pays et à l'étranger.

  • Le point sur la séance

    Les principales bourses européennes ont ouvert en hausse ce lundi, un indicateur chinois jugé positif et l'optimisme sur les campagnes de vaccination contre le Covid-19 relançant les actions pour la première séance de l'année.

    À Bruxelles, le BEL 20 gagne 1,19%, à 3.664,40 points. Ailleurs en Europe, l'indice CAC 40 grimpe de 1,03%, le Dax prend 0,48% et à Londres, le FTSE avance de 2%. L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro est en progression de 0,79%, le FTSEurofirst 300 de 1,23% et le Stoxx 600 de 0,97%.

    L'indice mondial MSCI World a inscrit un record à 647,55 et l'indice MSCI Asie-Pacifique hors Japon à 671,06, soutenus par la progression des actions en Chine en réaction à la publication de l'indice PMI manufacturier Caixin-Markit qui a reculé, certes, mais reste en croissance.

    L'indicateur chinois nourrit l'optimisme des investisseurs sur la reprise de l'économie et l'ensemble des indices sectoriels européens évoluent dans le vert dans les premiers échanges, l'indice Stoxx des ressources de base (+3,04%) en tête, suivi par celui des transports et des loisirs (+2,99%).

    Sur le marché pétrolier, les cours évoluent à des plus hauts d'environ dix mois, portés par la perspective d'un maintien par l'Opep et ses alliés de la production à ses niveaux actuels en février à l'issue de la réunion de ce lundi. Le Brent de la Mer du nord gagne 2,32%, à 53 dollars le baril, et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 2%, à 49,49.

  • AB InBev clôture la cession partielle de ses usines de canettes

    Le géant brassicole AB InBev  a clôturé la cession d’une participation minoritaire pour 3 milliards de dollars dans ses usines de canettes basées aux États-Unis à un consortium dirigé par Apollo, tout en conservant le contrôle opérationnel.

    KBC Securities note que la transaction a été conclue un peu plus tôt que prévu. AB InBev a annoncé la vente le 23 décembre, prévoyant la conclusion de la transaction début 2021. Les analystes Wim Hoste et Alan Vandenberghe estiment que grâce à cette vente, le ratio d'endettement (le ratio de la dette nette sur le résultat brut d'exploitation ou Ebitda) diminuera d'environ 0,2 à 4,7.

  • Dernière ligne droite pour le Rallye Boursier

    Il reste quinze séances boursières pour remporter notre Rallye Boursier. Kévin Jacobs, analyste à L'Investisseur et coach de nos quatre participants vedettes, évoque les perspectives de ce début d'année. 

    Lire | Dernière ligne droite pour le Rallye Boursier


  • 2020, l'année du grand écart

    En 2020, les valeurs technologiques ont atteint des sommets en bourse, tandis que les actions du tourisme et du secteur aérien ont dégringolé. Et le krach de février-mars n'a pas empêché d'atteindre des records en fin d'année. 

    Lire | 2020, l’année du grand écart

  • "Les investisseurs sont optimistes pour la nouvelle année"

    "Les investisseurs sont optimistes pour la nouvelle année" face à des campagnes de vaccination entraînant "une nouvelle normalité". "D'autant plus que les banques centrales devraient garder ouvertes encore plus longtemps les vannes monétaires, ce qui soutiendra les marchés."
    Milan Cutkovic
    Analyste chez AxiTrader

  • Voici le briefing actions belges

    Conseil de vente sur Colruyt | Du neuf chez AB InBev, Ageas et Ahold Delhaize (+Briefing)

  • Entain repousse une offre à 8 milliards de livres des casinos MGM

    Le groupe britannique de paris Entain  , propriétaire de la populaire enseigne Ladbrokes, a annoncé avoir refusé une proposition de rachat à 8 milliards de livres émise par le géant américain des casinos MGM. Elle valorisait chaque action d'Entain à 1.383 pence, soit une prime de 22% par rapport au cours de Bourse de clôture du 31 décembre.

