1. Les marchés
  2. Live blog
live

Les prises de bénéfices touchent aussi Wall Street

Less investisseurs ont joué la prudence et privilégient quelques prises de bénéfices sur fond d'interrogations pour la réforme fiscale US et la politique de la BCE. Le pétrole a aussi terminé la semaine sur une note négative.
  • Nous clôturons le suivi en direct des marchés ici. Rendez-vous lundi matin!

  • La réforme fiscale, toujours

    La Bourse de New York a terminé la séance en ordre dispersé, les investisseurs continuant à craindre des aménagements dans la grande réforme fiscale promise par Donald Trump: le Dow Jones a perdu 0,17% et le Nasdaq a progressé de 0,01%. L'indice élargi S&P 500, a reculé de 0,09%, à 2.582,30 points. Sur la semaine, le Dow Jones a perdu 0,50%, le Nasdaq 0,20% et le S&P 500 0,20%. "C'est la première baisse hebdomadaire des indices depuis deux mois", a commenté Phil Davis de PSW Investments.

    "C'est encore une réaction très mesurée des marchés."
    Howard Silverblatt
    Analyste chez S&P Dow Jones Indices

    "Une grande partie des hausses records que nous avons connues provient de l'espoir que les entreprises paieront moins d'impôts (avec la réforme fiscale). Tout ce qui rendrait la réforme incertaine peut faire vaciller violemment les actions", a estimé le spécialiste. Le projet présenté jeudi par les sénateurs républicains propose de reporter à 2019 la baisse de l'imposition des entreprises de 35 à 20% promise par Donald Trump, alors que la chambre des Représentants a proposé, dans son projet, une application immédiate de la mesure. "C'est encore une réaction très mesurée des marchés", a estimé Howard Silverblatt de S&P Dow Jones Indices, prédisant une correction plus lourde si le report de la baisse fiscale sur les entreprises était finalement votée après les discussions entre les deux chambres.

    Par ailleurs, "nous connaissons un contrecoup sur les résultats d'entreprises. Les résultats des sociétés du S&P 500 sont quasiment terminés, désormais ce sont les entreprises à petite et moyenne capitalisation qui présentent les leurs. Et il n'y a rien d'excitant qui justifie la poursuite de la hausse incroyable des indices", a commenté M. Davis. Sur le front des résultats, les quelques annonces réalisées étaient mitigées:

    • Le groupe de distribution Nordstrom a terminé inchangé, malgré un recul de ses ventes trimestrielles.
    • J.C. Penney (+15,27% à 3,17 dollars) a fait état d'une progression de ses ventes.
    • Hertz (-2,25% à 19,56 dollars) a dévoilé des profits supérieurs aux attentes.

    Le marché obligataire reculait: le rendement des bons du Trésor à 10 ans avançait à 2,376% contre 2,329% jeudi soir, et celui des bons à 30 ans progressait à 2,860%, contre 2,807% la veille.

  • Wall Street clôture en ordre dispersé:

    • Dow Jones -0,17%
    • Nasdaq +0,01%
    • S&P 500 -0,09% 

  • Le pétrole termine en baisse

    Le pétrole coté à New York a terminé en baisse, sous l'effet d'une forte hausse hebdomadaire du nombre de puits de pétrole actifs aux Etats-Unis, signe d'une progression à venir de la production de brut. Le nombre de puits de pétrole actifs dans le pays a progressé de 9, selon le dernier décompte hebdomadaire de la société Baker Hughes, rattrapant ainsi la baisse marquée observée la semaine précédente (-8 puits). "C'est une progression substantielle et un renversement de la tendance que l'on observe depuis plusieurs semaines", a commenté James Williams de WTRG.

    Le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en décembre, référence américaine du brut, a perdu 43 cents pour clôturer à 56,74 dollars sur le New York Mercantile Exchange.

  • La Bourse de New York évoluait en baisse vendredi à la mi-séance, craignant de voir reporter une partie du projet de grande réforme fiscale promise par Donald Trump. Vers 19h00, les indices évoluaient dans le rouge:

    • Dow Jones: -0,25%
    • Nasdaq: -0,07%
    • S&P 500: -0,21% 

    "Les anticipations des investisseurs changent progressivement sur la réforme fiscale sur deux points majeurs: ce qui sera mis en place et quand ce sera mis en place", a indiqué Howard Silverblatt de S&P Dow Jones Indices."Le Sénat ne veut pas imposer de baisse de taxe sur les entreprises avant 2019 tandis que la chambre des Représentants la souhaite immédiatement", a-t-il ajouté.

    Par ailleurs, alors que de nouvelles incertitudes entourent la réforme fiscale, que le nouveau président de la banque centrale américaine (Fed) Jerome Powell a désormais été nommé, et que les résultats trimestriels d'entreprises ont pour la plupart été publiés, "il n'y a plus de catalyseur identifiable au maintien d'un marché haussier", a estimé Patrick O'Hare de Briefing. "Les investisseurs cherchent donc des excuses pour vendre et il n'y a pas meilleure excuse en ce moment que les potentielles difficultés entre la chambre des Représentants et le Sénat pour parvenir à un texte similaire d'ici à la fin de l'année", a-t-il ajouté.

  • La clôture des marchés: Bekaert lanterne rouge du Bel20

    Le Bel20 a terminé en baisse sur fond de doutes sur la réforme fiscale américaine. L’indice n’a pas échappé à la vague de prises de bénéfices sur les marchés d’actions.  Il recule de 0,43% à la clôture des Bourses européennes.

    Bekaert (-3,33%) signe la plus mauvaise performance de l’indice. Le tréfileur courtraisien a publié des résultats trimestriels supérieurs aux attentes, mais le tréfileur courtraisien se trouve confronté à plusieurs difficultés, notamment celle de répercuter la hausse du prix des matières premières dans presque toutes les activités. KBC Securities estime cependant que l’action mérite un rally. « Nous pensons que les investisseurs vont être soulagés par la forte croissance organique et par le maintien des prévisions » indique l’analyste David Vagman. Degroof Petercam a par contre revu son objectif de cours à la baisse, à 50 euros contre 52 euros auparavant.

    Ontex affiche la deuxième plus mauvaise performance du jour au sein du Bel20. Marshall Wace a déclaré détenir, à la date du 8 novembre, une position vendeuse sur Ontex représentant 0,53% du capital.

    Les valeurs bancaires du Bel20 signent les meilleures performances du jour parmi les valeurs du Bel20. KBC a gagné 0,58% et ING 0,03%.

    Engie perd 0,97%. Société Générale a relevé son objectif de cours à 16 euros contre 15,3 euros avant. La recommandation reste à "conserver".

    Hors Bel 20, ThromboGenics signe la plus mauvaise performance avec un recul de 6,8% . Texaf a gagné 1,94%.  La société d'investissement, qui opère au Congo, a perçu des revenus locatifs de 4,2 millions d'euros au troisième trimestre, soit 12% de plus qu'au cours de la même période de 2016. Ceci est dû à la location complète du projet Clos des Musiciens, bon pour 33 appartements.

    Sur les autres marchés européens, la tendance est aussi à la baisse. Le DAX termine sur un recul de 0,42%. Le CAC40 de 0,5%, l’AEX de 0,55% et le FTSE100 de 0,68%, lesté par le secteur de la distribution. Les indices européens ont touché un plus bas de trois mois.

  • Bourses européennes: clôture

    Bel20: -0,43%

    DAX: -0,42%

    CAC40: -0,50%

    AEX: -0,55%

    FTSE100: -0,67%

  • Baisse soudaine des cours de l'or

    Les futures sur l'or ont vu leur cours chuter brusquement à l'approche de la fermeture des marchés européens. Le blog Zero Hedge indique qu'un notionnel de 4 milliards de dollars a été vendu instantanément.

  • Premier recul hebdomadaire pour les marchés américains?

    Wall Street a ouvert en légère baisse vendredi sur fond de craintes d'un report à 2019 de l'allègement de la fiscalité sur les entreprises promis aux marchés par Donald Trump.

