1. Les marchés
  2. Live blog
live

AB InBev à un plus bas de 4 ans | Twitter boit la tasse

Une fois encore les marchés européens ont été orientés à la baisse. L'indice Stoxx 600 a lâché 1,09% à 375,68 points. Pour la 9e séance de suite, l'action AB InBev recule et tombe à un plus bas de 4 ans. A Wall Street, Twitter et Facebook ont fait plier le Nasdaq.
  • Twitter et Facebook font plier le Nasdaq

    "Lorsque des géants de la technologie sont passés sur le gril du Congrès, c'est rarement une bonne nouvelle". C'est ainsi que l'analyste Tom Cahill résume l'audition des dirigeants des deux réseaux sociaux ce mercredi par les parlementaires américains.

    Les deux sociétés sont accusées aussi bien d'inaction face à l'ingérence russe dans la présidentielle de 2016 que de partialité envers les républicains, comme l'a dénoncé Donald Trump. Twitter n'était "pas préparé" face à une manipulation des réseaux sociaux lors de la présidentielle, a affirmé son patron Jack Dorsey.

    Et sur les marchés, les géants de la Silicon Valley ont vacillé. Twitter a lâché 6,06% et Facebook 2,33%, entraînant toutes les entreprises technologiques dans ce mouvement baissier. Le Nasdaq a ainsi terminé la séance sur les rotules, reculant de 1,19% sous les 8.000 points.

    Après deux mois particulièrement positifs, Wall Street s'interroge aussi sur les suites des négociations commerciales menées par Washington avec le Canada et la Chine. Ce qui n'a pas permis au S&P 500 (-0,37%) et au Dow Jones (+0,08%) de faire des étincelles.

  • Econocom plonge dans le rouge au premier semestre

    Les résultats semestriels publiés ce mercredi soir par Econocom  confirment les sombres estimations avancées en juillet dernier. Pour rappel, le spécialiste franco-belge de l'IT avait envoyé un sérieux avertissement sur ses résultats, ce qui lui a valu la plus forte chute de son cours (-32,16%) depuis son introduction en Bourse.

  • Uber "sur la voie" d'une introduction en Bourse en 2019

    Le directeur général d'Uber a annoncé que le spécialiste des véhicules de transport avec chauffeur est engagée sur la voie d'une introduction en Bourse (IPO) l'an prochain et que la société n'a pas de projet de cession de son activité de recherche dans le domaine de la voiture autonome.

    Dans un entretien accordé à l'agence Reuters, Dara Khosrowshahi a dit qu'Uber ne comptait pas vendre Advanced Technologies Group à ce stade. "Finalement, c'est un actif important que nous construisons et nous pouvons monétiser cela comme nous semble bon. Ce n'est pas une chose à laquelle nous pensons à ce stade", a-t-il dit.

    Il a ajouté qu'Uber était "relativement optimiste" quant à la possibilité pour la société de reprendre, dans le courant de l'année, les tests de conduite autonome suspendus aux Etats-Unis et au Canada depuis qu'un véhicule testé par elle a percuté et tué une passante en mars en Arizona. 

  • Vers une fin de cotation de BEBIG à Bruxelles

    Le conseil d'administration de Eckert & Ziegler BEBIG SA (BEBIG) et le conseil d'administration de Eckert & Ziegler Strahlen- und Medizintechnik AG (EZAG) examinent actuellement l'opportunité de proposer à leurs actionnaires la fusion des deux sociétés.

    L'opération envisagée serait une fusion transfrontalière par absorption de BEBIG par EZAG, en vertu de laquelle la société absorbée (BEBIG) serait absorbée par la société absorbante (EZAG) et tous les actifs et passifs de BEBIG seraient transférés à EZAG. À la suite de la fusion, les actions BEBIG seraient annulées et radiées d'Euronext Brussels et les actionnaires de BEBIG se verraient attribuer des actions EZAG, qui sont cotées sur la bourse de Francfort.

  • Prises de bénéfice sur bpost

    Cinquième séance de baisse consécutive pour la Bourse de Bruxelles. L’indice Bel 20 a encore perdu 0,91% pour clôturer à 3.671,46 points. Le Stoxx 600 paneuropéen a pour sa part lâché 1,09% à 375,68 points.

    Sur les 20 valeurs qui composent le Bel 20, ING (+0,07%) et KBC (+1,92%) ont été les 2 seules valeurs à avoir progressé.