    Le conseil d'administration du britannique a estimé que la proposition sous-évaluait "significativement" l'entreprise et ses perspectives d'évolution. Entain, qui presse ses actionnaires de ne pas répondre, a demandé un complément d'information à MGM sur les raisons qui le poussent à vouloir procéder à cette fusion.

  • | OPENING BELL |

    BEL 20 +1,43%

    CAC 40 +1,39%

    AEX +1,36%

  • Des télécoms chinois vont devoir quitter Wall Street

    China Mobile, China Telecom et China Unicom Hong Kong ont perdu 4 à 6% à la Bourse de Hong Kong ce lundi.

    Vendredi, la Bourse de New York (NYSE) a annoncé que la cotation de ces trois sociétés de télécommunications serait abandonnée à partir du 7 janvier. Selon le NYSE, c'est le résultat des sanctions du président Trump contre des entreprises présumées avoir des liens avec l'armée chinoise. Les majors pétrolières chinoises comme CNOOC étaient également sous pression. 

  • Ahold Delhaize lance son nouveau programme de rachat d'actions

    Chez Ahold Delhaize  , le nouveau programme de rachat d'actions d'un montant de 1 milliard d'euros est lancé aujourd'hui. Il a été annoncé le 4 novembre et devrait être achevé avant la fin de l'année.

    En rachetant ses propres actions, le détaillant souhaite réduire son capital en détruisant tout ou partie des actions acquises. Le programme de rachat s'inscrit dans une "approche équilibrée" entre le financement de la croissance dans les principaux canaux et la distribution de l'excès de liquidité aux actionnaires, selon un communiqué de presse.

  • Le point sur les marchés avant l'ouverture

    Les principales bourses européennes sont attendues en ordre dispersé pour la première séance de l'année, tiraillées entre les inquiétudes sur l'évolution sanitaire de la pandémie et l'expansion de l'activité manufacturière en Chine.

    → D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien est attendu en hausse de 0,6% à l'ouverture. Les contrats à terme signalent un recul de 0,22% pour le Dax à Francfort et une progression de 0,53% pour le FTSE à Londres. L'EuroStoxx 50 est attendu quasiment à l'équilibre (-0,03%).

    → Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street sans grand changement alors que les investisseurs attendent les deux élections sénatoriales de mardi en Géorgie, décisives pour le contrôle de la chambre haute du Congrès.

    Sur le marché des changes, le dollar poursuit sur la même tendance qu'en 2020 et recule de 0,19% face à un panier de devises de référence, toujours pénalisé par le regain d'appétit pour les actifs plus risqués et la perspective d'un creusement des déficits aux États-Unis. L'euro, qui a perdu 0,67% le 31 décembre et 0,62% le 1er janvier sur des prises de bénéfices, rebondit de 0,92%, à 1,2249 dollar.

    Les prix pétroliers montent nettement, portés par la perspective d'un maintien par l'Opep et ses alliés de la production à ses niveaux actuels en février à l'issue de la réunion de ce lundi. Le Brent de la Mer du nord gagne 2,03%, à 52,85 dollars le baril, et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 1,79%, à 49,39 dollars.

  • Un actionnaire d'Unifiedpost prend progressivement ses billes

    L'entrepreneur Jürgen Ingels a vendu 32.744 actions d'Unifiedpost  , via son holding Jinvest BV, à 22 euros l'unité, soit un gain de 720.368 euros.

    C'est le troisième paquet d'actions qu'Ingels vend, selon les données de la FSMA. Début décembre, il avait vendu 33.186 actions à 20 euros et fin septembre 60.000 actions, également à 20 euros. Depuis l'introduction en bourse d'Unifiedpost en septembre, l'homme d'affaires a vendu un total de 2,5 millions d'euros en actions de la société.

  • Lagardère obtient un prêt garanti par l'État de 465 millions d'euros

    Le groupe Lagardère  , dont le chiffre d'affaires est malmené par l'épidémie de Covid-19 et une gouvernance contestée, s'est vu octroyer un prêt garanti par l'État français de 465 millions d'euros, selon le Journal officiel publié dimanche. Les prêts garantis par l'État (PGE) permettent de faciliter l'octroi d'un emprunt à une entreprise ayant des difficultés de trésorerie. En cas de non-remboursement, l'État s'engage à prendre à sa charge la majeure partie du reste du crédit à rembourser, en l'occurrence 80%.

