1. Les marchés
  2. Live blog
live

Pourquoi la biotech Kiadis a doublé en quatre jours

Les Bourses européennes ont évolué en ordre dispersé, après de nouvelles tensions dans le dossier nord-coréen et des élections législatives allemandes dont le résultat crée plus d'incertitudes que prévu. RWE victime du scrutin allemand. Kiadis et Bone Therapeutics ont poursuivi leur envolée.
  • La journée sur les marchés en cinq points

    1. Les Bourses européennes ont terminé en ordre dispersé au lendemain des élections législatives allemandes, dont les résultats moins favorables qu'attendu à Angela Merkel ont surpris les investisseurs, et de nouvelles tensions avec la Corée du Nord.

    2. L'action de la compagnie d'électricité allemande RWE a accusé la plus forte baisse de l'indice Dax de la Bourse de Francfort lundi, le marché craignant de voir Angela Merkel s'allier aux écologistes pour s'assurer une majorité au Bundestag, ce qui pourrait nuire au groupe, gros consommateur de charbon.

    3. A la hausse, Alstom a gagné 1,27%. Selon deux sources proches du dossier, le conseil de surveillance de Siemens devrait décider mardi de fusionner les activités ferroviaires du conglomérat allemand avec le groupe français. Le titre Siemens a abandonné 0,09%.

    4. Nouvelle forte hausse pour Kiadis . Depuis quatre séances, le titre n’arrête plus de grimper. Son gain total atteint 105% sur la période. Mais l'action est encore sous son prix d’IPO qui remonte à plus de deux ans.

    5. Déception après l’annonce de l’accord entre IBA et Elekta . KBC s’attendait à une hausse de l’action supérieure à 5%. Le gain se limite à 0,78%.

  • | Closing Bell |

    • Amsterdam: -0,05%
    • Bruxelles: +0,13%
    • Francfort: +0,02%
    • Londres: -0,13%
    • Paris: -0,27%

  • RWE chute, une possible entrée des Verts dans le gouvernement allemand inquiète

    L'action de la compagnie d'électricité allemande RWE chute de 5% et accuse par la même occasion la plus forte baisse de l'indice Dax de la Bourse de Francfort lundi, le marché craignant de voir Angela Merkel s'allier aux écologistes pour s'assurer une majorité au Bundestag, ce qui pourrait nuire au groupe, gros consommateur de charbon.

    Les centrales au charbon du groupe représentent une capacité de 15,25 gigawatts, soit 38% des capacités globales de RWE en Europe.

    Les analystes de Jefferies jugent cependant peu crédible le scénario d'un arrêt total des centrales à charbon d'ici 2030, notant qu'elle porterait sur près de la moitié des capacités actuelles du pays.


  • La BCE plus confiante sur un rebond de l'inflation

    La Banque centrale européenne (BCE) est de plus en plus confiante sur un retour de l'inflation vers son objectif mais la zone euro a encore besoin d'une stimulation monétaire substantielle, a déclaré le président de l'institution monétaire, dans un discours devant la commission des affaires économiques du Parlement européen, conforme au communiqué de politique monétaire de la BCE de ce mois-ci.

    Les perspectives à moyen terme sont entourées d'incertitudes, notamment du fait de la récente volatilité du taux de change de l'euro, a-t-il ajouté.

     

    "Dans l'ensemble, nous devenons de plus en plus confiants que l'inflation va finalement atteindre des niveaux conformes à notre objectif, mais nous savons aussi qu'un degré très substantiel d'accommodation monétaire reste nécessaire pour que la trajectoire haussière de l'inflation se matérialise."
    Mario Draghi
    Président de la BCE

  • Groupama AM reste optimiste pour les actions

    Les fondamentaux de marché restent favorables aux actifs risqués, notamment aux actions, estime Groupama AM, qui a revu en légère hausse son objectif pour l'indice Standard & Poor's 500 américain afin de prendre en compte la baisse du dollar.

    La société de gestion vise désormais un S&P 500 à 2.550 points en fin d'année, soit 2% au-dessus de sa clôture de vendredi et 50 points de plus que dans sa prévision précédente, en juillet.

    Elle explique tenir compte "de l'impact de la baisse du dollar et de la faible attente des marchés sur la mise en oeuvre de la politique économique qui pourrait surprendre positivement en cas d'accord sur le plan fiscal notamment".

    Son objectif pour le CAC 40, lui, reste à 5.500 points, soit un peu plus de 4% au-dessus de son niveau actuel.

    "Au sein des pays développés, les Etats-Unis affichent une croissance robuste et équilibrée, quant à la zone euro, elle pourrait réaliser en 2017 sa meilleure croissance annuelle depuis 10 ans", déclare Gaëlle Malléjac, directrice des Investissements Gestions Actives de la société.

    "Au sein des pays émergents, la croissance reste positivement orientée. D'un point de vue microéconomique, d'autre part, les fondamentaux demeurent là aussi encore positifs. Nous avons donc peu d'inquiétude du côté fondamental."

    Concernant les grandes banques centrales, Gaëlle Malléjac estime que l'inflexion de leurs politiques monétaires ne devrait pas constituer une surprise pour les marchés, le retrait des achats de titres de la BCE s'annonçant "très progressif".

    A ces deux facteurs devrait s'ajouter une dynamique bénéficiaire "solide" favorable à la hausse des actions.

    "Nous augmentons notre exposition aux valeurs sensibles à l'amélioration conjoncturelle et à l'inflation. Nous maintenons notre exposition aux sociétés cycliques liées à l'investissement", précise Gaëlle Malléjac.

    "D'un point de vue sectoriel, nous prenons quelques bénéfices sur les valeurs technologiques et renforçons nos positions sur les valeurs pharmaceutiques."

    Concernant le marché obligataire, Groupama AM attend un rendement à 10 ans à 2,7% pour les emprunts d'Etat américains et à 0,70% pour le Bund allemand.

  • |Wall Street: opening bell|

    Dow Jones: - 0,14%

    S&P 500: -0,14%

    Nasdaq Composite: -0,37%

  • Bone Therapeutics en grande forme

    Dans une proportion moindre que Kiadis (lire plus bas) une autre biotech grimpe en Bourse. Bone Therapeutics s’est adjugée 8,7% vendredi et bondit encore de 8,1% ce lundi à 10,6 euros.

    Vendredi matin, la biotech a annoncé un accord avec Asahi Kasei Corporation qui porte sur le traitement Preob. Ce dernier traite l’ostéonécrose de la hanche et potentiellement d'autres indications orthopédiques et osseuses. Asahi Kasei Corporation a acquis le droit exclusif de développer, enregistrer et commercialiser ce produit au Japon. En échange, elle verse 1,7 million d’euros à Bone qui pourra ensuite recevoir encore jusqu’à 7,5 millions d’euros.

    Une autre différence avec Kiadis c’est que Bone va bientôt avoir besoin d’argent frais et que si elle remplit ses caisses via une augmentation de capital cela risque de peser sur son cours de Bourse.

  • Wall Street vers une ouverture presque stable

    Wall Street s'apprêtait à ouvrir proche de l'équilibre lundi dans un contexte de tension persistante entre la Corée du Nord et les Etats-Unis. Vers 13h15, le contrat à terme sur l'indice vedette Dow Jones Industrial Average, qui donne sa tendance, baissait très légèrement de 0,03%. Celui du Nasdaq, à dominante technologique cédait 0,05% tout comme l'indice élargi S&P.

  • Les valeurs à suivre à Wall Street


    >GENERAL ELECTRIC - Le conglomérat suisse ABB a annoncé lundi le rachat de la branche solutions industrielles de General Electric pour 2,6 milliards de dollars (2,18 milliards d'euros).

    >JOHNSON & JOHNSON a annoncé vendredi après la clôture de Wall Street que la Food and Drug Administration (FDA) avait refusé d'accorder son feu vert à son traitement de la polyarthrite rhumatoïde sirukumab, jugeant que de nouvelles données étaient nécessaires pour en évaluer la sécurité.

    >FACEBOOK. Le PDG du groupe, Mark Zuckerberg, a renoncé à créer une catégorie d'actions de classe C, sans droit de vote, qui lui aurait permis de garder le contrôle sur le réseau social qu'il a créé, après une levée de boucliers de certains actionnaires.

    >GENERAL MOTORS - Deutsche Bank relève sa recommandation à "acheter" contre "conserver". L'objectif de cours passe de 36 dollars à 51 dollars. Le titre, qui a fini à 39,42 dollars vendredi, prend 1,6% en avant-Bourse.

    >GENUINE PARTS a annoncé le rachat de l'équipementier automobile européen Alliance Automotive Group (AAG) pour environ 2 milliards de dollars (1,68 milliard d'euros).

    >CHEVRON a annoncé lundi qu'il allait investir l'an prochain quatre milliards de dollars (3,36 milliards d'euros) pour augmenter sa production de brut dans le Bassin permien, qu is'étend sur l'ouest du Texas et le sud-Est du Nouveau-Mexique.

    >ABBVIE - UBS a abaissé sa recommandation sur le laboratoire pharmaceutique, à "neutre" contre "acheter" et ramène son objectif de cours à 79 dollars contre 92 dollars.

    >COLGATE-PALMOLIVE - Morgan Stanley relève sa recommandation à "surpondérer" contre "pondération en ligne". L'objectif de cours passe de 75 dollars à 84 dollars.

  • Venez commenter l'actualité boursière avec nous (12h30->13h30)

  • La situation sur les marchés en 5 points

    1. Les principaux indices européens évoluaient en ordre dispersé ce lundi en fin de matinée sur fond d’élections législatives en Allemagne et de nouvelles tensions entre la Corée du Nord et les Etats-Unis.
    2. A l’approche de midi, le Bel 20 se contractait de 0,18%, le CAC 40 de 0,28%. Le Stoxx 600 est stable.
    3. Déception après l’annonce de l’accord entre IBA et Elekta. KBC s’attendait à une hausse de l’action supérieure à 5%. Le gain se limite à 1% 
    4. Depuis quatre séances, le titre Kiadis n’arrête plus de grimper. Son gain total atteint les 80%. Mais l'action est toujours sous son prix d’IPO qui remonte à plus de deux ans.
    5. L’once d’or est en léger recul.
  • Unilever rachète le sud-coréen Carver Korea

    Unilever a annoncé le rachat pour 2,27 milliards d'euros du groupe de cosmétiques sud-coréen Carver Korea au consortium formé par Goldman Sachs et Bain Capital Private Equity. "(Cet accord) renforce significativement notre position en Asie du Nord, le plus grand marché mondial pour les soins de la peau et complétera notre portefeuille, nous permettant de proposer des produits de luxe à des prix accessibles", a déclaré Alan Jope, président de Unilever Personal Care. La transaction devra être approuvée par les autorités de régulation.

    Goldman Sachs et Bain Capital avaient racheté environ 60% de Carver pour environ 500 millions de dollars (420 millions d'euros) l'an dernier, selon une source proche du dossier.

  • Kiadis s'est envolée de 80% en quatre jours

    Le matin du mercredi 21 septembre Kiadis Pharma publiait un communiqué de presse qui restera sans doute dans les annales de la société. Depuis lors, l’action ne cesse de grimper: 14,2% le premier jour, 24%, le deuxième, 10,8% vendredi. Et ce midi, le titre s'emballe  : +27% à 11,05 euros vers 12h10. Cela fait, au total, un bond de près de 100% en quatre séances.

    L’info qui a mis le feu aux poudres? La biotech a reçu des autorités sanitaires américaines, la FDA, le label RMAT (Regenerative Medicine Advanced Therapy). En clair, cela signifie que la FDA reconnaît le potentiel significatif de l’ATIR101 de la biotech conçu pour aider les patients à recevoir des transplantations de moelle osseuse de façon plus sûre et plus efficience dans le cadre de maladies sanguines.

    Relativisons toutefois les choses. Depuis son IPO à l’été 2015, le parcours boursier de Kiadis  n’a guère fait rêver. Même avec l’envolée de 80%, la valeur reste sous son prix de souscription de 12,5 euros.

    Deux brokers répertoriés par Bloomberg suivent la valeur. Ils sont tous les deux à l’achat. KBC vise un objectif de cours de 17,5 euros et Kempen de 10 euros. 

    ©L'Echo

  • Coup de mou chez les entrepreneurs allemands

    Le moral des entrepreneurs allemands a de nouveau baissé au mois de septembre et de manière inattendue, s'éloignant de son plus haut niveau historique atteint en juillet, selon le baromètre Ifo publié lundi.

    Basé sur le sondage d'environ 7.000 entreprises, cet indicateur très suivi, qui permet d'avoir une impression de l'activité économique dans les mois à venir, est redescendu à 115,2 points en septembre après un repli minime à 115,9 points en août.

    Les analystes interrogés par le fournisseur de services financiers Factset attendaient un retour à 116 points, un plus haut historique atteint en juillet.

  • Le début de séance en 5 points

    1. Les marchés européens ont ouvert en baisse ce lundi matin sur fond d’élections allemandes et de nouvelles tensions entre les Etats-Unis et le régime de Pyongyang.
    2. Vers 9h30, le Bel 20 se repliait de 0,28%, le CAC 40 de 0,25% et l’Euro Stoxx 50 de 0,23%.
    3. L’action IBA ne profite pas de l’accord de collaboration conclu avec le Suédois Elekta.
    4. La biotech Kiadis poursuit son rebond pour la quatrième séance d’affilée et gagne près de 9%.
    5. L’euro est en recul face au dollar.
  • "Une décision stratégique intelligente pour IBA"

    Pour David Vagman, analyste chez KBC Securities, l’accord de collaboration entre IBA et Elekta est une décision stratégique intelligente avec plusieurs points importants:

    • Le partenariat est principalement voulu afin de mieux contrer le concurrent Varian. Ce dernier présente en effet deux avantages par rapport à IBA : il offre des solutions informatiques intégrées pour la protonthérapie, et il peut conjuguer son offre de protonthérapie avec son Linacs (radiothérapie traditionnelle) à des prix meilleurs marché.

