1. Les marchés
  2. Live blog
live

Wall Street lestée par des indicateurs décevants

La Bourse de New York a terminé dans le rouge ce jeudi, fragilisée par une série de statistiques mitigées sur la santé de l'économie américaine tandis que se poursuivaient à Washington les négociations commerciales entre Chine et Etats-Unis. L'Europe a fini en ordre dispersé.
  • A suivre ce vendredi 22 février

    ECONOMIE / FINANCE

    Allemagne
    • 10h Indice Ifo du climat des affaires / février

    Chine
    • Prix immobiliers / janvier

    Italie
    • Discours de Mario Draghi à l'occasion d'une remise de prix
    • Revue de la note souveraine de l'Italie par Fitch

    Japon
    • Inflation / janvier

    Zone euro
    • 11h Inflation (définitif) / janvier

    → ENTREPRISES

    Belgique

    Résultats 2018
    • Elia
    • Rosier

    • Montea: augmentation de capital jusqu’au 28 février inclus. Neuf actions existantes pour deux nouvelles, au prix de 56,20 euros l’unité

  • Galapagos réduit considérablement ses pertes

    La perte nette du fabricant de médicaments anti-rhumatismaux a diminué en 2018 de 116 millions à 29 millions d'euros.

  • Wall Street lestée par des indicateurs décevants

    La Bourse US a clôturé en baisse jeudi après une série d'indicateurs mitigés sur la santé de l'économie américaine. Le Dow a perdu 0,40% à 25.850,63 points. Le Nasdaq a reculé de 0,39% à 7.459,71 points. Le S&P 500 a cédé 0,35% à 2.774,88 points.

    Les commandes industrielles de biens durables aux Etats-Unis ont augmenté en décembre de 1,2%, notamment grâce au secteur de l'auto. Toutefois, sans le secteur volatil des transports, les commandes de biens n'ont progressé que de 0,1%. Et l'ensemble des données "suggère que la croissance de l'investissement dans les équipements a encore ralenti au quatrième trimestre et nous nous attendons à ce qu'elle reste faible la majeure partie de cette année", a souligné Andrew Hunter, économiste pour Capital Economics. L'activité manufacturière de la région de Philadelphie a pour sa part reculé bien plus que prévu.

    Parallèlement, les investisseurs ont continué à scruter tout détail concernant les négociations commerciales entre Américains et Chinois. Ils se sont retrouvés à Washington pour tenter d'aboutir à un accord après des mois de tensions et de menaces.

  • Wall Street clôture en baisse

    • Le Dow Jones a perdu 0,40% à 25.851,41 points.
    • Le Nasdaq a reculé de 0,39% à 7.459,71 points.
    • Le S&P 500 a cédé 0,50% à 2.770,68 points.
  • Le pétrole termine en légère baisse à New York

    Les cours du pétrole ont terminé en léger repli sur le marché new-yorkais Nymex en réaction à l'annonce d'une cinquième semaine consécutive de hausse des stocks de brut aux Etats-Unis.

    • Le contrat mars sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a perdu 20 cents, soit 0,35%, à 56,96 dollars le baril après avoir atteint la veille un plus haut de 2019 à 57,55.
    • Le Brent de mer du Nord a réduit sa perte à un cent symbolique (0,01%), à 67,07 dollars, après avoir reculé en séance jusqu'à 66,69. Il avait atteint mercredi un pic à 67,38, là aussi un plus haut de l'année.

    En hausse de 3,7 millions de barils à 454,5 millions de barils la semaine dernière, les stocks américains sont à leur plus haut depuis octobre 2017 en dépit d'exportations record. De plus, la production des Etats-Unis, devenus l'an dernier le premier producteur mondial, a atteint un nouveau record à 12 millions de barils par jour, de quoi alimenter l'offre sur le marché mondial.

    Les efforts de l'Opep pour réduire la production et des indicateurs décevants aux Etats-Unis, qui font craindre une baisse de la demande, ont toutefois permis au marché de contenir ses pertes. Le Nigeria, membre de l'Opep, a indiqué mercredi qu'il limiterait sa production, qui avait augmenté en janvier à 1,78 million de barils par jour, afin de soutenir les cours.