    L'indice Dow Jones perd 47,55 points, soit 0,20%, à 23.414,39 points quelques minutes après l'ouverture. Le Standard & Poor's 500, plus large, recule de 0,22% à 2 578,97 et
    le Nasdaq Composite cède 0,21% à 6.735,58.

    Les trois indices majeurs s'orientent vers un recul sur l'ensemble de la semaine, après huit semaines consécutives de hausse pour le Dow et le S&P.


    La saison des résultats du troisième trimestre touche en outre à sa fin, ce qui incite à des prises de bénéfices.

    Les profits sont attendus en hausse de 8% en moyenne par rapport au troisième trimestre 2016, contre une prévision de croissance de 5,9% début octobre, selon Thomson Reuters I/B/E/S.

    Aux valeurs, Walt Disney prend 1,66%, la plus forte hausse du Dow. Le groupe a fait état jeudi de résultats décevants en raison de problèmes sur ses réseaux de télévision et d'une baisse des profits des studios de cinéma mais ces annonces ont été compensées par celle d'une quatrième trilogie "Star Wars", l'une des franchises les plus lucratives du groupe.

    JC Penney   bondit de 10,55% après avoir fait état vendredi d'une croissance de ses ventes à périmètre comparable deux fois supérieure à ses propres prévisions sur le trimestre à fin octobre.

    Nvidia   prend 3,81% et a atteint un plus haut historique après un bénéfice trimestriel meilleur que prévu, porté par une demande soutenue pour ses puces graphiques utilisées dans les ordinateurs personnels et pour les jeux en ligne.

    Hertz Global Holdings   grimpe de 9,3% après avoir fait état lui aussi de profits supérieurs aux attentes malgré l'annulation de certaines réservations en raison des ouragans.

    A la baisse, Nordstrom perd 0,27% après un recul de 0,9% de ses ventes à magasins comparables sur le trimestre à fin octobre.

    A l'heure de l'ouverture à Wall Street, les principales Bourses européennes reculent encore après le net repli de la veille tandis que sur le marché obligataire, le mouvement de correction se poursuit sur les taux longs en Europe après leur récent repli lié aux annonces fin octobre de la Banque centrale européenne (BCE).

    Le CAC 40 parisien perd 0,27%, le Dax allemand 0,23% et le FTSE londonien 0,59%.

    Sur le marché des changes, le dollar est en léger repli face à un panier de devises de référence, contre lequel il a touché en séance son plus bas niveau depuis le 26 octobre.
    L'euro se traite autour de 1,1655 dollar.

  • Wall Street s'inquiète d'un coup de canif dans la réforme fiscale

    La Bourse de New York a ouvert en baisse vendredi, inquiète de l'éventuel report d'une partie du projet de grande réforme fiscale promise par Donald Trump. Quelques minutes après les premiers échanges, le Dow Jones perdait 0,09% et le Nasdaq 0,20%.

    La Bourse de New York avait terminé la séance dans le rouge jeudi, un regain d'interrogations sur la réforme fiscale en préparation interrompant sa course aux records: le Dow Jones avait cédé 0,43% et le Nasdaq 0,58%.

  • Wall Street| Opening Bell |

    • Dow Jones : -0,05%
    • S&P 500: -0,15%
    • Nasdaq 100 : -0,58%

  • Wall Street attendue en légère baisse à l'ouverture

    La Bourse de New York était attendue en légère baisse à l'ouverture, de l'ordre de 0,3%, poursuivant la tendance observée jeudi, alors que les indices restent à un niveau record.

    Jeudi, Wall Street avait terminé dans le rouge, sur fond de regain d'interrogations sur la réforme fiscale en préparation. Selon le Washington Post, les sénateurs envisagent notamment de repousser à 2019 la mise en place d'une réduction de l'impôt sur les sociétés de 35% à 20%, une promesse qui avait largement participé à la récente envolée des indices de Wall Street.

    Le Dow Jones avait suspendu sa course au record en cédant 0,43%, le Nasdaq lâchant 0,58%.

    Vendredi, les investisseurs auront peu de nouveaux chiffres à se mettre sous la dent pendant la séance, mis à part le moral des ménages en novembre.

