1. Les marchés
  2. Live blog
live

Les tractations commerciales inquiètent New York

La Bourse de New York a terminé la semaine sur une note mitigée ce vendredi, les investisseurs hésitant à s'engager franchement face aux incertitudes persistantes sur le front commercial. Le rendement italien s'est tendu. Mithra a encore grimpé. Séance difficile pour Biocartis et Curetis.
  • A suivre ce lundi 21 mai

    C'est fini pour aujourd'hui. Voici les principaux événements à l'agenda du lundi 21 mai.

    → ECONOMIE / FINANCE

    • Les bourses de Copenhague, Francfort, Toronto et Zurich seront fermées. Les autres bourses seront ouvertes.

    Japon
    • Balance commerciale / avril

    → ENTREPRISES

    Belgique
    • Brederode: cotation ex-dividende de 0,85 euro brut
    • RealDolmen: offre de reprise à 37 euros par action par Gfi. Jusqu’au 31 mai.
    • Sapec/ offre de reprise simplifiée par Soclinpar au prix de 60 euros par action. Jusqu’au 29 juin inclus.
    • Solvay: cotation ex-dividende de clôture de 2,22 euros bruts
    • Tigenix/ offre de reprise par Takeda au prix de 1,78 euro. Jusqu’au 31 mai.
    • Vastned Retail Belgium/ trading update T1. Premier jour de l'offre de reprise par Vastned à 57,5 euros par action. Jusqu'au 1er juin. Cotation ex-dividende de 2,62 euros bruts.

    Irlande
    • Ryanair / résultats annuels


  • Les tractations commerciales inquiètent New York

    Wall Street a clôturé sans direction ce vendredi, les investisseurs restant prudents alors que les Etats-Unis et la Chine ont repris leurs délicates négociations commerciales. Le Dow Jones a pris 0,01% à 24.715,09 points. Le Nasdaq a perdu 0,38% à 7.354,34 points. Le S&P 500 a cédé 0,20% à 2.714,78 points.

    Les acteurs du marché ont ressassé les mêmes gros titres sur le commerce, la géopolitique, le pétrole, les taux d'intérêt et la crainte d'avoir atteint un pic en terme de résultats d'entreprise. Les résultats de quelques grandes entreprises ont été reçus fraîchement. La chaîne de magasins de vêtements Nordstrom a chuté de 10,90%, tandis qu'Applied Materials, qui fabrique des composants pour semi-conducteurs, a baissé de 8,25%.

    Malgré des chiffres trimestriels inférieurs aux attentes, le fabricant de matériels agricoles Deere est parvenu à monter de 5,75% après avoir relevé ses prévisions pour l'année. Par ailleurs, les informations mitigées qui ressortent des négociations entre les Etats-Unis et la Chine ne font pas grand chose pour atténuer les incertitudes sur ce front.

  • Wall Street termine sans direction

    • Le Dow Jones a pris 0,01% à 24.716,43 points.
    • Le Nasdaq a perdu 0,38% à 7.354,34 points.
    • Le S&P 500 a cédé 0,24% à 2.713,63 points.
  • Le pétrole termine en baisse à New York

    Les cours du pétrole ont terminé en baisse ce vendredi sur le marché new-yorkais Nymex en raison de prises de bénéfices. Mais ils enregistrent une nouvelle semaine de hausse soutenus par la vigueur de la demande, le rétablissement des sanctions américaines à l'encontre de l'Iran et la baisse de la production du Venezuela.

    • Le contrat juin sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a perdu 21 cents, soit 0,29%, à 71,28 dollars le baril mais signe une troisième consécutive de hausse.
    • Au moment de la clôture du Nymex, le Brent cédait 79 cents (1,0%) à 78,51 dollars, ce qui ne l'a pas empêché d'enregistrer une sixième semaine consécutive de hausse après avoir franchi le seuil de 80 dollars le baril jeudi, pour la première fois depuis novembre 2014.
  • Un début d'année sous la confiance pour Floridienne

    Au niveau opérationnel, le Groupe Floridienne a démarré l’année 2018 comme elle a terminé l’année 2017. "Les Divisions Sciences du vivant et Chimie évoluent de manière satisfaisante tandis que la Division Alimentation festive souffre toujours de la hausse de certaines matières premières", indique la société dans un communiqué.

    Au niveau stratégique, le partenariat scellé par Biobest avec le groupe Mérieux Développement s’est matérialisé par une première augmentation de capital de 10 millions d'euros dans cette société à une valorisation pre-money de 145,5 millions d'euros. "Cette transaction ouvre la voie à la poursuite des investissements de croissance dans cette activité prometteuse, tout en renforçant la structure financière consolidée du groupe Floridienne", poursuit le groupe.