  • Le portefeuille immobilier de Home Invest dépasse le demi-milliard

    La société immobilière réglementée (SIR) a vu la juste valeur de son portefeuille atteindre les 543 millions d'euros. Une première. Au terme de son exercice 2018, tous les voyants sont au vert chez Home Invest, de quoi assurer une 19e hausse consécutive de son dividende.
  • Jensen victime de l'ouragan Michael

    Le groupe Jensen, spécialisé dans les machines destinées à l'industrie de la blanchisserie industrielle, a subi une baisse de 9,9% de son résultat opérationnel en 2018, à 26,9 millions d'euros.

    Ce poste est affecté par un effet négatif de 2,1 millions d'euros dû à l'ouragan Michael qui a frappé l'Amérique centrale et le sud des USA à l'automne dernier. "Malgré la réception d'une avance de la compagnie d'assurances, Jensen a décidé de différer l'encaissement des créances d'assurance jusqu'à ce que ces créances soient complètement réglées. La direction estime que la couverture d'assurance est appropriée", précise le communiqué du groupe belge.

    Le résultat opérationnel brut a diminué de 2,1% à 33,5 millions d'euros. Sans l'ouragan Michael, il aurait été de 34 millions, en ligne avec l'année précédente, précise Jensen.

    Le bénéfice net attribuable aux actionnaires est passé de 21,1 millions d'euros en 2017 à 19,1 millions l'an dernier, soit 2,44 euros par action.

    La direction propose en conséquence le versement d'un dividende de 1 euro par action.

    En ce qui concerne les perspectives pour cette année, Jensen signale que ses commandes ont baissé de 6,3% par rapport à un an plus tôt. Mais "le carnet de commande est composé d'une plus faible proportion de grandes commandes et de beaucoup de projets plus petits, ce qui est suffisant pour bien démarrer 2019", estime le groupe.

  • Résumé de la séance en Europe

    Des nouvelles tantôt rassurantes tantôt préoccupantes pour l’économie mondiale ont laissé les investisseurs européens indécis. Quelques résultats d’entreprises ont animé la séance.

    L’indécision a dominé. Les places financières européennes ont évolué sans direction claire, jeudi, les investisseurs ayant reçu des signaux contradictoires sur la conjoncture économique. Par ailleurs, plusieurs résultats d’entreprises ont provoqué des ajustements de cours.

    En clôture, les principaux indices boursiers européens sont restés partagés. À Francfort, le Dax  a gagné 0,19%. À Londres, le FTSE 100  a perdu 0,85%. À Paris, le Cac 40  est resté stable. Les investisseurs ont manqué de visibilité pour adopter des positions plus franches.

    Côté pile, l’indice basé sur les anticipations des directeurs d’achats (PMI: purchasing managers index) de la zone euro a progressé plus que prévu, selon sa version provisoire. Il s’est établi à 51,4 alors qu’il était attendu à 51,1 après 51 en janvier.

    De plus, le compte rendu de la dernière réunion de la Réserve fédérale, la banque centrale des Etats-Unis confirme que de nouvelles hausses de taux ne sont pas attendues avant longtemps outre-Atlantique, ce qui est de nature à favoriser les investissements en actions.

    Et enfin, dans les négociations entre la Chine et les Etats-Unis sur leurs relations commerciales, des engagements de principe sur des sujets sensibles ont été actés.

    Mais, côté face, on constate que l’indice PMI de l’industrie de la zone euro est entré en zone de contraction à 49,2 après 50,5 en janvier. En outre, la Fed évoque des perspectives économiques "plus incertaines". Enfin, la Chine n’envisage pas de baisse de ses principaux taux directeurs.

    Ces signaux contradictoires pour la croissance économique ont conduit les investisseurs à jouer la carte de la prudence, d’autant plus que beaucoup de résultats d’entreprises devaient être digérés.

    À cet égard, Centrica  (-11,87%) a déçu en publiant ses chiffres de 2018 et surtout en se montrant pessimiste pour 2019 à cause d’une limitation de la hausse des prix de l’électricité.

    A.P. Møller Mærsk  a chuté de 10,12% après avoir également émis des prévisions décevantes pour 2019.

    Prysmian  a plongé de 9,48%. Le fabricant de câbles a annoncé un problème dans sa liaison entre l’Écosse et l’Angleterre.