    En raison de sa pondération élevée dans l’indice, l’action AB InBev compte pour une grosse part dans la piètre performance du Bel 20. En repli de 2,02% à 78,20 euros, l’action du premier brasseur au monde est tombée à un plus bas de quatre ans.
    Malgré l’engouement quasi sans faille des analystes pour cette valeur, AB InBev n’arrive décidément pas à relever la tête. Pas même les récents achats de titres annoncés à grand fracas par les principaux actionnaires. Elle perd encore 2,02% à 78,20 euros.
    La forte exposition du brasseur aux marchés émergents semble être la cause majeure du recul de cette valeur ces derniers jours.

    Pour le reste, on retient les prises de bénéfices intervenues sur l’action bpost. Après son bond de 4,7% la veille, elle se contracte de 1,98% à 13,38 euros.

    Viendra ou viendra pas? La difficulté de répondre à la question de savoir si le Français Free ou Xavier Niel en personne envahira la scène mobile belge, empêche les valeurs télécoms de redresser durablement la tête. Proximus a cédé 0,08% à 19,85 euros et Telenet 1,19% à 46,34 euros. L’actionnaire activiste Lucerne C.M. qui détient 3,01% de Telenet, envisage d’ajouter 2 points à l’ordre du jour de son AG du 26 septembre. Parmi ces points, il y a celui de contraindre la société d’opérer avec un ratio de dette nette total/Ebitda ajusté compris entre 3,5 et 4,5 fois.

    Hors Bel 20, Spadel a chuté de 9,4% à 212 euros avec 36 titres échangés. Parmi les biotechs qui reculent majoritairement, Kiadis se distingue avec un bond de 27,48% à 12,20 euros.

  • 100 millions de barils de Brut cette année déjà!

    La demande mondiale de pétrole atteindra 100 millions de barils par jour (bpj) dans le courant de l'année, soit nettement plus tôt que prévu, vient de déclarer  le secrétaire général de l'Opep, cité par Reuters.

    S'exprimant lors d'une conférence au Cap, en Afrique du Sud, Mohammed Barkindo a jugé qu'un environnement stable était nécessaire pour encourager les investissements dans le secteur pétrolier, afin de répondre à cette demande croissante.

    "Le monde atteindra les 100 millions de barils par jour de consommation dans le courant de cette année, bien plus tôt que nous ne l'avions prévu jusqu'ici. Par conséquent, des forces stabilisatrices qui créent des conditions propices à l'investissement sont essentielles", a-t-il déclaré.

  • AB InBev handicapé en Bourse par sa forte exposition aux marchés émergents

    En raison de sa pondération élevée dans l’indice, l’action AB InBev compte pour une grosse part dans la piètre performance du Bel 20 ces derniers jours. Malgré l’engouement quasi sans faille des analystes pour cette valeur (objectif de cours-cible de 102,2 euros), AB InBev n’arrive décidément pas à relever la tête. Pas même les récents achats de titres  annoncés à grand fracas par les principaux actionnaires. A moins d'une heure de la clôture, elle perd encore près de 2% à 78,2 euros. C'est sa 9e séance de baisse d'affilée.

    De quoi souffre donc bien  cette valeur?  Manifestemment d’un manque de confiance des investisseurs sur la question de la dette abyssale du groupe qui n’arrive pas à se contracter. Et la prévision des dirigeants qui disent s’attendre à une accélération de leurs affaires au second semestre est loin de les convaincre. La forte exposition du brasseur aux marchés émergents risque en effet de rogner ses marges. Tout investisseur avisé sait que doutes sur la profitabilité et inquiétudes pour le niveau élevé de la dette ne font pas bon ménage en Bourse.

    Depuis le début de cette année, AB InBev accuse une perte de 16%  et le Bel 20 de 7,4%.

  • 266,17 milliards d’euros!

    Il s'agit incontestablement d'un nouveau record des livrets d’épargne. 

    Les montants en dépôt sur les comptes d’épargne ont atteint un total de 266,17 milliards d’euros à la fin du mois de juillet dernier, selon les derniers chiffres de la Banque nationale de Belgique.

  • Halliburton craint un ralentissement de l'activité pétrolière US

    La Bourse de New York hésite dans les premiers échanges. L'indice Dow Jones est proche de l'équilibre avec un insignifiant de 0,07%, à 25.9933 points. Le S&P 500 cède 0,4% à 2.885,1 points. Sur le Nasdaq,  le Composite recule de 1% à 8.091 points.