    Selon le texte de l'arrêté, Lagardère SCA a souscrit cet emprunt auprès de douze établissements bancaires, dont BNP Paribas, Commerzbank et Société Générale. "On prend toutes les mesures nécessaires pour faire face à une crise qui peut être longue", a-t-on commenté dans l'entourage de Lagardère. "Le travel retail, comme tous les métiers liés au voyage, est très touché par la pandémie", et la souscription du PGE est une démarche "de bon sens, de bonne gestion" dans ce contexte, assure-t-on.

  • L'infatigable ascension du bitcoin

    Le bitcoin a vu son prix dépasser, ce week-end, la barre symbolique des 30.000 dollars pour la première fois de son histoire. La plus célèbre des cryptomonnaies a même atteint 34.500 dollars dimanche avant de réduire ses gains. Elle avait franchi pour la première fois le seuil des 20.000 dollars le 16 décembre dernier.

  • L'Opep+ attendue sur l'évolution de sa production pour février

    Les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et leurs partenaires, emmenés par l'Arabie saoudite et la Russie, se retrouvent par visioconférence ce lundi pour arrêter la quantité de brut à remettre sur le marché mondial le mois prochain. Figure à l'agenda un Comité de suivi de l'accord en vigueur de réduction de la production du groupe, identifié sous l'acronyme JMMC et prévu initialement mi-décembre, suivi d'un sommet ministériel à 15h00.

    Le dernier cycle de réunions, entre le 30 novembre et le 3 décembre, avait "ouvert la voie à un retour progressif de 2 millions de barils par jour sur le marché au cours des prochains mois, les pays participants se tenant prêts à ajuster ces niveaux en fonction des conditions et de l'évolution du marché", a rappelé le secrétaire général de l'Opep, Mohammed Barkindo, dimanche lors d'un comité technique conjoint (JTC) de l'Opep+, chargé d'établir des recommandations pour le JMMC de ce lundi.

    Cette stratégie s'était traduite par un premier palier de 500.000 barils quotidiens supplémentaires en janvier et par une promesse de rendez-vous des treize membres du cartel, emmenés par l'Arabie saoudite, et de leurs dix alliés, conduits par la Russie, chaque début de mois, et ce, afin de statuer sur le volume de production pour le mois suivant.

  • Chine: la progression de l'activité manufacturière a ralenti

    L'activité dans le secteur manufacturier en Chine a progressé en décembre, alors que la deuxième puissance économique mondiale a poursuivi son rebond à des niveaux pré-pandémie de coronavirus, mais à un rythme plus faible à cause de coûts croissants, montrent les résultats d'une enquête privée. L'indice PMI manufacturier calculé par Caixin/Markit a reculé le mois dernier à 53,0, contre 54,9 en novembre, à un plus bas en trois mois. Les analystes interrogés par Reuters anticipaient en moyenne un indice de 54,8.

    Publiés jeudi, les résultats de l'enquête officielle, qui se concentre davantage sur les grandes entreprises et groupes détenus par l'État, faisaient aussi état d'une activité plus modérée mais toujours solide.

  • Good morning!

    Bonjour à toutes et tous! Et bienvenue pour cette première édition 2021 du "Market Live" de L'Echo.

    Les marchés boursiers asiatiques ont commencé l'année en hausse. Les investisseurs espèrent que l'économie mondiale reviendra progressivement à la normale grâce à la vaccination massive. D'ici là, ils comptent sur les gouvernements et les banques centrales pour les aider. Hong Kong gagne 0,45%, Shanghai 0,8% et Séoul 2,3%.

    Tokyo est à la traîne: le Nikkei 225 baisse de 0,68%. Le Premier ministre Suga a confirmé que son gouvernement envisageait de déclarer l'état d'urgence à Tokyo et dans trois préfectures environnantes. Le nombre de nouveaux cas de coronavirus atteint un niveau record, or il faudra plus d'un mois avant que le Japon ne commence à vacciner.

    ©AFP

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés