1. Les marchés
  2. Live blog
live

Après une semaine prudente, Wall Street termine en légère hausse

C'est plutôt dans le vert qu'ont clôturé les Bourses mondiales. A Bruxelles, Ageas caracole à un plus haut depuis la crise financière, tandis que bpost revient à ses niveaux de l'été 2017
  • A suivre la semaine prochaine

    La semaine sur les marchés se clôture ici, on se retrouve dès lundi pour une nouvelle semaine, avec cet agenda: 

    Lundi 19 mars

    Économie/Finance

    Japon

    - Balance commerciale / février

    Chine

     - Prix immobiliers / février

    Eurozone

    - 11h Balance commerciale / janvier

    G20

      Réunion des ministres des Finances et banquiers centraux du G20 à Buenos Aires (première journée)

     

     Entreprises

    Belgique

     TINC/augmentation de capital via l’émission de nouvelles actions à 11,40 euros. Trois actions existantes donnent droit à une nouvelle. Jusqu’au 23 mars

    États-Unis

     Oracle/ résultats du T3

     

     Mardi 20 mars

    Économie/finance

    Allemagne

     08h00 Prix à la production / février

     11h00 Indice ZEW du sentiment des investisseurs / mars

    Royaume-Uni

     10h30 Inflation / janvier

    Eurozone

    n 16h00 Indice de confiance du consommateur zone euro (1ère estim.) / mars

    États-Unis

    Réunion du FOMC de la Réserve fédérale (première journée)

    G20

    Réunion des ministres des Finances et banquiers centraux du G20 (fin)

    Entreprises

    Belgique

    - TINC/augmentation de capital jusqu’au 23 mars.

    Allemagne

    - Porsche/ résultats annuels

    États-Unis

    FedEx/ résultats du T3

    Mercredi 21 mars

    Économie/finance

    Japon

    Marchés fermés

     

    Bon week-end et à lundi! 

  • Wall Street termine la semaine dans le vert

    La Bourse de New York a terminé dans le vert ce vendredi, après une séance marquée une nouvelle fois par la prudence des investisseurs suite à la politique protectionniste de Donald Trump concernant sa volonté de taxer les importations d’acier et d’aluminium.

    Le Dow Jones a avancé de 0,29% à 24.946,23 points, le S&P 500 a progressé de 0,17% à 2.751,98 points et le Nasdaq a terminé à l’équilibre à 7.481,99 points.

    Qualcomm a gagné 1,22% à 60,62 dollars alors que, selon certaines sources, l'ex-président du groupe Paul Jacobs a fait part de son intention de s’associer à des fonds d’investissement en vue d’une offre d’achat.

    Son concurrent Broadcom a cédé 4,81% à 254,87 dollars, malgré ses résultats trimestriels meilleurs que prévu.

    Adobe Systems s’est octroyé 3,05% grâce un chiffre d’affaires et des bénéfices supérieurs aux attentes pour le 7e trimestre de suite grâce à la progression des abonnements à son service Creative Cloud.

    Le joaillier Tiffany, dont les ventes trimestrielles ont déçu les investisseurs, a plongé de 5,15% à 97,51 dollars.

    La Bourse de New York a terminé dans le vert ce vendredi, après une séance marquée une nouvelle fois par la prudence des investisseurs suite à la politique protectionniste de Donald Trump concernant sa volonté de taxer les importations d’acier et d’aluminium.
    Le Dow Jones a avancé de 0,29% à 24.946,23 points, le S&P 500 a progressé de 0,17% à 2.751,98 points et le Nasdaq a terminé à l’équilibre à 7.481,99 points.
    Qualcomm a gagné 1,22% à 60,62 dollars alors que, selon certaines sources, le président du groupe Paul Jacobs a fait part de son intention de s’associer à des fonds d’investissement en vue d’une offre d’achat sur le fabricant de puces. Son concurrent Broadcomm a cédé 4,81% à 254,87 dollars, malgré ses résultats trimestriels meilleurs que prévu.
    Adobe Systems s’est octroyé 3,05% grâce un chiffre d’affaires et des bénéfices supérieurs aux attentes pour le 7e trimestre de suite grâce à la progression des abonnements à son service Creative Cloud.
    Le joallier Tiffany, dont les ventes trimestrielles ont déçu les investisseurs, a plongé de 5,15% à 97,51 dollars.
  • | CLOSING BELL |

    • Dow Jones +0,26% à 24.937,55 points
    • S&P 500 +0,16% à 2.751,75 points
    • Nasdaq +0,00% à 7.481,99 points
  • Le pétrole termine en hausse

    Les cours du pétrole ont terminé en hausse ce vendredi sur le marché new-yorkais Nymex.