    • C’est une nouvelle indication que la protonthérapie gagne en crédibilité auprès des acteurs de la radiothérapie. Elekta était jusqu’ici plutôt sceptique ("bearish") sur la protonthérapie.

    • IBA pourrait éventuellement obtenir une plus grande part dans la marge plus élevée du pool software protonthérapie/radiothérapie.

    David Vagman s’attend à ce que l’action réagisse positivement ce matin (>5%).  "Naturellement, certains investisseurs pourraient aussi songer à un scénario de fusion et acquisition à long terme (offre d’Elekta)."

    Sa recommandation reste à "conserver" avec un objectif de cours de 26 euros.

    ©L'Echo

  • |Opening bell|

    Bel 20: -0,24%

    CAC 40: -0,26%

    Euro Stoxx 50: -0,27%

  • L'euro baisse face au dollar après les élections allemandes

    L'euro baissait lundi face au dollar après les élections allemandes où la victoire d'Angela Merkel, affaiblie par un score électoral décevant, a été encore assombrie par l'entrée de l'extrême droite au parlement.Vers 8h, l'euro valait 1,1928 dollar, contre 1,1947 dollar vendredi vers 23h.

    La monnaie unique européenne montait légèrement face à la devise japonaise, à 133,86 yens pour un euro contre 133,82 yens vendredi soir.Le billet vert aussi montait face à la monnaie nippone, à 112,22 yens pour un dollar contre 112,01 yens vendredi.

    L'euro "est parti à la baisse après la perte par Merkel d'un certain nombre de sièges au parlement car des inquiétudes sur la formation d'un gouvernement de coalition ont émergé", a noté Marito Ueda, cambiste de FX Prime.

    Vers 8h également, la livre britannique montait face à la monnaie unique, à 88,08 pence pour un euro, ainsi que face au dollar, à 1,3542 dollar pour une livre. La devise suisse se stabilisait face à l'euro, à 1,1578 franc suisse pour un euro, et baissait face au billet vert, à 0,9706 franc suisse pour un dollar.

    Le parti d'extrême droite AfD. ©EPA

  • Le Nikkei finit en hausse de 0,5%

    La Bourse de Tokyo a fini en hausse lundi, soutenue par l'affaiblissement du yen et la perspective d'élections législatives anticipées par Shinzo Abe. L'indice Nikkei a gagné 101,13 points (+0,5%) à 20.397,58 points et le Topix, plus large, a pris 8,21 points (+0,49%) à 1.672,82 points.

    Le Premier ministre japonais est susceptible de convoquer lundi des élections anticipées pour le mois prochain, afin de tirer profit de la hausse de sa cote de popularité et de la confusion qui règne au sein de l'opposition.

    Lors d'une conférence de presse organisée en toute fin de séance, Shinzo Abe a par ailleurs annoncé un nouveau programme de relance économique d'ici la fin de l'année, portant sur 2.000 milliards de yens (près de 15 milliards d'euros).

  • Nouveau CFO chez X-Fab

    Alba Morganti devient directrice financière chez le producteur de semi-conducteurs X-Fab à partir du 1er novembre en remplacement de Chris Förster qui quitte l'entreprise à la fin de cette année.

    Au fil de sa carrière, Alba Morganti est passée par Sanpaolo IMI bank, Duferco, et SMT Group, un distributeur de camions et bus Volvo.

  • La Gimv acquiert une entreprise allemande

    La Gimv acquiert une majorité significative du capital de l’entreprise allemande Wemas le solde étant détenu par la direction de la société. Wemas fournit une gamme complète d'équipements mobiles pour la sécurité routière passive, notamment des barrières de protection, des marqueurs routiers, des balises lumineuses et des cônes de signalisation. Elle compte 120 salariés et a réalisé un chiffre d’affaires de 33,7 millions d’euros en 2016. Aucune information sur l’aspect financier de cette opération.