  • Clôture en Europe

    Bel 20: -0,82% à 3.586,15 points

    AEX: +0,10% à 540,57 points

    Cac 40: +0,00% à 5.196,11 points

    Dax: +0,19% à 11.423,28 points

    FTSE 100: -0,85% à 7.167,39 points

  • Plaidoyer du gouverneur Nowotny en faveur d'eurobonds

    L'Union européenne a besoin d'émettre des obligations communes pour renforcer son projet d'Union des marchés de capitaux ainsi que l'euro, a déclaré ce jeudi Ewald Nowotny, gouverneur de la banque centrale autrichienne et membre du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE).

    Selon lui, il faudrait commencer par émettre des titres de dette communs à court terme, garantis par les Etats membres de l'UE.

    S'exprimant lors d'une conférence à Bruxelles, Nowotny a déclaré que des eurobonds seraient vus par les investisseurs étrangers comme plus intéressants que les obligations gouvernementales émises individuellement par les pays européens.

    Selon lui, tant que l'Europe ne se mettra pas d'accord pour émettre des obligations communes, l'euro ne renforcera pas sa position internationale.

  • Le numéro un mondial du lithium, valeur branchée à Wall Street

    Albemarle , le premier producteur mondial de lithium, réalise jeudi la meilleure performance au sein de l'indice S&P 500  et est bien parti pour réaliser sa meilleure performance en séance depuis deux ans.

    Albemarle a fait état d'un bénéfice supérieur aux attentes au quatrième trimestre et a donné des prévisions optimistes pour l'année 2019, jugeant que rien ne pouvait a priori ralentir la demande de ce métal blanc employé dans la fabrication de batteries pour voitures électriques.

  • Le Bel 20 mauvais élève ce jeudi

    L'indice vedette de la Bourse de Bruxelles  recule davantage que la plupart des indices européens. Seul le FTSE 100  de la Bourse de Londres, pénalisé par les minières, recule davantage.

    Le Bel 20 souffre notamment de la baisse d'AB InBev , qui pèse plus de 9% dans la pondération de l'indice, et de KBC , dont le poids dans l'indicateur vedette du marché belge dépasse 11%.

    En ce qui concerne AB InBev, il se peut que les investisseurs se positionnent en vue de la publication prochaine des résultats du groupe brassicole, qui eront publiés jeudi prochain avant l’ouverture de la Bourse. Les analystes tablent sur une baisse de 3,3% des ventes, un recul de 2% du résultat opérationnel brut et un tassement du bénéfice par action de 7,9%.

    KBC est quant à elle victime d'une baisse d'objectif de cours du courtier AlphaValue, à 70,90 euros, contre 71,30 euros auparavant. La recommandation reste à "accumuler".

  • Ventes de logements existants au plus bas en trois ans aux Etats-Unis

    Les reventes de logements aux Etats-Unis sont tombées en janvier à leur plus bas niveau depuis plus de trois ans et la hausse des prix a ralenti, montrent les statistiques publiées jeudi par la National Association of Realtors (NAR), principale fédération d'agents immobiliers du pays.

    En baisse de 1,2% en janvier, les reventes sont revenues à 4,94 millions en rythme annualisé, le rythme le plus faible enregistré depuis novembre 2015.

  • Nike dérape à cause de la blessure d'un basketteur

    Nike  recule en Bourse de New York. Zion Williamson, considéré comme l'un des grands espoirs du basket américain, s'est blessé mercredi lorsque l'une de ses chaussures Nike a éclaté pendant un match auquel assistaient de nombreuses personnalités dont l'ex-président Barack Obama.

    La chaussure de la vedette de Duke s'est déchirée après à peine 40 secondes provoquant une glissade du joueur qui s'est tordu le genou, selon les images de la chaîne de télévision ESPN, qui diffusait la rencontre phare du championnat NCAA contre une autre célèbre université, North Carolina.

    Williamson est ensuite sorti du terrain en boitant et n'est plus revenu sur le parquet, envoyant une onde de choc dans le sport américain.

    ©USA TODAY Sports

  • La croissance de l'activité manufacturière au plus bas en 17 mois aux Etats-Unis

  • Wall Street ouvre en baisse

    La Bourse de New York a débuté la séance en territoire négatif. Dans les premiers échanges, le Dow Jones  cède 0,15% et le Nasdaq  perd 0,18%.