    Le contrat d'avril sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a gagné 1,15 dollar, soit 1,88%, à 62,34 dollars le baril.

    Le contrat de mai sur le Brent a pris 1,09 dollar,soit 1,67%, à 66,21 dollars le baril.

  • Léger mieux pour le Bel 20

    Encore indécise certes, c’est toutefois en -légère- hausse à l’inverse des séances précédentes que la Bourse de Bruxelles a achevé la dernière séance de la semaine. L’indice Bel 20 s’est stabilisé en clôture à 3.961,55 points. Soit un gain de 0,27% par rapport à la clôture de jeudi soir.

    Au lendemain de la publication des résultats 2017 de la holding, GBL a gagné 1,39% à 94,72 euros.

    GBL a enregistré un résultat net consolidé de 705 millions d’euros (4,52 euros par action), un montant qui se compare avec une perte de 458 millions (-2,95 euros par action) un auparavant. Fort de ce résultat, GBL proposera aux actionnaires de rehausser le montant brut du dividende de 3,3% à 3 euros par action. À la Bourse de Bruxelles, son action avait atteint un plus haut historique de 96,32 euros le 28 janvier dernier.


    Autre groupe d’investissements financiers à avoir dévoilé des résultats pour l’exercice fiscal écoulé, Brederode a reculé de 0,60% à 49,35 euros. Ce groupe basé au Grand-Duché de Luxembourg a vu son bénéfice se contracter de 1,1% à 169,67 euros (5,79 euros par action). Il proposera une augmentation de 10,4% du montant brut de son dividende à 0,85 euro.

    Pour revenir au Bel 20, bpost y a une nouvelle fois signé la plus mauvaise performance. Le titre a fini en repli de 2,26% à 20,76 euros, avec 1,325 million de titres échangés contre 1,7 million la veille.
    Il s’agit de son plus bas niveau depuis l’été 2017. L’action porte à 24,7% ses pertes sur la semaine, et à 17,7% depuis le début de cette année.

    À la faveur d’une hausse de 0,67% à 43,78 euros, Ageas grimpe à un nouveau plus haut depuis la crise financière. Pour mémoire, l’assureur a fait part en février d’un franc rebond de ses bénéfices en 2017 (lire page 4), ainsi qu’une progression spectaculaire du montant brut de son dividende à 2,10 euros. Le rendement de son action sur la base de ce dividende s’élève à 4,82%.

    En repli par contre, ThromboGenics a lâché 5,43% à 4,09 euros. La société biotech a récupéré 2,9 millions d’euros de la vente de son produit pour les yeux Jetrea aux Etats-Unis en 2017, contre 4,4 millions d’euros l’année précédente. Les redevances sur Jetrea, payées par Alcon, sont également passées de 2,2 à 1,3 million d’euros. À titre de comparaison: en 2013, année de lancement de Jetrea, le produit pour les yeux a rapporté 20,2 millions d’euros.

    Sur les autres marchés, l'indice Stoxx 600 a fini en hausse 0,24% à 377,79 points.

  • Ageas au plus haut

    Ageas grimpe à un nouveau plus haut depuis la crise financière. Près de 30 minutes avant la clôture de la séance boursière à Bruxelles, cette action monte de 0,34% à 43,64 euros.

    Pour mémoire, l’assureur a fait part en février d’un franc rebond de ses bénéfices en 2017, ainsi qu’une progression spectaculaire du montant brut de son dividende à 2,10 euros. Le rendement de son action sur la base de ce dividende s’élève à 4,82%.

  • Un quart de la valeur boursière rayé en une semaine pour bpost

    Bpost signe une nouvelle ce vendredi la plus mauvaise performance dans le Bel 20. Le titre accuse pour l'heure une baisse de 1,6% à 20,90 euros. Il porte à 24,7% ses pertes sur la semaine, et à 17,7% depuis le début de cette année. 

  • +56% pour les résultats des sociétés du Bel 20 en 2017

    Les 18 entreprises du Bel 20 qui ont communiqué à ce jour leur résultat de l'exercice 2017 ont vu les bénéfices progresser de 56,9% en moyenne. Qui sont les champions des profits et du dividende? Quelles sont les prévisions qu'émettent les entreprises pour leur exercice 2018?

    Analyse et décryptage dans le quotidien L'Echo de ce week-end.

  • Wall Street prudent

    La Bourse de New York a ouvert en légère hausse vendredi, la séance étant une nouvelle fois marquée par la prudence des investisseurs concernant la politique de Donald Trump alors que se profile la réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale (Fed).

    Plus d'une heure  après l'ouverture, l'indice Dow Jones prenait 0,35% à 24.961,5 points. Le S&P 500 progressait de 0,41% à 2.758,54. Sur le Nasdaq, le Composite gagnait 0,35% à 7.508,04 points.

    Selon le Washington Post, le président américain Donald Trump a décidé de révoquer son conseiller américain à la Sécurité nationale, Herbert Raymond McMaster. Mais cette information a été démentie depuis par la porte-parole de la Maison-Blanche.


    Adobe à un pic

    Aux valeurs, Qualcomm prend 2,32% alors que selon plusieurs sources, l'ancien président du groupe Paul Jacobs a informé le conseil d'administration de son intention de s'associer à des fonds d'investissement en vue d'une offre d'achat sur le fabricant de puces.

    Adobe Systems gagne 4,11% après avoir annoncé un chiffre d'affaires et des bénéfices supérieurs aux attentes pour le septième trimestre consécutif, grâce à une nouvelle progression des abonnements à son service Creative Cloud qui comprend notamment le logiciel Photoshop.

    En baisse, l'action Tiffany cède 6,68%. Le joaillier américain, qui investit massivement pour tenter de redresser son activité, a déçu les investisseurs avec ses ventes trimestrielles à magasins comparables et ses prévisions de bénéfice annuel.

  • Les Etats-Unis fermement opposés à une taxation supplémentaire des Gafa

    Les Etats-Unis "s'opposent fermement" à ce que les géants de la technologie soient taxés différemment, a affirmé le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin dans un communiqué après la parution d'un rapport de l'OCDE à Paris.

    "Les Etats-Unis s'opposent fermement aux propositions de quelque pays que ce soit de cibler les compagnies numériques" par une taxation spéciale. "Certains de ces groupes sont parmi les plus importants contributeurs à la croissance économique et aux créations d'emplois aux Etats-Unis". "Imposer un nouveau fardeau fiscal redondant pourrait handicaper la croissance et avoir un impact négatif sur les travailleurs et les consommateurs"
    Steven Mnuchin
    secrétaire américain au Trésor

  • Eni augmente son dividende et ses objectifs de production

    Le groupe pétrolier Eni a annoncé qu'il augmenterait son dividende en 2018 et a indiqué qu'un rachat d'actions était toujours possible, après avoir relevé ses objectifs de production et de flux de trésorerie.

    Dans son plan stratégique 2018-2021, l'entreprise publique italienne précise qu'elle versera un dividende de 0,83 euro par action cette année, contre 0,80 euro pour l'exercice précédent. "La hausse du dividende annoncée aujourd'hui reflète notre engagement en matière de politique de rémunération progressive", a déclaré l'administrateur délégué Claudio Descalzi.

  • | OPENING BELL |

    Wall Street ouvre en hausse : le Dow Jones grimpe de 0,20%, le S&P 500 de 0,31% et le Nasdaq de 0,27%

  • USA: recul plus fort que prévu des mises en chantier en février

    La construction résidentielle aux Etats-Unis a ralenti plus que prévu en février, la progression sur le segment des maisons individuelles n'ayant pas suffi à compenser le recul sur celui des immeubles d'habitation.

    Les mises en chantier ont chuté de 7% au rythme annualisé de 1,236 million d'unités, a annoncé le département du Commerce. Les économistes interrogés par Reuters s'attendaient à voir le rythme des mises en chantier à 1,290 million.

    Quant au nombre de permis de construire délivrés le mois dernier, ils ont baissé de 5,7% au rythme annualisé de 1,298 million d'unités.

  • USA: hausse de la production industrielle en février

    La production industrielle aux Etats-Unis a augmenté plus que prévu en février, a indiqué la Réserve fédérale (Fed).

    Elle s'est accrue de 1,1% le mois dernier quand les analystes s'attendaient à une progression de 0,3%. Pour janvier, la Fed a révisé la baisse de la production industrielle à -0,3% contre -0,1% initialement estimé.

  • SIG prépare une IPO pour l'automne à la Bourse de Zurich

    Le fabricant suisse d'emballages SIG Combibloc prépare une introduction en Bourse (IPO) à Zurich à l'automne qui pourrait le valoriser environ 4,5 milliards d'euros, a appris Reuters de trois personnes proches du dossier.

    Son propriétaire, la société de capital-investissement Onex , a mandaté Rothschild comme banque-conseil, selon les sources, qui ajoutent que d'autres banques d'investissement ont également été sondées.

  • Mithra espère commercialiser Tibelia au Canada

    La firme pharmaceutique liégeoise Mithra   a de bons espoirs de voir Tibelia, un produit de thérapie hormonale à l'attention des femmes lors de la ménopause, arriver sur le marché canadien à la fin de cette année ou en 2019, a indiqué l'entreprise en marge de la visite d'Etat dans le pays.

