1. Les marchés
  2. Live blog
live

Barco en tête d'un Bel 20 bien pâle | L'Europe sans direction | Wall Street avance

Les marchés européens ont terminé en ordre dispersé alors que Wall Street engrange les points malgré le gel des discussions sur le plan de relance US. Jefferies fan d'AB InBev. Emission obligataire "Retail" pour Bekaert. Succès pour le placement de Xior.
  • Au menu ce jeudi

    C'est ici que se referme le Market Live. Merci de l'avoir suivi et rendez-vous demain au même endroit!  

    L'agenda des entreprises ce jeudi se limite aux trimestriels de Samsung Electronics. Après la Fed mercredi, c'est au tour de la BCE de publier le compte rendu de sa dernière réunion de politique monétaire.

  • L'Europe en ordre dispersé, Wall Street en hausse

    Les Bourses européennes ont terminé sur une note hésitante mercredi au terme d'une séance dominée par les incertitudes après la décision de Donald Trump de geler les négociations sur le plan de relance économique aux Etats-Unis.

    À Paris, le CAC 40 a terminé en repli de 0,28% à 4.882 points. Le Dax allemand a gagné 0,17% après avoir perdu 0,53% au plus bas de la séance et le Footsie britannique a fini quasiment à l'équilibre (-0,06%). L'indice EuroStoxx 50 a perdu 0,13% et le Stoxx 600 a abandonné 0,15%.

    À l'heure de la clôture des marchés en Europe, Wall Street rebondissait, les investisseurs semblant s'appuyer désormais sur l'espoir de mesures sectorielles ou ciblées. Donald Trump a en effet appelé dans une série de tweets le Congrès à voter rapidement un plan de soutien de 25 milliards de dollars pour le secteur aérien, 135 milliards de dollars d'aides aux petites entreprises et de verser 1.200 dollars d'aide à chaque foyer américain. Autre argument avancé par les acteurs du marché pour expliquer le regain d'appétit pour les actifs risqués: l'avance grandissante de Joe Biden dans les sondages sur les intentions de vote, qui rend probable un accord sur des mesures de relance plus importantes après la présidentielle.

    À Wall Street, cet optimisme se traduisait par un gain de 2,93% pour l'indice Dow Jones des compagnies aériennes à l'heure de la clôture en Europe. Les indices Nasdaq Composite, S&P-500 et Dow Jones prennent entre 1,45% et 1,55%.

  • Obligations de Bekaert: hâtez-vous si vous en voulez

    L'an dernier, des titres identiques à ceux que propose Bekaert à partir de vendredi avaient trouvé preneur en un seul jour. Le coupon est jugé "correct". 

    Lire | Obligations de Bekaert: hâtez-vous si vous en voulez

  • Bruxelles redescend de son nuage

    Le Bel 20 a baissé de 0,47% pour se fixer à 3.325,72 points. Des 20 actions qui le composent, 6 étaient en hausse et 14 en baisse.

    Top / Flop du Bel 20

    TOP
    • ValeursCours (€)Var.%
    • Barco17,25+2,34%
    • Umicore36,96+2,33%
    • AB InBev49,66+1,74%
    • Solvay75,44+1,64%
    • Aperam25,74+1,34%
    FLOP
    • ValeursCours (€)Var.%
    • Galapagos118,0-3,59%
    • Proximus16,24-2,73%
    • KBC Groep44,09-2,46%
    • Sofina233,0-2,31%
    • Aedifica100,4-2,14%
    Les chiffres sont susceptibles d'évoluer à la marge.
    Rédigé par Quotebot le 07/10/2020 à 17h43
  • Europe | Closing Bell

    BEL 20: -0,47% 
    CAC 40: -0,27% 
    AEX: -0,14% 
    DAX: +0,03% 
    FTSE 100: +0,05% 
    Stoxx 600 Europe: -0,17% 

  • Eli Lilly veut commercialiser un traitement d'urgence contre le Covid-19

    La société pharmaceutique américaine Eli Lilly a introduit une demande à la FDA, l'agence fédérale des médicaments, pour commercialiser son traitement d'urgence contre le coronavirus.

