1. Les marchés
  2. Live blog
live

Nouveau coup de déprime sur les marchés

Les marchés européens ont clôturé en retrait marqué ce mardi, alors que la situation des banques européennes, exposées au secteur pétrolier, continue d'inquiéter. Deutsche Bank a dérapé, même après que son patron soit monté au front pour assurer que la banque allemande "reste solide comme un roc".
  • Clôture des marchés européenns

    BEL 20 -0,73%

    FTSE-100 (Londres) -1%

    DAX -1,11%

    STOXX Europe 600 -1,58%

    CAC 40 -1,69%

    AEX -2%

  • Plus de $6.000 mds d'obligations à rendements négatifs

    L'encours des obligations offrant un rendement négatif a franchi ce mardi le seuil des 6.000 milliards de dollars avec le passage inédit des taux des obligations d'Etat à 10 ans japonaises en dessous de zéro.

    Cette extension du domaine des taux négatifs sert de toile de fond à l'un des débuts d'année les plus volatils sur les marchés actions depuis des décennies.

    Elle a particulièrement affecté les valeurs bancaires et financières en raison de ses conséquences potentielles sur la qualité des bilans et sur les marges nettes d'intérêts.

    En moins de deux mois, l'encours des obligations présentant un rendement négatif a plus que doublé alors qu'il était inexistant il y a seulement dix-huit mois, selon JP Morgan.

  • Plombé en matinée, Genfit bondit avec le soutien de Wall Street

    L'action Genfit  s'est violemment retournée à la hausse cet après-midi à la Bourse de Paris, où la société biopharmaceutique a bondi en tête de l'indice SBF 120 dans des volumes élevés après l'ouverture des marchés américains. La valeur a perdu jusqu'à 9,6% vers 14h avant d'entamer un rebond à partir de 15h30, heure parisienne d'ouverture des marchés financiers américains.

    "Le titre s'est retourné grâce aux Etats-Unis. A Wall Street, le marché se montre plus solide qu'en Europe ce matin", commente un vendeur actions en poste à Paris.

    Un autre trader parisien souligne la volatilité du titre et rappelle que la valeur fait régulièrement l'objet de spéculations.  

    "Il n'y a aucune explication fondamentale, comme souvent avec cette valeur. Elle s'est réveillée avec les Etats-Unis (...) Elle est extrêmement volatile en raison des spéculations qui l'entourent, que ce soit sur l'annonce d'un partenariat ou sur un rachat pur et simple".
    Trader parisien

    A la fin du mois dernier, Genfit avait bondi sur fond de nouvelles rumeurs d'un possible rachat de l'entreprise par un groupe pharmaceutique.

  • L'euro flirte avec le 1,13 dollar

    EURUSD à 1,13 -> retour sur les niveaux pre-BCE du 22 octobre— Grégoire Favet (@GregoireFavet) February 9, 2016

  • Laminée en Bourse, Deutsche Bank tente de rassurer sur sa solvabilité

    "Deutsche Bank reste solide comme un roc, au vu de notre situation de capital et de risque".
    John Cryan
    CEO de Deutsche Bank

    Deutsche Bank , première banque allemande laminée en Bourse, s'est démenée pour tenter de rassurer les investisseurs sur sa solidité financière et sa capacité à payer ses dettes, le patron lui-même montant au front, sans vraiment convaincre. Le titre a perdu près de 12% son repli en moins de deux jours, et à plus de 40% depuis début janvier.

    Pourtant, dans un exercice de communication plutôt inhabituel, la banque avait déjà tenté d'apaiser les investisseurs lundi soir, en "(profitant) de cette force pour rassurer le marché sur notre capacité et notre engagement à payer des obligations aux investisseurs", a rappelé M. Cryan.

    Dans un bref communiqué boursier, la banque a indiqué que sa "capacité de remboursement" sur un certain type de dette était "d'environ un milliard d'euros" cette année. Soit amplement de quoi couvrir un remboursement d'obligations de 350 millions d'euros à échéance du 30 avril prochain.