  • Légère baisse attendue en Europe

    • Les principales Bourses européennes devraient ouvrir sur une note légèrement baissière lundi, après un week-end marqué par de nouvelles tensions dans le dossie rnord-coréen et des élections législatives allemandes dont le résultat crée plus d'incertitudes que prévu. D'après les premières indications disponibles, l'indice CAC 40 parisien pourrait perdre 0,17% à l'ouverture, le FTSE à Londres cèderait 0,1% et le Dax à Francfort serait quasiment inchangé (-0,02%). 

    • En Asie, les places boursières évoluent en ordre dispersé: la Bourse de Tokyo gagne 0,49% à l'approche de la clôture, sur fond d'affaiblissement du yen et d'optimisme lié à la convocation probable d'élections législatives anticipées par Shinzo Abe, mais l'indice Kospi à Séoul recule de 0,35%.

    Angela Merkel. ©REUTERS

    • Le département américain de la Défense a annoncé samedi que des bombardiers américains avaient survolé la mer du Japon à l'est des côtes de la Corée du Nord pour démontrer que Washington avait "de nombreuses options militaires" à sa disposition. De son côté, le ministre nord-coréen des Affaires étrangères a estimé samedi que Donald Trump avait commis une "faute irréversible" en surnommant "rocket man" Kim Jong-un et a prévenu que cela rendait "encore plus inévitable" la "venue de nos fusées sur l'ensemble du territoire continental des Etats-Unis".

    • Les Bourses chinoises évoluent de nouveau en baisse, les craintes sur l'économie du pays ayant ressurgi après l'abaissement de la note de la Chine par Standard & Poor's la semaine dernière. L'indice composite perd 0,38% et le Hang Seng à Hong Kong recule de 1,11%.

    • Wall Street a clôturé vendredi soir sur une note stable, endépit des craintes sur la Corée du Nord et sur le secteur de la santé.

    • Sur le marché des changes, l'euro recule de 0,17% à 1,1931 dollar, après la tenue dimanche des élections législatives allemandes. Après avoir pris acte d'une victoire qu'elle espérait "u npeu meilleure" aux législatives allemandes, Angela Merkel va s'atteler dès lundi à la difficile composition d'une coalition au sein d'un Parlement où l'extrême-droite occupe désormais la troisième place. Affaiblie par les pires résultats de la CDU depuis 1949 et confrontée à un paysage politique fragmenté, la chancelière allemande pourrait notamment être contrainte de revoir à la baisse ses projets de réforme de l'Europe avec l'appui du président français Emmanuel Macron.

    • Sur le marché pétrolier, les cours du brut évoluent en léger repli après avoir progressé vendredi à des plus hauts de plusieurs mois, soutenus par des signes d'un rééquilibrage de la demande. 

     

  • ABB rachète GE Industrial Solutions pour 2,6 millards

    Le conglomérat suisse ABB a annoncé le rachat de la branche solutions industrielles de General Electric (GE) pour 2,6 milliards de dollars (2,18 milliards d'euros) afin de se développer sur les marchés nord américains. ABB prévoit de dégager des synergies potentielles d'environ 200 millions de dollars par an de cet accord, qui prévoit la reprise à son compte de la marque GE sur le long terme.

    Le rachat de cette filiale, qui fabrique des coupe-circuits et autres équipements électriques, aura un impact positif sur le bénéfice opérationnel par action d'ABB dès la première année, précise le groupe suisse. Le chiffre d'affaires annuel de cette activité est d'environ 2,7 milliards de dollars, avec une marge opérationnelle de l'ordre de 8%, ajoute-t-il.

  • IBA collabore avec Elekta

    Une information qui est tombée samedi après-midi. IBA et Elekta  ont annoncé la signature d’un protocole d’entente dans le but de travailler plus étroitement dans le développement de software ainsi que dans la vente et le marketing de leurs produits.

    Les entreprises ont l’intention d’investir conjointement dans le développement d’une nouvelle fonctionnalité spécifique à la protonthérapie, dans le système de planification de traitement Monaco et le système d’information oncologique MOSAIQ d’Elekta, expliquent-elles.

    Une collaboration qui tombe à point nommé alors qu'IBA se débat actuellement avec des problèmes liés à sa croissance. Ces derniers mois, la société a enchaîné les avertissements sur résultats.

    Cela dit, les termes du communiqué d'IBA restent très vagues quant à la forme précise que va prendre cette collaboration. Il n'est fait nulle part mention des aspects financiers de ce protocole d'entente. 

    Reste à voir ce que les analystes en pensent et comment réagira le marché. 

  • Bonjour à toutes et tous!

    Bienvenue sur le "market live" de L'Echo,  l'endroit incontournable pour suivre cette séance de Bourse du lundi 25 septembre.

    ©AFP

Plus sur Les Marchés

Contenu sponsorisé

Partner content