    Aux valeurs,

    > Le groupe de médias News Corp a par ailleurs annoncé jeudi soir après la clôture qu'il renouait avec les bénéfices au premier trimestre de son exercice fiscal 2017/18, annonçant un bénéfice net de 68 millions de dollars lors des trois mois achevés fin septembre, contre une perte de 15 millions un an auparavant.

    > A l'inverse, Disney a annoncé des résultats en baisse et sous les attentes des analystes pour le quatrième trimestre de son exercice décalé 2017, en raison notamment d'une forte baisse des revenus de ses studios de cinéma.

  • Perquisition dans une grande banque allemande pour évasion fiscale

    Le parquet allemand a annonce que des perquisitions avaient été menées dans les locaux d'une grande banque et au domicile de plusieurs personnes soupçonnées d'évasion fiscale.

    Le journal Handelsblatt a rapporté que Commerzbank était la cible de cette enquête.

    Il n'a pas été possible de joindre l'établissement dans l'immédiat, dont l'action représentative gagnait 0,17%.

    L'enquête porte sur un mécanisme portant sur le dividende et baptisé "cum-ex". Il s'agit de transactions via lesquelles les banques en Allemagne ont exploité une faille juridique permettant à deux parties de revendiquer la propriété d'une même action.

  • GBL se renforce en Burberry

    GBL , la société holding d'Albert Frère, a renforcé sa participation dans Burberry à 6% du capital contre 4% jusqu'ici.

    L'action Burberry est en baisse pour la deuxième journée consécutive, après avoir plongé de 10% jeudi lorsqu'il a annoncé une accentuation de sa stratégie dans le domaine du luxe qui occasionnera des coûts à court terme. Le titre perd pour l'instant 2,2%.

    Société Générale a publié une note où elle s'est dit très prudente sur l'évolution du cours de l'action Burberry pour l'instant, même si elle juge que la nouvelle stratégie pourrait être payante à terme.

    Les analystes de la banque ont mis en exergue l'incertitude autour du nom du successeur de l'actuel directeur de la création de Burberry, l'emblématique Christopher Bailey, et les deux longues années de stagnation des profits prévues par le groupe au moment où certains de ses concurrents s'enrichissent.

  • BofAML démarre le suivi d'Ablynx

    BofAML démarre le suivi d'Ablynx avec une recommandation d'achat.

     

  • "Du côté des taux longs, le repli dans le sillage du dernier Conseil des gouverneurs de la BCE pouvait légitiment paraître excessif. La correction était attendue."
    Les gérants de LBPAM

  • "Les actions en Europe sont légèrement dans le rouge avec des traders toujours nerveux après le recul d'hier jeudi. Le Nikkei 225 a encore terminé en baisse et comme cela avait été à l'origine de la chute d'hier, les investisseurs ont peur de revenir à l'achat sur le marché."
    David Madden
    Analyste de CMC Markets

  • Les marchés actions restent nerveux, la correction sur l'obligataire se poursuit

    1. Les principales Bourses européennes restent nerveuses à mi-séance après le net repli de la veille, sur fond d'interrogations sur la politique monétaire de la BCE et la réforme fiscale américaine.

    2. A 13h15, le CAC 40 perd 0,28%. À Francfort, le Dax perd 0,12% et à Londres, le FTSE recule de 0,37%. L'indice Bel20 rétrograde de 0,22%. L'indice paneuropéen Stoxx 600 cède 0,18%.

    3. Les contrats à terme sur les indices de Wall Street signalent une ouverture en baisse de 0,2 à 0,4%.

    4. Sur le marché obligataire, la tendance reste au rebond des rendements des emprunts d'Etat, en particulier sur le dix ans allemand qui se rapproche du seuil de 0,4%.

    5. Aux valeurs, Allianz gagne 0,85%, l'une des plus fortes hausses de l'indice EuroStoxx 50, l'annonce d'un plan de rachats d'actions de deux milliards d'euros étant bien accueillie après un trimestre plombé par les catastrophes naturelles.