    Mithra avait conclu l'année dernière les contrats nécessaires avec un partenaire local, et en octobre elle a reçu l'aval de l'autorité canadienne compétente, Health Canada (Santé Canada), pour introduire son dossier. "Celui-ci a été introduit dans son entièreté. Jusqu'à présent, aucune question ne nous a été posée par Santé canada. Selon notre partenaire, il est dès lors peu probable de voir le produit refusé pour sa commercialisation", affirme Jean-Manuel Fontaine, responsable des relations extérieurs chez Mithra.

    "En fonction de l'autorisation de Santé Canada, nous espérons une arrivée sur le marché entre le troisième et le quatrième trimestre de 2018. Si le feu vert est donné au troisième trimestre, une commercialisation sera possible dès la fin de l'année 2018". "Si la décision tombe au 4e trimestre, la commercialisation aura lieu en 2019."
    Jean-Manuel Fontaine
    responsable des relations extérieurs chez Mithra

    Pendant la visite d'Etat au Canada, Mithra a aussi eu des discussions à propos de l'hormone naturelle estetrol, un oestrogène uniquement utilisé pendant la grossesse à l'attention du foetus. Mithra souhaite élargir son usage et l'utiliser comme nouveau moyen de contraception (sous le nom Estelle) ou comme traitement lors de la ménopause. Mithra a rencontré des partenaires potentiels et a enregistré de "bon progrès", selon l'entreprise.

  • Tiffany déçoit avec ses ventes et ses prévisions

    Le joaillier américain Tiffany  a déçu les investisseurs à la fois avec ses ventes à magasins comparables au cours du trimestre des fêtes de fin d'année et avec ses prévisions de bénéfice annuel alors qu'il investit massivement pour tenter de redresser son activité.

    Les ventes à périmètre comparable, à taux de changes constants, ont augmenté de 1% durant le trimestre clos le 31 janvier, une croissance nettement inférieure à la hausse de 2,8% anticipée par les analystes.

    Le groupe a pris diverses initiatives pour se relancer après plusieurs trimestres de recul de ses ventes. Il a notamment lancé des bijoux en argent à des prix plus abordables et commercialisé des accessoires d'intérieur pour tenter d'élargir sa clientèle. Cet effort devrait néanmoins peser sur les bénéfices à venir, a déclaré son directeur général, Alessandro Bogliolo.

  • J&J a reçu une offre de 2,1 milliards pour LifeScan

    Johnson & Johnson   a annoncé avoir reçu une offre d'environ 2,1 milliards de dollars (1,7 milliard d'euros) de la part du fonds d'investissement Platinum Equity pour LifeScan, une activité de surveillance du diabète.

  • *Les valeurs à suivre à Wall Street*

    * QUALCOMM - L'ancien président de Qualcomm, Paul Jacobs, a informé le conseil d'administration de son intention de s'associer à des fonds d'investissement en vue d'une offre d'achat sur le fabricant de puces, a-t-on appris jeudi soir de trois sources proches du dossier. L'action prend 4,7% en avant-Bourse.

    * BROADCOM - Le groupe basé à Singapour a dit jeudi envisager des acquisitions plus petites que celle de Qualcomm qui a été bloquée par les autorités américaines et il s'attend à une baisse de la demande d'un client nord-américain, Apple très probablement. Le titre cédait 1,2% à 264,50 dollars en après-Bourse en dépit de résultats trimestriels meilleurs que prévu.

    * WALMART est proche d'un accord en vue d'une prise de participation d'environ un tiers dans le groupe indien de commerce électronique Flipkart pour 7 milliards de dollars (5,7 milliards d'euros), rapporte Bloomberg.

    * JABIL - L'équipementier pour appareils électroniques, qui fabrique les coques de l'iPhone d'Apple, a publié des résultats trimestriels meilleurs qu'attendu avec un chiffre d'affaires en hausse de 19,2% à 5,30 milliards de dollars, à comparer à un consensus de 4,90 milliards. L'action s'octroyait 2,5% à 29,20 dollars en après-Bourse.

    * ADOBE SYSTEMS a publié jeudi soir des résultats supérieurs aux attentes de Wall Street pour le septième trimestre consécutif, grâce à une nouvelle progression des abonnements à son service Creative Cloud qui comprend notamment le logiciel Photoshop. Le titre gagnait 3,5% à 226,50 dollars en après-Bourse.

    * TIME WARNER, AT&T - Le procès qui tranchera si le projet d'acquisition de Time Warner par AT&T peut être bloqué par le département de la Justice débutera mercredi prochain et pourrait durer six à huit semaines, a déclaré jeudi le juge de district Richard Leon.