    Du côté des valeurs américaines, Twitter et Facebook perdent respectivement 3,96% et 0,86%, alors que leur dirigeant doivent témoigner dans la journée devant la commission du Renseignement du Sénat américain au sujet des tentatives d'influence étrangère lors de la présidentielle 2016.

    Halliburton lâche 5,24%, le numéro deux mondial des services pétroliers ayant averti qu'un ralentissement de l'activité pétrolière et gazière aux Etats-Unis pourrait amputer de 8 à 10 cents son bénéfice par action au troisième trimestre.

    JD.com perd 5,98%, après avoir cédé 6% la veille. Le fondateur et directeur général du groupe chinois de commerce en ligne, Richard Liu, est rentré en Chine après sa brève détention
    aux Etats-Unis au cours du week-end pour des soupçons d'agression sexuelle.




  • Rendements obligataires italiens en repli

    Les rendements des emprunts d'Etat italiens sont tombés à leurs plus bas niveaux depuis près d'un mois, profitant du regain d'espoir des investisseurs dans la politique budgétaire du gouvernement de coalition "antisystème" formé au printemps.

    Le vice-président du Conseil Luigi Di Maio, issu du Mouvement 5 Etoiles (M5S) a déclaré mercredi que le projet de budget pour 2019 en cours de préparation serait "courageux" mais
    que la situation des comptes de l'Etat ne serait pas compromise.

    Mardi, l'autre vice-président du Conseil, Matteo Salvini, chef de file de la Ligue (extrême droite), a dit que le gouvernement s'efforcerait de respecter les règles budgétaires fixées par l'Union européenne et d'honorer les engagements budgétaires pris par les gouvernements précédents.

    En baisse de 0,11% alors que les rendements sont plutôt orientés à la hausse en Europe, le 10 ans italien revient à 2,89%

  • Wall Street sur ses gardes en ouverture

       -Le Dow Jones: -0,07% à 25.932,74 points

       -Le S&P 500:     -0,18% à 2.891,48 points

  • Le déficit commercial US bondit de 9,5% en juillet

    Le déficit commercial américain a fait en juillet un bond de 9,5%, inédit depuis mars 2015, sous l'effet d'importations record, en provenance notamment de Chine, combinées à des exportations en baisse, selon des données publiées mercredi par le département américain au Commerce.

    Le déficit des biens et services s'est établi à 50,1 milliards de dollars avec des exportations en recul de 1% à 211,1 milliards et des importations en progression de 0,9% à 261,2 milliards. Et, cumulé depuis le début de l'année, le déficit s'inscrit de nouveau en forte hausse (+7%) pour atteindre 337,88 milliards.

  • Deutsche Bank réitère son conseil d'achat pour ING

    ING est en légère hausse de 0,09% à 11,56 euros, l'action se stabilisant après le recul de 1,2% la veille et l'annonce d'un versement de 775 millions de dollars de la banque néerlandaise pour ne pas être poursuivie pour quatre affaires de blanchiment de capitaux.

    Selon l'agence de notation Standard & Poor's (S&P), ce méga-règlement n'a aucune influence sur la solvabilité du groupe. ING a également reçu confirmation que la Securities and Exchange Commission (SEC), la société américaine de surveillance des marchés boursiers, ne prend aucune mesure dans le dossier du blanchiment de capitaux.

    Les analystes de Deutsche Bank maintiennent leur recommandation d'achat et leur objectif de cours de 17 euros. Ils apprécient le fait que la banque soit débarassée de son procès. "Le paiement a un impact sur les ratios de fonds propres de base, mais ING reste bien au-dessus des exigences réglementaires et la banque a confirmé sa politique de dividende progressive."

  • Wall Street s'oriente vers une ouverture en légère baisse

    La Bourse de New York s'oriente vers une ouverture en légère baisse.

    Le contrat à terme sur l'indice vedette Dow Jones Industrial Average, qui donne sa tendance, perd 0,31%.Celui de l'indice élargi S&P 500 cède 0,21%, tandis que celui du Nasdaq, à dominante technologique, baisse de 0,27%.

  • Les marchés lestés par la guerre commerciale

    Les marchés européens poursuivent leur repli, les investisseurs, qui craignent une détérioration des relations entre les Etats-Unis et ses partenaires commerciaux, préférant se montrer prudents. Les baisses varient entre 0,6% et 1%.