  • Mauvaise surprise aux USA: première baisse de l'activité dans la région de Philadelphie en trois ans

    L'activité économique dans le nord-est des Etats-Unis s'est contractée en février pour la première fois depuis près de trois ans en raison notamment d'un recul marqué des nouvelles commandes, montre jeudi l'enquête de conjoncture mensuelle de la Réserve fédérale de Philadelphie.

    L'indice "Philly Fed" a chuté à -4,1 après 17,0 en janvier, un repli bien supérieur aux attentes puisque les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un recul à 14,0, la plus base des estimations du consensus donnant l'indice à 10,0.

  • Les vendeurs gardent la main sur Sequana Medical

    Sequana Medical aligne huit séances de baisse depuis son IPO le 11 février pour une seule séance "positive" (où l'action a en fait clôturée sur une note inchangée).

    L'action s'échange à 6,30 euros, en baisse de 2,78%. Par rapport au prix de référence de 8,50%, le titre de le medtech a perdu 26%.

  • Wall Street devrait ouvrir sans tendance

    Wall Street est attendue stable à l'ouverture tandis que les principales Bourses européennes évoluent en ordre dispersé, l'espoir d'un accord commercial entre les Etats-Unis et la Chine ne suffisant pas à apaiser les craintes provoquées par le ralentissement de l'économie mondiale.

    Les contrats à terme sur les indices de référence de la Bourse de New York sont en très léger repli de 0,01% pour l'indice Dow Jones, de 0,14% pour l'indice S&P 500 et de 0,07% pour l'indice composite du Nasdaq.

    En Europe, les indices sont freinés par des résultats d'entreprises mal accueillis et par des indices PMI mitigés. La Bourse de Bruxelles perd 0,58%. Paris (+0,01%) est stable. Amsterdam et Francort gagnent respectivement 0,24% et 0,21%.

  • La BCE veut une analyse rapide de l'opportunité de LTRO

    Les responsables de la Banque centrale européenne (BCE) ont dressé un tableau sombre de la situation économique dans la zone euro lors de leur réunion de politique monétaire en janvier et demandé une évaluation rapide de l'opportunité de nouveaux apports éventuels de liquidités aux banques, montre le compte rendu des débats publié jeudi.

    Après avoir mis fin en décembre à son programme d'achats de titres sur les marchés, la BCE prépare le terrain à la possibilité de nouvelles opérations de refinancement à long terme (LTRO) à destination des banques, qui permettraient de soutenir le crédit et l'activité.

    Tout en jugeant que les prévisions de croissance devraient sans doute être revues à la baisse, les membres du Conseil ont estimé que la zone euro traversait une période de ralentissement économique qui ne devait pas être considérée comme le prélude à une récession.

  • Lyft en Bourse à la fin mars

    La plateforme américaine de réservation de voitures avec chauffeur Lyft, principal concurrent d'Uber aux Etats-Unis, pourrait s'introduire en Bourse sur le Nasdaq à la fin mars, selon Bloomberg. Elle pourrait être valorisée entre 20 et 25 milliards de dollars.

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    Constellation Brand, Johnson & Johnson, Nike...

    * JOHNSON & JOHNSON a reçu plusieurs citations à comparaître de la justice fédérale américaine et de la Securities and Exchange Commission (SEC) liées aux soupçons de présence d'amiante dans ses talcs. Le groupe a assuré coopérer avec les enquêtes en cours. L'action perd 2,2% dans les échanges en avant-Bourse.

    * NIKE - Zion Williamson, considéré comme l'un des grands espoirs américains du basket-ball, s'est blessé mercredi lorsque l'une de ses chaussures Nike a éclaté pendant un match. Le groupe d'équipements sportifs a déclaré dans un communiqué enquêter pour tenter de déterminer l'origine de l'incident. Le titre Nike coté à Francfort perdait 1,1% en matinée.

    * BUNGE - Le groupe de négoce de céréales a creusé ses pertes sur les trois derniers mois de 2018 à 125 millions de dollars en raison d'une baisse des cours du soja brésilien. Son bénéfice par action hors exceptionnels, à huit cents, est nettement inférieur au consensu IBES de Refinitiv, qui le donnait à 20 cents.

    * GODADDY - L'action perdait plus de 2% en après-Bourse, la société d'hébergement de sites ayant dit tabler pour le trimestre en cours sur un chiffre d'affaires inférieur aux attentes des analystes, une prévision qui l'a emporté sur de solides résultats du quatrième trimestre 2018.