     

    • La Division Alimentation festive, malgré une hausse de son chiffre d’affaires, continue à souffrir, en ce début d’année, de la hausse des prix de matières premières, notamment des œufs et du beurre.
    • La Division Sciences du vivant signe un nouveau trimestre en croissance, tant au niveau de son chiffre d’affaires que de son résultat net.
    • La Division Chimie a connu un résultat en légère progression également au cours du premier trimestre 2018, dans la même tendance que 2017.

     

    → Floridienne maintient ses objectifs de résultats en progrès pour l’année 2018.

  • Résumé de la séance boursière en Europe

    Les investisseurs européens ont joué la carte de la prudence après l’accord de gouvernement italien. Les résultats du suisse Richemont ont déçu.

    Au terme d’une séance sans relief, les grands indices boursiers européens ont clôturé en légère baisse, vendredi. À Paris, le Cac 40  a cédé 0,13%. À Francfort, le Dax  a perdu 0,28%. Et à Londres, le FTSE 100  a reculé de 0,12%. Les investisseurs ont joué la carte de la prudence alors qu’un accord de gouvernement marqué par des mesures contre l’austérité budgétaire a été conclu en Italie.

    Parmi les valeurs en vue, BMW  a chuté de 5,07% à 88,57 euros en Bourse de Francfort. Le titre du constructeur automobile a subi l’effet d’une cotation hors dividende brut de 4 euros. Sans ce détachement de coupon, l’action aurait limité sa perte à 0,78%. Jeudi, la banque MainFirst avait dégradé la note de BMW à "neutre", contre "surperformance" auparavant, avec un objectif de cours de 100 euros.

    À Zurich, Richemont  a chuté de 5,27% à 93,80 francs suisses. Le titre du groupe de luxe a souffert de l’annonce de résultats trimestriels inférieurs aux attentes. Le groupe suisse a dû racheter des stocks de montres invendues à ses distributeurs.

    En Bourse de Copenhague, Bavarian Nordic  a bondi de 7,59% à 204 couronnes danoises. Cette société biotechnologique est, comme la belge Celyad , spécialisée dans l’immunothérapie destinée à contrer le cancer. Mais elle a aussi la particularité de développer, en collaboration avec Janssen, filiale biotech de l’américain Johnson & Johnson , un vaccin contre le virus Ébola. Or, une épidémie de cette fièvre hémorragique s’est déclarée au début du mois en République démocratique du Congo. Vendredi, un cas de contamination a été détecté dans une ville de plus d’un million d’habitants proche du fleuve Congo et ayant de nombreuses relations commerciales avec la capitale Kinshasa, ce qui fait craindre une propagation du virus à plus grande échelle. Une campagne de vaccination doit débuter la semaine prochaine, selon l’agence AFP.

    Le malheur des uns fait le bonheur des autres… L’information a dopé le cours de Bavarian Nordic. La banque Nordea a relevé sa recommandation sur la biotech à "acheter", contre "conserver" auparavant. Elle fixe un objectif de cours de 290 couronnes danoises.

  • Bon crû 2017 pour Retail Estates

    Retail Estates , le gestionnaire d’espaces immobiliers commerciaux, affiche pour l’année 2017 une progression de 25,95% de son portefeuille immobilier, à 1.349,37 millions d’euros.

    Le résultat locatif net a augmenté de 11,82 millions, passant au 31 mars 2018 à 77,85 millions d’euros. Cela s’explique, selon le groupe, par l’acquisition de nouveaux immeubles et la réception de projets au cours de l’exercice 2017-2018, ainsi que l’acquisition d’immeubles et la réception de projets au cours de l’exercice clôturé.

    • Le résultat net de l’exercice s’élève à 46,70 millions d’euros, en baisse par rapport au 31 mars 2017 où il était de 52,14 millions d’euros.
    • Le résultat EPRA progresse lui aussi, de 22,46%, à 47,90 millions d’euros.
    • Le taux d’intérêt moyen continue lui de baisser. Il atteint 2,62% au 31 décembre dernier, contre 3,42% au 31 mars 2017.
    • Quant au taux d’occupation, il se maintient à 98,11%.

    Perspectives

    La société table, pour l’exercice 2018-2019, sauf imprévu, sur un revenu locatif de 91 millions d’euros. Le dividende proposé cette année est en hausse de 9,09% par rapport à l’exercice précédent et s’élève à 3,6 euros par action.

    Retail Estates poursuit l’objectif d’un dividende de 3,80 euros brut pour l’exercice 2018-2019, ce qui représenterait une nouvelle augmentation, de 5,56% cette fois.