    6. ArcelorMittal prend 3,78%, de loin la plus forte hausse du CAC 40, après des trimestriels conformes aux attentes et la confiance affichée par le sidérurgiste pour 2018.

    7. A l'opposé, la baisse la plus spectaculaire affecte le groupe italien d'aéronautique et de défense Leonardo, qui chute de 20,48% après avoir réduit ses prévisions pour prendre en compte les difficultés de son activité d'hélicoptères.

    8. A la baisse également, Altice, maison-mère de l'opérateur télécoms SFR, perd encore 4,36% au lendemain de l'annonce de la démission du directeur général Michel Combes et du retour aux commandes du fondateur Patrick Drahi, une réorganisation pourtant destinée à apaiser les inquiétudes des investisseurs après la chute récente du cours de Bourse.

    9. A Bruxelles, Bekaert a publié des résultats trimestriels supérieurs aux attentes, mais le tréfileur courtraisien se trouve confronté à plusieurs difficultés, notamment celle de répercuter la hausse du prix des matières premières dans presque toutes les activités.

  • Les revenus locatifs de Texaf en hausse

    La société d'investissement Texaf , qui opère au Congo, a perçu des revenus locatifs de 4,2 millions d'euros au troisième trimestre, soit 12% de plus qu'au cours de la même période de 2016. Ceci est dû à la location complète du projet Clos des Musiciens ', bon pour 33 appartements.

    Texaf réalisé maintenant le projet 'Bois Nobles'. La première phase, qui comprendra 36 maisons (villas et appartements), doit être prête à l'été 2018. Le projet "Jardins de Kinsuka", qui permettra de construire des logements pour la classe moyenne émergente à Kinshasa, est en pleine préparation.

    Si le développement immobilier est bon, la situation est complètement différente avec Carrigrès. La carrière de grès près de Kinshasa a vu ses ventes diminuer de plus de moitié (54%) au troisième trimestre à 0,4 million d'euros.

     "Il n'y a pas de lac de projet de construction routière à Kinshasa et la demande en béton est extrêmement faible. La société tourne toujours à perte ", précise texaf dans son  communiqué de presse.

    Pour le second semestre, Texaf confirme les perspectives pour septembre: un résultat d'exploitation récurrent conforme au premier semestre (3,6 millions d'euros).

    ©Texaf

  • "2018 devrait être une bonne année pour l'or"

    Selon les experts, 2018 devrait être une bonne année pour l'or, le métal précieux bénéficiant de :

    • la banque centrale américaine qui hésite à augmenter encore ses taux d'intérêt - même si certains économistes considèrent que l'économie américaine est assez forte pour resserrer la politique monétaire;
    • les tensions géopolitiques dans le monde;
    • la demande croissante en Inde et en Chine;
    • la popularité croissante des investisseurs pour se couvrir / couvrir une éventuelle correction des marchés actions.

     

  • SIF Holding, fabricant de fondations pour éoliennes dégringole

    Cela ne va pas bien dans l'industrie éolienne. Hier, le danois Vestas a été obligé de lancer un avertissement sur résultats, ce qui s'est traduit par une baisse de 20% de l'action.

    Aujourd'hui c'est au tour de SIF Holding , constructeur de fondations pour éoliennes et plates-formes pétrolières et gazières, d'avertir sur ses résultats. La société néerlandaise est aux prises avec des clients qui retardent de 5% à celle prévue a-t-elle indiqué.

    En raison du report de commandes, le bénéfice d'exploitation a chuté de 38% au troisième trimestre. Les ventes ont baissé de 9%. POur l'ensemble de l'année, les bénéfices diminueront de 8%. SIF avait déjà abaissé ses prévisions de bénéfices en août.

    L'action dégringole de 11%.