    * CONSTELLATION BRANDS, le fabricant de la bière Corona, a annoncé mercredi qu'il comptait se délester de certaines marques de vin d'entrée de gamme pour se concentrer sur le haut de gamme, plus rentable.

    * AGILENT TECHNOLOGIES - L'action du groupe d'équipements et de services pour les laboratoires perdait 3,6% dans les transactions hors séance mercredi soir après la publication de ses résultats trimestriels et de ses prévisions pour le trimestre en cours, ses dernières étant légèrement en retrait sur le consensus IBES de Refinitiv.

  • Preview | Sauf surprise, la morosité restera de mise chez AB InBev

  • L'essentiel de la matinée boursière

    * Les marchés européens évoluent en ordre dispersé
    * L'indice Stoxx 600 se tasse de 0,04%. Le Bel20 perd 0,46% mais le Cac 40 gagne 0,12%, le Dax 0,29% et l'AEX 0,36%
    * Les PMI "flash" de la zone euro mitigés
    * Le marché attend le compte rendu de la réunion de la BCE
    * Plusieurs résultats d'entreprises mal accueillis, dont ceux d'AP Moller-Maersk, Centrica et TechnipFMC
    * Barclays bondit, contre la tendance du secteur bancaire

  • Centrica, Prysmian et AP Moller Maersk, les trois gamelles du jour

    Centrica, Prysmian et AP Moller Maersk dégringolent de plus de 10% en bourse, signant les trois plus fortes baisses de l'indice DJ Stoxx 600.

    Centrica lâche 10,97% - Le fournisseur d'énergie, propriétaire de British Gas, a expliqué que ses finances étaient affectées par la décision du gouvernement de limiter les prix de l'électricité et du gaz pour les particuliers au Royaume-Uni.

    Prysmian s'écrase de 10,54% - Le fabricant italien de câbles a annoncé une nouvelle interruption temporaire du câble sous-marin WesternLink, reliant l'Ecosse à l'Angleterre et au Pays de Galles. Les analystes d'Equita ont jugé "négative" cette annonce, qui "crée de l'incertitude sur le titre.

    AP Moller Maersk dégringole de 10,31% - Le géant danois du transport maritime a annoncé jeudi un retour aux bénéfices en 2018, mais des prévisions mitigées liées à la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis plombent le titre.

  • Un bénéfice de 1,6 milliard pour la BCE

    1,6 milliard d'euros, c'est le montant du bénéfice net de la BCE l'année dernière.

     

  • Le point en début de matinée

    Les investisseurs digèrent une salve de résultats

    Les marchés européens fluctuent entre hausse et baisse en début de matinée, les investisseurs prenant le temps de digérer de nombreux résultats de sociétés et une série d'indices PMI en Europe, tout en étant par ailleurs rassurés par la patience de la Fed et l'avancée des négociations sino-américaines.

    Bruxelles perd 0,49%, Paris et Amsterdam se tassent de 0,07% tandis que Francfort gagne 0,21%. L'indice DJ Stoxx 600 abandonne 0,18%.

    L'activité du secteur privé de la zone euro s'est à peine développée en février dans un contexte de ralentissement du secteur manufacturier qui nourrit l'inquiétude pour les perspectives économiques. Alors que l'indice composite des directeurs des achats d'IHS Markit a grimpé à 51,4 (consensus 51,1; janvier 51,0), ce qui indique une légère accélération du rythme de l'expansion, la croissance a été modeste et conduite exclusivement par les services. Selon le rapport, l'économie des 19 pays aura du mal à se développer de plus de 0,1% au premier trimestre.

    Au niveau des valeurs, Centrica dégringole de 11%, plus forte baisse de l'indice DJ Stoxx 600. Le fournisseur d'énergie a expliqué que ses finances étaient affectées par la décision du gouvernement de limiter les prix de l'électricité et du gaz pour les particuliers au Royaume-Uni.

    Autre victime du jour, le danois AP Moller-Maersk abandonne 10% après avoir publié un objectif de bénéfice pour 2019 inférieur aux attentes.Barclays brille avec un gain de 4%. La banque britannique a affectué un franc retour dans le vert en 2018 malgré le coût des litiges et ses activités de marché ont rassuré face aux pressions d'un investisseur activiste.