  • Clôture en Europe

    Bel 20: -0,19% à 3.891,11 points

    AEX: -0,34% à 567,03 points

    Cac 40: -0,13% à 5.614,51 points

    Dax: -0,28% à 13.077,72 points

    FTSE 100: -0,12% à 7.778,79 points

  • Baisse de la confiance des consommateurs belges en mai

    La confiance des consommateurs a encore reculé en mai, l'indicateur étant désormais nul, par rapport à 2 en avril, indique vendredi la Banque nationale. Il faut remonter à juin 2017 pour un indicateur négatif (-2).

    "Tout comme le mois dernier, les consommateurs se montrent de nouveau nettement plus pessimistes à l'égard de la situation économique à venir en Belgique", commente la BNB.

    "On dirait que le ciel économique se couvre de plus en plus", commente Philippe Ledent, économiste chez ING Belgique.

  • Engie ne vend pas de centrales allemandes

    La directrice générale d'Engie , Isabelle Kocher, a déclaré vendredi lors de l'assemblée générale des actionnaires du groupe qu’il n’y avait "rien d'engagé à ce stade" concernant la possible vente de centrales au charbon en Allemagne.

    Des sources proches du dossier avaient indiqué à l’agence Reuters début mars que le groupe envisageait de céder ses centrales électriques en Allemagne et que le processus pourrait également concerner un site aux Pays-Bas.

    En Bourse, l’action Engie est en hausse, dans un marché globalement négatif.

    Isabelle Kocher (au centre), la directrice générale d'Engie, lors de l'assemblée générale du groupe ce vendredi. ©AFP

  • Applied Materials en perte de vitesse à Wall Street

    Applied Materials  cède 8,38% après l'annonce de prévisions trimestrielles décevantes du fabricant de puces, qui suscite de nouvelle inquiétudes sur le ralentissement de la demande de smartphones.

  • Approbation de la scission d'Altice

    Les actionnaires d'Altice  ont approuvé vendredi le projet de séparation des activités en Europe et aux Etats-Unis, a annoncé l'opérateur télécoms dans un communiqué publié en marge de son assemblée générale.

    Cette séparation, qui devrait être effective début juin, fait partie des initiatives prises par le groupe de Patrick Drahi pour se relancer après une série de contre-performances qui ont inquiété les investisseurs et fait chuter son cours de Bourse. Ce vendredi, l'action Altice recule nettement en Bourse d'Amsterdam.

    ©REUTERS

  • Wall Street ouvre en baisse

    La Bourse de New York a débuté la séance en territoire négatif. Dans les premiers échanges, le Dow Jones   perdait 0,04% et le Nasdaq   cédait 0,24%.

  • Le malheur de l'épidémie de fièvre Ebola fait le bonheur d'une biotech danoise

    En Bourse de Copenhague, Bavarian Nordic   s'envole, ce vendredi.

    Cette société biotechnologique est, comme la belge Celyad , spécialisée dans l’immunothérapie destinée à contrer le cancer.

    Mais elle a aussi la particularité de développer, en collaboration avec Janssen, filiale biotech de l’américain Johnson & Johnson , un vaccin contre le virus Ebola.

    Or, une épidémie de cette fièvre hémorragique s’est déclarée au début du mois en République démocratique du Congo. Vendredi, un cas de contamination a été détecté dans une ville de plus d’un million d’habitant proche du fleuve Congo et ayant de nombreuses relations commerciales avec la capitale Kinshasa, ce qui fait craindre une propagation du virus à plus grande échelle.

    L'Organisation mondiale de la santé (OMS) estime qu'il n'y a pas lieu de déclencher une alerte à l'échelon international. Mais il estime que la situation implique des défis difficiles.

     

    Une campagne de vaccination doit débuter la semaine prochaine, selon l’agence AFP.

    Le malheur des uns fait le bonheur des autres... L’information a dopé le cours de Bavarian Nordic. La banque Nordea a relevé sa recommandation sur la biotech à "acheter", contre "conserver" auparavant. Elle fixe un objectif de cours de 290 couronnes danoises.

    Photo d'archive: un centre de quarantaine lors d'une épidémie de fièvre Ebola au Congo en juin 2017. ©AFP

  • L'allemand Home24 prépare une IPO

    Home24, distribeur allemand d'ameublement en ligne, compte s'introduire en Bourse de Francfort et lever jusqu'à 200 millions d'euros.

    Fondé en 2009, cette entreprise déficitaire livre des meubles dans sept pays européens et au Brésil.

    Home24 compte utiliser le produit de l'opération à réduire sa dette et à investir dans des locaux, du matériel et des technologies.