    Selon la société, les résultats des tests réalisés jusqu'à présent montrent que le médicament peut aider les patient à combattre le virus. Le médicament réduirait principalement la probabilité d’hospitalisation ou d’admission en unité de soins intensifs pour les patients présentant des symptômes légers.  

    L’action Eli Lilly est pointée en hausse de 2,88% vers 16h45 à Wall Street.  

  • L'Europe, trop "lente" à faire émerger une union des marchés de capitaux, selon Christine Lagarde

    L'Europe est "lente" à avancer vers une Union des marchés de capitaux, a regretté la présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, plaidant pour une circulation facilitée de ces liquidités afin de mieux résister aux crises. "Il n'y a aujourd'hui pas de marché unique pour la finance dans la zone euro", a constaté la présidente de la BCE lors du forum Paris Europlace, ajoutant que "les progrès en matière d'intégration financière transfrontière ont été trop lents".  

    "Un marché des capitaux sous-dimensionné et fragmenté, couplé à une industrie bancaire transfrontière sous-développée signifie que la finance en zone euro n'offre pas de possibilités optimales de partage des risques", notamment au moment où le monde travers la crise du Covid-19, a souligné la dirigeante. L'Union des marchés de capitaux, serpent de mer depuis 2014, est un projet de marché unique européen des capitaux destiné à favoriser la circulation des capitaux entre les pays membres pour permettre notamment un financement plus large des entreprises.  Maintes fois réclamée tant par les acteurs financiers qu'institutionnels, elle est demeurée à un stade embryonnaire.  

  • Le plan de relance US s'invite dans la campagne

    "Pour l'heure, les Républicains du Sénat pensent qu'aucune aide est préférable à un gros paquet d'aides, tandis que les Démocrates de la Chambre pensent qu'aucune aide est préférable à un compromis 'chétif'. Cela étant, il est difficile d'imaginer que les annonces du président ne vont pas lui causer du tort dans les sondages."
    Chris Low
    Économiste en chef de FHN Financial

  • La Bourse de New York confortablement dans le vert

    Wall Street a ouvert en hausse, les principaux indices gagnant plus de 1% à l'entame des échanges pour récupérer les pertes de la veille déclenchées par la décision du président Trump de geler les négociations sur le plan de relance US.

    Les investisseurs américains ont salué les nouvelles mesures de relance après le soutien de Donald Trump à une extension de l'aide au secteur aérien et à de nouveaux chèques pour les Américains.

    Les compagnies aériennes sont bien orientées et le fonds indiciel U.S. Global Jets regroupant les grands noms de la cote grimpe de 3% à l'ouverture avec des gains de 3,80% à 8,08% pour Delta, American Airlines, Spirit, United Airlines et Jetblue Airways.

    25 mds $
    d'aides supplémentaires pour l'aérien
    Quelques heures après avoir gelé les discussions sur un plan d'aides à l'économie jusqu'au scrutin présidentiel du 3 novembre, Donald Trump a en effet appelé le Congrès à voter rapidement un plan de soutien de 25 milliards de dollars pour le secteur aérien, 135 milliards de dollars d'aides aux petites entreprises et de verser 1.200 dollars d'aide à chaque foyer américain.

    Levi's Stauss bondit de plus de 10% après avoir fait état d'un bénéfice surprise au troisième trimestre et revu à la hausse ses prévisions pour le trimestre en cours grâce à la bonne tenue de ses ventes en ligne.