    A Bruxelles, Montea perd 2,38%. La SIR a annoncé son intention de procéder à une augmentation de capital de 160 milions d'euros, en marge de la publication de ses résultats trimestriels.

  • Mauvaise passe la Juventus en bourse après sa défaite contre l'Atlético

    Le club de football de la Juventus Turin dévisse de plus de 9% à la Bourse de Milan, au lendemain de sa défaite contre l'Atlético de Madrid en huitième de finale aller de la Ligue des Champions. Cependant, la "Juve" a été assez intelligente pour lever 175 millions d'euros la semaine dernière avec son tout premier emprunt obligataire, avant son déplacement à Madrid.

    Deux buts des grognards José Maria Gimenez et Diego Godin ont permis aux "Colchoneros" de battre la Juventus (2-0) au terme d'un choc tactique et électrique, mercredi soir à Madrid.

    Avec ce revers, la Juventus se retrouve en très mauvaise posture avant le match retour, le 12 mars à Turin.

    La soirée a notamment été marquée par la prestation mitigée du quintuple Ballon d'Or Cristiano Ronaldo, recruté à l'intersaison pour plus de 100 millions d'euros, justement dans l'optique d'une victoire en Ligue des Champions.

     

  • La réaction des investisseurs aux résultats

    Un aperçu de la réaction des marchés aux résultats publiés ce matin :

    Deceuninck: -1%
    EVS: +3%
    Kinepolis: -1%
    Leasinvest: stable
    Montea: -1,5%
    Qrf: stable

  • | Opening Bell |

    Les marchés européens ouvrent à un niveau proche de l'équilibre, prenant le temps d'engranger les nombreux résultats de sociétés, les investisseurs étant par ailleurs rassurés par la patience de la Réserve fédérale américaine et l'avancée des négociations sino-américaines.

    • Bruxelles: -0,13%
    • Amsterdam: +0,12%
    • Francfort: n.c.
    • Paris: +0,06%
    • DJ Stoxx 600: +0,04%

  • EVS signe un second semestre record

    Les résultats d'EVS , spécialiste liégeois des production vidéo en direct, sont globalement en ligne avec les attentes, grâce notamment à de nouveaux produits et une baisse des coûts. Alors que l’intérim de Pierre De Muelenaere comme CEO a été prolongé jusqu’à la fin de l’année, 2019 s’avère plus incertaine, faute notamment de gros événements sportifs.

  • Les nouvelles actions Montea proposées à 56,20 euros l'unité

    La SIR Montea spécialisée dans l’immobilier logistique en Belgique, aux Pays-Bas et en France lance, à partir de demain et jusqu’au 28 février inclus, une augmentation de capital portant sur un montant maximal des 160 millions d’euros, soit un montant net de 158,4 millions d’euros.

    Le prix d’émission des 2.847.708 actions nouvelles a été fixé à 56,20 euros l’unité ce qui représente une décote de 11% sur le prix théorique et de 13,7% par rapport au cours de clôture du 20 février. Neuf actions existantes donneront le droit de souscrire à deux nouvelles actions.

    Montea précise que certains actionnaires existants se sont déjà engagés irrévocablement à participer à cette opération à hauteur d’un montant minimal de 39,4 millions d’euros.

  • Vers une ouverture positive en Europe

    Les contrats à terme sur les principaux indices européens confirment la perspective d'une ouverture positive des marchés européens. Les gains varient entre 0,43% à Francfort et 0,23% à Londres.

    Rassurés par une Réserve fédérale américaine qui devrait rester "patiente" avant de relever ses taux, les investisseurs vont analyser une salve de résultats d'entreprises belges et français tout en surveillant l'évolution des négociations commerciales entre les Etats-Unis et la Chine.

    "Les indices européens devraient ouvrir en légère hausse ce matin dans le sillage des minutes de la Fed qui laissent supposer que la banque centrale américaine sera toujours accommodante face aux craintes relatives à la croissance mondiale. Les espoirs qui entourent un accord commercial entre Washington et Pékin continuent aussi à offrir un soutien aux marchés."
    Les experts de Mirabaud Securities Genève

  • Kempen & Co "upgrade" Ageas

    L'analyste Matthias De Wit du broker Kemper relève son conseil sur Ageas à "neutre" contre "vendre".

    L'objectif de cours passe à 46 euros contre 42 euros.