    * NIKE - Le président de la marque Nike, Trevor Edwards, a démissionné et quittera le groupe en août, a annoncé jeudi une porte-parole de l'équipementier sportif américain. Nike a aussi annoncé que son PDG Mark Parker resterait en poste au-delà de 2020.

    * TIFFANY & CO a fait état vendredi d'un chiffre d'affaires au T4 en hausse de 8,5% à 1,33 milliard de dollars (1,1 milliard d'euros) grâce notamment à de bonnes ventes pendant la période des fêtes. Le bénéfice net du joaillier a en revanche baissé à 61,9 millions de dollars (50 cents par action) contre 157,8 millions (1,26 dollar par action) un an plus tôt.

    * EASTMAN KODAK - L'ancien géant de la photographie qui peine à s'imposer dans les technologies d'imagerie depuis sa sortie de faillite en 2013 a publié jeudi soir des résultats en forte hausse, aidés par un gain fiscal. Le titre s'adjugeait 13,1% à 5,60 dollars en après-Bourse.

    * WESTERN DIGITAL prend 1,7% en avant-Bourse, porté par un relèvement de recommandation de Baird.

  • "Le caractère imprévisible des grands titres en provenance de Washington à un rythme désormais quasi quotidien contribue certainement à maintenir les marchés sur le fil du rasoir et il n'est guère surprenant que le S&P 500 ait terminé dans le rouge tous les jours depuis le début de la semaine, sa première série de quatre baisses consécutives de l'année"
    Deutsche Bank

  • Vallourec monte, UBS confiant sur la reprise du marché

    Vallourec   prend la tête de l'indice SBF 120 à la Bourse de Paris, porté par un changement de recommandation des analystes de UBS qui entrevoient des perspectives positives sur la plupart des marchés du groupe.

    Le producteur de tubes sans soudure en acier et son concurrent Tenaris devraient bénéficier de la croissance du marché onshore au Etats-Unis et de la reprise du marché offshore et international (hors Etats-Unis). L'activité de ces deux derniers marchés devrait revenir à la normale en 2019-2020 après avoir atteint semble-t-il un point bas, expliquent les analystes dans une note.

    "Les prix devraient rester stables, voire reculer, sur la plupart des marchés internationaux en 2018 (contre une augmentation 20% aux États-Unis) tandis que les volumes se stabiliseront et que les prix pourraient augmenter de 5% à partir de 2019", expliquent-ils.

  • Le taux d'inflation à 1,1% dans la zone euro en février

    Le taux d'inflation annuel était de 1,1% dans la zone euro en février contre 1,3% en janvier, indique Eurostat, l'office européen des statistiques. Pour l'UE-28, le taux d'inflation était de 1,3% (1,6% en janvier).

    Pour la Belgique, le taux d'inflation annuel en février était de 1,5%. Les taux les plus faibles ont été observés à Chypre (-0,4%), en Grèce (0,4%), au Danemark et en Italie (chacun 0,5%). Les taux les plus élevés ont quant à eux été enregistrés en Roumanie (3,8%) ainsi qu'en Estonie et en Lituanie (chacun 3,2%).

  • "La BCE va progressivement mettre l'accent sur les taux"

    La zone euro pourrait être en train de retrouver une partie de son potentiel de croissance, un élément favorable pour la poursuite du cycle actuel d'expansion mais qui pourrait aussi constituer un frein pour une inflation déjà faible, a déclaré Peter Praet, chef économiste de la Banque centrale européenne (BCE), à Reuters.

    Dans son pilotage des anticipations, la BCE indique actuellement que les taux resteront à leurs niveaux actuels "bien au-delà" de la fin de ses rachats d'actifs, censés expirer en septembre pour l'instant.

    "Les marchés interprètent 'bien au-delà' comme 'jusqu'au printemps prochain'". "Une fois que vous arrêtez les achats nets d'actifs, le signal donné par le programme d'achats d'actifs disparaît et il faut alors vous montrer bien plus précis sur la future trajectoire des taux à court terme."
    Peter Praet
    chef économiste de la BCE

    "A mesure que nous avançons dans le temps, comme cela est naturel, l'importance relative des trois instruments de politique monétaire va évoluer et le principal instrument pour façonner la position de politique monétaire deviendra la trajectoire de nos taux directeurs et le pilotage des anticipations concernant leur probable évolution". "Comme par le passé, nous ferons en sorte que la politique monétaire contrôle l'extrémité courte de la courbe des taux", a déclaré Peter Praet. A ses yeux, évoquer ouvertement l'après-QE constitue déjà un signal en soi.