  • Venez commenter l'actualité boursière avec nous (12h30->13h30)

  • Le titre Richemont chute après ses résultats

    Richemont   le numéro deux mondial du luxe, a comme attendu fait état vendredi d'un bond de son bénéfice net au premier semestre, en hausse de 80% à 974 millions d'euros. Sur les six premiers mois de son exercice 2017/2018 décalé (clos au 30 septembre), son chiffre d'affaires a lui augmenté de 10% à 5,6 milliards d'euros, a-t-il indiqué, dans un communiqué."Richemont a publié de bons résultats dans la lignée des attentes", a commenté Christian Weiz, analyste chez Baader Helvea dans une note, ce qui "ne constitue pas une surprise", a-t-il ajouté, compte tenu non seulement des indications données par Richemont mi-octobre mais aussi de la reprise sur le marché du luxe dans son ensemble. Le titre chute sur fond de prise de bénéfices. Depuis le début de l'année, il a pris plus de 33%.

  • KBC relève sa recommandation sur Aegon

    KBC Securities a relevé sa recommandation à "acheter" contre "conserver" sur le titre de l'assureur Aegon. L'objectif de cours est remonté à 6,10 EUR contre 5,80 EUR auparavant. "Nous estimons qu'Aegon doit encore continuer à modifier ses activités, et n'offre pas un focus comme les autres assureurs européens (ou une attraction différentiée). Toutefois, Aegon dispose désormais d'une base de capital plus solide qui lui permet de se concentrer sur la structure de ses tarifs sur ses produits" écrit l'analyste Jason Kalamboussis dans une note.

  • Degroof Petercam vise plus bas pour Bekaert et RTL Group

    Degroof Petercam réduit légèrement son prix cible sur Bekaert à 50 euros, avec une recommandation qui reste à "accumuler". Pour RTL Group , le prix cible est désormais de 80 euros (84) avec un avis à "acheter".

  • Le point sur les marchés

    1. Les indices actions européens s'inscrivent en baisse, au lendemain d'un net regain d'aversion pour le risque sur fond d'interrogations sur le programme d"assouplissement monétaire de la BCE et la mise en oeuvre de la future réforme fiscale aux Etats-Unis.

    2. Aux alentours de 10h30, Amsterdam cède 0,35%, Paris et Francfort 0,26% tandis que Londres (-0,07%) est stable.

    3. En l'abscence d'indicateurs importants à surveiller, les investisseurs se rabattent sur l'actualité des entreprises. ArcelorMittal gagne 3,5% après avoir publié des résultats en hausse au troisième trimestre, soutenus par des expéditions d'acier en augmentation et des prix de l'acier et du minerai de fer plus élevés.

    4. Le titre du groupe de télécoms et de médias Altice s'affiche en timide hausse de 0,33%, mettant fin à 5 séances consécutives de baisse alors que le groupe a annoncé jeudi une reprise en main de sa direction par Patrick Drahi.

    5. Transgene chute de 12,30% à 2,71 euros alors que la biotech, spécialisée dans les immunothérapies et détenue majoritairement par l'Institut Mérieux, a levé 14,4 millions d'euros par augmentation de capital.

    6. A Bruxelles, Bekaert abandonne 1,14%, alors que le tréfileur reste confronté à plusieurs difficultés, malgré des résultats trimestriels supérieurs aux attentes.

    7. Principal indicateur à l'agenda ce vendredi: l'indice de confiance de l'Université du Michigan

  • Altice peine à rebondir

    Altice , maison-mère de l'opérateur télécoms SFR, peine à rebondir franchement en Bourse, en dépit de la démission du directeur général Michel Combes et du retour aux commandes du fondateur Patrick Drahi, une réorganisation destinée à apaiser les inquiétudes des investisseurs après la chute récente du cours de Bourse.

    La valeur évolue de façon très volatile : elle a gagné jusqu'à 3,2% avant de perdre jusqu'à plus de 1% en début de matinéee.

    A la clôture de jeudi soir, le titre accusait une chute de 34% depuis vendredi dernier et la publication des résultats trimestriels de SFR jugés décevants.

    La réaction des analystes:

    > Bryan Garnier - "La réorganisation est destinée à aligner les intérêts des actionnaires avec ceux des dirigeants afin de restaurer la confiance des investisseurs. Mais nous ne sommes pas convaincus que ce sera le cas dans la mesure où la nouvelle gouvernance pose plus de questions qu'elle n'apporte de réponses."