    "La tendance haussière de court et moyen terme est cassée", estime Franklin Pichard, directeur général de Kiplink Finances.

    "Les marchés actions évoluent en reculen Europe étant donné que les tensions commerciales et des préoccupations au sujet des devises des marchés émergents pèsent sur le moral des investisseurs", explique David Madden, un analyste de CMC Markets.

  • "Jusqu'au mois dernier, les gens se concentraient sur les profits des entreprises américaines mais maintenant, ils regardent la situation sur les marchés émergents, la guerre commerciale et le fait que les Etats-Unis devraient lancer un nouvelle vague de tarifs douaniers contre la Chine. Si vous regardez la croissance globale, il y a de plus en plus de signes indiquant un ralentissement dans les prochains mois."
    Christophe Barraud
    Economiste pour le courtier Market Securities

  • Le point sur les marchés en milieu de séance

    L'aversion au risque se confirme, BioMériaux et JCDecaux contre la tendance

    1. Les Bourses européennes sont nettement dans le rouge dans un climat d'aversion au risque sur fond de tensions commerciales, avec des marchés émergents qui continuent de souffrir face à la vigueur du dollar.

    2. Amsterdam cède 0,87%, Paris 0,84%, Bruxelles 0,58%, Francfort 0,54% et Londres 0,44%. L'EuroStoxx 50 de la zone euro cède 0,75% et le Stoxx 600 0,62%.

    3. Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en baisse d'environ 0,3%.

    4. Les discussions entre négociateurs américains et canadiens doivent reprendre ce mercredi à Washington et pourraient s'avérer compliquées. Donald Trump a publié samedi un message sur Twitter disant qu'il n'y avait pas de "nécessité politique" à ce que le Canada fasse partie du nouvel accord sur l'Alena.

    5. Pratiquement tous les secteurs sont dans le rouge avec un recul particulièrement net pour les valeurs technologiques, dont l'indice Stoxx cède 1,54%. Le suisse Temenos recule notamment de plus de 5% après le conseil à "sous-performance" de Jefferies.

    6. Les banques (+0,92%) font de la résistance grâce aux établissements italiens, dont l'indice sectoriel prend 3,97%. Cela permet à la Bourse de Milan (+1,1%) de s'afficher comme l'unique marché actions en hausse en Europe.

    7. Contre la tendance, deux valeurs françaises se distinguent en tête du Stoxx 600: BioMérieux grimpe de 7,94% après le relèvement de ses objectifs financiers pour 2018 tandis que JCDecaux (+6,42%) profite d'un relèvement à "achat" du conseil de Bank of America-Merrill Lynch.

    8. Le billet vert est toujours soutenu par les tensions commerciales qui alimentent un retour vers les actifs refuges. La vigueur de la devise américaine accroît encore la pression sur le marchés émergents, déjà confrontés aux difficultés de certains pays comme l'Argentine, la Turquie ou l'Afrique du Sud.

    9. Sur le marché obligataire, les rendements des emprunts d'Etat italiens amplifient leur recul après les déclarations jugées rassurantes des membres du gouvernement sur le respect des règles budgétaires. Le taux des BTP à dix ans est revenu sous la barre des 3% à 2,879% (-13 points de base).

     

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    Amazon, Apple, Facebook...

    * Des dirigeants de plusieurs médias sociaux, parmi lesquels Jack Dorsey pour TWITTER, Sheryl Sandberg pour FACEBOOK, doivent témoigner dans la journée devant la commission du Renseignement du Sénat américain au sujet des tentatives d'influence étrangère.

    * Le ministère allemand des Finances a renoncé à son projet de taxation des géants du numérique tels que GOOGLE, APPLE, FACEBOOK et AMAZON, rapporte mercredi le quotidien Bild. Un porte-parole du ministère a indiqué qu'aucune décision n'avait encore été prise et que plusieurs propositions restaient à l'étude.

    * FACEBOOK - Instagram, la messagerie de photos de Facebook, travaille au développement de sa propre application de commerce en ligne permettant à ses utilisateurs de sélectionner des produits et de les acheter directement, rapporte The Verge, citant deux personnes informées de ce projet.

    * WORKDAY - Le titre du spécialiste des logiciels de ressources humaines a perdu plus de 3% dans les transactions après la clôture à la suite de la publication de ses résultats et de ses prévisions.