  • Healthineers fait son entrée à Francfort

    Healthineers  , filiale de Siemens  , a fait ses premiers pas à la Bourse de Francfort au cours de 29,10 euros, en hausse de 3,9% par rapport à son prix d'introduction (28 euros)

  • Degroof Petercam revoit aussi sa note pour Brederode et GBL

    La banque privée Degroof Petercam a relevé son objectif de cours pour GBL   à 102 euros contre 100 euros auparavant. La recommandation reste à "accumuler".

    Par ailleurs, son objectif de cours pour Brederode   passe de 52 à 54 euros. Le conseil est maintenu à "accumuler".

  • Le Dax de retour

    Les problèmes techniques semblent être résolus à la Bourse de Francfort: le Dax   a démarré en hausse de 0,40%

  • Bourse de Francfort: ouverture retardée en raison d'une panne

    L'ouverture de la Bourse de Francfort était retardée vendredi matin, en raison d'un "problème technique" de Xetra, son système informatique de trading, a indiqué à l'AFP un porte-parole de son opérateur Deutsche Börse  .

    Le lancement de l'ensemble des indices (Dax, Mdax, MDAX 50...) est retardé "de 30 à 60 minutes", le temps de relancer les cotations de pré-ouvertures, a ajouté le porte-parole. L'introduction en Bourse de la division santé de Siemens, l'une des principales opérations boursières de la décennie à Francfort, prévue à 8H15 GMT, est elle aussi retardée en conséquence.

  • Altice veut voir des signes d'amélioration de sa situation

    Le groupe de médias et télécoms Altice  , maison mère de SFR dont le titre avait chuté l'an dernier de plus 50%, veut voir des signes d'amélioration dans ses résultats annuels annoncés jeudi.

    Altice, qui va se scinder dans les prochains mois en deux entités Altice USA et Altice Europe, a enregistré l'an dernier un chiffre d'affaires en légère hausse de 0,6% à taux de change constant, à 23,425 milliards d'euros. Le groupe estime voir déjà les effets des changements décidés, et notamment des efforts pour "améliorer le service client".

  • Elliott écrit aux actionnaires de Telecom Italia

    Le fonds activiste Elliott Advisors a écrit aux autres actionnaires de Telecom Italia pour plaider en faveur de la désignation d'un conseil d'administration "vraiment indépendant" afin de faire évoluer la façon dont l'opérateur est géré par son principal actionnaire, le français Vivendi  .

    "(La) piètre direction du conseil contrôlé par Vivendi s'est traduite par des problèmes de gouvernance profondément troublants, un écart de valorisation et des échecs stratégiques", écrit Elliott, qui dit détenir désormais plus de 3% des actions ordinaires de Telecom Italia.

    Elliott annonce qu'il demanderait à un conseil d'administration renouvelé de transformer les actions d'épargne en actions ordinaires, de travailler à une cotation en Bourse ou une vente partielle du réseau de Telecom Italia, que le groupe s'apprête à séparer du reste de ses activités, et de reprendre le versement du dividende.

  • Deutsche Bank en retard sur ses réductions de coûts en 2018

    Deutsche Bank   s'attend à prendre du retard dans ses réductions de coûts en 2018, en raison de cessions d'actifs plus lentes que prévu, même si la première banque allemande prévoit une hausse de son chiffre d'affaires cette année.

    "Nous ne nous attendons pas actuellement à ce que les économies prévues de 900 millions d'euros se matérialisent en 2018", écrit la banque dans son rapport annuel publié ce vendredi

  • | OPENING BELL |

    AEX +0,11%

    BEL 20 +0,09%

    STOXX Europe 600 -0,04%

    CAC 40 -0,08%

  • KBCS revoit sa note pour Brederode et GBL

    KBC Securities a relevé son objectif de cours pour Brederode   à 51 euros contre 48 euros auparavant. La recommandation reste à "conserver".

    Le broker a également réhaussé son prix cible pour GBL   à 100 euros contre 98 euros précédemment. Le conseil est maintenu à "accumuler".

  • Deutsche Bank prévoit une sousperformance des small caps

    La banque allemande Deutsche Bank s'attend à une baisse de l'indice PMI composite en zone euro. Ce qui, selon elle, impliquerait une sousperformance d'environ 5% des small caps en Europe au deuxième trimestre.

    Les petites capitalisations européennes ont été les principales bénéficiaires du fort rebond de la croissance dans la zone euro, surperformant les grandes capitalisations de 10% depuis que la banque a surpondéré les plus petites actions en février 2017, rappelle toutefois l'analyste Andreas Bruckner. Mais il pointe la haute valorisation des small caps actuellement.

  • "L'euro continue à se consolider"

    "L'euro continue à se consolider, avec à court terme des tentatives de tester des niveaux à la hausse avant la réunion la semaine prochaine de la Fed, après des commentaires prudents du (président de la banque centrale européenne BCE) Mario Draghi et les incertitudes au sujet la future politique monétaire de la Fed"
    Stephen Innes
    chef des transactions pour l'Asie-Pacifique à OANDA

  • *Le point avant l'ouverture des marchés européens*

    • Les principales Bourses européennes sont attendues hésitantes ce vendredi à l'ouverture dans le sillage d'un recul des marchés asiatiques, de nouveaux remous autour de l'administration Trump réduisant l'appétit des investisseurs pour les actifs risqués. D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien, le Dax à Francfort et le FTSE à Londres devraient enregistrer des variations infimes en début de séance.
    • Le dollar recule de 0,4% face au yen à la suite d'une information du Washington Post, qui écrit que Donald Trump a décidé de révoquer son conseiller à la sécurité nationale, Herbert Raymond McMaster. L'intention prêtée au président américain de sanctionner les importations chinoises continue pendant ce temps de faire polémique. 
    • La séance en Europe s'annonce relativement calme avec tout de même les chiffres définitifs de l'inflation dans la zone euro au mois de février (10h00 GMT). La crainte d'une accélération des prix entraînant un durcissement monétaire s'est apaisée ces derniers temps mais alimente toujours les débats à l'approche de la réunion de la Réserve fédérale américaine, qui devrait annoncer la semaine prochaine qu'elle relève ses taux d'un quart de point.
  • La Chambre de commerce US craint une guerre commerciale destructrice

    Le président de la Chambre de commerce des Etats-Unis, le plus puissant des groupes de pression des milieux d'affaires américains, a mis en garde l'administration Trump contre le risque de guerre commerciale destructrice si elle impose de manière unilatérale des droits de douane sur des produits chinois. Pour Thomas Donohue, de telles mesures protectionnistes, conjuguées à une enquête sur les pratiques de la Chine en matière de propriété intellectuelle, constitueraient des "taxes néfastes pour les consommateurs américains".

    Peter Navarro, conseiller de Donald Trump sur les questions commerciales, a déclaré jeudi que le président américain s'attaquerait dans les semaines à venir au "vol et transfert forcé" de propriété intellectuelle américaine par la Chine.

    "Des droits de 30 milliards de dollars par an effaceraient plus d'un tiers des économies obtenues par les familles américaines avec le doublement de l'abattement prévu par la réforme fiscale". "Si ces droits atteignent 60 milliards de dollars, comme la rumeur le dit, l'impact serait encore plus dévastateur." "Des droits de douane pourraient conduire à une guerre commerciale destructrice avec de graves conséquences pour la croissance économique des Etats-Unis et les créations d'emplois"
    Thomas Donohue
    président de la Chambre de commerce US

  • KBC finalise l'acquisition de la participation de 40% de MetLife

    KBC   a finalisé, par le biais de sa filiale bulgare d'assurance DZI, l'acquisition de la participation de 40% de MetLife dans UBB-MetLife Life Insurance Company AD ("UBB-MetLife"), une joint-venture de United Bulgarian Bank (“UBB”) et MetLife dédiée aux assurances vie.

    Annoncée le 29 décembre 2017, la transaction a reçu le feu vert des autorités régulatrices le 9 mars 2018. Son impact financier sur KBC est négligeable. Lien vers le communiqué

  • Dernier jour pour Bekaert au sein du Bel 20

    Comme l'a annoncé Euronext le 7 mars, Bekaert   vit sa dernière séance boursière au sein du Bel 20. Le titre va quitter l'indice phare de la Bourse de Bruxelles lundi 19 mars et sera remplacé par Ablynx  .

    C'est un pan de l'histoire du Bel 20 qui s'en va puisque Bekaert était l'une des dernières actions qui avait intégré l'indice dès le début. En juin 1999, la société avait toutefois cédé la place à Agfa-Gevaert, mais déjà en décembre de la même année, Bekaert retourna au Bel20. Il a remplacé la cimenterie CBR reprise par HeidelbergCement.

  • Sanofi dispose des moyens pour financer l'acquisition d'Ablynx

    Sanofi   ne s’est pas privé d’utiliser la politique de taux zéro de la Banque Centrale Européenne pour inscrire de nouvelles dettes à son bilan. Le groupe a réussi à placer l’équivalent de 8 milliards d’euros d’obligations en plusieurs tranches, dont les échéances varient entre 2020 et 2038. Une partie de ces obligations – remboursables en 2020 – proposent même un taux zéro. Les obligations à plus longue échéance sont assorties d’un taux de 1,875%.

     Le géant pharmaceutique dispose donc des moyens financiers pour lancer une offre officielle sur Ablynx  . Plus tôt cette année, la société française a conclu un accord portant sur la reprise de la société biotechnologique gantoise pour 3,9 milliards d’euros, soit 45 euros par action. Cette transaction lui permet de faire main basse sur le médicament caplacizumab, utilisé dans le traitement d’une maladie du sang rare mais mortelle (purpura thrombotique thrombocytopénique).

  • Potentiel de 10% pour le Bel 20

    L'indice Bel 20   affiche un potentiel de hausse de plus de 10% pour les douze prochains mois. Six valeurs du Bel 20 affichent un potentiel supérieur à 20%.

  • Thrombogenics voit les ventes de Jetrea continuer à se rétrécir

    La société de biotechnologie louvaniste Thrombogenics   a récupéré 2,9 millions d'euros de la vente de son produit pour les yeux Jetrea aux Etats-Unis en 2017, contre 4,4 millions d'euros l'année précédente.

    Les redevances sur Jetrea, payées par Alcon, sont également passées de 2,2 à 1,3 million d'euros. A titre de comparaison: en 2013, année de lancement de Jetrea, le produit pour les yeux a rapporté 20,2 millions d'euros.

  • Brederode augmente son dividende de 10%

    Le holding Brederode   affiche un bénéfice net de 170 millions d'euros en 2017, soit pratiquement le même que sur l'exercice 2016 (172 millions d'euros).

    La société surfe sur l'optimisme des marchés boursiers puisque c'est surtout, parmi ses segments d'activité, son portefeuille de titres cotés qui a contribué au résultat, à concurrence de deux tiers environ. La somme des dividendes nets du portefeuille a progressé de 13% en passant de 21,5 millions d'euros à 24,2 millions d'euros.

  • Pernod Ricard, Umicore et SGS dopent la valeur de GBL

    L'actif net du holding GBL   a progressé de 11,2% en 2017, pour atteindre 18,9 milliards d’euros"Cette progression significative, qui représente une augmentation de 11,75 euros par action, compte tenu du paiement du dividende, s’explique principalement par la progression du cours de cinq de nos participations: par ordre d’importance, Pernod Ricard, Umicore, SGS, adidas et Imerys", explique Gérard Lamarche, administrateur délégué du holding des familles Frère et Desmarais.

    Les cash earnings, élément clé pour un holding, sont en baisse de 3,2%, à 427 millions d’euros, la conséquence du désengagement de GBL d’Engie et de Total. Le bénéfice net consolidé de GBL, qui a investi durant l’année 1,1 milliard d’euros dans Burberry, GEA, Ontex, Parques Reunidos et Sienna Capital, se monte lui à 705 millions d’euros, contre une perte de 458 millions un an plus tôt. 

  • Argenx reçoit une subvention de 2,5 millions d'euros

    La biotech argenx   a annoncé avoir reçu une subvention de 2,5 millions d'euros de Flanders Innovation and Entrepreneurship (VLAIO). Cette subvention servira à examiner le rôle et le potentiel thérapeutique des protéines impliquées dans la régulation de la libération localisée du facteur de croissance transformant bêta (TGF-bêta).

    "Nous sommes très heureux de recevoir ce soutien de VLAIO, une organisation qui a permis le développement régulier d'entreprises biotechnologiques flamandes hautement compétitives. Nous espérons utiliser la diversité de nos répertoires immunitaires pour rationaliser la validation des cibles et transformer de nouvelles protéines en programmes d'anticorps thérapeutiques de prochaine génération", a commenté Michael Saunders, vice-président de la recherche externe chez argenx. Lien vers le communiqué

  • Tokyo dans le rouge, les turbulences à Washington pèsent

    La Bourse de Tokyo a clôturé ce vendredi en baisse, de nouveaux remous autour de l'administration Trump limitant l'appétit des investisseurs pour les actifs risqués.

    L'indice Nikkei a perdu 127,44 points, soit 0,58%, à 21.676,51 points et le Topix, plus large, a cédé 6,97 points (0,4%) à 1.736,63 points. Sur l'ensemble de la semaine, le Nikkei a progressé de près de 1%.

    Sur le volet des changes, le yen s'est affermi au fil de la séance, un mouvement défavorable aux titres des sociétés exportatrices japonaises: le billet vert valait ainsi 105,87 yens au moment de la clôture, contre 106,30 yens en début de matinée et 105,95 yens jeudi à la clôture. L'euro a de son côté fléchi à 130,36 yens, contre 131,09 yens la veille.

  • Good Morning!

    Bonjour à toutes et à tous! Bienvenue sur le "Market Live" de L'Echo, l'endroit idéal pour vous tenir informé "minute par minute" des grandes tendances de l'actualité boursière et financière de ce vendredi 16 mars.

    ©Bloomberg

Plus sur Les Marchés

Contenu sponsorisé

Partner content