    > Oddo - Les analystes d'Oddo estiment que les turbulences autour du groupe devraient perdurer encore au moins 12 mois. "Altice bénéficie toujours d'atouts uniques, de par sa vision industrielle (...) mais les investisseurs pourraient légitimement craindre un manque de visibilité" sur les performances en France, indiquent-ils dans une note. Ils ont abaissé vendredi leur recommandation à "neutre" contre "achat".

     

    Le fondateur d'Altice Patrick Drahi ©Bloomberg

  • 4,5 milliards EUR
    Le conglomérat japonais Toshiba, plombé par le passif de sa filiale Westinghouse et à la recherche de liquidités afin d'éviter une éventuelle radiation de la cote, envisage de lever environ 600 milliards de yens (4,5 milliards d'euros) par une émission de titres.

  • Leonardo dévisse de 16% à Milan

    Le géant italien de l'aéronautique et de la défense Leonardo S.p.A. dévisse de 16% vendredi à la Bourse de Milan après revu à la baisse ses prévisions pour 2017, en raison de difficultés dans le secteur des hélicoptères.

  • Altice regagne plus de 2% après 5 séances de baisse

  • | Opening Bell |

    Les indices actions européens ouvrent sur une note stable, après avoir nettement reflué la veille et à l'orée d'une séance qui s'annonce de nouveau peu chargée sur le front macroéconomique. La Bourse de Francfort affiche une hausse plus marquée, emmenée par Allianz qui a pourtant annoncé des résultats en retrait, dans la lignée de publications trimestrielles d'entreprises allemandes jugées plutôt décevantes cette semaine.

    • Bruxelles: +0,08%
    • Amsterdam: -0,02%
    • Francfort: +0,17%
    • Paris: -0,05%
    • DJ Stoxx 600: +0,15%

  • Bekaert : +0,25% pour l'action dans la foulée des résultats trimestriels publiés ce matin

  • Cofinimmo : -1% dans les premiers échanges au lendemain de résultats trimestriels sans surprise

  • "Les indices européens devraient ouvrir sans tendance ce matin dans le sillage des incertitudes qui entourent la réforme fiscale américaine."
    Les experts de Mirabaud Securities Genève

  • Bekaert fait mieux que prévu mais...

    Pour le troisième trimestre, Bekaert a dégagé un chiffre d’affaires consolidé en hausse de 4% à 977 millions d’euros ce qui est supérieur aux attentes des analystes (945 millions d’euros).

    Mais le tréfileur courtraisien se trouve confronté à plusieurs difficultés, notamment celle de répercuter la hausse du prix des matières premières dans presque toutes les activités "ce qui est une dynamique très inhabituelle dans notre industrie", souligne Bekaert dans un communiqué.

    > La suite dans notre article

     

    ©BELGA

  • Retour au calme en vue après le regain d'aversion au risque sur les marchés

    1. Les principales Bourses européennes devraient ouvrir sur une note inchangée voire légèrement haussière, après avoir souffert la veille d'un mouvement général de prises de bénéfices qui a rattrapé aussi Wall Street.

    2. D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien serait stable à l'ouverture, le Dax à Francfort progresserait de 0,14% et le FTSE à Londres prendrait 0,17%.

    3. L'indice MSCI World a accusé jeudi son premier repli (-0,37%) en plus de deux semaines, mettant fin à sa plus longue séquence de hausse depuis 2003.

    4. A Wall Street, les doutes sur l'adoption de la réforme fiscale ont servi de catalyseur à des prises de bénéfices alors que les trois grands indices évoluent à des niveaux records.

    5. Ces craintes ont pesé sur le dollar, l'or et les rendements obligataires. La devise unique évolue vendredi autour de 1,1650 dollar. Le rendement des Treasuries à 10 ans évolue à plus de 2,35% et l'or se traite autour de 1.285 dollars l'once.