    * SS&C TECHNOLOGIES HOLDINGS - Le spécialiste des logiciels pour le secteur des services financiers est sur le point de conclure le rachat de la plate-forme de partage de données Intralinks pour environ deux milliards de dollars, a-t-on appris mardi de plusieurs sources proches du dossier.

    * WALMART - Barclays a repris son suivi du géant de la grande distribution à "surpondérer" avec un objectif de cours de 110 dollars.

    * ANTHEM - Morgan Stanley a relevé sa recommandation sur le groupe d'assurance santé à "surpondérer" contre "pondération en ligne".

  • Spadel: -6%

    Spadel cote en baisse de 6% à 234 euros pour le fixing de 11h30, dans un volume de 40 titres échangés, après la publication de ses résultats semestriels.

  • Légère hausse des ventes de détail en zone euro

    Les ventes au détail dans la zone euro, baromètre de la consommation des ménages, ont légèrement progressé (+0,2%) en juillet par rapport à juin, a annoncé mercredi l'Office européen des statistiques Eurostat.

    Ce chiffre est meilleur que ce qu'attendaient les analystes interrogés par le fournisseur d'informations financières Factset, qui tablaient sur une baisse de 0,05%.

    En juin comparé à mai, les ventes au détail avaient progressé de 0,3%, a rappelé l'Office.

  • Le point sur les marchés

    Les actions baissent, le dollar monte, les taux italiens se détendent

    1. Les principales Bourses européennes évoluent dans le rouge, dans le sillage d'un mouvement global d'aversion au risque sur les marchés actions face aux craintes persistantes sur le commerce international et aux difficultés de plusieurs pays émergents, qui favorisent l'appréciation du dollar.

    2. Paris recule de 1,09%, Amsterdam de 0,90%, Bruxelles de 0,82%, Francfort de 0,65% et Londres de 0,44%. L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro perd 0,86% et le Stoxx 600 de 0,67%.

    3. Les craintes sur le front du commerce ont pesé à Wall Street et en Asie. En Chine, les marchés d'actions ont aussi souffert de l'annonce d'un nouveau ralentissement de la croissance du secteur des services. La Bourse de Shanghai a perdu 1,68%, celle de Hong Kong a reculé de 2,61% et l'indice CSI 300 a lâché 1,95%.

    4. En zone euro, l'indice PMI des services a été confirmé à 54,4 en août et l'indice PMI composite pour le même mois a été revu en légère hausse à 54,5 contre 54,4 en estimation flash. L'euro a réduit ses pertes après ces indicateurs mais il reste pénalisé par le renchérissement global du dollar.

    5. La vigueur de la devise américaine accroît encore la pression sur les marchés émergents, déjà confrontés aux difficultés de certains pays comme l'Argentine, la Turquie ou l'Afrique du Sud.

    6. Les rendements des emprunts d'Etat italiens amplifient leur détente après les déclarations jugées rassurantes des membres du gouvernement sur le respect des règles budgétaires de l'Union européenne. Le taux des BTP à dix ans est revenu sous la barre des 3%.

    7. Aux valeurs, le secteur des transports et loisirs (-0,21%) tente de résister au mouvement de repli général grâce au bond du spécialiste britannique des paris William Hill (+3,9%) après l'annonce d'un partenariat stratégique aux Etats-Unis avec l'opérateur de casinos Eldorado Resorts.

    8. Deux valeurs françaises se distinguent en tête du Stoxx 600: BioMérieux grimpe de 7,94% après le relèvement de ses objectifs financiers pour 2018 tandis que JCDecaux (+5,92%) profite d'un relèvement à "achat" du conseil de Bank of America-Merrill Lynch.

  • Pas d'action de la SEC contre ING

    La Securities & Exchange Commission (SEC), le gendarme boursier américain, a informé formellement ING qu'elle n'entamerait pas d'action contre le groupe financier dans le cadre d'enquêtes relatives à du blanchiment d'argent.

    ING a annoncé mercredi avoir trouvé un accord aux Pays-Bas avec le ministère public dans une affaire de blanchiment. La banque accepte de verser une amende de 675 millions d'euros et de rembourser 100 millions. L'institution financière a admis ne pas avoir fait assez de prévention en matière de blanchiment.