  • La Turquie va encore peser sur Deceuninck

    Comme on s’y attendait, les ventes de Deceuninck ont souffert en raison de la baisse des volumes en Turquie et totalisent 674,2 millions d’euros en recul de 1,9%. Elles sont inférieures aux attentes des analystes (685,2 millions).

    Par contre, les autres chiffres clés du spécialiste des profilés pour les fenêtres et portes sont en progression et se situent au-dessus des estimations. A 72,4 millions d’euros (+6,3% sur l’année), l’Ebitda ajusté atteint même son plus haut niveau depuis 10 ans et affiche une marge en hausse de 0,8% à 10,7%.

    Les actionnaires ne profiteront pas de la belle performance de l’exercice 2018 puisque le dividende reste inchangé à 0,03 euro par action.

    Pour l’année en cours, le ralentissement observé en Turquie restera au centre des préoccupations.

  • "Nous devons faire attention car si les négociations commerciales aboutissent à un succès, la Fed pourrait reprendre sa politique de resserrement monétaire."
    Yoshinori Shigemi
    Stratège chez JPMorgan Asset Management à Tokyo

  • Briefing d'avant Bourse

    Légère hausse attendue en Europe | Optimisme sur le commerce | Pluie de résultats belges et français

    1. Les Bourses européennes sont attendues en légère hausse à l'ouverture au lendemain du compte-rendu de la dernière réunion de la Réserve fédérale américaine, dans un climat d'optimisme sur les négociations commerciales entre Washington et Pékin.

    2. D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien pourrait gagner 0,37% à l'ouverture et le Dax à Francfort 0,51% tandis que le FTSE à Londres est attendu proche de l'équilibre.

    3. Les deux premières puissances économiques mondiales ont commencé à énoncer des engagements de principe sur les questions les plus sensibles de leur différend commercial, marquant l'avancée la plus significative dans leurs discussions.

    4. Un nouveau cycle de discussions à haut niveau est prévu jeudi et vendredi à Washington où est attendue une délégation chinoise menée par le négociateur en chef de Pékin, le vice-Premier ministre Liu He.

    5. Les responsables de la Réserve fédérale (Fed) ont laissé en suspens la question de savoir combien de temps se prolongerait la "patience" de la banque centrale en matière de normalisation de sa politique monétaire.

    6. Les investisseurs européens se préparent désormais à la publication du compte-rendu de la dernière réunion de politique monétaire de la BCE à 13h30 et des indices PMI de février en France, en Allemagne et en zone euro.

    7. La séance sera très chargée en résultats d'entreprises.

  • Cofinimmo, Qrf, Leasinvest... quelques valeurs à suivre

    COFINIMMO - La société immobilière réglementée (SIR) Cofinimmo a conclu un contrat d'usufruit de 15 ans pour la totalité de l'immeuble de bureaux Quartz, qui prendra cours après la fin des travaux prévue en 2020. Lire le communiqué de Cofinimmo.

    LEASINVEST - Leasinvest a fait part de ses résultats annuels. Son résultat augmente de 13,7% à 31,3 millions d'euros. Le taux d'endettement a diminué à 53,53%, notamment grâce à son augmentation de capital de 84 millions d'euros réalisée l'automne dernier. La SIR va proposer à ses actionnaires un dividende de 5,10 euros par action, contre 5 euros l'année précédente.

    QRF - La société immobilière réglementée QRF va verser un dividende à ses actionnaires, mais en baisse de 40 %. Le dividende brut est de 0,80 euro par action, contre 1,35 euro en 2017.

  • La Gimv poursuit sa croissance

    Petit état des lieux trimestriels de la GIMV . La société fait état pour la période du 1er avril au 31 décembre 2018 d’un portefeuille d’une valeur croissante à 1,06 milliard d’euros (+ 10%). " Tant une activité d’investissements intensive que l’importante création de valeur par le biais du buy-and build ou la bonne performance du portefeuille se sont traduites par une forte croissance du portefeuille", lit-on dans un communiqué.

    Au cours de ces neuf mois, la Gimv a investi pour plus de 181 millions d’euros. Rappelons : la Comptoise et Groupe Claire en France, Medi-Markt en Allemagne ou Camel IDS en Belgique.

    A contrario, le groupe a procédé à plus de 142 millions de désinvestissements dont Walkro.

    Les fonds propres ressortent désormais en hausse à 1,25 milliard d’euros, soit 49,3 euros par action.