  • Quelques valeurs belges à suivre

    • COFINIMMO - La société immobilière réglementée (SIR) Cofinimmo a publié à la clôture de la Bourse des résultats conformes aux attentes, avec des revenus locatifs et une valeur de portefeuille stables à périmètre constant. La juste valeur du portefeuille d’immeubles de placement atteint désormais 3,445 milliards d’euros. Seule ombre au tableau: l’avenir toujours incertain de l’actif Souverain 23-25 (ex-Royale Belge), vidé de tout occupant depuis le départ d’Axa vers la place du Trône à Ixelles en août dernier. La SIR confirme un dividende de 5,5 euros par action après des résultats trimestriels sans surprise. Lire notre article

    KEYWARE - Le fournisseurs de terminaux de paiements Keyware a vu ses revenus augmenter d'un peu plus de 19% à 4,76 millions d'euros grâce à un bond de ses activités autorisation et logiciels. Lire notre article

    XIOR - Xior communique un résultat locatif net de 12,174 millions d'euros pour les 9 premiers mois de 2017. Il s'agit d'une hausse de 62%. A noter que les résultats suivants, intégrant le 4e trimestre, porteront sur des immeubles supplémentaires, ce qui devrait encore pousser les chiffres à la hausse. Côté prévisions, Xior vise, comme déjà annoncé, un résultat EPRA de 1,40 euro par action avec un dividende brut de 1,20 euro (il était de 1,15 pour 2016). Lire notre article

  • Perspectives favorables pour ArcelorMittal

    Le géant mondial de la sidérurgie ArcelorMittal a publié un bénéfice net de 1,2 milliard de dollars au troisième trimestre, en hausse de plus de 71%, pour un chiffre d'affaires en progression, soutenu par des livraisons d'acier en hausse et des prix de l'acier et du minerai de fer plus élevés.

    Sur le trimestre, l'excédent brut d'exploitation (EBE, Ebitda) du premier sidérurgiste mondial a progressé de 1,4% à 1,92 milliard de dollars (1,64 milliard d'euros), dépassant la prévision moyenne de 1,86 milliard de dollars des 10 analystes interrogés par Reuters.

    "Les conditions de marché favorables sont à l'origine de la performance solide de ce trimestre", a commenté le PDG d'ArcelorMittal, Lakshmi Mittal, cité dans un communiqué. "Les principaux indicateurs (...) laissent envisager des perspectives favorables pour 2018", a-t-il ajouté.

  • 81 milliards
    Le Venezuela doit rembourser aujourd'hui une échéance de 81 millions de dollars, au risque sinon de se retrouver en situation de défaut de paiement sur sa dette extérieure, qu'il veut restructurer malgré sa crise économique, politique et humanitaire.

  • À l'agenda ce vendredi

    Pour cette dernière séance de la semaine, les investisseurs s'intéresseront à plusieurs indicateurs macroéconomiques : la production industrielle et la balance commerciale au Royaume-Uni ; l'indice de confiance du Michigan aux États-Unis.

    Du côté des résultats trimestriels, ce sera au tour d'Eurazeo, Spie, ArcelorMittal, Allianz, Telecom Italia et Richemont en Europe. Pas de résultats attendus par contre à Wall Street.

    Chez nous, les investisseurs auront droit aux chiffres de Bekaert , VGP et Xior en avant-Bourse, et Texaf après-Bourse.

  • Troisième séance de baisse à Tokyo

    La Bourse de Tokyo clôture en baisse, l'indice Nikkei accusant une troisième séance consécutive de repli pour s'éloigner d'un plus haut atteint depuis 1992.

    Le Nikkei a perdu 187,29 points (-0,82%) à 22.681,42 points, sa plus forte baisse journalière depuis le 4 septembre.

    L'indice phare de la Bourse de Tokyo avait déjà cédé du terrain la veille au cours d'une séance marquée par un décrochage
    brutal.

    Le Topix, plus large, a cédé vendredi 12,67 points (-0,7%) à 1.800,44 points.

  • Bonjour!

    Bienvenue sur le "market live" de L'Echo, l'endroit idéal pour suivre les principaux événements de cette séance de bourse du vendredi 10 novembre.

     

    ©Bloomberg

Plus sur Les Marchés

Contenu sponsorisé

Partner content