  • Wall Street | Opening bell

    Dow Jones: +1,13% 
    S&P 500: +1,19% 
    Nasdaq Composite: +1,28%  

  • Aucune raison d'assouplir la politique de la BCE (Bundesbank)

    Il n'y a aucune raison d'assouplir davantage la politique monétaire de la Banque centrale européenne car l'économie de la zone euro peut dépasser les prévisions de la BCE grâce à l'importance des soutiens budgétaires, a déclaré Jens Weidmann, l'un des membres de son Conseil des gouverneurs, dans un entretien publié mercredi.

    "Pour l'instant, je ne vois aucune raison de dévier de notre évaluation", a dit le président de la Bundesbank, la banque centrale nationale allemande, à Börsen-Zeitung. "La politique monétaire actuelle est appropriée."

  • Reprise de cotation pour Xior à 15h30

    Le spécialiste des kots pour étudiants, Xior  , a bouclé avec succès son placement privé de 331.701 actions émises plus tôt ce matin dans le cadre de l'acquisition indirecte de la résidence étudiante "365 Rooms" à Bruxelles. 

    Le placement a été effectué auprès d’investisseurs institutionnels au prix de 52,75 euros, soit une décote de 2,95 % par rapport au cours de clôture de ce mardi. 

  • Wall Street devrait effacer ses pertes de lundi

    Les bourses européennes reculent mais Wall Street devrait rebondir à l'ouverture après avoir été refroidie la veille par la décision de Donald Trump de geler les négociations avec les démocrates sur le plan de relance économique.

    D'après les contrats à terme sur les indices new-yorkais, Wall Street devrait reprendre environ 0,9% à l'ouverture après avoir perdu plus de 1% lundi.

    À Paris, le CAC 40 perd 0,17%. À Francfort, le Dax cède 0,38% et à Londres, le FTSE est quasiment inchangé.

    A Bruxelles, l'indice Bel 20 perd 0,28% (à 3.332 points) dans le sillage du repli de 3,7% de Galapagos . Proximus et KBC suivent avec des baisses de 1,6%. A l'opposé, Barco et AB InBev signent des progressions supérieures à 2%.

    Hors indice, Asit Biotech cède 9%. Moury Construct , Biocartis et Bpost forment le trio des meilleures progressions du marché élargi, avec des gains de respectivement 5,36%, 5% et 4,47%.

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    > Les compagnies aériennes - Donald Trump a exhorté mardi soir sur Twitter le Congrès à adopter un nouveau plan d'aide à l'emploi dans le secteur aérien de 25 milliards de dollars (21,3 milliards d'euros), quelques heures après avoir gelé les discussions sur un plan de soutien à l'économie américaine. Dans les échanges en avant-Bourse, American Airlines, Delta Airlines, United Airlines et JetBlue Airways gagnent entre 2,4% et 6,9%.

    > Boeing - L'administration fédérale de l'aviation (FAA) aux Etats-Unis a publié mardi un projet de rapport sur une révision des procédures de formation des pilotes de Boeing 737 MAX, une étape importante en vue d'une levée de l'interdiction de vol de cet appareil, impliqué dans deux catastrophes aériennes. L'action du groupe aéronautique gagne 1,8% en avant-Bourse.

    > Les valeurs pharmaceutiques - L'agence américaine du médicament a fait savoir mardi aux laboratoires travaillant sur un potentiel vaccin contre le coronavirus qu'elle demandait au moins deux mois de données fiables pour accorder une autorisation en urgence, une mesure à même de repousser la disponibilité d'un vaccin après l'élection présidentielle américaine du 3 novembre.

    > Bristol-Myers Squibb gagne 1,2% en avant-Bourse après qu'Opdivo a atteint son principal objectif lors d'un essai clinique sur le traitement du cancer du poumon.

    > Royal Caribbean Cruises a annoncé mardi qu'il prolongeait la suspension de ses croisières jusqu'au 30 novembre, à l'exclusion de celles en provenance de Hong Kong, en raison de la faiblesse de la demande.