    La Gimv présentera le 23 mai prochain ses résultats annuels 2018/2019.

  • Augmentation de capital pour Montea

    Montea annonce de nouveaux investissements pour un montant total de 83 millions d'euros. Pour financer ses projets, la SIR lance une augmentation de capital de 160 millions d'euros maxium.

    Plus d'informations dans quelques minutes.

  • A suivre ce jeudi 21 février

    → ECONOMIE / FINANCE

    Allemagne
    • 9h30 Indices PMI IHS Markit flash / février
    • 13h30 Compte rendu du Conseil des gouverneurs de la BCE du 24 janvier

    Etats-Unis
    • 14h30 Inscriptions au chômage / semaine au 16 février
    • 14h30 Indice "Philly Fed" / février
    • 14h30 Commandes de biens durables / décembre
    • 16h Reventes de logements / janvier

    Japon
    • Indice PMI Nikkei-Markit manufacturier flash / février

    Zone euro
    • 10h Indices PMI IHS Markit flash / février
    • 10h30 Situation budgétaire / janvier

    → ENTREPRISES

    Allemagne
    • Deutsche Telekom / résultats du T4

    Belgique

    Résultats de :
    • Deceuninck
    • EVS
    • Galapagos
    • Gimv
    • Home Invest Belgium
    • Jensen-Group
    • Kinepolis
    • Montea

    France
    • AccorHotels
    • Atos
    • Axa
    • Bouygues
    • CNP Assurances
    • Europcar
    • Getlink
    • Orange
    • Saint-Gobain
    • Valeo
    • Veolia

    Royaume-Uni
    • Barclays / résultats du T4
    • BAE Systems / résultats du T4

    Italie
    • Telecom Italia / résultats du T4

  • Tokyo aligne une quatrième séance positive

    La Bourse de Tokyo, qui oscillait entre gains et pertes à l'ouverture, a finalement aligné une quatrième séance positive, alors que ministres américains et chinois entament jeudi à Washington une séance de négociations de la dernière heure.

    A l'issue des échanges, l'indice Nikkei des 225 valeurs vedettes a gagné 0,15% (+32,74 points) à 21.464,23 points, et l'indice élargi Topix a grignoté seulement 0,03 point (+0,0%) à 1.613,50 points.

  • "La Fed est loin d'avoir écarté toute hausse des taux cette année"

    Wall Street a terminé en hausse très modérée une séance qui s'est distinguée par sa volatilité, après un bref passage dans le rouge à l'issue de la publication des "minutes" de la Réserve fédérale.

    Dans ce compte rendu de la réunion de politique monétaire des 29 et 30 janvier, la Fed laisse en suspens la question de savoir combien de temps se prolongerait sa "patience" en matière de normalisation de sa politique monétaire.

    Et même si ses responsables ont promis "sans trop attendre" un plan pour son bilan de 4.000 milliards de dollars, ils n'on rien dit de ses futures caractéristiques.

    Enfin, lit-on encore dans les minutes, "nombre de participants ont estimé qu'on ne savait pas encore quels ajustement de l'objectif de marge du taux des fonds fédéraux pourrait être approprié dans le courant de l'année".

    C'est cette mention en particulier qui avait amené les indices à refluer momentanément en territoire négatif.

    → L'indice Dow Jones a gagné 63,12 points, soit 0,24%, à 25.954,44 points.

    → Le S&P-500, plus large, a pris 4,94 points (0,18%) à 2.784,70 points.

    → Le Nasdaq Composite a avancé de 2,3 points, soit 0,03%, à 7.489,07 points.

     

    "La Fed reste ouverte à une hausse des taux alors que le marché n'intègre pas cette possibilité; je pense que c'est ce qui explique la réaction du marché."
    Kathy Jones (Schwab Center for Financial Research)


     

    "Les minutes reprennent largement les déclarations prudentes de la Fed lors de sa dernière réunion. J'ai le sentiment que les taux sont en suspens pour le moment mais la Fed est loin d'avoir écarté toute hausse des taux cette année si le risque baissier pour la croissance se dissipe."
    Joe Manimbo (Western Union Business Solutions)

  • Bonjour!

    Ceci démarre cette édition du Market Live de Lecho.be. Merci de nous suivre!

Plus sur Les Marchés

Echo Connect