  • USA: stocks et ventes des grossistes en baisse en décembre

    Les stocks des grossistes aux Etats-Unis ont diminué en décembre pour le troisième mois consécutif, les entreprises poursuivant leur mouvement de déstockage, ce qui pourrait conduire à une révision en légère baisse de l'estimation de la croissance du quatrième trimestre.

     

  • Coca-Cola bat le consensus grâce à la baisse de ses coûts

    Coca-Cola  a publié un bénéfice trimestriel meilleur qu'attendu, grâce à l'impact de ses mesures d'économie et à la baisse des cours des matières premières.

    Le producteur américains de sodas, qui s'est fixé pour objectif de réduire ses coûts annuels de trois milliards de dollars d'ici 2018, a notamment supprimé des postes et vendu certaines activités d'embouteillage et de fabrication.

  • "Il y a une forte probabilité de correction supplémentaire sur les cours des actions, emmenée par les valeurs bancaires et de l'énergie".
    Lorne Baring
    (B Capital Wealth Management)

  • Engie devrait être dans le rouge après des dépréciations

    ©BELGA

    Selon le journal Le Monde, des dépréciations d'actifs chez Engie  devraient entraîner une perte nette part du groupe de l'énergéticien au titre de 2015. 

    L'ex-GDF Suez avait prévenu en novembre que les conditions de marché dégradées le conduiraient à réviser à la baisse la valeur de certains actifs, ce qui aurait un effet sur son résultat net part du groupe en 2015.

    Selon le consensus Thomson Reuters I/B/E/S, les analystes attendent en moyenne un bénéfice net de 2,7 milliards d'euros au titre de 2015. Engie publiera ses résultats annuels le 25 février

    Par ailleurs, l'ex-GDF Suez a annoncé avoir vendu une participation de 20% dans un champ pétrolier en mer du Nord à Wellesley Petroleum, un groupe norvégien, pour un montant non précisé.

    Le groupe français conserve 30% du champ et reste opérateur de la licence PL 636. Il est associé sur ce champ avec le japonais Idemitsu, qui en détient 30%, le britannique Tullow Oil (20%) et donc désormais Wellesley avec 20%.

  • Wall Street| Opening Bell |

    • Dow Jones: -0,78%
    • S&P 500: _0,85%
    • Nasdaq Composite: -1,40%
  • Wall Street attendue en baisse

    Wall Street est attendue en baisse dans les premiers échanges. Les contrats à terme laissent entrevoir une ouverture en baisse de 1,39% du Nasdaq, de 1,16% du S&P500 et de 1% du Dow Jones.

  • L'indice Bel20 en "bear market"

    L'indice Bel20 a touché un plus bas de 3.123,45 points en séance, portant à un peu plus de 20% le repli de l'indice depuis son dernier pic de 3905,71 points d'avril 2015. Dans le jargon boursier, il s'agit d'un "bear market".

  • La Bourse de Madrid perd 3% à 7878,60 points à 13h45.

  • Le CAC 40 tombe sous les 4.000 points

    L'indice CAC 40 accélère ses pertes et perd 2,55% à 3.960,73 points, sous les 4.000 points. La séance est marquée par la nervosité des investisseurs et leurs incertitudes autour de la croissance mondiale, des cours du pétrole ou encore du secteur bancaire.

  • Dans le rouge!

    Les Bourses européennes creusent leurs pertes à la mi-séance, à l'issue d'une matinée extrêmement hésitante après le coup de tabac de la veille, toujours plombées par les valeurs cycliques et financières sur fond d'inquiétudes concernant la croissance mondiale et la rentabilité des grandes banques de la région.

    A Bruxelles, le Bel 20 perd 1,34%. À Paris, le CAC 40 perd 1,23% à 4.016,47 points, tout près du seuil des 4.000. À Francfort, le Dax cède 0,64% et, à Londres, le FTSE abandonne 0,31%. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 recule de 0,83% et l'EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,71% après avoir fluctué dans les deux sens.