    > Levi Strauss prévoit une baisse plus limitée que prévu de son chiffre d'affaires pour le trimestre en cours après avoir dégagé un bénéfice surprise grâce au bond des ventes en ligne au troisième trimestre. Le titre du fabricant de jeans gagne 10,7% dans les transactions en avant-Bourse et dans son sillage, GAP prend 3,3%.

  • "Une acquisition substantielle pour Xior"

    KBC Securities commente l'acquisition par Xior d'une résidence "pleinement opérationnelle" pour étudiants à Ixelles. L'opération d'un montant de 34 millions d'euros est financée par l'émission de nouvelles actions Xior à un prix de 51,53 euros, ce qui représente une décote de 7% par rapport à la clôture d'hier.

    KCS Securites accueille favorablement cette acquisition, immédiatement rémunératrice, alors que la SIR a déjà assez de projets en phase de développement.

    Les revenus locatifs attendus du bien acquis représentent environ 4% des revenus locatifs enregistrés en 2019, et à hauteur de 3,2% de ceux attendus pour 2020, estiment les analystes Wido Jongman et Joachim Vansanten. Il s'agit donc d'une acquisition substantielle, précisent-ils.

    "Le bien a été acheté avec une garantie de revenus locatifs pour une occupation à 100% pendant trois ans, levant les doutes sur le taux d'occupation pendant la période Covid actuelle. Dans l'ensemble, un bel ajout au portefeuille belge avec un rendement attractif de 5,5% surtout compte tenu de la masse critique que Xior a déjà en Belgique."

    La recommandation de KBC Securities sur Xior est actuellement "sous revue".

    L'action Xior est suspendue depuis ce matin.

  • UPDATE | Le briefing actions belges

    Avis de brokers sur Ageas et AB InBev | Nouvel actionnaire pour IBA | Xior suspendue (+Briefing)

  • Update | Le point sur la tendance

    Les bourses européennes pointent majoritairement en baisse, après la décision surprise de Donald Trump d'interrompre les négociations entre son administration et les élus démocrates du Congrès sur un nouveau plan de relance de l'économie américaine, qui a fait basculer Wall Street dans le rouge la veille.

    Les replis varient entre 0,17% à Paris et 0,37% à Bruxelles. L'Euro Stoxx 50 se tasse de 0,14% et le Stoxx 600 de 0,12%.

    Pour autant, les marchés sont loin de céder à la panique, la décision du président américain étant perçue davantage comme annonciatrice d'un retard que d'une annulation pure et simple du plan de relance.

    La baisse inattendue de la production industrielle allemande en août, un recul de 0,2% alors que le consensus Reuters donnait une hausse de 1,5%, incite à la prudence.

    Les investisseurs suivront dans l'après-midi une nouvelle intervention publique de Christine Lagarde, la présidente de la Banque centrale européenne (BCE), dans le cadre du Forum international de Paris Europlace, en attendant le compte rendu de la dernière réunion de la Fed à 20h.

    Les contrats à terme sur Wall Street laissent entrevoir une ouverture en hausse, de l'ordre de 0,5%.

  • Regain d'espoir pour la saison des résultats en Europe

    La période des publications de résultats trimestriels en Europe devrait une nouvelle fois refléter la brutalité de la crise du coronavirus mais la chute des profits pourrait bien être un peu moins forte qu'attendu il y a quelques semaines.

    Les analystes financiers anticipent une chute de 38% sur un an des profits des entreprises de l'indice Stoxx 600 selon les dernières données Refinitiv I/B/E/S, alors qu'ils tablaient il y a deux semaines sur un recul de 40%.

    Un léger mieux qui confirme la tendance à l'amélioration progressive des résultats après la chute de 50,8% enregistrée au deuxième trimestre.

    Les chiffres d'affaires, eux, devraient avoir diminué de 12,3% sur juillet-septembre (et de 8% seulement en excluant le secteur de l'énergie), après -20,1% sur avril-juin.