    ING cède 0,76% à 11,45 euros dans un marché bruxellois en repli de 0,57% à 3.683,49 points.

  • KBCS vise 20,5 euros pour Kiadis

    KBCS relève son objectif de cours sur Kiadis de 12,5 à 20,5 euros, un potentiel de hausse de 114% par rapport au cours de clôture de mardi soir de 9,57 euros.

    Pour KBC Securities, Kiadis est un "leader sous-évalué dans la médecine de transplantation" qui est à la veille d'un événement transformateur avec l'ATIR101, qui pourrait recevoir l'approbation de l'European Medicines Agency (EMA).

  • "Les marchés européens ouvrent en baisse après un PMI dans les services décevant en Chine qui s'est ajouté aux tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine."
    Les analystes chez Accendo Markets

  • bioMérieux: +8%

    bioMérieux prend 8% après avoir relevé ses objectifs annuels.

  • Celyad: +5%

    Celyad gagne 5% à 26,80 euros. La biotech a traité avec succès le premier patient atteint d'un cancer colorectal avec le CYAD-01 (protocole modifié de l'essai phase 1 de l'étude THINK).

  • | Opening Bell |

    Les marchés européens ouvrent en recul, les multiples sujets d'incertitudes, au premier rang desquels les relations commerciales, alimentant la prudence des investisseurs.

    • Bruxelles: -0,37%
    • Amsterdam: -0,26%
    • Francfort: -0,40%
    • Paris: -0,42%
    • DJ Stoxx 600: -0,29%

  • L'acquisition de Monsanto pèse sur le bénéfice de Bayer

    Le bénéfice net de Bayer a chuté de 34,7% au deuxième trimestre tandis que son chiffre d'affaires a grimpé de 8,8% après le rachat de Monsanto et la vente de ses parts dans la filiale de chimie spécialisée Covestro.

    Le groupe allemand affiche un bénéfice net de 799 millions d'euros, amputé de Covestro, dont Bayer s'est séparé pour financer l'achat de Monsanto. Intégré à la comptabilité de Bayer depuis le 7 juin, Monsanto contribue cependant à la croissance du chiffre d'affaires du groupe, qui ressort à 9,48 milliards d'euros au deuxième trimestre.

  • Target abaissé pour QfG

    KBC Securities a abaissé le prix cible de Quest for Growth de 7,6 à 6,9 euros car la valeur du portefeuille coté a récemment légèrement diminué. Le conseil "conserver" est maintenu même après l'investissement dans deux sociétés non cotées (MiracorMedical et HalioDx).

  • Attention aux banques allemandes

    Les banques allemandes sont exposées à la crise en Argentine et en Turquie via leurs investissements de 70,5 milliards d'euros dans les banques espagnoles, elles-mêmes les plus exposées à la crise qui touche les deux pays.

  • Le point avant l'ouverture des marchés

    Commerce et émergents devraient inciter à la prudence

    1. Les principales Bourses européennes sont attendues proches de l'équilibre à l'ouverture, le risque de nouvelles tensions commerciales et les turbulences sur plusieurs marchés émergents incitant à la prudence.

    2. D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 à Paris et le Dax à Francfort pourraient gagner moins de 0,1% dans les premiers échanges, tandis que le FTSE 100 à Londres cèderait 15 points (0,2%).

    3. La baisse est marquée notamment sur les marchés chinois après l'annonce d'un nouveau ralentissement de la croissance du secteur des services en Chine, au plus bas depuis 10 mois, l'indice PMI Caixin-Markit étant revenu à 51,5: l'indice SSE Composite de Shanghai cède 0,86% et à Hong Kong, le Hang Seng lâche 1,94%.

    4. Mardi, Wall Street a fini en légère baisse, le recul marqué de Nike (-2,1%) et de Facebook (-3%) étant venu s'ajouter aux doutes sur l'évolution des tensions commerciales actuelles.

    5. Les discussions entre les Etats-Unis et le Canada doivent reprendre dans la journée après le constat d'échec dressé vendredi à l'issue d'une première session.

    6. Autre menace: la fin jeudi de la période de consultations publiques sur le projet américain de taxation de 200 milliards de dollars (171 milliards d'euros) de produits chinois importés aux Etats-Unis, après laquelle Donald Trump pourrait décider de l'entrée en vigueur de ces nouveaux droits de douane, au risque de représailles chinoises de même ampleur.