    Le distributeur n'a pas donné de date pour son IPO mais habituellement un délai d'un mois environ suit l'annonce de l'opération.

    Rocket Internet, l'investisseur dans l'e-commerce, détient 41% du capital de Home24. Les autres investisseurs sont le suédois Kinnevik et Baille Gifford..

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    Les valeurs à suivre à Wall Street

    * BOEING - L'avionneur, important exportateur américain en Chine, serait l'un des grands bénéficiaires d'une éventuelle proposition chinoise visant à réduire de 200 milliards de dollars (169 milliards d'euros) par an le déficit commercial des Etats-Unis avec Pékin, a-t-on appris jeudi de sources américaines. Le ministère chinois des Affaires étrangères a toutefois démenti l'existence de ces propositions.

    * NORDSTROM - La chaîne de grands magasins a publié jeudi après la clôture des ventes à périmètre comparable au premier trimestre en hausse de 0,6%, contre +1,13% attendu, selon le consensus Thomson Reuters I/B/E/S. L'action recule de 7,4% dans les échanges d'après-Bourse.

    * CAMPBELL SOUP a publié vendredi des résultats inférieurs aux attentes, révisé en baisse ses prévisions 2018 et annoncé le départ de sa PDG, Denise Morrison. Le titre perd 4,4% dans les transactions en avant-Bourse.

    * DEERE & CO a fait état vendredi d'une hausse de 49,4% sur un an de son bénéfice trimestriel, qui dépasse les attentes du marché, et a relevé sa prévision de bénéfice net annuel en soulignant le dynamisme des marchés américains des machines agricoles et de la construction.

    * AMGEN et NOVARTIS ont annoncé avoir obtenu le feu vert de la Food and Drug Administration (FDA) américaine pour leur traitement préventif contre la migraine Aimovig. Le titre Amgen prend 2% en avant-Bourse.

    * AMTRUST. L'investisseur activiste Carl Icahn a annoncé jeudi après la clôture avoir pris une participation de 9,38% dans le groupe d'assurance. Le titre prenait 10% dans les échanges d'après-Bourse.

    * APPLIED MATERIALS a annoncé des objectifs de chiffre d'affaires et de bénéfice pour le trimestre en cours inférieurs aux attentes, faisant reculer le titre de 5,1% en avant-Bourse.

    * BAIDU recule de 6,5% en avant-Bourse après l'annonce de la démission de son directeur général, Lu Qi.

  • Wall Street se prépare à débuter la séance en hausse

    La Bourse de New York se préparait à débuter la séance en légère hausse, malgré les incertitudes sur les discussions entre la Chine et les Etats-Unis.

    Le contrat à terme sur l'indice vedette Dow Jones Industrial Average, qui donne sa tendance, prenait 0,26%. Celui de l'indice élargi S&P 500 grignotait 0,13% tandis que celui du Nasdaq, à dominante technologique, progressait de 0,15%.

  • L'essentiel de la matinée boursière

    L'Italie inquiète, l'euro sous 1,18 dollar, Ubisoft et Richemont au premier plan

    1. Les Bourses européennes hésitent en miiieu de journée. La situation politique italienne suscite une certaine inquiétude sans provoquer de panique, la baisse de l'euro assurant un soutien aux actions.

    2. A 13h15, Amsterdam, Paris et Francfort étaient stables et la Bourse de Londres reculait de 0,22%. L'indice paneuropéen pointait en repli de 0,18% après une matinée volatile.

    3. La Bourse de Milan chutait de 1,20%, plombée notamment par le secteur bancaire (-2,46%) alors que le rendement de la dette italienne à dix ans a atteint, à plus de 2,21%, son plus haut niveau depuis octobre.

    4. Les investisseurs ont mal accueilli la publication de l'accord de gouvernement entre la Ligue et le Mouvement 5 Etoiles (M5S), les deux partis en passe de former un gouvernement, qui n'évoque certes pas une sortie de l'euro ou un effacement partiel de la dette publique mais envisage entre autres une réforme en profondeur de l'impôt sur le revenu et de l'impôt sur les société ainsi que l'instauration d'un revenu universel mensuel de 780 euros.

    5. Ces détails ont déclenché un nouvel accès de faiblesse de l'euro, retombé sous 1,18 dollar, à 1,1780, pour se rapprocher du plus bas de l'année touché mercredi à 1,1761 alors qu'il avait auparavant bénéficié de la hausse plus marquée qu'attendu des prix à la production en Allemagne en avril.

    6. Aux valeurs en Europe, Ubisoft gagnait 5,37%, la plus forte hausse du Stoxx 600, et a inscrit un nouveau record au lendemain de ses résultats annuels, supérieurs aux attentes.