     

    "La dynamique des bénéfices s'améliore. La saison des publications du troisième trimestre devrait confirmer que les résultats ont touché un point bas et se trouvent au milieu d'un cycle de reprise."
    Les stratèges de Barclays

  • Yakult digère mal la sortie de Danone

    Le titre du spécialiste des probiotiques, Yakult a chuté de 7,11% à 5.480 yens à la bourse de Tokyo.

    Le français Danone a annoncé mardi qu'il allait céder via une procédure accélérée le solde de sa participation de 6,61% dans l'entreprise japonaise avec laquelle sa collaboration avait débuté en 2004, pour environ 470 millions d'euros.

  • ING vise un peu plus haut pour PostNL

    ING maintient sa recommandation d'achat sur PostNL mais relève son objectif de cours à 3,60 euros contre 3,40 euros, après des prévisions 2020 relevées et une opération de "sale & lease back".

    ING met en avant la reprise du versement d'un dividende, l'impact positif du Covid-19 et du e-commerce sur les activités de livraison de colis.

    Le free cash-flow opérationnel s'améliore et devrait augmenter au-delà de 2020 grâce à la baisse du coût des retraites, à l'absence de coûts d'intégration et à de meilleurs résultats d'exploitation, ajoute ING.

    La  valorisation de PostNL reste attrayante, poursuit ING.

    PostNL se négocie à environ 6 fois son bénéfice d'exploitation brut prévu pour 2021 et l'action offre un rendement du dividende de l'ordre de 7% pour 2020 et pour 2021.

    PostNL gagne 1,50% à 2,98 euros, après un gain de plus de 12% mardi à la Bourse d'Amsterdam.

  • Baisse inattendue de la production industrielle allemande en août

    La production industrielle en Allemagne a baissé de manière inattendue en août, suggérant une reprise moins forte que prévu de la plus grande économie européenne après la crise liée au coronavirus, selon des données de l'Office fédéral de la statistique publiées mercredi.

    La production industrielle allemande a reculé de 0,2% en août, alors que les analystes interrogés par Reuters tablaient sur une hausse de 1,5%.

  • Ventes en nette hausse et dividende relevé de 21% pour Tesco

    Le géant britannique des supermarchés Tesco a annoncé mercredi un bond de 42% de son bénéfice net au premier semestre, grâce à des ventes en nette hausse depuis le début de la crise sanitaire.

    Le numéro un du secteur au Royaume-Uni a dégagé un profit net de 460 millions de livres (505 millions d'euros) au cours des six mois achevés fin août, selon son communiqué.

    Ses supermarchés ont bénéficié, pendant le confinement dans le pays, de la fermeture des pubs, restaurants et cantines, et leurs ventes sont par la suite restées très soutenues même avec la réouverture progressive de l'économie.

    Le chiffre d'affaires de Tesco a grimpé de 6,6% à 26,7 milliards de livres, portés surtout par l'alimentaire.

    Les Britanniques ont en outre été plus nombreux à faire leurs courses en ligne pour éviter le risque sanitaire dans les magasins.

    Tesco a par conséquent renforcé considérablement ses opérations sur internet et peut servir désormais 1,5 million de personnes chaque semaine, soit une hausse d'environ 600.000 depuis le début de la pandémie.

    Il a d'ailleurs annoncé fin août la création de 16.000 emplois pour soutenir la croissance des ventes en ligne.

    En raison d'une hausse des bénéfices, le nouveau directeur général Ken Murphy a d'ailleurs annoncé une augmentation de 21% du dividende versé aux actionnaires.

  • Le point sur la tendance boursière

    Les marchés européens dérivent sans tendance claire, après la décision de Donald Trump de geler les négociations sur le plan de relance aux Etats-Unis.

    Amsterdam (+0,03%) est à l'équilibre. Francfort gagne 0,13%. Bruxelles et Paris gagnent respectivement 0,39% et 0,31%.

    Au niveau des valeurs:

    > TUI perd 1,6% après l'annonce du départ de sa CFO belge Birgit Conix.