    7. La matinée en Europe sera animée entre autres par les résultats définitifs des enquêtes PMI dans le secteur des services.

  • Tokyo finit en repli

    La Bourse de Tokyo a clôturé sur une note négative, dans l'expectative avant la reprise des négociations commerciales entre les Etats-Unis et le Canada, tandis que le passage d'un puissant typhon au Japon a affecté certaines valeurs.

    Le Nikkei des 225 valeurs vedettes a cédé 0,51%, et l'indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau a reculé de 0,77%.

  • Une fintech allemande va éjecter Commerzbank du Dax

    Wirecard , fintech spécialisée dans les paiements électroniques, devrait remplacer la deuxième banque allemande Commerzbank au sein de l'indice Dax à la Bourse de Francfort, symbole de la déferlante numérique qui bouscule les banques traditionnelles.

    L'opérateur Deutsche Börse dévoilera mercredi soir la nouvelle composition de l'indice des 30 valeurs vedettes de la Bourse allemande, après avoir jaugé ces dernières semaines leur capitalisation boursière et volume de titres négociés.

    Mais il est quasiment acquis que Wirecard, dont le cours a plus que doublé (+110%) depuis janvier et la valeur en Bourse dépasse 23 milliards d'euros, va déloger du Dax Commerzbank, dont le titre a fondu de plus d'un tiers sur la même période et qui ne pèse guère plus de 10 milliards d'euros.

  • La pression sur les prix et les matières premières pèsent sur Spadel

    Le producteur d'eaux minérales Spadel continue d'accroître ses revenus. Mais la pression sur les prix et le coût des matières premières pèsent sur les marges.

    Heureusement, il y a eu la canicule de l'été, qui a dopé la consommation d'eaux et de boissons rafraîchissantes non alcoolisées. Pour Spadel, l'année 2018 devrait donc se solder par un bénéfice opérationnel plus élevé que l'an dernier.

  • Amazon valorisé à son tour 1.000 milliards de dollars

    Amazon.com est devenu mardi le deuxième groupe américain à atteindre les 1.000 milliards de dollars (865 milliards d'euros) de capitalisation boursière, un mois à peine après Apple qui avait franchi ce seuil le 2 août.

    Le titre du numéro un mondial du commerce en ligne a grimpé jusqu'à 2.050,50 dollars durant la séance à Wall Street avant de refluer un peu et de terminer sur un gain de 1,3% à 2.039,51 dollars, soit légèrement en dessous de 2.050,2677 dollars, le niveau donnant au groupe cette valeur symbolique des 1.000 milliards de dollars.

  • Offre d'obligations par VGP

    La scoiété immobilière VGP annonce qu'une offre en souscription publique d'obligations échéant le 19 mars 2026, pour un montant minimum prévu de 175 millions et un maximum de 225 millions d'euros. Le taux d'intérêt fixe des obligations est de 3,50% brut et le rendement net est de 2,304%.

    Les obligations seront émises en coupures de 1.000 euros. Le montant minimum de souscription pour les investisseurs est donc de 1.000 euros. Une commission de placement de 1% par dénomination est facturée aux investisseurs particuliers.

    La période de souscription court du 7 septembre 2018 au 12 septembre 2018, sous réserve d'une clôture anticipée.

    La clôture anticipée de la période de souscription est possible au plus tôt le 7 septembre 2018 à 17h30.

  • A suivre ce mercredi 5 septembre

    → ECONOMIE / FINANCE

    Allemagne
    • 9h55 Indice PMI Markit des services définitif / août

    Canada
    • 16h Décision de politique monétaire de la Banque du Canada

    Chine
    • Indice PMI Caixin-Markit des services / août

    Etats-Unis
    • 14h30 Balance commerciale / juillet

    Japon
    • Indice PMI Markit des services définitif / août

    Zone euro
    • 10h Indice PMI Markit des services définitif / août

    → ENTREPRISES

    Allemagne
    • Bayer / résultats du T2

    Belgique

    Résultats semestriels après Bourse de :
    • Aedifica
    • Econocom
    • Hamon: résultats semestriels (après Bourse)
    • Warehouses Estates Belgium: assemblée générale extraordinaire

    France
    • BioMérieux: résultats du S1
    • Scor: journée investisseurs

  • Bonjour

    En route pour un nouveau market live. Merci de nous suivre!

Plus sur Les Marchés

Contenu sponsorisé

Partner content