    7. Le secteur du luxe souffrait quant à lui du chiffre d'affaires annuel inférieur au consensus du suisse Richemont, le propriétaire de Cartier entre autres. Le titre Richemont cédait 5% et dans son sillage, Swatch Group qui abandonnait 1,2%.

    8. La plus forte baisse sectorielle est pour le compartiment des télécoms (-1,50%), pénalisé notamment par le repli de 3,33% d'Altice au lendemain d'un bond de 12,36% et par le recul de 2% de Telecom Italia.

    9. Le marché pétrolier est en légère hausse mais le Brent reste sous le seuil des 80 dollars le baril franchi jeudi; il s'achemine vers une sixième semaine consécutive de hausse.

  • Les banques italiennes fébriles

    Les valeurs bancaires étaient de nouveau en berne à la Bourse de Milan après la publication du programme de gouvernement, en particulier la BMPS, dont la Ligue a dit vouloir qu'elle reste publique et changer son management.

    Vers 12h30, Ubi Banca perdait 4,42%, Banco BPM 4,19%, Unicredit 2,36% à 16,288 euros et Intesa Sanpaolo 1,9%.

    La BMPS cédait elle 1%, après avoir dévissé la veille de 8,86%.

    Le Mouvement 5 étoiles (M5S, antisystème) a révélé sur internet un programme commun de gouvernement conclu avec la Ligue (extrême droite) pour diriger l'Italie en tournant résolument le dos à l'austérité.

    "Concernant la banque Monte dei Paschi, l'Etat actionnaire doit procéder à la redéfinition de la mission et des objectifs de l'institut de crédit dans une optique de service", peut-on lire, sans autre précision, dans le programme.

  • "L'Italie aura un impact modéré sur les marchés"

    L'évolution de la situation politique en Italie aura un impact modéré sur les marchés, estime Frédéric Rollin, conseiller d'investissement chez Pictet AM.

    Les dirigeants du Mouvement 5 Etoiles (M5S) et de la Ligue se sont entendus jeudi sur les grands principes d'un accord de gouvernement qui prévoit de réduire les impôts tout en amplifiant les dépenses sociales mais risque de se heurter à l'hostilité des partenaires européens de Rome, déjà confrontés au Brexit.

    La perspective d'un tel gouvernement de coalition en Italie a causé un regain d'aversion au risque qui est néanmoins resté principalement cantonné aux actifs italiens et à l'euro.

    La Bourse de Milan perd vendredi 1,45% et s'achemine vers une baisse de près de 3% sur la semaine. En revanche, l'indice Stoxx 600 est en passe de signer une huitième semaine consécutive de hausse.

    "Pour l'instant, on ne scénarise pas un impact très important des difficultés politiques en Italie. Evidemment, si on a la mise en place d'un gouvernement plutôt anti-européen, ce ne sera pas une très bonne chose. On peut avoir encore un écartement des spreads entre l'Italie et l'Allemagne mais on n'anticipe pas de crise majeure parce qu'on imagine mal pour l'instant qu'un gouvernement italien puisse réellement envisager une sortie de la zone euro."
    Frédéric Rollin
    Conseiller d'investissement chez Pictet AM

     

    Le rendement de emprunts d'Etat italiens à 10 ans se rapproche de 2,2%, au plus haut depuis octobre dernier, alors qu'il évoluait à 1,9% en début de semaine. Le spread avec le Bund allemand de même échéance s'est élargi jusqu'à près 160 points de base, un niveau technique considéré comme critique.

  • "L'action Retail Estates n'est plus une bonne affaire pour nous"

    Degroof Petercam réduit son conseil sur Retail Estates d'acheter à accumuler. "Depuis notre conseil d'achat en décembre, l'action a progressé de 6,9% après une vague d'acquisitions aux Pays-Bas. Le titre n'est plus une bonne affaire selon nous", explique Herman Van der Loos. L'objectif de cours est fixé à 81 euros.

    La SIR spécialisée dans l'immobilier commercial publie ce vendredi après la clôture les résultats de son année comptable qui se clôture en mars. Van der Loos s'attend à un bénéfice par action de 4,93 euros, une hausse de 12,3%. Le dividende brut devrait avoir progressé de 9,1% à 3,60 euros.

    Ces prévisions sont en ligne avec celles de l'entreprise.

    A surveiller: les détails de l'expansion de la SIR aux Pays-Bas et plus d'informations sur les projets d'expansion en Belgique, en ce inclus une possible extension des bâtiments à Wetteren, et la confirmation que le retail park de Zwolle reste dans le portefeuille.

    L'action Retail Estates perdait 0,79% à 75,70 euros aux alentours de 12h.

  • Degroof Petercam sur Curetis

    "Le chiffre d'affaires est inférieur aux attentes, et les coûts opérationnels ont fortement augmentés", a réagi l'analyste de Degroof Petercam, Stéphanie Put. Le rating reste à "conserver" et l'objectif de cours à 5,9 euros.

    Curetis perdait 5,43% à 4,35 euros aux alentours de 11h30.

  • Accord de gouvernement en Italie

    Accord définitif entre le M5S et la Ligue sur un programme de gouvernement commun, 70 jours après les élections.

    Le programme e gouvernement conclu avec la Ligue doit résolument tourner le dos à l'austérité. Dans la version définitive, 58 pages qui comportent finalement 30 points, une sortie unilatérale de l'euro n'est pas mentionnée. Le programme prévoit, sur le plan international, de plaider pour la fin des sanctions visant la Russie, et de tenter de bénéficier de fonds européens pour augmenter les dépenses en matière d'aides sociales.

    En outre, l'action du gouvernement visera un programme de réduction de la dette publique non pas par des recettes fondées sur les impôts et l'austérité, des politiques qui n'ont pas atteint leur objectif, mais plutôt via l'augmentation du PIB à travers la relance de la demande interne.

    → Plius de détail dans cet article

    La Bourse de Milan s'enfonçait et perdait 1,2%. Sur le marché obligataire, le rendement de l'obligation souveraine italienne à 10 ans bondissait de 8 points de base à 2,184%.

  • Le point sur les marchés en matinée

    Les actions marquent une pause, l'euro se reprend, Ubisoft se distingue

    1. Les principales Bourses européennes évoluent en léger repli en matinée après les pics atteints la veille, pénalisées par un rebond de l'euro et animées par une série de résultats d'entreprises diversement accueillis.

    2. À Paris, l'indice CAC 40 perdait 0,29% vers 10h30 À Francfort, le Dax cédait 0,21% et à Londres, le FTSE reculait de 0,19%. L'indice paneuropéen DJ Stoxx 600 cédait 0,33%.

    3. La séance de jeudi a permis au CAC 40 de finir au plus haut depuis plus de 10 ans, au FTSE de battre son record de clôture, le Dax terminant pour sa part au plus haut depuis février.

    4. Les actions européennes avaient bénéficié du repli de l'euro, qui reprend vendredi 0,13% face au billet vert, repassant 1,18 dollar à 1,1810.

    5. Aux valeurs, la plus forte baisse du Stoxx 600 est pour le groupe de luxe suisse Richemont, qui perd 6,95% après avoir publié un chiffre d'affaires annuel inférieur aux attentes. Swatch Group (-2%) suit le mouvement.

    6. Ubisoft (+5,98%) se distinguait à la hausse daprès des résultats bien accueillis.

    7. Les craintes liées à l'évolution de la situation politique en Italie paraissent refluer, même si e rendement des obligations souveraines italiennes à 10 ans grimpe néanmoins encore de trois points de base, à 2,147% après un pic à 2,182% la veille.

    8. Les investisseurs américains restent également prudents face aux négociations commerciales en cours entre les Etats-Unis et la Chine, qui s'annoncent longues et laborieuses.

  • Encore des dégagements sur EVS après les comptes

    Après les résultats trimestriels exceptionnellement décevants et des prévisions tout aussi morose pour cette année, EVS continue de reculer en bourse.

    Le titre perdait 2,64% à 22,15 euros vers 10h15, au lendemain d'une chute de 17,42%.

    Ce matin, ING a considérablement réduit son objectif de cours, de 36 à 25 euros tout en gardant son conseil sur la valeur à "conserver".

  • Richemont pénalisé par ses rachats de stocks

    Un passage remarquable dans les résultats annuels de la société de luxe suisse Richemont, propriétaire de marques telles que Cartier, Piaget, Montblanc et Chloé; Pour l'exercice clos le 31 mars, Richemont a dû racheter 208 millions d'euros de montres invendues à des revendeurs. Cela a pesé sur le résultat d'exploitation qui n'a augmenté que de 5% à 1,84 milliard d'euros.

    Le bénéfice net a progressé de 1% à 1,221 milliard d'euros  sur l'exercice 2017-2018, bien en deçà du consensus Reuters qui donnait 1,719 milliard.

    Le groupe genevois avait déjà décidé d'entreprendre de tels rachats, pour un montant de 278 millions d'euros, durant l'exercice 2016-2017, une brusque chute de la demande ayant abouti à une augmentation massive des stocks en boutique.

    Le chiffre d'affaires annuel a atteint 10,979 milliards d'euros, moins que le consensus (11,218 milliards).

    Richemont proposera un dividende de 1,90 franc suisse par  action contre 1,80 franc suisse un an auparavant, soit plus que le consensus qui donnait 1,81 franc.

     

  • Mithra en forte hausse, dégagements sur Biocartis et Curetis

    L'indice Bel20 évolue sur une note stable en début de séance.

    Moins de dix minutes après les premiers échanges, l'indice Bel20 se tassait de 0,09% à 3.895,25 points, avec sept valeurs en hausse pour treize en baisse.

    Hors Bel20, Mithra poursuivait sur sa lancée de ses derniers et bondissait de 8% à 32,70 euros. Depuis mardi, l'action s'est envolée de 31%, propulsant la capitalisation boursière de l'entreprise au-delà du milliard d'euros.

    A l'opposé, Biocartis plongeait de 9%. Rudi Mariën, patron du véhicule d'investissement RMM, détient 7,8% de Biocartis. Il a toutefois décidé de se séparer de la moitié (3,9%) via un placement privé, vendant un maximum de 2 millions d'actions de la société de diagnostic.

    Curetis cédait 3,3% dans la foulée de ses résultats trimestriels.

    Celyad gagnait 1,22% à 23,18 euros, rebondissant au lendemain d'une chute de 12,66% liée à l'annonce des résultats d'une augmentation de capital de 40,1 millions d'euros réalisée à un prix de 22,29 euros par titre.

  • BOURSE-SWATCH GROUP PERD 3% EN DÉBUT DE SÉANCE DANS LE SILLAGE DE LA BAISSE DU TITRE RICHEMONT

  • BOURSE-RICHEMONT PERD 5,74% À L'OUVERTURE APRÈS AVOIR PUBLIÉ UN CHIFFRE D'AFFAIRES ANNUEL INFÉRIEUR AU CONSENSUS

  • | Opening Bell |

    Les indices actions européens ouvrent en légère baisse, tentant de ne pas céder aux craintes liées à un environnement géopolitique incertain.

    • Bruxelles: -0,06%
    • Amsterdam: -0,24%
    • Francfort: -0,01%
    • Paris: -0,30%
    • DJ Stoxx 600: -0,25%

  • Le point avant l'ouverture des marchés

    La tendance devrait être légèrement positive en Europe

    1. Les principales Bourses européennes devraient poursuivre sur leur lancée et ouvrir en légère hausse vendredi, après avoir atteint des plus hauts la veille.

    2. D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien pourrait gagner 0,12% à l'ouverture, après avoir repassé la veille le seuil des 5.600 points et signé son plus haut niveau en clôture depuis le 31 décembre 2007. Le Dax à Francfort, qui a fini jeudi non loin de son pic historique, progresserait de 0,21% et le FTSE à Londres serait pratiquement inchangé au lendemain d'un record en clôture.

    3. Les marchés d'actions européens restent portés par la faiblesse de l'euro, alimentée cette semaine par la résurgence des craintes sur la situation politique en Italie. La monnaie unique évolue autour de 1,18 dollar après être tombée mercredi jusqu'à 1,1761.

    4. Le rendement de l'emprunt d'Etat américain à 10 ans a touché jeudi un pic à 3,128%, son plus haut niveau depuis juillet 2011, et évolue désormais autour de 3,11%.

    5. Les investisseurs restent également prudents face aux négociations commerciales en cours entre les Etats-Unis et la Chine, qui s'annoncent longues et laborieuses. Les discussions ont repris jeudi à Washington et se poursuivront ce vendredi. De sources américaines, la Chine a proposé à Donald Trump un ensemble de mesures qui permettraient de réduire de 200 milliards de dollars (169 milliards d'euros) par an le déficit commercial des Etats-Unis avec Pékin.

  • Tokyo finit en hausse

    La Bourse de Tokyo a terminé n hausse, tirée par le repli du yen face au dollar et des informations de presse sur de possibles concessions de la Chine dans les négociations commerciales avec les Etats-Unis.

    A l'issue des échanges, le Nikkei des 225 valeurs vedettes a gagné 0,40% (+91,99 points) à 22.930,36 points, et l'indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau a pour sa part progressé de 0,38% (+6,88 points) à 1.815,25 points.

  • Nyrstar estime être dans son bon droit

    Contrairement à ce qu'affirment les autorités locales, Nyrstar estime n'avoir violé aucun accord en décidant de postposer le remboursement d'un emprunt destiné à la modernisation de son site de Port Pirie.

    Pour rappel, le torchon brûle entre le gouvernement régional d’Australie du Sud et Nyrstar. Le premier estime que le second doit commencer le remboursement d’un emprunt de 291 millions de dollars australiens accordé dans le cadre du redéploiement du site de Port Pirie. Ce que le leader mondial du zinc n’a pas l’intention de faire. Il a décidé de postposer le début des remboursements de 18 mois. Les autorités régionales australiennes qui ont garanti cet emprunt ne l’entendent pas de cette oreille et menacent le groupe belge de poursuites.

  • Biocartis, Celyad, Mithra... quelques valeurs belges à suivre

    BIOCARTIS - Rudi Mariën, patron du véhicule d'investissement RMM, détient 7,8% de Biocartis. Il a toutefois décidé de se séparer de la moitié (3,9%) via un placement privé, vendant un maximum de 2 millions d'actions de la société de diagnostic.

    Alors que le cours actuel de l'action est de 13 euros, l'opération s'effectuera avec une décote, à un prix de 12,10 euros par action. Elle pourrait donc générer environ 24 millions d'euros. On ignore encore quelle est l'idée que l'investisseur a dans la tête, mais il est en tout cas certain qu'il ne pourra pas vendre ses actions restantes dans les 90 jours suivant l'opération.

    CARE PROPERTY INVEST - Malgré un taux d'endettement qui devrait augmenter dans les prochains mois, Care Property Invest promet un dividende en hausse pour l'exercice 2018.

    CELYAD - Celyad a clôturé son augmentation de capital par le biais d’un placement auprès d’investisseurs institutionnels. La société biopharmaceutique a placé 1,3 million d’actions en Europe à un prix de 22,29 euros par titre et un peu plus de 500.000 certificats aux Etats-Unis pour un montant de 26,28 dollars par titre. Ce total de 1,8 million de nouvelles actions rapportera ainsi 47,3 millions de dollars, soit 40,1 millions d’euros, dans les caisses de la biotech.

    MITHRA - La capitalisation boursière de Mithra Pharmaceuticals a dépassé ce jeudi le seuil symbolique du milliard d’euros. Plus exactement 1,037 milliard selon Bloomberg. Le cap aurait cependant pu être franchi plus tôt. Documents à l’appui, son CEO François Fornieri affirme qu’il y a 34.967.081 actions qui circulent sur le marché et non 34,2 millions comme l’indique l’agence. Le différentiel s’expliquerait par l’exercice de warrants fin 2017 qui ont été transformé en 700.000 actions supplémentaires. Le patron de Mithra a en tout cas présenté ce chiffre de 34,9 millions d’actions à ses actionnaires lors de l’assemblée générale jeudi soir.

  • A suivre ce vendredi 18 mai

    Voici les principaux événements à l'agenda du vendredi 18 mai.

    → ECONOMIE / FINANCE

    Allemagne
    • 8h Prix à la production / avril

    Japon
    • Inflation / avril

    Zone euro
    • 10h Comptes courants / mars

    → ENTREPRISES

    Belgique

    Assemblée générale chez:
    • Beluga
    • Engie
    • Resilux

    • Curetis: résultats trimestriels
    • Fagron: cotation ex-dividende de 0,10 euro brut
    • Floridienne: déclaration trimestrielle intermédiaire
    • Retail Estates: résultats annuels 2017/2018

    • RealDolmen: offre de reprise à 37 euros par action par Gfi. Jusqu’au 31 mai.
    • Sapec/ offre de reprise simplifiée par Soclinpar au prix de 60 euros par action. Jusqu’au 29 juin inclus.
    • Tigenix/ offre de reprise par Takeda au prix de 1,78 euro. Jusqu’au 31 mai.
    • Vastned Retail Belgium/ trading update T1. Premier jour de l'offre de reprise par Vastned à 57,5 euros par action. Jusqu'au 1er juin.

    Japon
    • Fujifilm Holdings: résultats annuels

    Royaume-Uni
    • AstraZeneca / résultats du T1

    Suisse
    • Richemont / résultats annuels

  • L'Asie patine et l'Europe boursière devrait ouvrir sans tendance

    Les actions asiatiques sont stables malgré la prudence suscitée par l'évolution des négociations commerciales entre les États-Unis et la Chine, tandis que le dollar reste perché près d'un pic de cinq mois alors que le rendement du bon du Trésor américain a atteint un sommet depuis sept ans.

    Les marchés actions européens devraient ouvrir sur une note quasi stable, avec un indice FTSE britannique en baisse de 0,1%, un Dax allemand en hausse de 0,13% et un Cac en France inchangé.

    En Asie, l'indice MSCI des actions Asie-Pacifique hors Japon évolue peu. L'indice a perdu 1% cette semaine.

  • Ceci démarre notre Market Live du vendredi 18 mai. Bonne journée à toutes et tous!

Plus sur Les Marchés

Contenu sponsorisé

Partner content