    > Tesco gagne 2,7% après une belle croissance de son chiffre d'affaires au premier semestre de cette année.

    > Heineken et Pernod gagnent de l'ordre de 2,4%, après des commentaires favorables de Jefferies. AB InBev , recommandée à l'achat par Jefferies, engrange 2,3%.

    > Bekaert progresse de 0,2%. Le tréfileur courtraisien souhaite lever 200 millions d'euros auprès des investisseurs particuliers via un placement obligataire.

    > L'action Xior est suspendue. Le spécialiste des kots pour étudiants a acheté un immeuble à Ixelles. Le vendeur a reçu des actions Xior en guise de paiement et il a décidé de vendre ce paquet d'actions via un placement privé.

    > La cotation d'Asit Biotech a repris. L'action de la biotech qui a obtenu un sursis supplémentaire de quatre mois pour se réorganiser gagne 9,6%.

  • Voici le briefing actions belges

    Conseil d'achat sur AB InBev | Nouvel actionnaire pour IBA | Xior suspendue (+Briefing)

  • |Opening bell|

    Amsterdam: -0,07%
    Bruxelles: -0,11%
    Paris: -0,04%
    Francfort: n.c.

    Euro Stoxx 50: -0,04%
    DJ Stoxx 600: -0,03%

    Acacia Pharma: -1,6%
    Asit Biotech: +7,42%
    AB InBev: +1,3%
    Bekaert: +0,4%

  • Feu vert pour la commercialisation du Byfavo d'Acacia Pharma aux Etats-Unis

    Acacia Pharma annonce que son Byfavo a reçu l'approbation de la Drug Enforcement Administration (DEA).

    Après le feu vert de la FDA le 2 juillet 2020, la voie est libre pour la commercialisation aux Etats-Unis d'ici la fin 2020.

  • Suspension de l'action Xior Student Housing

    Xior Student Housing annonce que le paquet d’actions Xior émises plus tôt ce mercredi matin dans le cadre d'une augmentation de capital moyennant un apport en nature dans Xior, sera vendu ce jour dans le cadre d’un placement privé.

    Suite au placement privé, la négociation de l'action Xior sur le marché réglementé d'Euronext Bruxelles sera, par conséquent, suspendue temporairement.

  • Bekaert va émettre des obligations "Retail"

    Bekaert annonce le lancement d’une émission obligataire d'une duréee de 7 ans et d’un montant total global de 200 millions d'euros.

    Les obligations seront disponibles par coupures de 1.000 euros. Leur coupon annuel brut est de 2,75% et le prix d'émission est fixé à 101,875%.

    Elles seront émises sous la forme d’une offre publique en Belgique, ouverte aux investisseurs particuliers et, dans une moindre mesure, aux investisseurs qualifiés, avec une période de souscription du vendredi 9 octobre 2020 au vendredi 16 octobre 2020 (sous réserve d’une clôture anticipée).

    Les obligations ne feront pas l'objet d'une cotation.

  • Briefing d'avant bourse

    Les bourses européennes devraient ouvrir en repli modéré après la décision de Donald Trump de geler les négociations sur un nouveau plan de relance économique qui a fait baisser mardi Wall Street de plus de 1%.

    Les contrats à terme signalent un repli de 0,37% pour l'EuroStoxx 50, de 0,40% pour le Cac 40 parisien, de 0,33% pour le Dax à Francfort et de 0,17% pour le FTSE à Londres.

    Les futures sur Wall Street évoluent néanmoins dans le vert, de l'ordre de 0,4%, laissant entrevoir une ouverture légèrement positive, ce qui tend à montrer que les investisseurs parviennent à relativiser le report d'un plan de relance aux Etats-Unis.

    "D'une façon ou d'une autre, nous allons obtenir un plan de relance, c'est juste que nous n'allons pas l'avoir maintenant - donc nous allons faire du surplace pendant un certain temps", a commenté Rob Carnell, chef économiste chez ING en Asie.