    ©AFP

  • Tesco recherché après les ventes de janvier

    Tesco , le numéro un britannique de la grande distribution, gagne près de 3% en Bourse après la publication des chiffres mensuels du cabinet d'analyse Kantar Worldpanel qui montrent une amélioration de la tendance de ses ventes au tournant de 2016.

    Selon Kantar Wordpanel, les ventes de Tesco ont encore baissé de 1,6% sur les 12 semaines au 31 janvier par rapport à la même période un an plus tôt, mais il s'agit de leur plus faible diminution depuis septembre dernier.

  • Venez commenter l'actualité boursière avec nous dès 12h30 (->13h30)

    Live Blog En direct des marchés (9 fév)
     
  • Tension sur le taux d'emprunt portugais

    Les rendements sur le marché obligataire sont orientés en hausse partout en Europe ce matin. Sur l'échéance 10 ans, le Royaume-Uni, la France et l'Allemagne enregistrent une progression de 4 points de base en moyenne de leur taux d'emprunt respectif. La Belgique suit la tendance (+4 points de base à 0,759%).

    Le Portugal (+12bp à 3,48%) et la Grèce (+25 bp à 10,20%) affichent les progressions les plus significatives, creusant l'écart avec le noyau dur de la zone euro.

  • L'or retrouve un peu de son statut de "valeur refuge"

    Le précieux métal retrouve un peu de son statut de "valeur refuge" aux yeux des investisseurs. L'once d'or (31,1 grammes) s'échange 1.188,70 dollars mardi matin à Londres.

    L'once d'or a atteint plus de 1.200 dollars lundi, soit son plus haut niveau depuis juin 2015. Les préoccupations des investisseurs quant au ralentissement de l'économie mondiale a permis à l'or de s'apprécier de 13% cette année.

  • "Il y a une demande énorme de protection des portefeuilles dans toutes les classes d'actifs et il ne semble pas que nous devions assister de si tôt à un retournement majeur. Il y a une véritable crainte que la tension sur les marchés ne commence à toucher l'économie réelle."
    Chris Weston
    Responsable de la stratégie chez IG

  • 240 milliards EUR
    L'indice Stoxx des valeurs bancaires a perdu près de 26% depuis le début de l'année, effaçant quelque 240 milliards d'euros de capitalisation boursière, en raison des inquiétudes sur la rentabilité et les fonds propres des banques dans un environnement où les politiques monétaires ultra-accommodantes continuent à peser sur les marchés du secteur.

  • Le point sur la tendance boursière

    Les marchés européens se montrent très nerveux ce matin, hésitant entre hausse et baisse, au lendemain d'une séance difficile où les difficultés du secteur bancaire ont cristallisé les craintes liées à la croissance mondiale.

    Lundi, les marchés européens étaient tombés à leurs plus bas niveaux depuis l'automne 2014, sous la pression notamment des valeurs bancaires dont l'indice sectoriel a chuté de 6%.

    Les investisseurs s'attendent à une poursuite de la baisse des actions.

    Le secteur bancaire européen perd encore 1,61%, malgré le rebond d'environ 1% de Deutsche Bank après sa chute de près de 10% lundi.

    Dans le secteur de la pharmacie, le suisse Actelion gagne 2% après avoir communiqué pour cette année des prévisions meilleures qu'attendu.

    ArcelorMittal chute de 5%, plus forte baisse du CAC 40. ING a abaissé sa recommandation sur le titre, passant d'achat à "conserver".


  • Credit Suisse reprend le suivi de Solvay

    Credit Suisse reprend le suivi de Solvay avec un conseil de "surperformance" et un objectif de cours de 87 euros.

  • Voici le briefing actions belges du jour

    Briefing actions (9 fév) - Solvay, Umicore, UCB, Proximus, Delta Lloyd,, Nyrstar, Fagron https://t.co/t8B5zrsCL3 pic.twitter.com/rw0q7bWDkG— Stéphane Wuille (@stephanewuille) February 9, 2016

  • Deux mauvais signes pour l'Allemagne

    La production industrielle allemande a subi en décembre sa plus forte baisse en 16 mois et les exportations ont accusé un recul inattendu, deux mauvais signes pour la première économie d'Europe.

    Ces indicateurs décevants sont de nature à alimenter les doutes sur les perspectives de croissance de l'Allemagne, toujours fortement tournée vers l'export et qui souffre à ce titre du ralentissement des grands marchés émergents, Chine en tête, comme de la décélération de la croissance américaine.

    La production industrielle a reculé de 1,2% en décembre, une baisse sans précédent depuis août 2014, montrent les statistiques publiées par le ministère de l'Economie, alors que les économistes interrogés par Reuters tablaient en moyenne sur une hausse de 0,4%.

    Parallèlement, les chiffres de Destatis, l'institut national de la statistique, montrent que les exportations en données corrigées des variations saisonnières ont baissé de 1,6% en décembre, comme les importations, ramenant l'excédent commercial mensuel à 18,8 milliards d'euros. Le consensus Reuters donnait une hausse de 0,5% des exportations, un recul de 0,5% des importations et un excédent de la balance commerciale de 20,2 milliards d'euros.

    "Les chiffres de ce matin constituent un douloureux rappel du fait que tout ne va pas pour le mieux dans la plus grande économie d'Europe. En fait le 'Wirtschaftswunder' (le miracle économique) allemand n'est miraculeux que sur le plan intérieur. La consommation est devenue le principal moteur de l'économie grâce à la bonne santé du marché du travail, à la faiblesse des taux d'intérêt et à la croissance des salaires."
    Carsten Brzeski
    Economiste d'ING Bank

  • "Le Dax devrait continuer sa descente. J'entrevois les premiers signes d'un "sell-out", un mouvement indifférencié de baisse généralisée, sans plus de rapport avec les fondamentaux."
    Antje Laschewski, de LBBW

  • Le pessimisme reprend le dessus sur les marchés

    Les indices actions européens repartent en baisse, après une ouverture en légère hausse. Seule la Bourse de Londres évolue contre la tendance.

    • Amsterdam: -0,45%
    • Bruxelles: -0,48%
    • Francfort: -0,54%
    • Londres: +0,68%
    • Paris: -0,86%
  • | Opening Bell |

    Les indices actions européens ouvrennt en lègère hausse, tentant de tenir le coup au lendemain de très lourdes pertes et après une nouvelle dégringolade des Bourses asiatiques.

    • Amsterdam: +0,25%
    • Bruxelles: -0,05%
    • Francfort: +0,11%
    • Londres: +0,23%
    • Paris: +0,28%
    • Milan: n.c.%
    • Madrid: n.c.%
  • "Il n'y avait rien de positif aujourd'hui. Et les turbulences ne sont pas finies."
    Makoto Sengoku
    Analyste chez Tokai Tokyo Securities

  • "Si les investisseurs espéraient une semaine tranquille loin des craintes liées à la Chine avec des places boursières chinoises fermées, ils ont eu un réveil difficile lundi. Le catalyseur semble venir du secteur bancaire avec un mouvement dur de ventes généré par les craintes sur le futur probable de l'ensemble du secteur qui entre dans une ère où les taux d'intérêt devraient s'enfoncer encore un peu plus en territoire négatif."
    Michael Hewson
    Analyste de CMC Markets

  • "Les indices européens devraient malheureusement ouvrir une nouvelle fois dans le rouge ce matin, après l'effondrement des indices asiatiques et du Nikkei notamment. Qui a dit qu'il fallait profiter des vacances des indices chinois pour reprendre de la hauteur ?"
    John Plassard
    Directeur adjoint de Mirabaud Securities

  • -0,10%
    L'aversion au risque a fait passer le rendement des obligations d'Etat japonaise à 10 ans en territoire négatif, à -0,10%, du jamais vu pour un pays du G7.

  • Les marchés européens donnés en baisse

    Les Bourses européennes sont attendues sur une nouvelle baisse à l'ouverture, après leur coup de tabac de la veille. D'après les premières indications disponibles, l'indice CAC 40 parisien pourrait encore perdre jusqu'à 0,4% à l'ouverture, le Dax à Francfort 0,8% et le FTSE à Londres 0,5%.

    Les inquiétudes sur la croissance mondiale et la santé du secteur bancaire continuent à provoquer une ruée des investisseurs vers les valeurs refuge et les instruments de protection.

    Dans ce contexte de forte aversion au risque, le rendement des obligations japonaises à long terme est tombé à zéro pour la première fois dans l'histoire, le yen a atteint un pic de 15 mois et l'or son plus haut niveau depuis juin. La Bourse de Tokyo a chuté quant à elle de 5,40%.

    L'indice large MSCI Asie-Pacifique (hors Japon) perd 1,16% et aurait probablement perdu bien davantage si les Bourses de Singapour, Hong Kong et Shanghai et Shenzhen n'étaient pas fermées pour le Nouvel An chinois.

     

    "Les inquiétudes sur les marchés, qui portaient jusqu'ici sur l'atterrissage brutal sur les marchés émergents et l'effondrement des cours du pétrole, est désormais sur l'ampleur du ralentissement dans les pays développés et sur la capacité des banques centrales à soutenir à nouveau la valeur des actifs."
    Les analystes de Citi dans une note

     

    Dans ce contexte, les investisseurs seront encore plus attentifs aux auditions de la présidente de la Réserve fédérale américaine, Janet Yellen, mercredi et jeudi devant le Congrès, dans l'espoir de propos rassurants.

  • Deutsche Bank tente de rassurer

    Deutsche Bank , première banque allemande laminée en Bourse ces dernières semaines, a publié un communiqué destiné à rassurer les investisseurs sur sa capacité à payer ses dettes dans les mois à venir, signe de la nervosité ambiante.

    Dans un bref communiqué boursier publié lundi soir, l'établissement, dont le cours de Bourse a dégringolé de près de 40% depuis le début de l'année, a indiqué que sa "capacité de remboursement de taux d'intérêt" sur un certain type de dette risquée était "d'environ un milliard d'euros" cette année.

    La communication de Deutsche Bank, inhabituelle, témoigne de la nervosité de l'établissement, pour lequel la presse allemande évoque déjà des scénarios de rachat au vu de la faiblesse du titre.

  • Lourde chute de Tokyo

    La Bourse de Tokyo a fini en baisse de plus de 5%, en pleine débâcle des places financières mondiales, alors que le yen, valeur refuge, est monté au plus haut depuis novembre 2014 face au dollar.

    L'indice phare des 225 valeurs vedettes a lâché 5,40% (-918,86 points) à l'issue des échanges, à 16.085,44 points.

    L'indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau a pour sa part décroché de 5,51% (-76,08 points) à 1.304,33 points.

    Le regain de la devise nippone, particulièrement prisée en cette période d'incertitudes sur les marchés, décourage l'achat d'actions de groupes exportateurs japonais.

  • Objectif de cours divisé par trois pour ArcelorMittal

    ING réduit sa recommandation sur ArcelorMittal d'"achat" à "conserver" avec un objectif de cours divisé par plus de trois, à 3,10 euros désormais au lieu de 10,50 précédemment.

    Goldman Sachs de son côté a relevé son opinion de "vente" à "neutre" sur le sidérurgiste, dont le titre a fini à 3,23 euros lundi.

  • Bonjour!

    Ceci démarre cette édition du Market Live de Lecho.be. Merci de nous suivre!

Plus sur Les Marchés

Echo Connect