  • Jefferies également fan de Heineken, Pernod et Diageo

    Au-delà d'AB InBev (voir post de 7h24), Heineken et Pernod Ricard reçoivent également une recommandation d'achat de la part de Jefferies.

    Pour Diageo , il y a même une double augmentation des conseils qui permet au fabricant britannique de boissons de passer directement "vendre" à "acheter".

    A l'opposé, la recommandation sur Carlsberg et Royal Unibrew passe à "conserver".

  • Value8 à l'amende pour la manipulation du cours de l'action Sucraf

    L'investisseur activiste néerlandais Peter Paul de Vries et sa société d'investissement Value8 doivent payer une amende de 100.000 euros en Belgique pour manipulation du cours de l'action Sucraf , selon un avis paru sur le site de la FSMA.

    De Vries doit payer 60.000 euros de sa poche, Value8 40.000 euros.

  • Nouveau sursis pour Asit Biotech

    Asit Biotech , une société belge spécialisée dans le traitement des allergies par immunothérapie, a reçu confirmation par le tribunal de l’entreprise de Liège de l’acceptation de sa demande de prorogation de sursis.

    L’instance a octroyé quatre mois complémentaires à la biotech sous procédure de réorganisation judiciaire (PRJ) pour établir un plan à soumettre à l’aval de ses créanciers.

    Mardi, la cotation du titre avait été suspendue sur Euronext Bruxelles. Elle reprendra fort probablement ce mercredi.

  • "Nous voyons un potentiel de hausse de 60% pour AB InBev"

    Jefferies place AB InBev sur sa liste d'achat. Le prix actuel de l'action tient à peine compte de la reprise pour AB InBev après la crise du coronavirus et il reflète un sentiment bien trop négatif, indique Edward Mundy. "Le momentum favorable autour de la part de marché offre une bonne assise" précise-t-il.

    "Ces dernières années, la concurrence dans le secteur de la bière s'est intensifiée dans le monde entier, compte tenu de la croissance sous-jacente plus faible des volumes et des avantages moindres des fusions et acquisitions, compte tenu de la phase avancée du cycle de consolidation", explique l'analyste. "Mais si la concurrence restera probablement féroce, l'amélioration des parts de marché d'AB InBev sur ses quatre principaux marchés, qui représentent les deux tiers des ventes, devrait résoudre ce problème et apporter un plus grand confort."

    Mundy fixe un objectif de cours de 60 euros, bon pour 30% de gain en capital par rapport au cours de clôture d'hier.

    Dans le scénario le plus optimiste, il fixe un objectif de cours de 75 euros."Si la croissance et le désendettement deviennent visibles, nous voyons un potentiel de hausse de 60%."

  • Vers une ouverture en baisse modérée après le report du plan de relance US

    Les marchés boursiers asiatiques progressent timidement, relativisant la faiblesse de Wall Street, qui est intervenue après que le président américain Donald Trump a brusquement interrompu les négociations sur un plan de relance économique avec les démocrates.

    Trump a annulé ces discussions avec les démocrates dans un tweet disant que les négociations s'arrêtaient jusqu'après l'élection présidentielle du 3 novembre, promettant un projet de relance majeur s'il était réélu.

    Le président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, a pourtant lui-même souligné mardi, avant l'annonce surprise de Donald Trump, l'importance de continuer à apporter des mesures de soutien monétaire et budgétaire à l'économie américaine.

    "L'essentiel du rally auquel nous avons assisté au cours de la semaine écoulée en particulier se fondait sur l'espoir d'un plan de soutien supplémentaire", a déclaré Robert Phipps, de Per Stirling Capital Management. "Il y a maintenant beaucoup moins de raison de faire travailler son argent avant l'élection."

    En Europe, le contrat à terme sur l'indice Euro Stoxx 50 suggère une ouverture en baisse de 0,5%.

     

    ©EPA

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés